Logo ={0} - Retour à l'accueil

Chapelle Saint-Etienne

Dossier IA42001483 inclus dans Château fort d'Essertines réalisé en 2005

Fiche

Œuvres contenues

VocablesSaint-Etienne
Destinationschapelle castrale
Dénominationschapelle
Aire d'étude et cantonMontbrison
AdresseCommune : Essertines-en-Châtelneuf
Lieu-dit : la Chapelle
Cadastre : 1809 H 414 ; 1986 H 254

La liste des possessions de l'église métropolitaine de Lyon, datée de 994, mentionne une chapelle dépendant de l'église paroissiale Notre-Dame d'Essertines. Il s'agit peut-être déjà de la chapelle du site castral d'Essertines, attestée de façon plus explicite à la fin du 12e siècle (Brechon), puis mentionnée au début du 13e siècle dans le testament d'Albert de Thizy (charte du Forez 605, entre 1207 et1210). L'édifice est quant à lui datable du 11e ou du début du 12e siècle. La chapelle est représentée dans l'Armorial de Forez de Guillaume de Revel, mais le dessin est assez éloigné de l'édifice existant. Il semble avoir subit une campagne de travaux au 16e siècle (date 1588 autrefois inscrite sur un écusson au-dessus de la porte, disparue ; Faure, DARA) : une porte (encadrement chanfreiné, linteau droit) est percée dans la nef du côté sud, une autre (encadrement à cavet, linteau en accolade) dans le mur sud du choeur, la nef est voûtée et munie de contreforts (DARA). La toiture du choeur a été surélevée, ce qui indique peut-être une réfection de son voûtement. Une tribune en charpente est installée en 1738. En 1761, lors de la visite d'Etienne Passel, curé d'Essertines, "la nef n'est pas voûtée, le couvert est en bois bien couvert de tuiles, elle est lambrissée" ; il note également que le choeur est carrelé de "plane de tuilerie" et la nef de dalles de pierre. La chapelle a ensuite fait l'objet de travaux de gros entretien au 19e siècle : en 1835 (nature des interventions non précisée : peut-être la réparation en brique de l'imposte chanfreiné du pilastre à l'entrée du choeur côté sud et le décor peint) ; en 1861 (la voûte de la nef ayant disparu, les contreforts sont supprimés ; DARA) ; en 1875 (architecte Imbert, charpentier Brosse, de Roche : réfection de la toiture et pose de la croix en fonte, badigeon à l'intérieur).

Période(s)Principale : 2e moitié 11e siècle
Principale : 12e siècle
Dates1588, porte la date
1875

L'église est implantée sur un terrain en déclivité : le choeur est construit sur un haut soubassement aveugle afin de racheter la pente. A cause de ces contraintes d'implantation, la nef a un plan en trapèze, et le choeur de plan carré est désaxé. À la liaison choeur-nef s´élève un clocher-mur en bâtière percé d'une baie géminée, avec pour support central une colonnette à chapiteau à crosses. Les murs sont en moellon de granite, avec chaînages, corniche chanfreinée et encadrements en pierre de taille. Le choeur est éclairé par trois étroites fenêtres à ébrasement, à linteau cintré monolithe orné de faux claveaux gravés à extrémités en pointe. La nef n'a qu'une fenêtre, dans le mur sud, à linteau cintré monolithe sans faux claveaux ; un jour est également percé dans le mur au-dessus de l'entrée du choeur. La porte d'origine, à linteau droit monolithe surmonté d'une archivolte en plein-cintre, est percée au milieu du mur nord de la nef (la porte située en face et celle du mur sud du choeur ont été ouvertes par la suite). Le choeur est voûté en berceau plein-cintre, la nef n'a plus de couvrement (un départ de voûte est encore visible). L'intérieur est badigeonné de blanc, avec un décor peint dans le choeur, dont l'arc d'entrée repose sur des pilastres à imposte chanfreinée. Le sol est en ciment bouchardé. Inscription sur le badigeon de la nef, mur est, à côté du pilastre sud : REPARATA / M. D. MDCCC. LXXV.

Mursgranite
moellon
moyen appareil
Toittuile creuse
Plansplan allongé
Étages1 vaisseau
Couvrementsvoûte en berceau plein-cintre
Couverturestoit à longs pans
Techniquespeinture
sculpture
Précision représentations

Décor sculpté : faux claveaux gravés à extrémités en pointe sur les linteaux des fenêtres. Décor peint : extrados de l'arc d'entrée du choeur : filets brun-rouge, écusson armorié (d'azur à la bande d'argent). Murs du choeur : faux appareil avec une croix pattée aux jonctions des pierres. Intrados de l'arc du choeur : rinceaux de feuilles ou demi palmettes blanches sur fond jaune, avec I.H.S. dans une couronne végétale au sommet de l'arc ; décor similaire mais en grisaille sur les pilastres. Autour des fenêtres : frises d'ovales et de cerles contenant des fleurs, motifs blancs sur fond rouge.

Chapelle très comparable à la partie ancienne de l'église d'Ecotay-L'Olme (IA42001380).

Statut de la propriétépropriété de la commune
Intérêt de l'œuvreà signaler
Protectionsinscrit MH, 1926/01/07

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD O 974. 20 janvier 1874. Traité de gré à gré pour travaux de restauration de la chapelle située à Essertines Basse, entre M. Poyet, maire, à l´effet de la délibération en date du 26 novembre 1873, d´une part, et M. Brosse, maître charpentier demeurant à Roche, d´autre part. Conformément au devis dressé le 28 novembre 1873 par M. Imbert Architecte, le sieur Jean-Marie Brosse s´engage à exécuter les ouvrages ci-après : Toiture et couverture plancher plafond, crépis et badigeon porte, croisés et croix en fonte de la chapelle d´Essertines Basse... La somme s´élève à 1200 F.

  • AC Essertines-en-Châtelneuf. Boîte d´archives. 1835. Souscriptions particulières en faveur de la restauration de la chapelle d´Essertines-Basses. Contribution à l´achèvement des travaux de restauration en 1835.

  • AC Essertines-en-Châtelneuf. Registre de délibérations du conseil municipal. 23 juillet 1843-4 décembre 1887. Délibération du 16 septembre 1873. Un devis des travaux à exécuter pour restaurer la chapelle d´Essertines Basses vient d´être établi par M. Imbert (ou Jubert ?) architecte de la commune. Demande d´autorisation pour pouvoir traiter de gré à gré avec Brosse (demeurant à Roche). Une souscription parmi les habitants a rapporté 1212 F pour ces travaux.

    AC Essertines-en-Châtelneuf
  • AC Essertines-en-Châtelneuf. Registre de délibérations du conseil municipal. 14 février 1926-16 décembre 1973. Délibération du 30 janvier 1955. Réfection de la toiture.

  • A. Privées Emile Meunier (Bard). Transcription de la visite d´Etienne Passel, curé d´Essertines-en-Châtelneuf, à la chapelle d´Essertines-basses, en 1761.

Documents figurés
  • AC Essertines-en-Châtelneuf. Boîte d´archives. Département de la Loire. Arrondissement de Montbrison. Commune d´Essertines-en-Châtelneuf. Plan, coupe et élévation d´un bâtiment à usage de chapelle et faisant reconnaître les réparations à y faire. Dressé par l´agent voyer communal, soussigné. Montbrison le 23 novembre 1873. Signé Julier. Plan de la chapelle. Encre et lavis noirs, échelle 1 cm par m. Coupe et élévation suivant CD. Encre noire et rouge, échelle de 0,02 m par m. papier, 31x42 cm.

  • [Chapelle d'Essertines-en-Châtelneuf. Vue de la façade sud] / Eleuthère Brassart (?, photographe). 1 photogr. pos. : tirage argentique sur papier citrate. [s.d.], 4e quart 19e siècle (Bibl. Diana. Fonds Brassart, cote 5055, cliché n°735).

  • Campanile de la chapelle d'Essertines-basse / Abbé Bégonnet (photographe). 1 photogr. pos. : tirage argentique sur papier albuminé ; 12 x 9 cm. [s.d.], 1910 (Bibl. Diana. Fonds Brassart, cote 5074 et cote 5055, cliché n°744).

  • 24 - Environs de Montbrison (Loire) - Essertines-bas - La Chapelle. Editions Badin, tabacs. / Badin (éditeur). 1 impr. photoméc (carte postale) : N&B. 1er quart 20e siècle. Coll. Part. L. Tissier.

Bibliographie
  • EPINAT, Joannès (abbé). Le Pont. Bulletin paroissial de la commune d'Essertines-en-Châtelneuf. Mai 1948. Rubrique Un peu d'histoire de chez nous : 'Notre église et ses curés'.

  • PIPONNIER, Françoise. Le château d'Essertines (Loire). Lyon : Association lyonnaise pour la promotion de l'archéologie en Rhône-Alpes, 1993 (Documents d'archéologie en Rhône-Alpes ; 8)

    p. 70, 71
  • FAURE, Roger. Les paroisses rurales disparues dans le département de la Loire. Montbrison : la Diana, 2000 (Recueil de mémoires et documents sur le Forez publiés par la société de la Diana, t. 30.)

    p. 24-27
  • BRECHON, Franck. 475. Le chatiau d'Issartine. In LAFFONT, Pierre-Yves (dir.). L'Armorial de Guillaume Revel. Châteaux, villes et bourgs du Forez au XVe siècle. Lyon : Association de liaison pour le patrimoine et l'archéologie en Rhône-Alpes et en Auvergne / Publications de la Maison de l'Orient et de la Méditerranée - Jean Pouilloux, Université Lumière-Lyon 2, CNRS, 2011 (Documents d'archéologie en Rhône-Alpes et en Auvergne ; 35)

    p. 338-345
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Conseil général de la Loire © Conseil général de la Loire - Guibaud Caroline - Monnet Thierry