Logo ={0} - Retour à l'accueil

Centrale hydroéletrique de Chevenoz

Dossier IA74001065 inclus dans paysage du bassin-versant des Dranses réalisé en 2011

Fiche

Parties constituantes non étudiéesusine, barrage, canal, bassin
Dénominationscentrale électrique
Aire d'étude et cantonPays de Savoie - Abondance
Hydrographiesla), Dranses Dranse de Bonneveaux
AdresseCommune : Chevenoz
Lieu-dit : les Chatelards
Adresse : route de
L'Usine
Cadastre : OA 2 52, 2047, 2046, 1847, 1847, 0B 2984, 281

Connues et exploitées depuis le Moyen-âge, les eaux thermales d´Evian-les-Bains attiraient déjà une société choisie au XVIIIème siècle. La création du Casino en 1877 apporte une vitalité économique à la ville. En plus des bains, la ville d´Evian-les-Bains propose aux visiteurs, curistes et curieux de nombreux équipements de loisir. Cette année marque le début de l´âge d´or pour cette ville lémanique. A côté des espaces de villégiature, une offre hôtelière commence à se développer. Dans la concurrence qui l´oppose aux autres villes thermales, Evian-les-Bains propose les dernières innovations techniques à la fin du XIXème siècle. Les villes de Thonon-les-Bains et de Genève passent à cette époque des accords avec les sociétés de gaz pour l´éclairage public et privé. Le maire de la commune d´Evian-les-Bains, M. Charles-Albert Besson décide d´éclairer sa ville à l´électricité. Il fait appel à des entrepreneurs en travaux public pour l´aider dans son entreprise. Par une lettre du 2 janvier 1896, M. Alexis Perrin entrepreneur à Saint-Michel-de-Maurienne (Savoie) propose à la ville d´Evian-les-Bains d´installer, à ses frais, l´éclairage électrique dans cette ville, à la condition que la municipalité lui accorde le monopole de l´éclairage public pendant quarante ans. Un traité pour l´éclairage électrique est signé le 27 juin 1896 entre Monsieur Alexis Perrin et Monsieur Besson Charles Albert. Un arrêté préfectoral du 11 juin 1896 autorise M. Perrin à valoriser une chute d´eau se trouvant dans la commune de Chevenoz pour une durée de 80 ans. Cette concession est accordée à l´investisseur moyennant la fourniture gratuite de l´éclairage électrique aux villages du Fion et du Chef-lieu ou le paiement à la commune de Chevenoz d´une redevance annuelle de 150 francs. M. Antoine Guitton ingénieur des Arts et Manufactures à Saint-Etienne, rachète les droits de concession à M. Alexis Perrin. C´est M. Poyeton, ingénieur de MM. Guitton et Cie, qui se charge des travaux de construction du complexe en relation avec des entrepreneurs locaux. L´usine productrice d´énergie est construite aux abords de la Dranse d´Abondance. Elle répond à tous les besoins d´éclairage public et privé. La puissance initiale de l´usine est au moins de cent vingt mille watts pour deux mille lampes de seize bougies au minimum. Elle dispose d´un barrage provisoire sur le torrent, à 1 050 mètres environ à l´amont du bâtiment des machines. Le 12 mars 1898, la société concessionnaire de l´éclairage électrique de la ville d´Evian passe un nouveau traité avec la ville de Thonon-les-Bains. Cette décision provoque la colère du service municipal de la ville d´Evian. L´usine fonctionne dès le 20 mai 1898. Par pétition du 27 octobre 1900, M. Pierson, directeur régional de la Société l´Union Electrique demande l´autorisation de remplacer le barrage de l´usine hydroélectrique. Il est autorisé à réaliser ces travaux par arrêté préfectoral du 12 octobre 1901. L´été 1906, un incendie détruit une partie de la centrale hydroélectrique de Chevenoz. Le feu prend derrière le tableau de distribution et endommage la toiture. Des équipes d´électriciens de la Société l´Union Electrique, s´occupent des réparations. Pendant ce temps le service de l´éclairage municipal de Thonon et d´Evian est assuré par la ligne de secours de l´usine de Saint-Jeoire dans la vallée du Giffre. Les travaux de reconstruction de l´usine de Chevenoz permettent d´agrandir le bâtiment des machines. En 1909, une station de pompage est ajoutée au complexe. Celle-ci élève l´eau à 8 400 mètres de hauteur dans un réservoir artificiel de 10 000 mètres cubes. Ce dispositif permet de créer une chute d´eau artificielle de 150 mètres. M. Robert Isler, directeur de la Société Electrique d´Evian-Thonon-Annemasse et concessionnaire du site, dirige ces nouveaux travaux. Constituée le 20 décembre 1907, cette société est contrôlée par la Banque Suisse et Française. Avec la construction des centrales hydroélectriques de Bellevaux (en 1914, vallée du Brévon), de Bonnevaux (en 1919, vallée de la Dranse d´Abondance) et de Bioge (en 1926, vallée de la Dranse d´Abondance, la Société Electrique d´Evian-Thonon-Annemasse, la Société Hydroélectriques de Bellevaux et la Société Hydroélectrique des Dranses se livrent une concurrence acharnée dans le Chablais. La Société Hydroélectrique des Dranses et la Société Electrique d´Evian-Thonon-Annemasse sont intégrées au même ensemble : la Société des Forces Motrices de Savoie en 1939. En 1946, Energie de France qui a le monopole de la distribution et de la production électrique récupère la gestion de la centrale hydroélectrique de Bioge, de Chevenoz et de Bonnevaux. Ces trois centrales hydroélectriques font partie du même groupement hydroélectrique. Entièrement automatisées, les usines de Bonnevaux et de Chevenoz sont contrôlées depuis la centrale de Bioge.

Période(s)Principale : 1er quart 20e siècle
Principale : 2e quart 20e siècle
Principale : 4e quart 20e siècle
Dates1904, daté par source
1906
1909
1930
1990
Auteur(s)Auteur : Alexis Perrin ingénieur), Antoine Guitton attribution par source
Personnalité : MM. Guitton et Cie commanditaire), Société l´Union Electrique

Le bassin-versant des Dranses se situe dans le Chablais, à l´extrême Nord des Alpes françaises, en limite de la Suisse. Il se déverse entièrement dans le Lac Léman situé au nord. Ce bassin versant se compose de trois cours d´eau principaux : le Brevon à l´ouest (ou Dranse de Bellevaux), la Dranse de Morzine au sud (ou Dranse de Saint-Jean-d'Aulps) et le Dranse d´Abondance à l´est. Ces trois cours d´eau se réunissent dans la commune La Vernaz pour former le torrent de la Dranse qui se jette dans le Lac Léman plus au nord. Ils irriguent trois sous bassins-versants. D´une superficie de 180 km² le bassin-versant de la Dranse d´Abondance correspond aux limites géographiques de la vallée du même nom. Le groupement EDF d´usine Fessy-Bioge assure l´exploitation de trois centrales hydroélectriques dans ce secteur. Aménagé en trois pallié avec plusieurs prises d´eau situées sur les autres cours d´eau, ce torrent comprend l´usine de Bonnevaux. Le second pallié est occupé par l´usine de Chenevoz, située en amont de la précédente au lieu-dit Les Châtelards. Elle turbine les eaux issues de la prise d´eau du Fion. Sur la commune de Vinzier, l´usine de Bioge construite à la confluence de la Dranse de Morzine et de la Dranse d´Abondance, referme la marche. L´usine hydroélectrique de Chevenoz établie sur les bords de la Dranse d´Abondance, a son barrage de prise d´eau sur le torrent, à 1 050 mètres environ à l´amont, en point situé à 300 mètres environ en aval de l´usine du pont du Fion. A cet endroit, le torrent forme un coude brusque et en s´élargissant, se divise en deux bras. L´installation originelle comporte un barrage-poids déversant de trois mètres de hauteur et de 55 mètres de longueur en crête. La prise d´eau alimente un canal d´amenée à écoulement libre de 780 m de longueur et de 4 mètres cubes de section et une conduite forcée de 250 mètres de longueur et de un mètre de diamètre. Cette conduite alimente des groupes hydroélectriques composés d´une turbine Francis à axe horizontal et un alternateur de 5,2 KV. En 1930, cet aménagement comporte une installation de pompage constituée d´un réservoir artificiel en maçonnerie, d'une conduite forcée de 1 347 mètres et d´un groupe composé d´une turbine Pelton, d´un alternateur-moteur synchrone de 5 KV et d´une pompe centrifuge de 8 roues. En 1930, les éléments d´origine sont remplacés par trois turbines Escher Wyss et Cie de type Francis. La physionomie actuelle de la centrale hydroélectrique correspond aux travaux réalisés à cette période. Ce bâtiment est agrandi, il perd son toit à deux pans au profit d´un toit terrasse. Situé en rive droite de la Dranse d´Abondance sur une parcelle descendant en direction du cours d´eau, ce bâtiment est attaqué par l´arrière par la conduite forcée. Il s´agit d´un édifice agrandit sur sa largeur. Constitué de deux travées, la façade antérieure ouest a été agrandie par une troisième travée sur sa partie sud. Un soin tout particulier a été apporté à cette façade pour masquer cet ajout, si bien que l´ordonnancement symétrique ne laisse rien percevoir. De plan carré, cette centrale se compose d´un seul vaisseau accueillant la salle des machines. Monté sur une terrasse, cet édifice est traversé sur toute sa longueur par un canal de fuite qui rend les eaux turbinées au torrent. Au sortie du canal de fuite, de l´autre côté du torrent : un pilleur entièrement maçonné de 80 mètres domine cette vallée. Il s´agit des vestiges de l´ancien ascendeur hydraulique dont les installations disparues permettaient d´emmagasiner l´eau dans le bassin surplombant l´installation.

Mursbéton
pierre
ciment
enduit
Toitciment en couverture
Plansplan rectangulaire régulier
Étagessous-sol, rez-de-chaussée
Énergiesénergie hydraulique

Mise en service le 20 mai 1898, la centrale hydroélectrique de Chevenoz est construite dans le but d´électrifier la ville thermale d´Evian-les-Bains. Elle finit par éclairer une partie des villes du Léman français grâce à la convention passée entre la compagnie gestionnaire du site et la ville de Thonon-les-Bains. Auparavant, dans le département de la Haute-Savoie, d´autres centrales hydroélectriques ont été construites : celle de La Roche sur Foron, mise en service en 1885 et la centrale hydroélectrique du Pignet à Thônes mise en service en 1893. Il s´agit de la quatrième centrale hydroélectrique construite dans le département de Haute-Savoie et la première « grande » centrale hydroélectrique du département après la centrale hydroélectrique de l´usine de Chedde à Passy. En 1909, l´adjonction d´un groupe hydroélectrique composé d´une pompe, d´un alternateur et d´une turbine Pelton, fait de la centrale de Chevenoz la première STEP (Station de Transfert d´Energie par Pompage) de France sur une chute de 400 mètres. Ce type d´exploitation est abandonné dans les années 1930. Les éléments de production d´origine sont remplacés par trois groupes de type Francis.

Statut de la propriétépropriété privée
Intérêt de l'œuvreà signaler

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Haute-Savoie : 6 S 263, Commune de Chevenoz - la Dranse d´Abondance - Mairie d´Evian pour M. Perrin (Sieur Guitton successeur) - l´Union Electrique 1896 - 1901.

  • AD Haute-Savoie : 6 S 262, Commune de Chevenoz - Rivière la Dranse - Usine de la Société Union Electrique - Règlement d´eau 1901.

  • AD Haute-Savoie : 6 S 45, Construction d´un barrage de prise d´eau en maçonnerie sur la rivière la Dranse d´Abondance pour servir au fonctionnement de l´usine hydro-électrique de Chevenoz pour l´éclairage de la ville d´Evian par la Société de l´Union électrique de Thonon 1897 - 1908.

  • AD Haute-Savoie : 7 S 54, Energie électrique : Chevenoz, cession de terrain à la Société Evian-Thonon-Annemasse. 1922 - 1933.

  • AD Haute-Savoie : 2 O 953, Evian-les-Bains - Electricité - Demande de concession pour distribution de l'éclairage électrique par M. Perrin, convention avec la ville.. 1895 - 1938.

  • AD Haute-Savoie : 6 S 45, Travaux d´aménagement de la chute de Bioge, dérivation de la Dranse, pour la Société hydro-électrique des Dranses 1897 - 1908

  • Société Electrique d´Evian-Thonon-Annemasse, Eclairage Electrique de Thonon-Les-Bains. Traité et Convention du 1er mars 1898. Avenant au traité du 31 décembre 1910 Thonon-les-Bains : Imprimerie Dubouloz, 1911, 35 p.

Documents figurés
  • Cadastre 2011, Conseil général de la Haute-Savoie/ Direction des Affaires Culturelles/ SIG/ BDORTHO® - BDCARTO® - © IGN - copie et reproduction interditesPlan

    CAH Haute-Savoie
Bibliographie
  • HERMANN Marie-Thérèse, Le Chablais d´Autrefois. Montmelian : La Fontaine de Siloé, 1998, 201 p. p. 30

© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Assemblée des Pays de Savoie © Assemblée des Pays de Savoie - Mahfoudi Samir