Logo ={0} - Retour à l'accueil

Etablissements Carlhian fabricant de dorures et passementeries

Dossier IA69001323 réalisé en 2011

Fiche

Parties constituantes non étudiéesbureau, atelier de fabrication
Dénominationsusine textile
Aire d'étude et cantonLyon patrimoine industriel - Lyon
AdresseCommune : Lyon 8e
Adresse : 47, 47bis rue, Maryse-Bastié , rue
Bataille
Cadastre : 1999 AR 178

Depuis 1870, la société Carlhian, issu des traditions de la soierie lyonnaise, est spécialisée dans la fabrication des fils d'or et d'argent pour la fabrication de galons et de passementerie. Cette société s'installe rue Bataille en 1985 (rachat du site en 1983, siège social), antérieurement Carlhian était localisé 13 rue d'Algérie dans le 1er arrondissement de Lyon, puis à partir de 1972, rue Roussy à la Croix-Rousse. La société Calhian est composée de deux autres entreprises : l'usine Gallia à Saint-Jean-de-Bournay, et la société Textile d'Or. L'ensemble des trois sites emploie 50 personnes. Cette société travaille avec les fabricants d'uniformes français. Ils sont spécialisés dans la fabrication des fils et tissus métalliques et techniques (draps d'or et d'argent pour application, tresses, rubans et fils conducteurs), dans les accessoires et broderies pour uniformes, écharpes et glands de maire, bouton, cordons, tresses, galons, passementerie, tissage... C'est également spécialisée pour les tissus pour gilets d'escrime. En 2008, c'est le rachat de la société Dorures Louis Mathieu Industrie. Le dictionnaire historique de Lyon paru en 2009, présente Victor Carlhian (1875-1959) comme un grand nom du catholicisme social à Lyon dont le père, Simon est entrepreneur en soieries et dorures. Après des études de mathématiques à Paris où il adhère au mouvement du Sillon fondé par Marc Sangnier (1873-1950), il rentre à Lyon où il rejoint l'entreprise familiale. Il fonde le Sillon lyonnais.

Période(s)Principale : 1ère moitié 20e siècle

Le site est composé de deux ensembles : un bâtiment en rez-de-chaussée orienté est-ouest tout en longueur en limite de parcelle caractérisé par un pignon à redents, et un second séparé du premier par une cour intérieure de forme carrée dont la façade d'angle avec la rue Bataille est recouverte pour 2/3 d'un essentage de tôle ondulée.

Mursbéton
résidu industriel en gros oeuvre
essentage de tôle
Toittuile mécanique
Étages1 étage carré
Couverturesterrasse
toit à longs pans
États conservationsbon état

La société Carlhian a acheté la société Dorures-Louis Mathieu Industrie en 2008. Dernière fabrique de dorures à Lyon (et de la Région Rhône-Alpes ?) Photos en cours

Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Bibliographie
  • BEGHAIN P., BENOIT B., CORNELOUP G., THEVENON B., Dictionnaire historique de Lyon, Ed. Stéphane Bachès, 2009

    p. 231
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Ville de Lyon © Ville de Lyon - Halitim-Dubois Nadine