Logo ={0} - Retour à l'accueil

Ecart de Verthier

Dossier IA74001491 réalisé en 2010

Fiche

Œuvres contenues

Dénominationsécart
Aire d'étude et cantonPays de Faverges et du Laudon
HydrographiesEau-Morte
AdresseCommune : Doussard
Lieu-dit : Verthier

Situé sur l´ancien axe reliant Annecy à Albertville, le village de Verthier a longtemps bénéficié d´une position contribuant à lui conférer une place particulière au sein de la paroisse de Doussard. En effet, situé en face du chef-lieu, ce village, doté d´une chapelle depuis le Moyen Âge, est encore aujourd´hui le coeur d´une importante section de commune, qui fut longtemps en conflit avec le reste de Doussard, connue sous le nom de dizaine de Verthier. Cette section, qui se réclame de droit sarde, comprend l´ensemble de la commune situé de l´autre côté de la route départementale 1508 par rapport au chef-lieu, soit les hameaux et lieux-dits de Verthier, Glière, la Reisse, Sollier, le Pont-Monnet et la Nublière. Cette section possède en propre de nombreux biens fonciers dont de grandes parcelles de bois en montagne, mais aussi le four à pain et la chapelle de Verthier. L´analyse croisée des matériaux, de leur mise en oeuvre, des dates portées sur certains bâtiments et des éléments historiques connus permet d´établir une chronologie relative dans l´utilisation et la taille des matériaux d´encadrement. On remarque ainsi que les maisons les plus anciennes, telles que la maison Blain (Monument Historique inscrit) datée de la fin du XVe siècle, ou la petite ferme aujourd´hui propriété de la famille Bouvard située sur les parcelles 2008 A9 1558 et 3491, présentent des encadrements et des chaînages d´angles en calcaire blanc. Les encadrements de fenêtres sont taillés en accolade. Par la suite les encadrements, toujours en calcaire, présentent des linteaux droits mais des bords chanfreinés. Le chanfrein semble être de moins en moins marqué à mesure que l´on avance dans le temps. A partir du XIXe siècle, les encadrements toujours droits ne présentent plus de chanfrein, tandis que le calcaire cède progressivement la place à la pierre veinée dite marbre de Doussard : cette pierre est progressivement utilisée pour les chaînages d´angles. Partant de ce constat, il semble que la partie du village située en rive droite de l´Eau-Morte soit plus ancienne que la partie située en rive gauche. Il ne reste pas de traces évidentes de l´ancienne maison forte, dépendant des seigneurs de Duingt, qui se trouvait dans le village, toutefois la mémoire collective la situe au niveau de la maison sur la parcelle 2008 A9 3361 qui conserve quelques beaux encadrements à accolade. Face à cette dernière, la "ferme Bouvard" (A9 1558) conserve une encoche carrée dans la maçonnerie de son contrefort. La mémoire collective veut que cette marque soit la trace de l´ancienne barrière de péage qui se tenait au Moyen Âge à Verthier. A côté des deux édifices du Moyen Âge tardif, aujourd´hui Monuments Historiques Inscrits, on notera l´existence d´une petite ferme datant probablement des XV ou XVIe siècles, située à la sortie sud-est du village. Cette maison, aujourd´hui en mauvais état, conserve de beaux encadrements à accolade, des caves voûtées, ainsi que des vestiges de décors peints à l´intérieur. Une des pièces conserve également la trace d´une bouche de four à pain qui devait former une saillie sur l´extérieur. Il reste peu de chose de l´ancienne chapelle gothique dont la voûte s´était effondré vers 1820. La chapelle actuelle (2008 A9 1603), a été construite sur l´emplacement de l´ancienne en 1859 après que Jean Bouvard-Barlet ait acheté le terrain et le bâtiment pour le donner à la dizaine avec la charge de construire une nouvelle chapelle. Dédiée à Notre-Dame-de-la-Nativité, la chapelle actuelle conserverait de l´ancien édifice le pavage intérieur, le bénitier et les dalles d´entrée. La baie gothique située en façade de la ferme "Lavorel" proviendrait de l´ancienne chapelle, toutefois sa facture pourrait être néogothique. Le four à pain du village aujourd´hui installé dans l´ancien hangar aux pompes (2008 B1 79) se trouvait à l´origine de l´autre côté du pont (A9 1585). Il existe encore quatre bassins dans le village sur les parcelles A9 1564, A9 1595, B1 73, B1 83. Deux sont encore en eau et couverts, les deux autres sont à sec et non couverts. Par ailleurs deux d´entre eux (A9 1564 et B1 83) portent l´inscription 1891 DHPF, rappelant que les bassins de Sollier, la Reisse et Verthier ont été érigé grâce à un legs effectué à la commune par Pierre-François Domenge-Héritier. Une ancienne croix en pierre portant la date 1733 et réinstallée par monsieur Godard en amont du pont de Verthier aurait été érigée par l´ancien curé de Doussard lorsque l´église, situé dans les marais, fût transférée à Macherine (actuel chef-lieu). Quelques dates portées : 1701 : ancienne borne de l´abbaye de Tamié 1722 : piédroit d´encadrement de porte d´une grange (2008 A9 1601) 1733 : croix en pierre en amont du pont de Verthier 1800 : linteau de porte, ancienne scierie (2008 A7 1102) 1816 : pierre dans le soutènement d´un chemin (2008 A9 1407) 1835 : linteau de porte, ancienne scierie (2008 A7 1102) 1851 : linteau de porte de ferme (2008 A9 1583) 1891 : bassins sur les parcelles 2008 A9 1564 et B1 83

Période(s)Principale : 14e siècle
Principale : 15e siècle
Principale : 16e siècle
Principale : 18e siècle
Principale : 19e siècle
Principale : 20e siècle

Le hameau de Verthier est établi de part et d´autre de l´Eau-Morte au sud-ouest de la Pointe de Chenevier (1302 m) et à proximité de la réserve naturelle du Bout du Lac d´Annecy. Le hameau, installé sur un replat et sur le début du coteau, se trouvait autrefois au pied d´un important vignoble qui s´étendait de Veyrier-du-Lac à Marlens. Le village ancien, aujourd´hui entouré de maisons contemporaines, forme un arc de cercle coupé en deux par l´Eau-Morte. Le Vieux-Pont, inscrit Monument Historique en 1974, permet aux deux parties du village de communiquer. D´allures hétéroclites et d´organisation hétérogènes, les maisons anciennes de Verthier témoignent de nombreuses réorganisations des espaces au gré des successions. La présence importante d´encadrements à accolades, le réemploi d´une baie trilobée sur une façade ou les fenêtres à meneau de la maison Blain attestent toutefois le caractère historique de ce village. Il est en revanche hasardeux de définir une typologie des fermes de Verthier tant les cas de figures sont nombreux. Ainsi, les espaces agricoles sont tantôt accolés en façade à côté de l´habitation (2008 A7 1110), tantôt accolés à l´arrière du bâtiment (A7 1106), tantôt sous la partie habitation (A9 1574) ou encore séparée de l´habitation (A9 1562, 3109 et 3111). L´habitation, parfois au rez-de-chaussée (A9 1602) peut être au-dessus de la partie agricole ou des caves (A9 3460). A cette diversité des implantations s´ajoute un parcellaire complexe et des interdépendances variées. Les fermes A9 1574 et A9 1573 se partagent ainsi un même bâtiment dans le sens de la largeur tandis que la ferme des parcelles A9 1582, 1583 était autrefois partagée en deux fermes coupant le bâtiment dans la longueur. La ferme A7 1113 se composait d´une habitation accolée à une autre ferme où se superposait habitat et étable ; Par ailleurs les espaces agricoles de cette ferme A7 1113 étaient accolés aux espaces agricoles d´une troisième ferme à juxtaposition. Enfin, on notera la présence ancienne d´une scierie le long de l´Eau-Morte en aval du vieux pont (2008 A7 1102), dont on observe encore le système de dérivation passant sous le bâtiment, et un ancien bistrot appartenant à la famille Domenge-Abeau dont on ne voie aujourd´hui que l´enseigne (B1 1818).

© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Parc naturel régional du Massif des Bauges © Parc naturel régional du Massif des Bauges - Daviet Jérôme