Logo ={0} - Retour à l'accueil

Ferme

Dossier IA42002329 réalisé en 2005

Fiche

Dossiers de synthèse

Destinationsmaison
Parties constituantes non étudiéesfour à pain, logement, abreuvoir, cellier
Dénominationsferme
Aire d'étude et cantonMontbrison
AdresseCommune : Roche
Lieu-dit : le Vernay
Cadastre : 1818 (?) D 347 ; 1986 AH 79

La ferme est représentée, à peu près dans son emprise actuelle (cour non figurée ; ajout postérieur du hangar sud) sur le plan cadastral établi avant 1818 (1818 D 347, maison de (Gabriel) Jean Griot et Marie Palais, veuve). Une chaîne d'angle dans le mur ouest indique que la partie la plus ancienne du bâtiment est la grange-étable. Plusieurs encadrements (en place au rez-de-chaussée ? en remploi au comble ?) sur le logis signalent l'existence d'une construction du 16e siècle (?) à cet emplacement : ouvertures du rez-de-chaussée, à chanfrein ou cavet ; deux fenêtres du comble à linteau à accolade à deux ressauts, jambages moulurés ou à chanfrein et congé, fenêtre centrale du comble chanfreinée ; corniche en granite au faîte du mur ouest ; jour de l'étable, à côté de l'escalier de l'aître, à encadrement chanfreiné. A. Lugnier date cependant l'édifice du 18e siècle (en accord avec la date gravée sur un bac en pierre, mais dont l'emplacement n'est pas concluant pour l'architecture) : "les quelques habitations de ce temps [les 17e et 18e siècles] qui subsistent encore ont toujours eu ou avaient l'aître, en particulier, du XVIIIe siècle, celles de Soleillant (Verney)...". Les dates portées indiquent cependant un agrandissement de l'édifice (1812, ajout de la seconde grange-étable en retour au sud ; 1825, ajout de l'agrandissement du logis en retour au nord, peut-être destiné à loger le second propriétaire indiqué sur la matrice cadastrale, la veuve Marie Palais ?) et un important remaniement dans le premier quart du 19e siècle (date 1824 sur le logis, avec le nom du propriétaire, Gabriel Griot ; les ouvertures du premier étage de cette partie du logis sont datables par le style de cette époque). Lugnier cite cette même ferme parmi les "plus vastes propriétés" de la commune, "comportant ordinairement jasserie en montagne et vigne au pays bas, auxquelles s'adjoignent nécessairement une vaste étable et un cuvage suffisant. Quelques unes d'entre elles construites avant 1820, toujours en granite du pays, taillé ou façonné, ont subi une importante réfection au XIXe siècle, sans perdre complètement leur aspect ancien marqué par le toit en auvent protégeant le balcon de bois du premier étage, et la cour fermée généralement trop réduite". Un hangar a été ajouté en retour de la grange-étable au sud. Le toit du logis a été refait (sans croupe ?). La ferme possédait une vigne, avec une loge, au lieu-dit Croze dans la commune de Champdieu (renseignement oral).

Période(s)Principale : 4e quart 18e siècle , (?)
Principale : 1er quart 19e siècle
Secondaire : 16e siècle
Dates1797, porte la date
1812
1824
1825
Auteur(s)Auteur : auteur inconnu

Ferme à juxtaposition (toiture unique), puis à dépendances en retour d'équerre, à cour fermée (portail). Un long balcon, ou aître, porté par des poutres débordant en façade, longe la façade du logis et de la grange-étable au niveau du premier étage (rupture de niveau à la jonction logis-étable ; garde-corps à barreaux en bois, du début du 20e siècle ? et un peu plus récent dans la partie devant le logement) ; accès par un escalier extérieur tournant, en maçonnerie, situé à l'angle sud-ouest de la cour (sans doute l'accès emprunté pour le logement situé au-dessus de l'étable), et par un escalier intérieur situé dans le logis. Le logis (non visité, dispositions connues par témoignage oral) en fond de cour a quatre travées. Le rez-de-chaussée comprend un couloir desservant la cuisine (avec four à pain ; voûte en saillie sur le mur ouest) à droite et une salle (?) puis une cave ou cellier voûté à gauche, et un escalier en bois au fond ; le logis se poursuit dans le retour au nord. Le premier étage a une porte et quatre fenêtres dans un alignement similaire aux ouvertures du rez-de-chaussée ; l'étage du retour nord est occupé par un dépôt et une chambre. Le logis a également un étage de comble. Dans le prolongement du logis se trouve une étable, avec un logement en étage, puis une grange (accès haut par l'escalier côté cour, par la pente sur le mur arrière). En retour est construite une seconde grange-étable (accès haut à la grange par montoir). À côté du portail est édifiée une laiterie. Les murs sont en moellon de granite (enduit à joints tirés à la pointe sur le logis), les encadrements en pierre de taille (arc de décharge à planches appuyées en mitre sur la fenêtre du logement ; linteau sur coussinet pour la première étable ; porte en arc segmentaire à claveaux pour la seconde grange), les toits à longs pans, en tuile creuse. Un abreuvoir alimenté par une source est placé devant l'élévation est, à la jonction logis-étable ; trois bacs abreuvois (bachats) sont disposés au pied du montoir devant l'entrée de la seconde étable. Date 1797 gravée sur un bac en pierre (bachat). Date 1818 gravée sur le claveau central de la porte de la grange. Inscription GABRIEL 1824 G gravée sur le linteau de la porte du logis. Date 1825 gravée sur le linteau d'une fenêtre (voir desc.).

Mursgranite
moellon
Toittuile creuse
Étages1 étage carré, comble à surcroît
Couvrementsvoûte en berceau
Couverturestoit à longs pans
Escaliersescalier de distribution extérieur : escalier tournant en maçonnerie
escalier intérieur : en charpente
TypologiesType A1: ferme à juxtaposition, Type B1: dépendances en retour d´équerre
Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Bibliographie
  • LUGNIER, Antoine. Cinq siècles de vie paysanne à Roche-en-Forez, Loire (1440-1940). Réimpression de l'édition de l'Imprimerie Dumas de 1962

    p. 93, 94
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Conseil général de la Loire © Conseil général de la Loire - Guibaud Caroline - Monnet Thierry