Logo ={0} - Retour à l'accueil

Ensemble des bacs, et bacs à traille de La Voulte (disparus)

Dossier IA07000180 inclus dans Présentation de l'étude des points de franchissement du Rhône en région Rhône-Alpes réalisé en 2010

Fiche

Á rapprocher de

  • Pont routier
    La Voulte-sur-Rhône, la) Voulte-sur-Rhône, le), Printegard Tintebet, R.D. 86f
Précision dénominationbac à traille
Appellationsbac de La Voulte
Dénominationsbac
Aire d'étude et cantonRhône-Alpes - Voulte-sur-Rhône (la)
HydrographiesRhône
AdresseCommune : La Voulte-sur-Rhône
Lieu-dit : la) Voulte-sur-Rhône

D'après Cogoluènhe, une traversée à La Voulte pourrait avoir existé depuis l'Antiquité, mais elle n'est véritablement attestée qu'au milieu du Moyen Age, lorsqu'en septembre 1151, l'empereur Konrad concède à Silvion de Clérieu le péage de La Voulte, alors un important point de franchissement. Dans l' "Estat des droits de péage" signalé par Ladet, dressé en 1716, il n'est par contre fait mention que d´un modeste bac à La Voulte. En 1828, Gaucherand, le nouveau fermier du bac (cf procès-verbal, annexe n° 1), demande l'autorisation de le déplacer. En 1843, on sait que le bac est mis à prix. Au milieu des années 1850, une seconde traille en aval de celle à usage commun déjà établie, est mise en place à la gare de Livron. Destinée aux charrettes portant le charbon de la Loire, elle donne accès aux hauts fourneaux de La Voulte. En juillet 1880, un décret ministériel diminue le tarif du péage du bac public desservant les îles de La Voulte. En 1890, on note la rupture de la traille pour cause d'usure. La même année, le sieur Mazoyer, entrepreneur chargé des avenues du pont suspendu, demande l´établissement d´un bac particulier, ne trouvant pas d'entente avec le fermier du bac public. Sa demande est rejetée car il existe aussi le bac dit du sieur Arnodin. Le bac public est résilié en novembre 1891 sans doute supplanté par le pont. En juin 1940, l'armée française fait sauter le pont suspendu. Afin d'assurer le passage du fleuve, une traille est remise en service.

Période(s)Principale : Antiquité , (?)
Principale : Milieu du Moyen Age , (?)
Principale : milieu 19e siècle
Secondaire : 2e quart 20e siècle
Auteur(s)Auteur : Arnodin ingénieur (?),

Il ne semble subsister aucun vestige des bacs implantés à La Voulte pour franchir le Rhône. Selon le plan de situation établi par Cogoluènhe, figurant les deux trailles du 19e siècle, une se trouve en amont du pont ferroviaire, sensiblement à l'emplacement du pont suspendu, desservant la ville ; la seconde apparaît juste à l'aval du pont ferroviaire, reliant l'actuelle R.N. 86 longeant le fleuve sur la rive gauche au Chemin de Livron en rive droite. Le bac est dit desservant les îles de La Voulte, sans doute l'île de Tenteben et l'île Prentegarde apparaissant sur le plan Cogoluènhe. En juin 1940, à la traille remise en service s'amarrent deux barques solidarisées par une plate-forme de planches.

Mursbois
Typologiesbac, bac à traille
États conservationsdétruit

D'après la thèse de Cogoluènhe. Bacs disparus, dont deux trailles : une en amont et une en aval du pont ferroviaire.

Statut de la propriétépropriété publique (?)

Annexes

  • Visite des effets mobiliers et autres objets mis à la disposition de l´adjudicataire Gaucherand, 1er janvier 1826 (AD Ardèche, 3S 16) :

    "Sur la rive gauche, a la grand grange, un arbre, quatre apuis, une poulie, un brulon, l´arbre de force, le trapadou, un cabestand, un bricq et son attache, un rouleur pour metre sous le trapadou, la chaine qui tient la traille, le traille, le serpon, le bateau. Sur l´isle de la baraquette, l´arbre et ses quatre apuis, la poulie, le boulon, le tour pour guinder la traille avec ses barres, le trapadou, une grande planche pour y aboutir, un rouleau pour tenir le bateau a terre ; dans la larme [?], un grand bateau, son pont et paillot, un bariot ou batelet, un trapadou, un petit fuzeau avec son arbre et le fer y attenant, une traille avec ses barres et signets. Sur la branche de la rive droite, a lisle un arbre et ses quatre apuis, la poulie et le boulon, le tour pour guinder la traille avec ses barres, une baraque pour se metre à l´abri (en planches) un chariot, une traille, un traillon, le sepon, le bateau avec son porit et paillot et attache ; du coté droit de cette branche un trapadou, un cabestand, le briq, la corde pour tirer le chariot, deux grandes planches avec quatre petites roues, deux piquets en chêne cercles en fer pour la marque des eaux, un arbre avec les quatre apuis, la poulie et le boulon, l´arbre de force, une chaine en fer, deux arpins et le tarif en tête...".

    Signature du fermier sortant [Billard].

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Ardèche. 3S 16. Bac de La Voulte

  • AD Rhône. S 1510. Passages d'eau de l'Ardèche, bacs. 1870-1902

Documents figurés
  • [Plan de situation des deux trailles de] La Voulte, 1857-1866 (extr. de : COGOLUENHE, Henri. Histoire des bacs pour traverser le Rhône. Recherches historiques et sociologiques. Thèse de doctorat, Institut de Recherche et d'Enseignement Philosophiques, Département Sociologie. Lyon : Facultés catholiques de Lyon, 1980, livre 2, p. 83)

Bibliographie
  • COGOLUENHE, Henri. Histoire des bacs pour traverser le Rhône. Recherches historiques et sociologiques. Thèse de doctorat, Institut de Recherche et d'Enseignement Philosophiques, Département Sociologie. Lyon : Facultés catholiques de Lyon, 1980. 3 volumes

    livre 1, p. 20, p. 46, p. 48-52, p. 73, p. 124 ; livre 2, p. 83 (plan de situation)
  • LADET, Pierre. La vallée du Rhône : haut lieu des échanges au XVIIIe siècle. Mémoire d'Ardèche et Temps Présent, 15 mai 2002, n° 74, p. 47-58

    p. 50
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel - Havard Isabelle - Decrock Bruno