Logo ={0} - Retour à l'accueil

Étang de Savigneux

Dossier IA42003445 réalisé en 2007

Fiche

Parties constituantes non étudiéesvivier, logement
Dénominationsinstallation aquicole
Aire d'étude et cantonMontbrison - Montbrison
HydrographiesDérivation du Vizézy
AdresseCommune : Savigneux
Lieu-dit : l' Etang
Cadastre : [180 ?] C 145 ; 1997 AP 2

L'étang de Savigneux est mentionné en 1452 dans les propriétés du prieuré Sainte-Croix (transaction citée par Savigneux, hier...). Comme il occupe un site favorable qui pouvait être converti en étang sans que la construction d'une chaussée soit nécessaire (Degorce), au même titre que l'étang de Vidieux (voir IA42002134), sa construction est peut-être antérieure au 15e siècle. L'étang est vendu, avec le prieuré, le 29 pluviôse an V (17 février 1797) à Antoine Forest, marchand clincailler [quincaillier] à Montbrison (Savigneux, hier...). Le 15 fructidor an XII (14 septembre 1804), il est acquis par adjudication par François Marie de Meaux de Saint-Just, propriétaire à Montbrison, pour la somme de 56 025 F (payée à Jean-Baptiste Collin, receveur des domaines nationaux, Antoine Forest et Jacques Rüe, propriétaire à Nervieux, fondé de pouvoir de Joseph Marie Rosset ; AH). En 1821, son héritier Régis de Meaux l'échange contre trois domaines appartenant aux Hospices de Montbrison. La loge du garde de l'étang existe déjà en 1809 (parcelle C 195) ; elle est convertie en habitation en 1834 (citée dans les baux de location, achevée en 1835 (Registre des augmentations, année 1842). Une étable ou écurie lui est adossée en 1849, exhaussée en 1859 ; en 1918, le bâtiment est décrit ainsi : un rez-de-chaussée, une pièce au premier étage, des dépendances consistant en deux petites écuries dont l'une a une fenière au-dessus, un petit hangar et un petit jardin, bâtiment en mauvais état. Les quatre serves ou viviers à poissons sont construites en 1859. Conformément à la politique d'assainissement de la plaine du Forez, la suppression de l'étang est décidée en 1880, mais elle n'est effective qu'en 1893. En effet les avis divergeaient sur l'opportunité de cet assèchement : les Hospices de Montbrison (et la Ville avec eux) étaient favorable à son maintien, alors qu'une partie des habitants de la commune de Savigneux y étaient défavorables, les avis des experts (médecins, conseil général, ingénieurs de l'hydraulique) étant partagés. Dès 1893, les Hospices plaident pour la création d'un lac ou pièce d'eau à son emplacement (projet de Thévenet, agent voyer d'arrondissement), mais n'y sont autorisés qu'en 1918. Ils vendent l'étang en 1927 à Louis Alexandre Montserret, maître teinturier à Chazelles-sur-Lyon. L'étang est acquis par la commune de Savigneux en 1991 et utilisé comme espace de loisir.

Période(s)Principale : 15e siècle , (?)

L'étang était alimenté par une prise d'eau sur le Vizézy. Il était accompagné de dépendances liées à son exploitation : une maison de garde (qui a disparu) et quatre serves, ou viviers pour le tri et le stockage temporaire du poisson, creusés à l'extrémité ouest de l'étang, à côté de la maison du garde. Il s'agit de bassins rectangulaires mitoyens, en maçonnerie de moellon de granite.

Statut de la propriétépropriété de la commune

Annexes

  • Documentation concernant l'étang de Savigneux

    Trois mémoires imprimés de pièces de procédures dans le différent entre Jacques Dulac et Camille et Denis de Meaux, concernant l´étang de Savigneux ; 1816, 1817, 1819 (AH Montbrison (dépôt aux AC Montbrison), non classées. Boîte Etang de Savigneux).

    La vente de l´étang de Savigneux, provenant du prieuré de Savigneux, a été faite par l´administration du Département de la Loire le 29 pluviôse An V (16 février 1797), aux sieurs Forest et associés, dont M. Colin. Quatre ans après la vente, ils mettent l´étang en culture (fait nouveau) puis souhaitent le remplir pour y mettre du chanvre. Jean-Marie François de Meaux acquiert l´étang de Savigneux, enclavé dans ses propriétés [en 1804].

    Une prise d´eau sur le Vizézy alimentait les moulins de l´Abbé, les moulins des Chevillons (moulin à mailler le chanvre, cessation d´activité en 1773, sont détruits en 1816. Ils appartenaient précédemment à la maison Saint-Hilaire et ont été mis sous séquestre, puis achetés le 20 novembre 1800 par M. Dulac, avec les bois dits bois d´Amour, dont il continue le défrichement pour en faire des jardins), puis une dérivation alimentait et l´étang.

    Les eaux du bief ne sont plus utiles que pour les jardins et prés entre mars et octobre ; puis pour le remplissage de l´étang de novembre à février. Lorsque l´étang est en eau on y fait rouir le chanvre en août.

    La levée de la prise d´eau exige des réparations ; conflit entre M. de Meaux, qui la considère comme sa propriété et veut la reconstruire en maçonnerie (dessin de M. Perrier, ingénieur, en 1809), et M. Dulac, qui souhaite une réalisation commune des travaux. Accord : nouveau devis réalisé par Michel, les deux parties payeront chacune la moitié de l´ouvrage.

    Projet de suppression de l´étang de Savigneux en 1883 (AH Montbrison (dépôt aux AC Montbrison), non classées. Boîte Etang de Savigneux).

    - 11 mai 1882. Pétition d´une quarantaine de propriétaires domiciliés à Montbrison et à Savigneux contre l´étang de Savigneux. Ils ont depuis quelques années "planté une assez grande étendue de vigne dans des terrains qui sont situés à proximité de l´étang de Savigneux ; les eaux de cet étang étant presqu´immobiles, la gelée leur cause tous les ans, ou à peu près, une perte de 50 à 60 000 francs : le brouillard attiré par la nappe d´eau est la cause du dommage...". L´étang est d´un faible rapport, il rapporterait plus s´il était mis en culture. De plus il est près de l´école et pourrait causer des maladies pour les enfants en période de basses eaux.

    Suit la liste des pétitionnaires, annotée au crayon : Auguste Tixier ; puis surtout des artisans (boulangers, menuisiers, meuniers... dont certains ont une vigne ; Patural, menuisier route de Lyon ; Pierre Derory, menuisier à Estiallet ; Cor, tuilier route de Lyon) ; et de nombreux petits artisans, journaliers... qui "n´ont rien" à proximité de l´étang.

    - 31 juillet 1883. Extrait des délibérations du conseil municipal de la ville de Montbrison. L´étang conserve son niveau en toute saison parce qu´il est alimenté par une prise d´eau sur le Vizézy, en face de l´abattoir de la ville. Les joncs, iris et autres plantes aquatiques qui poussent sur les bords sont régulièrement coupés pour servir à des usages industriels, ils ne pourrissent donc pas dans l´eau. Il faut dons conserver cet étang avec "son organisation ancienne et son fonctionnement perfectionné par sa prise d´eau". le montant de la ferme en 1882 est de 3550 F par an pendant 9 ans ; les Hospices ne pourraient pas louer les terrains de l´étang asséché aussi cher, et leur mise en état coûterait cher.

    - 11 juin 1883. Arrêté de suppression de l´étang de Savigneux. Vu la pétition du 11 mai 1882 et les rapports de Girardon, ingénieur de l´hydraulique, et du Dr Rey, médecin expert, et en vertu de la loi du 11-19 septembre 1792, l´étang sera supprimé le 1er février 1884 (après la pêche). Les frais de suppression sont à la charge des Hospices. La ville de Montbrison était favorable au maintien de l´étang (elle soutient les Hospices), au contraire de la commune de Savigneux, favorable à sa suppression ; les avis des autres interlocuteurs (médecins, conseil général, ingénieurs de l'hydraulique) étaient partagés. Cette décision fait l´objet d´un recours au conseil d´Etat, rejeté le 28 mai 1886.

    Projet de transformation de l´étang de Savigneux en pièce d´eau, 1894-1918 (AH Montbrison (dépôt aux AC Montbrison), non classées. Boîte Etang de Savigneux).

    - 15 juin 1894. Les Hospices demandent la transformation de l´ancien étang en pièce d´eau par le projet d´un endiguement (étang enserré par un muret et creusé de façon à avoir au moins 60 cm de hauteur d´eau. Avis défavorable du conseil municipal.

    - 5 mars 1900. Délibération des Hospices de Montbrison tendant à obtenir de M. le préfet l´autorisation de transformer en pièce d´eau l´ancien étang de Savigneux conformément au projet dressé par M. Thévenet le 9 juillet 1893. Refus du conseil d´Hygiène de l´arrondissement de Montbrison.

    - 19 décembre 1916. Délibération des Hospices de Montbrison pour la création d´un lac sur l´emplacement de l´ancien étang. Les hospices assureront l´alimentation en eau du futur lac pendant la période d´assèchement du Vizézy au moyen d´une prise d´eau sur le canal d´irrigation du Forez.

    - 4 mars 1918. Les Hospices, ont été autorisés par arrêté préfectoral du 27 février 1918 à transformer en lac les terrains marécageux de l´ancien étang de Savigneux. Le projet doit être rapidement exécuté afin de pouvoir empoissonner ce lac cette année. Ces travaux de terrassement nécessiteraient une équipe de 25 hommes qu´il est impossible de se procurer à Montbrison, où la construction de l´usine métallurgique Chavanne-Brun attire toute la main d´oeuvre civile disponible. La commission sollicite du ministre de la Guerre une équipe de 25 Polonais, dont les dépôts les plus proches sont à Bas-en-Basset et au Puy. A défaut de Polonais, la commission accepterait des Alsaciens-Lorrains, s´il y en a de disponible [sic].

    - 10 mai 19[ ?]. Délibération. Les Hospices de Montbrison possèdent sur le territoire de Savigneux une surface de terrain de 14 ha, autrefois en étang, qui va être convertie mi-partie en pièce d´eau et mi-partie en prairie tout autour de la pièce d´eau. Les travaux sont en cours de réalisation et sont sur le point d´être terminés. Attenant à ces terrains se trouve une maison d´habitation composée d´un rez-de-chaussée avec une pièce au premier étage, de dépendances consistant en deux petites écuries dont l´une a une fenière au-dessus, un petit hangar et un petit jardin (bâtiment en mauvais état) ; le bail en est cédé gratuitement à Alphonse Bréat, garde du syndicat du Vizézy, pour 6 ans, à condition d´exécuter les réparations nécessaires aux bâtiments. De plus il remplira à titre gracieux les fonctions de garde de la propriété des Hospices ; il surveillera la pièce d´eau, les prairies, le canal d´alimentation, les prises d´eau, il assurera la manoeuvre des vannes et entretiendra en bon état les rigoles d´irrigation des prairies.

Références documentaires

Documents d'archives
  • AC Savigneux. Cadastre. Registre présentant les augmentations et les diminutions survenues dans les contenances et les revenus portés sur les matrices cadastrales [1830-1885].

  • AC Savigneux. Registre des délibérations du conseil municipal du 3 mars 1887 au 14 avril 1912. Délibération du 23 juillet 1893. Débat sur le maintien de l´étang de Savigneux. Argument pour : étang salubre, lieu d´agrément, l´Hospice de Montbrison s´engage réserver un lit à la commune de Savigneux et à entretenir et aménager l´étang ; argument contre : étang insalubre, sa mise en culture donnerait du travail pour des ouvriers. L´étang est maintenu.

  • AH Montbrison (dépôt aux AC Montbrison), non classées. Boîte Etang de Savigneux. Vente par adjudication de l´étang de Savigneux, le 15 fructidor an XII (14 septembre 1804), à François Marie de Meaux de Saint-Just, propriétaire à Montbrison, pour la somme de 56025 F (somme payée en 4 fois). - 15 fructidor XIII. Quittance. François Jean Marie de Meaux de Saint-Just, demeurant à Montbrison, paye 16800 F en acompte du prix de vente de l´étang de Savigneux. Les vendeurs sont Jean-Baptiste Collin receveur des domaines nationaux (16800 F), Antoine Forest, marchand clincallier [sic : quincaillier] à Montbrison (14 636 F) et Jacques Rüe, propriétaire à Nervieux, fondé de pouvoir de Joseph Marie Rosset (11 785 F) - 29 avril 1821. Régis de Meaux échange l´étang contre trois domaines de la Charité situés à Saint-Héand et Merle. L´étang est estimé 58 710 F.

  • AH Montbrison (dépôt aux AC Montbrison), non classées. Boîte Etang de Savigneux. Trois mémoires imprimés de pièces de procédures dans le différent entre Jacques Dulac et Camille et Denis de Meaux, concernant l´étang de Savigneux , 1816 ; 1817 ; 1819 [voir annexe].

  • AH Montbrison (dépôt aux AC Montbrison), non classées. Hospice des infirmes et indigents. Sommier des fermages et locations - 1813 à 1854. Etang de Savigneux (baux de 6 ans). - 31 décembre 1822, bail à ferme à Charrêt et Mourrier. - 13 avril 1828, bail à ferme à Antoine et Philibert Dalicout ; renouvellé en 1834 (avec Jeanne-Marie Philipon, sa femme), 1839 et 1849.

  • AH Montbrison (dépôt aux AC Montbrison), non classées. Boîte Etang de Savigneux. Baux à ferme de l´étang de Savigneux. - 19 messidor an XII. Bail à ferme pris par François Joammard, cultivateur à Savigneux, et Pierre Laveille, cultivateur à Montbrison, pour 63 francs numéraires. - 30 novembre 1829. Bail à ferme pris par Philibert Dalicout. - 1er mars 1834. Bail à ferme pris par Philibert Dalicout et sa femme, demeurant à Magneux-Haute-Rive, pour 6 ans et au prix de la ferme est de 2300 F (comprend la loge pour le service de l´étang). En caution ils hypothèquent leurs immeubles situés à Montbrison, en particulier un corps de bâtiment et ses dépendances situés faubourg Saint-Jean, servant d´auberge à l´enseigne du Grand Saint-Jean (cuisine, salle et dépôt au rez-de-chaussée ; 1er étage et grenier) joignant la route de Lyon le midi, le chemin de Savigneux au nord. L´étang a été transmis aux hospices suivant acte d´échange contre trois domaines, sur les communes de Saint-Héand et Merle, passé avec M. Régis de Meaux le 7 octobre 1821 (Desarnaud notaire). - 7 mars 1921. Bail de location des terrains entourant le lac de Savigneux, à Jean Garnier, boucher à Montbrison, pour 9 ans (850 F). Les Hospices se réservent : un terrain de 3500 m² près des serves à poissons et de la bonde de l´étang pour leur usage personnel ou pour le céder au garde du lac ; le droit d´autoriser des courses de chevaux sur les terrains loués ; le droit de louer à part le droit de chasse. - 14 mars 1921. Bail passé avec Alphonse Bréat, de Savigneux, pour la location (6 ans, loyer de 70 F) d´une surface de 3500 m² de terrain, près du lac nouvellement créé.

  • AH Montbrison (dépôt aux AC Montbrison), non classées. Domaine de l´étang de Savigneux. 1847 à 1903. - 1849. L´administration des Hospices a consenti à la construction d´une écurie adossée à la loge de Savigneux. - 1849. La ferme de l´étang de Savigneux a été donnée pour 9 ans à M. Dalicourt au prix de 2400 F. - 1859. Exhaussement de l´écurie de la loge de l´étang de Savigneux et construction de quatre serves - 1880. L´étang a été supprimé par arrêté préfectoral mais il a été toléré jusqu´au 1er novembre 1893, époque à laquelle la suppression a été accomplie. Depuis lors il est cultivé à moitié fruits par le sieur Jean-Marie Latulipe, garde de l´étang depuis 1850. - 1894. M. Thévenet, agent voyer d´arrondissement, dresse un projet de transformation en prise d´eau de l´ancien étang qui aurait sur les bords une hauteur minimum d´eau de 0,60 m. Le projet a été soumis au Conseil d´hygiène en 1900, qui a émis un avis défavorable et a forcé l´administration des Hospices à abandonner son exécution.

  • AH Montbrison (dépôt aux AC Montbrison), non classées. Généralités domaines. Série O 159. Travaux exécutés par l'entrepreneur Pierre Dubeau, en 1889. - Domaine de la Goutte-Haute (Saint-Paul-d'Uzore) : construction d'un hangar - Domaine de la Goutte-Basse (Mornand) - Domaine de Belles Dents (Champdieu et Savigneux) - Maison du garde de l'Etang de Savigneux - Domaine de Fontanes (Chalain-le-Comtal) - Domaine de Jagneux (L'Hôpital-le-Grand) - Domaine de la Pommière (Grézieux-le-Fromental et Précieux) - Domaine de Vauberet (Montbrison) - Domaine de Pagnon - Domaine de la Tourette - Domaine Aux Jacquins - Clos des Purelles

  • AH Montbrison (dépôt aux AC Montbrison), non classées. Boîte Etang de Savigneux. Projet de suppression de l´étang de Savigneux en 1883 [voir annexe].

  • AH Montbrison (dépôt aux AC Montbrison), non classées. Boîte Etang de Savigneux. Projet de transformation de l´étang de Savigneux en pièce d´eau, 1894-1918 [voir annexe].

  • AH Montbrison (dépôt aux AC Montbrison), non classées. Boîte Etang de Savigneux. Vente de l´étang de Savigneux, 1927. - 23 février 1927. Procès-verbal d´estimation et plan pour la vente de l´étang de Savigneux. Il consiste en terre, d´alluvion, pâture, étang, jardin potager et bâtiments (maison d´habitation, écuries, hangar, petit jardin et dépendances). Superficie totale de 15,4 ha. - 24 Juillet 1927. Adjudication définitive par les Hospices à Louis Alexandre Montserret, maître teinturier à Chazelles-sur-Lyon, pour le prix de 161 600 F ; "avec la dite propriété seront vendus tous droits de prise d´eau y attachés, tous les droits sur la levée de prise d´eau établie sur le Vizézy, fossés, bandes chaussées, biefs d´alimentation et de décharge". Origine de propriété : cession à titre d´échange consentie par Régis de Meaux, écuyer, demeurant à Merlieux, commune de Savigneux, le 7 octobre 1821. Régis de Meaux en avait hérité de François Jean-Marie de Meaux, adjudicataire du bien suivant sentence tranchée par le tribunal civil de Montbrison, le 13 fructidor An XII (14 septembre 1804).

Documents figurés
  • Plan des lieux joint au Procès-verbal d'estimation pour la vente de l'étang de Savigneux / Mathieu Girardier (agent voyer principal en retraite). 1 dess. : encre noire, lavis rouge, bleu, jaune, vert, sur papier. Échelle 1:500. 32x21,6 cm. 1er quart 20e siècle, 23 février 1927 (AH Montbrison (dépôt aux AC Montbrison), non classées).

Bibliographie
  • DEGORCE, Jean-Noël. Les milieux humides dans la Loire. Saint-Etienne : Publications de l´Université de Saint-Etienne, 1995. (Centre d´études foréziennes ; thèse de doctorat de géographie, Saint-Etienne : Université Jean-Monnet, 1991)

  • Savigneux hier et aujourd'hui. LATTA, Claude (dir.). Malesherbes : Maury imprimeur SAS, 2005

    p. 22, 31, 72, 73, 143
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Conseil général de la Loire © Conseil général de la Loire - Guibaud Caroline - Monnet Thierry