Logo ={0} - Retour à l'accueil

Chalets d'Orgeval

Dossier IA73003120 réalisé en 2010

Fiche

Précision dénominationchalet d'alpage
Appellationschalets d'Orgevel
Destinationsgîte d'alpage
Dénominationsferme
Aire d'étude et cantonCoeur des Bauges - Châtelard (Le)
AdresseCommune : Jarsy
Lieu-dit : Orgeval
Cadastre : 1732 1010 ; 1878 D1 4, 5 ; 2008 D1 58, 59

L'alpage d'Orgeval appartient à l'abbaye de Tamié dès la fin du XIIIe siècle. Un document de la fin du 17e siècle fait allusion à l'étable qui y était construite : le 6 mai 1696, Pierre, fils de feu Blaise Clerc, de Jarsy, est chargé de construire "une halle neuve, lattée et recouverte d'ancelles de bois" pour loger le bétail des religieuses du Betton (abbaye dépendant de Tamié), "suivant ce qui existait au chalet d'Orgeval" (Morand).

A la Révolution française, l'alpage est vendu comme bien national à des bourgeois de Chambéry, avant d´être revendu à des éleveurs du Cœur des Bauges. Sur la Mappe Sarde de Jarsy, établie en 1732, sont figurés quatre bâtiments dont les deux les plus au sud semblent correspondre au bâtiment de la cave et à l'ancienne porcherie transformée en logement pour les gardiens du gîte. Les autres édifices (dont une chapelle) ont disparus avant l'élaboration du premier cadastre français en 1878, tandis qu'y figure l'ancienne étable aujourd'hui transformée en hébergement. Enfin, le chalet d'habitation et de fabrication du fromage a été édifié après 1878.

Période(s)Principale : 1ère moitié 18e siècle
Principale : 19e siècle

La ferme d'alpage d'Orgeval se compose de quatre bâtiments dissociés et d'une fontaine bordant une cour ouverte. L'ancien bâtiment d'habitation comprend une pièce principale, dotée à l'angle sud-ouest d'une vaste cheminée maçonnée devant laquelle se trouve encore une potence portant un chaudron en cuivre pour la fabrication du fromage. Une table d'égouttage des fromages subsiste à côté de la cheminée, et, sur le mur opposé, les reste d'un mécanisme pour battre le beurre. Cette pièce principale donne sur une seconde pièce, à l'est, dans laquelle est aujourd´hui aménagée la cuisine du gîte. Une extension semi-enterrée flanque le mur nord du bâtiment. Elle est accessible par la pièce principale et dispose d'un banquette maçonnée sur laquelle s'écoule une source afin de maintenir la pièce froide pour refroidir le lait. L'ancienne étable se développe sur un plan en longueur face à l'habitation. Elle se compose de six travées juxtaposées comprenant chacune deux rangées pour le bétail, avec au centre une rigole donnant sur une petite ouverture au sol, permettant d'évacuer le fumier. D'après le témoignage du propriétaire, la travée du nord abritait des chevaux, les autres étant dédiées aux vaches laitières, le bâtiment pouvant en abriter 110. La travée sud est aujourd'hui transformée en salle à manger pour les randonneurs, les autres pièces ont été réaménagées en dortoirs. Une fontaine en béton est édifiée devant l'étable. Au sud de l'étable s'élève un bâtiment rectangulaire déjà présent sur la Mappe Sarde. Autrefois dédié aux porcs, il a été très transformé et sert actuellement de logement pour les exploitants du gîte. Un jardin potager se trouve à l'est du bâtiment, sur une terrasse aménagée. Enfin à l'ouest de l'ancienne porcherie s'élève la cave. De plan rectangulaire, le bâtiment est partiellement enterré sur deux de ses faces. Les quatre bâtiments sont construits en moellon de calcaire enduit au ciment. Les toitures à longs pans dotées de croupes sont couvertes en tôle ondulée.

Murscalcaire
ciment
moellon
pierre de taille
Toittôle ondulée
Couverturestoit à longs pans
croupe
Typologiesferme d'alpage à trois bâtiments dissociés (étable ; logis et freidi ; cave)
États conservationsremanié
Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Bibliographie
  • MOUTHON, Fabrice. Les Bauges médiévales. Chambéry : Presses Universitaires, 2009. Collection Sociétés, Religions, Politiques. 241 p. ISBN 978-2-915797-45-9

    p.179
  • MORAND, Laurent. Les Bauges : histoire et documents. Vol. II : Seigneurs ecclésiastiques. Chambéry : impr. savoisienne, 1889-1891.

    p. 269-272
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Parc naturel régional du Massif des Bauges © Parc naturel régional du Massif des Bauges - Daviet Jérôme