Logo ={0} - Retour à l'accueil

Centrale hydroélectrique de Cusset et centrale thermique, actuellement EDF

Dossier IA69000011 réalisé en 1999

Fiche

Précision dénominationcentrale hydroélectrique de cusset
Appellationscentrale de Cusset
Destinationscentrale
Parties constituantes non étudiéesatelier de fabrication, logement d'ouvriers, centrale thermique, cité ouvrière
Dénominationscentrale hydroélectrique
Aire d'étude et cantonLyon patrimoine industriel - Villeurbanne
Hydrographiescanal de Jonage Rhône
AdresseCommune : Villeurbanne
Adresse : 82 rue de Pierrefrite

L'aménagement hydroélectrique de Cusset sur le Rhône a été déclaré d'utilité publique par une loi du 9 juillet 1892, et concédé à la Société Lyonnaise des Forces Motrices du Rhône pour 99 ans. La mise en eau de la centrale s'effectue en 1899. L'idée de cette réalisation revient à Joannis Raclet ingénieur à Lyon et auteur du projet. Le principal promoteur en est J.A. Henry, fabricant de soierie et Président du Conseil d'Administration de la Société Lyonnaise des Forces Motrices du Rhône. Ces deux personnages sont figurés sur le bâtiment d'usine (portraits sculptés par Jean Chorel). Il s'agit alors de la première usine-barrage de basse-chute sur le Rhône et de l´usine hydroélectrique la plus puissante de France.

Cette centrale prototype des usines hydroélectriques construites à la fin du XIXe siècle à la suite de la construction du canal de Jonage, est à l'origine de l'essor de l'industrie lyonnaise du début du XXe siècle. La centrale de Cusset donnait l’image d’une usine moderne aux couts de production particulièrement intéressant. Si Génissiat la priva en 1937 de son titre de centrale la plus puissante de l’ensemble alpin, elle fut confirmée dans sa singularité historique, devenant la seule centrale du Rhône relevant uniquement d’E.D.F.

Elle est exploitée par la même société jusqu'en 1946 date à laquelle, en vertu de la loi de nationalisation de l'électricité (loi n° 46-628 du 8 avril 1946), elle est transférée à EDF. Le site de Cusset se compose d'une centrale hydroélectrique de 1899, d'un célibatorium, bâtiment où logeait les électriciens qui travaillaient en équipe (ancienne sous-station du survolteur), d'une centrale thermique construite en 1920, d'un bâtiment administratif datant de 1950. Le bâtiment de la centrale constitue un barrage poids de 166 m de longueur entre l'appui rive gauche et l'écluse rive droite. La hauteur maximale de la chute est de 15 m. La centrale est équipée de 15 groupes verticaux Kaplan (de 3800 à 4800 kw chacun) qui permettent de turbiner 640 m3 par secondes pour une puissance maximum disponible de 62,97 MW. Le mode d'exploitation est dit au fil de l'eau avec un maintien de niveau constant sur le canal amont, les machines sont de type basse chute.

Une cité ouvrière-EDF est localisée à proximité de la centrale avenue Ampère. Un collectif pour la valorisation de ce site a été créé en 1999.

Période(s)Principale : 4e quart 19e siècle
Principale : 1er quart 20e siècle
Dates1892, daté par source
1920, daté par source
Auteur(s)Auteur : Raclet Joannis ingénieur attribution par source
Auteur : Chorel Jean

La façade aval (est) a une élévation à deux niveaux, des travées régulières avec corps central en légère saillie et surélevé d'un niveau avec accent sur le corps central surélevé. Travées rythmées au premier niveau par des grandes arcades en plein cintres et des pilastres en briques. Deux ailes couvertes, toit à long pans avec lanterneau allongé, avant corps central, toit terrasse, fenêtres du second niveau couronnées d'une corniche supportée par des consoles allongées. L'avant-corps central présente un triplé dont les trois ouvertures axiales sont surmontées de fenêtres demi-circulaires. Le premier niveau en avancé est surmonté d'une terrasse à balustrades. De plan symétrique dont l'axe est marqué par l'avant-corps central. La façade sud est ornée d'un décor en céramique avec enseigne Forces motrices du Rhône, et de deux portraits en bronze semi- méplat réalisés par le scpulteur Jean Chorel, représentant J.A. Henry et J. Raclet, situés de chaque côté de la porte. La façade amont (ouest) est moins monumentale que celle de l'aval. Elle est constituée d'un niveau d'élévation, avec un corps central en légère saillie. Un système de deux dégrilleurs nord-sud est chargé de protéger les turbines en arrêtant tous les projectils venant de l'amont. L'ancienne sous-station du survolteur (célibatorium) est composé de deux niveaux, de plan rectangulaire, avec une élévation ordonnancée. La porte axiale couverte d'un arc plein cintre est surmonté d'un fronton triangulaire. A l'étage, une travée sur deux est ajourée. Les quatre façades sont couronnées d'un attique.

Mursbéton
Toittuile plate mécanique
Plansplan symétrique
Étagessous-sol, 1 étage carré
Couverturesterrasse
toit à longs pans
États conservationsbon état

Le site de Cusset a fait l'objet d'une demande de protection en 1999-2000 qui n'a pas abouti. Remerciements à Alain Rieusset, ingénieur EDF - centrale de Cusset. Plans à intégrer

Statut de la propriétépropriété publique
Intérêt de l'œuvreà signaler

Annexes

  • Turbines système Kaplan

    Il n´y a plus de turbines d´origine dites groupe parapluie, puissance 1 méga watt. Dans les années 1930 une modernisation du système et un changement de toutes les turbines a été effectué.

    Fiche signalétique des turbines : Système Kaplan (tube Kaplan) principe de fonctionnement, machine type basse chute.

    Turbine G1

    Construite par « le Matériel Electrique S.W.

    32, cours Albert 1er Paris

    Alternateur Schneider

    Usine de Champagne-sur-Seine

    Puissance 7000 KVA

    Alternateur CEM : Compagnie Electro-mécanique Paris

    IDEM (mêmes caractéristiques)

    G2 G3 G4

    Turbine G5

    Als-Thom

    Usine de Belfort (3 phases moteurs)

    Alternateur S.A. des ateliers de constructions de Théodore Bell & Cie

    Kreins, Suisse 1935

    IDEM (mêmes caractéristiques)

    G6 Sté Alsacienne de Constructions mécaniques Mulhouse

    Turbine n° 1263 puissance 6000cv

    Système S.A.Thépdore Bell & Cie

    Kriens (Suisse)

    Turbine G7

    Als-thom

    Usine de Belfort

    Alternateur ateliers des Charmilles S.A. Genève

    Turbine D6

    Cie Electro-mécanique Paris

    Modifiée par Laborde-Kupfer-Lyon 1969

    Alternateur CEM usine de Lyon

    IDEM (mêmes caractéristiques)

    D3 D4 D2 D1

    Turbine D7

    Cie Electro-Mécanique Paris

    Système Brown Boveri

    Alternateur atelier des Charmilles S.A. Genève

    Turbine G8

    Alsthom

    Usine de Belfort

    Alternateur triphase type RYV 405-71

    N° 312396 ICW 4200

    KVA 7000

    Exc. Max. 110v 518A

    Alternateur Neyret-Beylier et Piccard-Pictet Grenoble

    Régulateur R SE 80

    N° 1065

    (NEYPIC)

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives orales : Entretien oral et visite de site avec monsieur Alain Rieusset, ingénieur EDF - centrale de Cusset. septembre 1999

Bibliographie
  • BONNEVILLE, Marc. Naissance et métamorphose d'une banlieue ouvrière, Villeurbanne. P.U.L., 1978

  • VARASCHIN, D., A. La construction du canal de Jonage. La Luiraz, 1992

  • VARASCHIN, D.La société Lyonnaise des forces motrices du Rhône. La Luiraz, 1996

  • Alain et Denis Varachin, La construction du canal de Jonage, la Luiraz, 1992.

    AP
  • BRAVARD, Jean-Pierre.Le Rhône du Léman à Lyon. Collection l'Homme et la Nature, 1987

  • AUTRAN S. L'aménagement des berges du canal de Jonage, une coulée structurante pour l'est lyonnais ? DESS Développement intégré des territoires, Université du Littoral Dunkerque, 1999-2000

  • Album de la chambre syndicale des forces hydrauliques, groupe transport et distribution de l'énergie électrique. Paris, 1er groupe transport et distribution de l'énergie électrique, tome I, 1911

  • Lyon et le Rhône. L'illustration économique et financière, n° spécial, 1923-1924

    p. 15 à 17 et 23 à 26
  • Le barrage de Cusset et son impact sur le développement de l'agglomération lyonnaise. Agence d'urbanisme pour le développement de l'agglomération lyonnaise, la documentation de l'Agence, juin 1999

  • Dossier de la DRIRE de demande de concession de Cusset. DRIRE (Direction Régionale de l'Industrie de la Recherche et de l'Environnement, 17 juin 1997, mise à jour 30 juin 1999

  • DUSAUSSOY, Mathilde, entre mémoire et patrimoine : regards sur le canal de Jonage et l'usine hydroélectrique de Cusset. Mémoire de Master professionnel de sociologie appliquée au développement local, Université Lumière Lyon 2, octobre 2005.

© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Ville de Lyon © Ville de Lyon - Halitim-Dubois Nadine