Logo ={0} - Retour à l'accueil

Aqueduc romain du Gier

Dossier IA69001600 réalisé en 2020

Fiche

Dénominationsaqueduc
Aire d'étude et cantonLyon patrimoine industriel - Lyon
HydrographiesGier Bozançon
AdresseCommune : Lyon 5e
Lieu-dit : Adresse : rue
Roger Radisson
Cadastre :

L'aqueduc romain du Gier est daté du 2e siècle après J.-C., à la suite de la découverte en 1887 près de Chagnon d’une borne portant un édit de l’empereur Hadrien (117-135). C'est hors de Lyon que se trouve le lieu le plus évocateur du passé romain de la ville : au lieu-dit Le Plat de l'Air, sur le plateau de Chaponost, à quelques kilomètres à l'ouest du centre-ville, les 92 arches de l'aqueduc du Gier dominent sur une distance de 700 mètres.

Ce magnifique alignement n'est qu'un des nombreux ouvrages de cet aqueduc, l'un des quatre qui alimentaient Lyon, et qui depuis Saint-Chamond, près de Saint-Etienne, conduisait l'eau du Gier jusqu'au sommet de Fourvière, point haut de la ville de Lugdunum.

Entre Loire et Rhône, son parcours de 86 kilomètres est encore jalonné de vestiges : mur, arches, pont, siphons… qui témoignent du savoir-faire éprouvé des ingénieurs et des architectes romains. A Lugdunum, quatre grands aqueducs pouvaient déverser chaque jour dizaines de milliers de m3 d’eau : par leur longueur et leur complexité, unique dans le monde romain, ils attestent des moyens considérables mis en œuvre pour conduire l’eau jusqu’aux points les plus élevés de la ville. Les vestiges de l'aqueduc font l’objet de plusieurs protections au titre des monuments historiques : classements en 1875 (pont-siphon de Bonnand) le 20 mars 1912 (arches) et 1986 (Piles des Crêtes).

Guillaume Marie Delorme au milieu du XVIIIe siècle rédige une courte description de l’aqueduc romain du Gier et réalise de magnifiques relevés conservés aux AC Lyon depuis 2004.

Au début du XXe siècle, Camille Germain de Montauzan fait une thèse sur les aqueducs de Lyon : Les Aqueducs antiques de Lyon : étude comparée d'archéologie romaine, 1908.

Période(s)Principale : 2e siècle

L'aqueduc romain du Gier a une longueur de 86 km. C'est au lieu-dit du Plat de l'Air à Chaponost que se trouve la partie la plus spectaculaire de l'aqueduc composé de 92 arches sur une longueur de 700 mètres. L'appareil réticulé, unique en son genre est en granite rythmé par des arases de dalles de pierre. Pour sa partie urbaine rue Roger Radisson à Lyon, l'appareil réticulé est en calcaire rythmé par des arases de briques.

Murscalcaire appareil réticulé
granite appareil réticulé
brique
Statut de la propriétépropriété d'un établissement public
Intérêt de l'œuvreà signaler
Protectionsclassé MH, 1875
classé MH, 1912
classé MH, 1986
inscrit MH, 2017
Précisions sur la protection

Les vestiges de l'aqueduc font l’objet de protections au titre des monuments historiques : classements en 1875 (pont-siphon de Bonnand) le 20 mars 1912 (arches) et 1986 (Piles des Crêtes) et en 2017 une inscription de l’ensemble

Annexes

  • Guillaume-Marie Delorme : dessins des aqueducs

    Guillaume Marie Delorme né à Lyon (1700-1782) est un architecte, paysagiste, ingénieur en hydraulique. Il est membre de l'académie des Beaux-Arts de Lyon de 1736 à 1758. Il s'intéresse à l'urbanisme et présente à l'Académie en 1738, un projet d'agrandissement de la ville en la prolongeant au sud d'Ainay "projet pour la jonction de l'île Mogniat à la ville de Lyon", 30 ans avant les propositions de Perrache qui prendront corps en 1771 en étendant la ville plus au sud jusqu'à la Mulatière. Il s'intéressera aux aqueducs et les étudiera à partir 1759 dans le cadre d'une étude de la gestion de l'eau de la ville et sur la faisabilité d'une remise en fonctionnement des aqueducs. Il dessinera entre autre celui du Gier sur l'ensemble de son tracé : 124 feuilles de 55x82 cm, dessins acquis par la Ville de Lyon en 2004.

  • Camille Germain de Montauzan 1908

    Camille Germain de Montauzan est un ingénieur des mines et archéologue français, né en 1862 à Saint-Étienne et mort à Lyon en 1942. Auteur d’une thèse sur l’art des ingénieurs romains (Les Aqueducs antiques de Lyon : étude comparée d'archéologie romaine, 1908) il s’est intéressé à l’histoire de Lyon dans l’Antiquité à travers de nombreuses fouilles effectuées sur les sites antiques de la région lyonnaise, découvrant le Site antique de Lyon et les aqueducs romains de Lyon.

Références documentaires

Bibliographie
  • BURDY Jean, Lyon l'aqueduc romain du Gier, Département du Rhône, préinventaire des monuments et richesses artistiques, tome IV, 1996.

  • Burdy Jean, Guillaume-Marie Delorme 1700 - 1782. Recherches sur les aqueducs de Lyon construits par les romains; Textes et dessins, L'Araire, 2015.

    AP
  • Exposition AQUA- L'invention des romain, Lugdunum - Musée Gallo-Romain de Lyon, 8 nov 2017 au 6 mai 2018, (sous la direction d'Hugues Savay-Guerraz).

  • Mémoire d'eau, l'aqueduc romain du Gier, catalogue de l'exposition Aqua-L'invention des romains, ss la direction scientifique d'Hugues Savay-Guerraz, photographies de Philippe Schuller, Lugdunum, snoeck, 2017

    AP
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Ville de Lyon © Ville de Lyon - Halitim-Dubois Nadine