Logo ={0} - Retour à l'accueil

Barrage usine Forges et Fonderies de Cran-Gevrier

Dossier IA74001014 inclus dans Paysage du bassin-versant du Fier réalisé en 2010

Fiche

Parties constituantes non étudiéesbarrage
Dénominationsbarrage
Aire d'étude et cantonPays de Savoie - Annecy
Hydrographiesle), Lac d'Annecy Thiou
AdresseCommune : Cran-Gevrier
Lieu-dit : Fonderies
Adresse : 58 Avenue de la
République
Cadastre : AW 3 , 106, 105

A la confluence du Thiou et du Fier, M. Frèrejean est à l´origine d´une industrie qui clôt le défilé de Cran-Gevrier. Située en aval des usines Dupassieux et de la Papeterie de Cran-Gevrier, l´usine des Forges et Fonderies de Crans (ou de Cran) constitue la dernière pièce maîtresse du développement économique de l´agglomération d´Annecy. L´industriel profite d´une chute beaucoup plus importante, puisque dans ses derniers dénivelés, le Thiou forme des chutes importantes rapidement canalisées par l´homme. En amont du pont de Cran (ou de Crans), de nombreux artifices se développent à la fin du XIIIème siècle dont une papeterie et une fonderie parmi la multitude de battoirs et de moulins qui bordent la rivière. Le site des fonderies présente la particularité d´une situation exceptionnelle. Le cours inférieur du Thiou dessine à cet endroit un coude allant rejoindre le sillon du Fier sur un dénivelé d´environ trente mètres. Côté rive gauche, une presqu´île travaillée par la rivière comporte plusieurs chénaux et bras morts naturels qui permettent l´implantation de plusieurs artifices. Côté rive droite, la pente est plus escarpée, les moulins qui s´installent à cet endroit s´agrippent à la falaise. Le démantèlement du haut-fourneau de Tamié qui doit équiper le site pose de nombreux problèmes. En 1839, ce dernier est remonté sur la rive droite du Thiou car facilement desservi par la route d´Ugine-Seyssel. Les ingénieurs font aménager un canal pour alimenter le balancier de la soufflerie. Monté sur pilonnes le four surplombe le site situé en contre bas sur l´autre rive. On fait installer dans l´ancien bâtiment du moulin, une machine soufflante directement actionnées par une roue hydraulique. La prise d´eau en pierres et les barrages en bois sont rénovés pour l´occasion. En 1843, pour la reconstruction du barrage, la roue adossée à la façade latérale du bâtiment a été supprimée. Avec l´annexion de la Savoie par l´Etat français, le site se voie concurrencer par d´autres usines beaucoup plus performantes. Les propriétaires décident de moderniser progressivement le site de la moitié à la fin du XIXème siècle. A la fin de ce siècle, le barrage est à nouveau modernisé, équipé de vannes et d'un trop plein, l´eau accumulée par ce second réservoir alimente les conduites forcées des ateliers situés en rive gauche. En 1894, le haut-fourneau est démonté et en 1906, la fabrication du site se tourne exclusivement sur l´électrométallurgie. En 1919, le site utilise l´énergie développée par les usines de Forces motrices du Fier délaissant progressivement cette prise d´eau. Le bâtiment de l´ancien moulin perd progressivement sa fonction industrielle pour devenir une caserne ouvrière alors que l´emprise occupée par l´ancien fourneau est transformée en jardins ouvriers. Avec les travaux d´agrandissement du pont de Cran, les anciennes maisons ouvrières sont démontées dans les années 1970.

Remploi
Période(s)Principale : 2e quart 18e siècle
Dates1730, daté par source

Le Thiou est une petite rivière de 3,5 kilomètres de long, qui sert de déversoir naturel du lac d´Annecy dans le Fier. Il reçoit également les eaux de l´Isernon à environ 1 km du lac d´Annecy. Ce cours d´eau draine un bassin versant de 250 km². Le Thiou arpente les méandres d´une plaine alluviale relativement plane suivie d´un dénivelé d´environ 30 mètres à la confluence avec le Fier. Plusieurs prises d´eau d´anciens moulins ont été installées et notamment les barrages des Papeteries et des Forges de Cran ou de Crans. Ces ouvrages sont construits sur un seuil rocheux naturel d´environ 2 mètres de hauteur empêchant la montaison. Si la partie supérieure du Thiou reste particulièrement plane, la partie inférieure du Thiou comporte un dénivelé de trente mètres avant sa rencontre avec le Fier. Le premier barrage d´importance reste le barrage de la Papeterie de Cran (ou de Crans) situé plus en amont du premier barrage des Forges et Fonderies. Le tronçon du Thiou entre les deux barrages est donc particulièrement isolé et scindé. Le tronçon situé à l´aval des Forges et connecté au Fier présente un profil moins pentu. C´est après avoir passé la dernière chute, que la rivière devient moins tumultueuse. L´usine de la Compagnie Alpine d´Aluminium comprend alors deux prises d´eau, l´une qui alimente toujours les fours de fusion et le micro-centrale, l´autre n´est plus utilisée. Située à trente mètres de la première chute, la seconde chute dispose d´un débit toujours aussi conséquent. Reposant sur un massif rocheux, cette prise d´eau se compose de deux barrages qui s´appuient au centre du cours d´eau sur une maçonnerie qui devait au milieu du XIXème siècle retenir le bassin ouest et le bassin est.

Murspierre
Énergiesénergie hydraulique
Jardinsbois de jardin
États conservationsremanié

Le barrage se trouve à proximité de la confluence du Thiou avec le Fier, dans une zone semi-naturelle.

Statut de la propriétépropriété privée
Intérêt de l'œuvreà signaler

Annexes

  • En 1794, le gouvernement révolutionnaire français fait construire une forge pour la fabrication de limes et de platines qui ferme ses portes en 1799. L´emplacement de cette usine reste inconnu même si beaucoup affirment que cet établissement est à l´origine de la fonderie moderne de Cran-Gevrier. Sur la presqu´île de Cran, M. Cabaud installe des forges au début du XIXème siècle. Cet établissement occupe une partie du bras mort du Thiou côté rive gauche et comporte une roue faisant fonctionner les équipements. Selon un plan dressé par l´architecte Ruffier en 1812, le bâtiment de vingt mètres de côté abrite un martinet sur chaque rive. Le bâtiment est racheté par un industriel lyonnais Louis Frèrejean qui obtient le monopole de la fabrication de tôle mince et de fer blanc dans la province. Le potentiel du site est très vite reconnu car la réserve foncière constituée par la famille Frèrejean permet d´une part d´assurer un développement sans limites à son entreprise mais aussi racheter les propriétés et droit d´eau des autres moulins voisins, donc profiter pleinement de l´énergie hydraulique du Thiou. En 1825, un plan dressé par l´architecte Grivaud montre que plusieurs roues animent les ateliers de l´usine.

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Haute-Savoie : 6S59. Contributions Indirectes, Direction d'Annecy, prises d'eau (sommes prélevées mais les prises d'eau n'ont pas été utilisées à cause de l'incendie dans les usines) 1872.

Bibliographie
  • Chambre de commerce et d´industrie de la Haute-Savoie (bible consulaire). Annecy : C.C.I. de la Haute-Savoie, An, 39p.

  • Les Leaders de l´industrie haut-savoyarde. Annecy : Agence Économique Départementale, 1988. 157p.

  • Répertoire des entreprises industrielles, commerciales et de service employant 10 salariés et plus : janvier 1995. Annecy : CCI, An 5., 244-65p.

  • BARBIER V., État de l´industrie en Savoie. Ed, Ville, 1874, 32p

  • BRIQUE R., Études sur le développement économique de la Haute-Savoie : analyse économique du secteur industriel du Genevois français. Ed, Ville, 1974. 48p.

  • GONTHIER J.-F., TISSOT E., GUICHONNET P., Dictionnaire des communes de la Haute-Savoie : annuaire administratif et commercial du département de la Haute-Savoie de 1888 à 1905. Ed, Ville, 1993. 427p.

  • LAYDERNIER V., Guide industriel de la Haute-Savoie : Essai sur les ressources économiques de la Haute-Savoie et leur utilisation industrielle et commerciale. Actes du TANTe Congrès des Sociétés Savantes de Savoie, Annecy : Hermann et Cie, 1917. 24p.

  • POCHE B., BRIQUE R., Études sur le développement économique de la Haute-Savoie : analyse économique du secteur industriel du Genevois français (avec compléments démographiques). Revue Savoisienne, Ed, Ville, 1974. 48p.

  • RAYMOND J., La Haute-Savoie sous la IIIe République. Tome 1 : histoire économique, sociale, et politique, 1875-1940. Atelier national de reproduction des thèses : Champ Vallon, 1983, t.1, p. 257-397.

  • REYDET C., GRANDCHAMP G., L´eau dans la ville, le Thiou et ses canaux : Annecy et Cran-Gevrier. Annecy: Annesci. Soc. Amis Vieil Annecy, 1997, t.34. 381p.

  • SERRATE B., Analyse du tissu industriel de l´agglomération d´Annecy. Université des Sciences sociales de Grenoble : Institut de recherche économique et de planification, 1986. 92-XXf.

  • SERRATE B., Industrialisation et développement à Annecy. Approche à partir de la notion de système productif local. Actes du TANTe Congrès des Sociétés Savantes de Savoie. Ed, Ville, 1989. 347p.

  • MESTRE T., Annecy, la ville du Thiou. Alpes Magazine, Milan Presse, n°39,1996. p28-29.

  • Dagand Y., Fonderies et forges de Crans des origines à nos jours. Mémoires et Documents des Sociétés Savantes de la Savoie, Annecy, t. XXV, 1976. p. 337-344.

  • Perrin J., Tarif des poids et dimensions des articles en fonte de fer de Tardy Frères et Cie, maîtres de forge à Cran. 1950.

  • Blanchard R.,L´électrométallurgie et l´électrochimie dans les Alpes françaises. Revue de Géographie Alpine, 1924. p. 363-421.

  • Chêne M., Industries savoyardes. Evolution de la papeterie, naissance, développement de l'électrochimie et de l'électrométallurgie. Revue de Savoie, 1960. p. 253-293.

  • Crugnola B., L´industrie électro-chimique alpine de 1890 à nos jours, mémoires d´usine. DEA Histoires des Techniques, 1965.

  • Deléon M., Industries savoyardes : industries papetières, électrochimie, électrométallurgie. Ed. Allier, 1960.

  • Gignoux C.J., Histoire d´une entreprise française : Péchiney. Paris : Hachette , 1955.

  • Leprince G., Les Alpins de l'Alu, 1880-1993 : les travailleurs de l'aluminium Péchiney. Paris: Scandédition, 1993.

  • Périères M.,Une grande compagnie industrielle : Péchiney », in Revue de Géographie Alpine.t. XLII, 1955.

  • Leprince G., Les Alpins de l'Alu, 1880-1993 : les travailleurs de l'aluminium Péchiney. Paris: Scandédition, 1993.

© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Assemblée des Pays de Savoie © Assemblée des Pays de Savoie - Mahfoudi Samir