Logo ={0} - Retour à l'accueil

Demeure, actuellement maison de retraite de soeurs augustines

Dossier IA42002888 réalisé en 2005

Fiche

Œuvres contenues

Genred'augustines
Destinationsmaison de retraite
Parties constituantes non étudiéesparc, ferme, croix monumentale
Dénominationsdemeure
Aire d'étude et cantonMontbrison - Montbrison
AdresseCommune : Essertines-en-Châtelneuf
Lieu-dit : le Mont
Cadastre : 1809 D 47 à 50 ; 1986 D 91 à 94

Le toponyme du Mont a été repéré par Dufour dans un terrier en 1585. Un édifice a peut-être existé au Mont dès cette époque : plusieurs éléments de baies avec des moulurations datables du 16e siècle en place ou en remploi) sont effet visibles sur la façade principale : partie droite du jambage et linteau (rehaussé) de la porte, à cavet et congé ; fenêtre à droite de la porte (ancienne croisée ?) et fenêtres du premier étage ; jours des extrémités du comble, à chanfrein et congé. La datation de la tourelle d'angle (base en pierre de taille, élévation au moins partiellement en brique) est difficile à établir. Ce premier édifice a été reconstruit ou remanié, sans doute au 18e siècle. Des travaux ont lieu dans le 3e quart du 18e siècle, puisqu'une chapelle "nouvellement construite" est consacrée au "château du Mont" en 1770 (Dufour) ; deux cheminées et des lambris de l'édifice sont datables de cette époque. Un document fiscal de 1791 (A. Privées), sorte de matrice cadastrale avant l'heure, mentionne au n° 290 une maison de campagne, maison de granger, cour, grange et écurie, avec jardin et péchoire au n° 294, appartenant à "M. Grozelier la Chapel ou ses acquéreurs", que l'on peut identifier avec le domaine du Mont (le n° 287 mentionne "la maison du Mont"). Selon l'abbé Epinat, le domaine du Mont aurait en effet appartenu aux Henrys, puis aux Grozeiller de la Chapelle, puis aux Piotet dans la 2e moitié du 19e siècle. La maison a été agrandie sur l'arrière (partie ouest contenant l'escalier, une remise et deux caves, séparée de la partie est par un mur de refends très épais et couverte en appentis), peut-être au début du 19e siècle (la maison semble plus étroite sur le plan masse du cadastre de 1809). En 1901, le domaine (60 ha au total) appartient à Françoise Eulalie Goulard de Curraize, demeurant place des Pénitents à Montbrison, veuve de Jean-Claude Luc Frédéric Durand et elle projette de faire donation de la ferme et des terres (affermés à Jean Joanin) aux hospices civils de Montbrison (AC Montbrison) ; elle se réserve la propriété de "la maison de maître, de ses dépôts et dépendances, de la clôture, des pièces d'eau, des bois taillis et de hautes futaies, du pré, du colombier" ; le plan établi en 1900 montre qu'elle envisageait la construction d'une chapelle hors-oeuvre contre le mur nord (non réalisé). La contrepartie de la donation serait la création à l'Hôpital de Montbrison de deux lits destinés à recevoir les malades des communes d'Essertines-en-Châtelneuf, Chalain-le-Comtal, Mornand et Grézieux. Cependant ce projet semble ne pas avoir abouti. La maison de maître a finalement été donné par Mme Durand à une communauté de soeurs augustines (qui travaillaient à l'hôpital de Montbrison). Elle est actuellement utilisée comme maison de repos et de retraite pour les soeurs. Un bâtiment neuf a été édifié pour cet usage dans le clos, au nord de la cour, dans les années 1980.

Période(s)Principale : 18e siècle
Secondaire : 16e siècle
Secondaire : 1ère moitié 19e siècle , (?)
Secondaire : 4e quart 20e siècle

La demeure comprend un logis avec une cour fermée (entrée par un portail avec porte cochère et porte piétonne) encadrée de bâtiments : communs (non repérés) au nord et ferme (étudiée, IA42002889) au sud). Un vaste clos se déploie sur l'arrière, au nord et à l'ouest, avec un petit monticule sur lequel est plantée une croix (IA42002890). Le logis est un bâtiment de cinq travées. La moitié ouest du rez-de-chaussée est desservi par un couloir central qui sépare un salon, au sud (cheminée datable du 18e siècle) et une salle au nord, avec des pièces de service dans la dernière travée nord (dont un évier et une cave). La moitié est comprend un grand escalier tournant à retours avec jour central, en granite (dernière volée pour l'accès au comble en charpente) avec un garde corps en bois (planches découpées en silhouettes de balustres), et plusieurs celliers, remises ou caves. Le premier étage est distribué par un couloir transversal, avec cinq chambres en façade (deux chambres à alcôve au nord ; chambre avec cheminée encadrée de placards, de la fin du 18e siècle, au sud), une chambre et une chapelle dans l'angle nord-ouest, des pièces en demi niveau (chambre, toilettes) dans l'angle sud-ouest. Le comble est cloisonné en chambres et grenier. Les bâtiments sont en moellon de granite enduits (enduit à assises dessinées), avec des encadrements en pierre de taille. Les toits sont à longs pans, avec des croupes et une génoise sur le logis, en tuile creuse (appentis sur la partie arrière du logis).

Mursgranite
enduit
moellon
Toittuile creuse
Couverturestoit à longs pans
appentis
croupe
Escaliersescalier intérieur : escalier tournant à retours avec jour en maçonnerie, en charpente
Techniquessculpture
peinture
Précision représentations

Décor de faux appareil peint au rez-de-chaussée dans la cage d'escalier. Cheminées du rez-de-chaussée et premier étage : décor de coquille sur le linteau. Placards du premier étage : décor de cannelures.

Statut de la propriétépropriété privée
Intérêt de l'œuvreà signaler

Références documentaires

Documents d'archives
  • AH Montbrison (dépôt aux AC Montbrison), non classées. Liasse Donations - Fondations. Série N 2. Domaine du Mont (Essertines-en-Châtelneuf). - 7 mai 1900. Procès-verbal d´expertise du domaine du Mont. Projet de don du domaine aux Hospices de Montbrison pour en faire une maison de convalescence pour les religieuses de l'hôpital. Plan joint (voir doc. figuré). - 3 juillet 1901. Donation par Mme Durand, née de Curraize aux hospices civils de Montbrison. Madame Françoise Eulalie Goulard de Curraize, propriétaire demeurant à Montbrison, place des Pénitents, veuve de Jean-Claude Luc Frédéric Durand, souhaite faire don du domaine du Mont, d´environ 60 ha, à l´exception de la maison de maître, de ses dépôts et dépendances, de la clôture, des pièces d´eau, des bois taillis et de hautes futaies, du pré, du colombier, réservés à la bailleuse. Les immeubles donnés sont affermés au terme d´un bail signé le 1er novembre 1900, moyennant la somme de 1600 F, à Jean Joanin et Marie Mourlegat. Origine de propriété : les immeubles donnés ont été achetés à M. Antoine Vialley, cultivateur à Essertines, le 23 mai 1897. Origine antérieure : le 17 novembre 1860, immeubles achetés à : Jean Ollagnier, meunier à Malicot (Montbrison) ; Jean Guillaume et Pauline Ollagnier, cultivateur au faubourg Saint-Jean (Montbrison) ; Melle Françoise Ollagnier, domestique au faubourg Saint-Jean (Montbrison), par donation entre vifs consentie le 21 septembre 1856 à son profit par Mme Madeleine Buer, sa tante, propriétaire rentière habitant Montbrison, veuve de Barthélemy Mouillard. Clauses et conditions : il sera établi, à partir du 1er novembre 1901 et à perpétuité, dans les salles de l´Hôpital de Montbrison, deux lits destinés à recevoir les malades des communes d´Essertines et Chalain-le-Comtal, Mornand et Grézieux. - Le 3 août 1903, Mme veuve Durand annule la donation envisagée aux hospices de Montbrison.

  • A. Privées, Essertines-en-Châtelneuf. [Rôle des propriétaires de la commune d'Essertines-en-Châtelneuf]. Quatre colonnes : numéro d'ordre des parcelles ; nom des propriétaires ; nom et nature du fonds, contenance ; mutation. 1791.

Documents figurés
  • Plan d'ensemble de la propriété de Mme Durand. Commune d'Essertines-en-Châtelneuf. Détail des bâtiments. Dressé par l'expert soussigné, à Montbrison, le 7 mai 1900. / 1 dess. : encre noire, rouge et bleue, lavis rose, jaune et noir, sur papier. Ech. 1:2500. 32x126 cm. 1901 (AH Montbrison (dépôt aux AC Montbrison), non classé).

Bibliographie
  • DUFOUR, J.-E. Dictionnaire topographique du Forez et des paroisses du Lyonnais et du Beaujolais formant le département de la Loire. Mâcon : imprimerie Protat frères, 1946.

    col. 583
  • EPINAT, Joannès (abbé). Le Pont. Bulletin paroissial de la commune d'Essertines-en-Châtelneuf. Mai 1949. Rubrique Un peu d'histoire de chez nous : "Malleret".

© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Conseil général de la Loire © Conseil général de la Loire - Guibaud Caroline - Monnet Thierry