Logo ={0} - Retour à l'accueil

Église paroissiale Saint-Jacques

Dossier IA42001485 réalisé en 2005

Fiche

Œuvres contenues

Voir

VocablesSaint-Jacques
Dénominationséglise paroissiale
Aire d'étude et cantonMontbrison
AdresseCommune : Lérigneux
Lieu-dit : le Bourg
Cadastre : 1809 A 397 ; 1987 AL 19

La paroisse de Lérigneux est mentionnée en 1225 ; elle est supprimée après la Révolution, et n'est pas rétablie au Concordat : elle dépend alors de la paroisse de Roche. La paroisse de Lérigneux ne retrouve son existence autonome qu'en 1820. En 1830, l'église, édifice datable du 16e siècle et remaniée par la suite, est en mauvais état, humide et trop petite pour la population. Un projet de reconstruction partielle est établi par l'architecte Haour, qui semble avoir été exécuté quelques années plus tard (1834-1836). La partie occidentale de l'édifice est conservée : le clocher, construit sur le modèle de celui de la collégiale de Montbrison, et la partie basse des murs des anciennes chapelles latérales. On observe en particulier, dans le collatéral nord, les anciens supports engagés dans le mur, conservés jusqu'à une hauteur de 2,50 m environ : une pile à base moulurée à tore en retour du clocher sur le mur ouest, une colonnette dans l'angle nord-ouest et une colonne à l'aplomb de la retombée du doubleau de cette travée, ces deux dernières ayant des bases à tores et motif de cannelures. Le reste de l'édifice est reconstruit sur un plan régulier, en réutilisant partiellement les matériaux de l'ancienne église. Le premier plan de reconstruction prévoyait de réutiliser une part plus importante des murs et supports existants, ce qui semble avoir été ensuite abandonné, et représente pas les contreforts ajoutés à l'aplomd des doubleaux. Le clocher est réparé en 1883. La fabrique fait faire au 20e siècle des travaux d'embellissement : en 1929, suppression du tuyau du poêle qui traversait la façade occidentale, en 1949, suppression de l'ancien cimetière et de son mur d'enceinte, et création des escaliers devant les portes du clocher. Enfin 1969-1970, une grosse campagne de travaux a lieu sur l'ensemble des toitures, les murs du clocher et de l'abside et les voûtes de la nef. C'est certainement lors de ces travaux que le décor intérieur de l'édifice, en particulier la peinture du cul-de-four de l'abside et le lambris situé au-dessous, ont disparu. La statue de la Vierge, placée contre la façade occidentale sur une sorte de poutre de gloire en métal ajouré, avec l'inscription AVE MARIA SPES NOSTRA, est certainement celle qui se trouve aujourd'hui au-dessus du cimetière actuel de Lérigneux.

Période(s)Principale : 16e siècle
Principale : 2e quart 19e siècle
Dates1830, daté par source
Auteur(s)Auteur : Haour architecte attribution par source

L'église forme un rectangle divisé en trois vaisseaux, une nef flanquée de collatéraux plus étroits, de trois travées. La nef est prolongée à l'est par une abside semi-circulaire dans l'axe de laquelle est construite une sacristie de plan carré. A l'ouest le clocher forme une travée d'avant-nef, avec un portail ouvert à l'ouest et une porte latérale au sud. En demi-hors-oeuvre dans le mur nord est logé l'escalier d'accès au clocher, en vis, qui fait saillie à la fois du côté extérieur, dans un massif demi-hexagonal, et vers l'intérieur, en arrondi au-dessus de sa porte d'accès. L'édifice est construit en moellon de granite ; le clocher est en partie en pierre de taille : façade ouest, contreforts, ensemble du dernier niveau, partie du premier niveau côté nord. Le portail a un linteau en arc déprimé surmonté d'un arc en accolade reposant sur des colonnettes, le tout abrité par un bandeau mouluré formant une accolade puis des retours à angle droit. L'étage des cloches est ouvert de fenêtres géminées en arc brisé, séparées par des pilastres surmontés de pinacles à crochets, et avec une gargouille en forme de protome d'animal au-dessous du pilastre central. Les contreforts s'achèvent en bâtière, avec une croix de section octogonale pour ceux de la façade occidentale et un fleuron cruciforme pourceux des façades latérales. Le toit en demi pyramide de l'escalier et surmonté d'un pinacle avec un écusson armorié à la base (armes des Bourbons). L'intérieur est voûté d'arêtes avec arcs doubleaux en plein cintre reposant sur des piliers de plan carré, sans dosserets contre les murs latéraux. La travée sour le clocher est voûtée d'ogives, avec une clef de voûte sculptée. L'abside est voûtée en cul-de-four. Une porte axiale permet de passer de l'abside dans la sacristie. Les fenêtres sont à une lancette en plein cintre. Les toitures sont en tuile creuse, à longs pans (nef et collatéraux), en croupe ronde (abside), en appentis (sacristie) ou en pavillon (clocher).

Mursgranite
moellon
moyen appareil
Toittuile creuse
Plansplan allongé
Étages3 vaisseaux
Couvrementsvoûte d'arêtes
cul-de-four
voûte d'ogives
Couverturestoit à longs pans
toit en pavillon
appentis
croupe ronde
Escaliersescalier demi-hors-oeuvre : escalier en vis en maçonnerie
Techniquessculpture
Précision représentations

Armoiries sculptées sur la clef de voûte sous le clocher : armoiries du duc de Bourbon (à trois fleurs de lys, cotice en brisure), entourrées d'une torsade, dans un quadrilobe à redents. Les mêmes armoiries sont représentées au sommet de l'escalier du clocher. Selon la documentation (Saint-Pulgent), les armoiries des Damas (une croix ancrée) étaient peintes au sommet de la voûte de la première travée du collatéral nord : non vues.

Statut de la propriétépropriété de la commune

Annexes

  • Précisions concernant l'ancienne église

    L'ancienne église formait un édifice modeste dont la nef n'avait qu'une travée précédée par la travée du clocher, prolongée par celle du choeur, à chevet plat, et flanquée de deux chapelles, une petite chapelle au sud et une plus grande, formée de deux travées, au nord (Saint-Pulgent, texte et plans). La sacristie occupait l'angle délimité par le choeur et le bas-côté ou chapelle nord. Une tribune (Saint-Pulgent, p. 173) en charpente avait été aménagée dans la travée du clocher, probablement au 18e siècle (comme dans les chapelles d'Essertines-Basses et Saint-Paul-d'Uzore). Il faut remarquer que le plan-masse ainsi décrit ne correspond pas avec ce qui est représenté sur le plan cadastral de 1809 (l'orientation semble inversée).

    L'apostille placée à la fin du devis du 12 avril 1830 (AD Loire. Série : O 1032) la décrit ainsi : 'L'église actuelle est insuffisante pour la population de Lérigneux, le choeur qui est humide et si étroit qu'on ne peut placer deux bancs à pieds sans gêner le prêtre à l'autel. La sacristie est aussi tellement humide que les ornements qu'on y pose sont moisis du jour au lendemain'.

    Précisions concernant les travaux de reconstruction de l'ancienne église

    Texte de l'Etat estimatif de la dépense à faire, pour reconstruire le choeur de la sacristie de l´église de Lérigneux du 12 avril 1830 (AD Loire. Série : O 1032) :

    Maçonnerie en moellons bruts et mortier ordinaire : celle des murs du choeur, des chapelles et [de] la sacristie, et de deux piliers.

    Maçonnerie des voûtes en briques... posées de plat.

    Maçonnerie [de cinq] arcs doubleaux en briques.

    Pierre de taille de Moingt : celle de trois croisées, d´une porte et de trois piliers.

    Pierre de taille remise en oeuvre : celle de quatre croisées, d´une porte et de quatre angles

    Génoise à trois rangs

    Plancher et charpente en sapin

    Tuiles de Rézinet.

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Loire. Série O : 1032. Lérigneux. 19 janvier 1835. Lettre du Ministère de la Justice/ Division du Culte catholique à M. le préfet. La commune de Lérigneux demande un secours de 1200 F applicable à la reconstruction de son église paroissiale, dont la dépense s´élève, d´après deux devis, à la somme de 8300 F [il s´agit du devis de travaux toiture du presbytère et d´achèvement de l´église]. La commune a reconstruit son église qui tombait de vétusté, et a contracté pour cela un emprunt de 3500 F, auxquels il faut ajouter 4800 F.

  • AD Loire. Série O : 1032. Lérigneux. Etat estimatif de la dépense à faire, pour reconstruire le choeur de la sacristie de l´église de Lérigneux, conformément aux plans ci-joints, montant à la somme de 3515,25 F, dressé à Montbrison le 12 avril 1830 raturé en 1835 ou 1836, signé par l´architecte Haour.

  • AD Loire. Série O : 1032. Lérigneux. Etat estimatif de la dépense à faire à la toiture du prebytère et à l´église de la commune de Lérigneux conformément au devis ci-joint montant à la somme de 4800 F, fait à Lérigneux le 24 juillet 1834 par Brunel, maître charpentier entrepreneur de bâtiments.

  • AD Loire. Série O : 1032. Lérigneux. 20 septembre 1838. Lettre du curé au préfet. Pour viser au moyen de réparer le presbytère et l´église dont les réparations sont de toute nécessité... avons arrêté qu´il était urgent de refaire les croisées du presbytère qui tombent en lambeau de vétusté, ... de refaire un pan de mur, ... de faire crépir les murs du presbytère et de l´église, ... de faire boiser le choeur et la nef de l´église vu que le plâtre et la chaux ne peuvent résister à cause de l´humidité, ... de faire daller les trois nefs´.

  • AC Lérigneux. Registres de délibérations du conseil municipal, 10 juillet 1827-22 avril 1900. Délibération du 12 avril 1830. A la suite de la délibération de cette date : Cahier des charges pour l´adjudication des ouvrages à exécuter à l´église de Lérigneux. Concerne de la maçonnerie (« bon masson tailleur de pierre ») ; manque la fin ?

  • AC Lérigneux. Registres de délibérations du conseil municipal, 10 juillet 1827-22 avril 1900. Délibération du 6 mai 1883. Devis de Thévenet architecte à Montbrison pour réparation du clocher.

  • AC Lérigneux. Registres de délibérations du conseil municipal, 10 juillet 1827-22 avril 1900. Délibération du 14 août 1887. Approbation du compte et du budget de la fabrique 'sauf à mieux réparer l´église plus convenablement'.

  • AC Lérigneux. Registres de délibérations du conseil municipal, 15 juin 1924-26 juin 1979. Délibération du 23 mars 1969. Grosses réparations à l´église : toiture du clocher (charpente à refaire, grosses fissures qui devraient nécessiter un chaînage, toiture et beffroi en mauvais état), voûtes de la nef. Devis Comte : 101 466,19 F.

  • AC Lérigneux. Registres de délibérations du conseil municipal, 15 juin 1924-26 juin 1979. Délibération du 30 septembre 1969. La visite de chantier le 15 septembre a montré la nécessité de travaux imprévus : renforcement du mur de l´abside, et de la charpente et toiture de la nef et abside, 36 699,28 F

  • AC Lérigneux. Registres de délibérations du conseil municipal, 15 juin 1924-26 juin 1979. Délibération du 7 juin 1970. Décompte définitif des travaux

  • A. Paroissiales Lérigneux. Diocèse de Lyon. Paroisse de Lérigneux. Procès-verbaux des séances de la fabrique. Commencé le 6 janvier 1881. Fini le [octobre 1949]. Novembre 1929 : le cornet de poêle sortait par une fenêtre face au midi : construction d´une cheminée au-dessus de la nef.

  • A. Paroissiales Lérigneux. Diocèse de Lyon. Paroisse de Lérigneux. Procès-verbaux des séances de la fabrique. Commencé le 6 janvier 1881. Fini le [octobre 1949]. 19 octobre 1949 : construction de l´escalier de la grande porte : 4 marches avec moulures et palier ; construction de l´escalier côté sud, aux mêmes motifs ; encorbellement des piliers du clocher à leur base, soubassement mur côté sud. Par les maçons Chevaleyre et Clavelloux, de Verrières.

Documents figurés
  • Plan de l'église de Lérignieu démolie en 1830 et plan de l'église moderne, Bulletin de la Diana, T. IX, 1896-1897, p. 169.

Bibliographie
  • BAROU, Joseph. Parcours à travers l'histoire de Lérigneux (notes et documents) . 4e trimestre 1999 (Village de Forez ; Bulletin d'histoire locale ; supplément au n°79-80)

    p. 9, 37-38
  • SAINT-PULGENT, Alphonse de. Plan de l'église de Lérignieu démolie en 1830 et plan de l'église moderne, Bulletin de la Diana, T. IX, 1896-1897

    p. 169-173
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Conseil général de la Loire © Conseil général de la Loire - Guibaud Caroline