Logo ={0} - Retour à l'accueil

Ferme de Sannes

Dossier IA03000592 réalisé en 2020

Fiche

Contexte institutionnel.

Sollicité le 10 juin 2020 par le Service régional de l'archéologie dans le cadre d'une opération d'archéologie préventive au lieu-dit Sannes, le Service de l'Inventaire général du patrimoine culturel de la Région Auvergne-Rhône-Alpes a jugé que l'ouverture d'un dossier ponctuel se justifiait à plusieurs titres :

-disparition programmée de la ferme de Sannes, sauf un bâtiment destiné à l'accueil du public d'une future aire de repos,

-mise à disposition par le service régional de l'archéologie d'un rapport d'archéologie du bâti sur trois des huit bâtiments qui composent la ferme (rapport accessible à partir de ce dossier, rubrique ci-dessous Liens web),

-travail en archives mené par l'ancien fermier exploitant puis locataire de la ferme, M. Raymond Martin, dont le témoignage et la documentation ont été recueillis par les archéologues,

-caractère représentatif avéré de l'édifice, à la lumière notamment de l'étude sur l'habitat rural en Bourbonnais conduite dans les années 1970 par Jean-Paul Leclercq, alors secrétaire régional de la commission Inventaire d'Auvergne.

Contexte géographique.

La ferme isolée de Sannes est située sur le territoire communal de Toulon-sur-Allier, incluse aujourd'hui dans la communauté d'agglomération de Moulins et au sud de cette ville. Le bord ouest de la commune est formé par la rivière Allier qui reçoit de nombreux affluents. Dans les alentours de la ferme sont d'ailleurs représentées un grand nombre de retenues d'eau ou de mares sur la carte d'état-major (1820-1866). Le faciès de cette plaine de l'Allier, ou plaine bourbonnaise, a favorisé l'aménagement de plusieurs réseaux orientés nord-sud : d'abord une route importante sous l'Ancien régime, puis la ligne de chemin de fer Paris-Clermond-Ferrand terminée en 1855. La ferme de Sannes se trouve ainsi enchâssée entre la route royale et la voie ferrée.

Parmi les affluents de l'Allier figure sur le cadastre levé en 1825 le "Ris de Sanne", ru qui délimite sur le nord et l'ouest le fonds d'implantation de la ferme (cour, bâtiments et prés). Le fonds est limité à l'est par la "Route de Paris à Lyon", devenue RN 7. En 1825 encore, un "chemin de desserte" au sud séparait le noyau initial de la ferme d'un autre grand pré. Issue probablement des opérations de remembrement de la seconde moitié du 20ème siècle, l'unique parcelle que forme le fonds sur le cadastre de 2017 correspond à l'addition d'au moins huit parcelles tracées sur le cadastre ancien (n° 56 à 62 de la section K1 et partie des parcelles 162 à 165 de la section K2), y compris l'aliénation du chemin signalé.

On peut encore noter en 1825 la proximité d'un relais de poste (avec un "champ de la poste" destiné à la pâture des chevaux, figuré sur le cadastre ancien) et d'un moulin important, reconstruit de manière monumentale, en 1883 semble-t-il, en face de la ferme, de l'autre côté de la route nationale. En 1976 un échangeur routier est aménagé au sud-est du domaine de Sannes, qui permet de passer de la RN 7 à la RCEA (Route Centre Europe Atlantique, orientée est-ouest). En 2020, c'est le projet d'élargissement de cette dernière qui conduit à la démolition de la ferme.

Parties constituantes non étudiéesétable à chevaux, étable à vaches, grange, hangar agricole, poulailler, charretterie, aire à battre couverte, fenil, porcherie, fournil
Dénominationsferme
Aire d'étude et cantonAuvergne
AdresseCommune : Toulon-sur-Allier
Lieu-dit : Sannes
Adresse : Cadastre : 2017 YN 12

La ferme représentée sur le cadastre daté de 2017 et visitée en 2020 occupe l'emplacement d'une ferme plus ancienne visible sur le cadastre levé en 1825. Même si elles présentent toutes deux le même parti d'une ferme à cour ouverte, les bâtiments ont été reconstruits : la grange-étable sud, en 1866 (information orale recueillie par les archéologues), la maison, en 1875 ("date gravée sur une plaque de pierre posée sur l'enduit en haut d'un pignon", suivant en cela un dispositif récurrent d'après J-P. Leclercq), la grange-étable ouest en 1879 (information orale, d'après plan conservé aux Archives départementales de l'Allier, sous la cote 4 H 541-547, reproduit dans le Rapport de diagnostic, p. 95), la porcherie en 1889, avec ajout de loges en 1928 (information orale recueillie par les archéologues).

D'après un document encadré retrouvé sur place dans le logis, le domaine aurait été "mis en valeur" par une communauté agricole jusqu'en 1670, puis par les "sieurs de Sane", ensuite par les religieux de l'hôpital Saint-Gilles (de Moulins), et enfin par une succession de fermiers dits alternativement "marchands" ou "exploitants", jusqu'à Robert Martin, "fermier exploitant" de 1964 à 1982. Ajoutons qu'à sa suite, de 1982 à 2008, M. Raymond Martin s'est révélé être le dernier "fermier exploitant", puis locataire des bâtiments de 2008 à mai 2020. Depuis 1851, les ancêtres de M. Raymond Martin se sont succédé sur le site, d'abord comme métayers, jusqu'en 1919, puis comme "fermiers exploitants".

M. Raymond Martin a établi que de 1798 à 2006 l'exploitation était propriété des hospices civils de Moulins. Et on notera qu'un "champ de l'hospice" est indiqué sur le cadastre de 1825-1826, en section K2, parcelle 166, au sud de la ferme de Sannes.

En 2006, la propriété a été acquise par la Communauté d'agglomération de Moulins.

Période(s)Principale : 2e moitié 19e siècle
Secondaire : 2e quart 20e siècle
Dates1866, daté par tradition orale
1875, porte la date
1879, daté par tradition orale
1889, daté par tradition orale
1928, daté par tradition orale
1936, porte la date
1965, porte la date

Sur une terre d'élevage associé à de la polyculture, dans un paysage de semi-bocage, la ferme de Sannes présente une cour ouverte (close récemment de manière sommaire) avec principalement deux granges-étables et une maison organisées quasiment perpendiculairement. Un principe de symétrie encore plus strict organise la façade sur cour de la grange-étable située à gauche en entrant dans la cour depuis la route nationale. Située sur un terre-plein (remblai de l'ancienne maison), la maison lui fait face de façon à bénéficier d'une exposition au sud. Au fond de la cour se trouve une seconde grange-étable. Ensuite viennent, séparés par des espaces libres, la porcherie, les remises, le poulailler, un fournil et un garage (voir le schéma). Un bosquet et un jardin d'agrément sont disposés à proximité de la maison : le bosquet en façade et le jardin le long de la route. Un potager est situé à l'arrière (au sud) de la porcherie. Plus des trois-quarts de la parcelle (d'une surface supérieure à sept hectares) sont occupés par un pré.

En termes de gabarit, les deux granges-étables l'emportent sur la maison tant en longueur qu'en hauteur. Les toitures à pente forte en sont notamment la cause.

La maison, double en profondeur, présente une façade avec chaînes d'angles en brique apparente sur une base de blocs de grès. Elle est percée de quatre baies (trois fenêtres et la porte d'entrée) couvertes de plates-bandes de briques en arc segmentaire. La façade est également compartimentée en trois par deux jambes en brique avec base et sommet en grès. Un bandeau de brique situé au niveau des appuis de fenêtres en grès, et un cordon en brique la divisent horizontalement, formant avec les jambes un quadrillage régulier. Une corniche composée de trois rangs de briques la couronne. L'élévation arrière est également percée de quatre baies, la porte donnant accès à une buanderie ajoutée au 20e siècle. Dans le pignon est se trouve une baie jumelée composée de la porte d'accès au comble et d'une baie aveugle. Au-dessus se trouve la pierre gravée de la date 1875. On atteint la porte par un escalier en pierre droit, parallèle et accolé à la façade. Deux lucarnes dont les ouvertures sont situées à l'aplomb des murs gouttereaux sud et nord sont fermées de panneaux en bois pleins. Une souche de cheminée en brique permet l'évacuation des fumées des deux cheminées de la maison : une grande cheminée centrale (hauteur à la tablette : 201 cm) ouverte dans la pièce principale à laquelle on accède directement depuis l'extérieur, et une plus petite cheminée dans la pièce située dans l'angle nord-est de la maison. Aucun élément ne permet de restituer précisément la cuisine de 1875.

La grange-étable située au sud, remarquable par la symétrie, déjà signalée, de la composition de sa façade (trois baies couvertes d'arc en plein cintre et en brique, de part et d'autre d'une porte charretière centrale), présente principalement 32 mangeoires distribuées en deux étables doubles. La charpente composée de six fermes dégage des volumes tels qu'ils autorisent des récoltes de paille et de foin importantes.

La grange-étable située à l'ouest a connu différents aménagements : les percements disparates en façade en attestent. De même que le mur de refend nord, non chaîné au mur gouttereau. C'est dans ce mur de refend que sont percées cinq baies fermées de volets, coulissant sur des glissières, qui permettaient de distribuer directement le foin dans un râtelier auquel avait accès une vingtaine de bovins en étable ouverte. Cette dernière, d'après le dernier fermier et un plan conservé aux archives départementales de l'Allier, aurait remplacé un alignement de loges à cochons, au moment probablement où l'on construisait la porcherie indépendante. Dans l'angle sud-est du bâtiment se trouve la chambre de commis (15 m2) encore équipée de sa cheminée montée en brique et présentant un manteau en bois ; son sol est carrelé (carreaux en terre cuite de 14 cm par 14, à joints fins et sans mortier). Une chambre à grains recouvre la chambre et l'étable à chevaux, cette dernière occupant l'angle sud-ouest du bâtiment. Grâce à une trémie ouverte dans le plancher, les grains pouvaient être écoulés directement au rez-de-chaussée. Les trois fermes de la charpente sont composées d'entraits et faux-entraits (entrait travaillant à la compression, contrairement à l'entrait retroussé qui travaille en traction) : entre les deux, des jambes de force secondent les arbalétriers. Sur les deux versants du toit sont posées des tuiles de nature différente, tuiles plates à l'ouest et tuiles en béton à l'est : une tempête, en 1983, ayant conduit à la réfection du versant est (témoignage oral du dernier locataire de la ferme). C'est vraisemblablement au cours de cette réfection que la souche de la cheminée de la chambre de commis a été démolie.

D'après l'archéologue du bâti (voir le rapport de diagnostic lié à ce dossier), les deux granges-étables sondées auraient été construites en remployant majoritairement des matériaux qu'on peut supposer être ceux des bâtiments remplacés (les briques disposées en arêtes de poisson, à la base du mur gouttereau ouest de la grange-étable de fond de cour, semblent en attester particulièrement). En revanche la porcherie aurait été construite avec des matériaux neufs.

La maison n'a pas fait l'objet d'une analyse archéologique mais le sondage effectué dans le terre-plein situé au-devant de sa façade laisse supposer que l'ancienne maison (dont les contours sont levés sur le cadastre de 1825) se trouvait là. Des carrelages de terre cuite ont été dégagés par les archéologues mais "les murs de l'ancien bâtiment ont fait l'objet d'une récupération semble-t-il systématique" (rapport de diagnostic, p. 44).

Nombre de ces caractères ont été repérés de façon récurrente par Jean-Paul Leclercq dans les années 1970 : "ferme à cour ouverte qui correspondent généralement à de plus grandes exploitations [que les maisons-blocs] dont les bâtiments, souvent de grandes dimensions, échappent, dans la deuxième moitié du XIXe siècle, à l'architecture vernaculaire tant par leur ampleur, leurs élévations, que par leur implantation, tendant à la symétrie, autour d'une vaste cour", "en général, la façade principale [du logis] est à l'est ou au sud", "[le logis" est souvent double, et non simple, en profondeur, d'où la présence fréquente d'ouvertures au mur goutterot postérieur", "des cloisons séparent les différentes pièces et il n'y a ni couloir ni escalier : l'accès au comble est au pignon, par une porte haute que l'on atteint grâce à une échelle, ou à un escalier extérieur en pierre, ou en bois [...]" (Habitat rural en Bourbonnais, p. 45-46). De même, le fournil est souvent indépendant, les loges à porcs sont peu distinctes des poulaillers (ces dernières circulant librement dans les espaces libres). J-P. Leclercq signalait deux types d'étables à bovins : avec ouvertures dans mur de refend qui sépare la remise de l'étable permettant d'alimenter le bétail sans avoir à pénétrer dans l'étable, ou bien avec bêtes alignées le long d'un couloir longitudinal et mangeoires bordant le couloir, "les bêtes passant alors la tête par des ouvertures de forme ovale, triangulaire ou rectangulaire, pour se nourrir". Ici les deux types d'étables sont représentés sur le même fonds, dans deux bâtiments distincts ; les ouvertures par lesquelles les bovins passent la tête sont de forme triangulaire.

La ferme de Sannes se révèle également représentative d'une observation faite par Antoine Paillet, conservateur des musées de l'Allier et spécialiste de l'architecture du Bourbonnais : "L'opposition entre cour ouverte et cour fermée n'est pas pertinente. La question essentielle est celle de l'agencement des bâtiments par rapport à la cour. On assiste [au XIXe siècle] à une géométrisation et une mise en symétrie des bâtiments qui correspond à un souci de rationalité dans la fonctionnalité (productivité des déplacements dans le travail), mais aussi à une préoccupation esthétique" (Compte-rendu en ligne du séminaire "Bâtir dans l'espace rural [...]" tenu le 18 avril 2006 à la Maison de la recherche en sciences humaines de l'Université Caen Normandie).

Mursgrès moyen appareil (?)
brique brique et pierre à assises alternées enduit
brique maçonnerie
Toittuile plate, béton en couverture, tuile mécanique
Étagesen rez-de-chaussée, 1 étage de comble
Couvrementscharpente en bois apparente
Couvertures
Escaliersescalier de distribution extérieur : escalier droit en maçonnerie
Typologieslogis et grange-étable dans des bâtiments distincts, sur cour (2e moitié 19e siècle)
État de conservationdétruit après inventaire

Ferme destinée à la démolition.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Service d'archéologie préventive du département de l'Allier. Rapport de diagnostic - Septembre 2020 - Toulon-sur-Allier, ferme de Sannes A 79 - Zone D16D (Auvergne - Allier - 03.286), par Gabriel Rocque et Jean-Baptiste Kowalski.

    Date d'intervention : 3/8/2020 au 6/8/2020.

    Arrêté de prescription n° 2020-647

    Opération archéologie Patriarche n° 03-8835

    Projet du service d'archéologie préventive n° D-A79-2020-D16D

    Rapport de diagnostic archéologique SRA Auvergne-Rhône-Alpes : 03-8835 (Patriarche) / D-A79-2020-D16D (Service d'archéologie préventive de l'Allier)
Bibliographie
  • Anonyme. Histoire du village de Sannes. Feuillet disposé sur un lutrin à destination de visiteurs, amenés probablement par la Communauté d'agglomération de Moulins, dernière propriétaire des lieux.

    Histoire du village de Sannes
  • BONNAUD, Pierre, LECLERCQ, Jean-Paul. Habitat rural en Bourbonnais. Catalogue imprimé mais non édité d'une exposition réalisée par la Commission régionale d'Auvergne de l'Inventaire général des monuments et richesses artistiques de la France, [1978].

    Habitat rural en Bourbonnais, [1978] Région Auvergne-Rhône-Alpes, SRI, site de Clermont : 03.022

Liens web

© Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel - Renaud-Morand Bénédicte
Renaud-Morand Bénédicte

Chercheure à l'Inventaire général du patrimoine culturel d'Auvergne-Rhône-Alpes.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.