Logo ={0} - Retour à l'accueil

Cité ouvrière Saint-Vincent

Dossier IA63002609 réalisé en 2019

Fiche

Dossiers de synthèse

La cité ouvrière de Saint-Vincent a été construite en 1961 sur les côtes de Chanturgue ; il s'agit d'un habitat en bandes, décliné sous plusieurs formes. Les maisons, accolées en binôme ou formant des bandes d'un plus grand nombre de logements, peuvent être à deux sur une même parcelle, ou sur des parcelles individuelles mitoyennes ; de plus, en fonction de la pente, certains logements bénéficient de deux entrées, à l'avant et à l'arrière de l'habitation.

Des garages (en bandes également) ont été ajoutés au centre et au sud-ouest de la cité, entre 1960 et 1964 ; certains, rue des Mésanges, sont démolis entre 1985 et 1991 puis entre 2004 et 2006 ; d'autres plus au sud de la cité, seront détruits entre 2006 et 2009. L'ensemble des maisons d'origine de la cité Saint-Vincent est encore en place en 2018.

Quatre immeubles collectifs sont également édifiés entre 1956 et 1960 : deux sous forme de petites "tours", au nord-est de la cité (à l'angle de la rue de Diane et de l'allée des Fauvettes) et au centre de la cité, et deux de taille plus importante, sous forme de "barre" d'habitation au sud et au sud-est. Ces immeubles sont encore en place en 2018.

Une église, dans l'angle sud-ouest de la cité, sous le vocable de Saint-Vincent-de-Paul, est rattachée à la cité : elle a été érigée bien antérieurement à la cité elle-même, à une date indéterminée, mais était déjà présente en 1947.

Dénominationscité ouvrière
Aire d'étude et cantonClermont-Auvergne-Métropole
AdresseCommune : Clermont-Ferrand

Cité ouvrière construite en 1961. Des garages ont été ajoutés entre 1960 et 1964 mais en partie démolis depuis. L'ensemble des maisons d'origine est encore en place en 2018.

Quatre immeubles collectifs ont également été édifiés entre 1956 et 1960 et sont toujours en place en 2018.

Période(s)Principale : 3e quart 20e siècle , daté par source, daté par travaux historiques

Les constructions de cette cité sont essentiellement organisées en bandes parallèles aux courbes de niveau (perpendiculaires à la pente, donc). Elles sont inspirées du type "Bezance" (comme à Romagnat, Lempdes et Gerzat). Chaque logement représente une "tranche" d'une bande plus ou moins longue (et avec des logements plus ou moins grands). Avec le jeu des différents niveaux dûs à la pente, des accès sont possibles sur les deux élévations opposées.

Ce sont, pour 33 d'entre elles, des logements individuels installés chacun sur une parcelle distincte (en lanière) et associés par leurs murs-pignons. Ces maisons sont à rez-de-chaussée surélevé sur étage de soubassement. Ici, l'accès au rez-de-chaussée surélevé se fait à l'arrière, côté nord-ouest, par l'intermédiaire d'une passerelle (ou d'une passerelle-escalier) extérieure. Un garage est aménagé dans l'étage de soubassement.

36 des maisons d'origine sont des logements individuels accolés par deux sur une parcelle unique, isolés par groupes de 2 ou regroupés en bandes de plusieurs binômes. Comme les précédentes, elles sont à rez-de-chaussée surélevé sur étage de soubassement (comprenant un garage). L'accès piéton se fait à ce niveau par une porte d'entrée commune à deux logements, entre leurs deux portes de garages respectives. L'élévation arrière (nord-ouest) ouvre sur le jardin privatif.

19 autres de ces maisons, implantées là où la pente est plus faible, sont à rez-de-chaussée surélevé (accessible par un petit escalier extérieur droit) sur un léger niveau de soubassement, et à un étage-carré. Ici, les parcelles de jardin se trouvent du côté sud-est dans le bas de la pente, et ne sont pas toutes de taille équivalente.

L'ensemble de ces habitations comporte des toitures à longs-pans (unifiées sur toute la longueur de chaque bande d'habitations), couvertes de tuiles mécaniques (creuses, en majorité).

L'Immeuble "barre" sud-est comprend un rez-de-chaussée surélevé sur deux étages de soubassement (dont un de sous-sol et un d'habitation) et 3 étages-carrés ; l'immeuble sud voisin est à un étage de soubassement pour les garages, un rez-de-chaussée surélevé et 3 étages-carrés. Les toits de ces deux immeubles sont à longs-pans et croupes avec couvertures en tuiles creuses mécaniques.

Enfin, les deux petites "tours" carrées sont conçues en deux parties, nord et sud, légèrement décalées en hauteur et couvertes de toits terrasse. Du côté nord, elles sont à rez-de-chaussée surélevé sur étage de soubassement et 4 étages-carrés ; du côté sud (bas de la pente), elles sont à 4 étages-carrés avec rez-de-chaussée dédié aux garages (faisant suite à l'étage de soubassement existant au nord).

Toittuile mécanique
Plansplan rectangulaire régulier
Étages2 étages de soubassement, étage de soubassement, rez-de-chaussée surélevé, 1 étage carré, 3 étages carrés, 4 étages carrés
Couvrements
Élévations extérieuresélévation à travées
Couverturestoit à longs pans
toit à longs pans croupe
terrasse
Escaliersescalier de distribution extérieur : escalier droit en maçonnerie
escalier dans-oeuvre
© Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel - Ceroni Brigitte - Ceroni Brigitte