Logo ={0} - Retour à l'accueil

Ferme

Dossier IA73003304 inclus dans Écart des Combettes (les Chamous) réalisé en 2014

Fiche

Destinationsmaison
Parties constituantes non étudiéespoulailler, atelier, porcherie, four, four à pain
Dénominationsferme
Aire d'étude et cantonHauts de l'Albanais
AdresseCommune : Montcel
Lieu-dit : les Combette, les Chamous
Cadastre : 1880 A6 755 ; 2013 A6 635

Les bâtiments occupent l'emplacement d'une parcelle bâtie du premier cadastre français de 1880. La partie habitation y est précisément représentée avec l'excroissance latérale du four à pain (le four a été démonté) et l'escalier en façade. Cette habitation présente des remplois d'encadrements à cavet ou à linteau en accolade, que l'on peut mettre en relation avec l'existence de bâtiments à proximité sur la mappe sarde de 1732, mais le gros-oeuvre n'est sans doute pas antérieur au 19e siècle et l'élévation a été remaniée dans la 2e moitié du 20e siècle (encadrements, escalier). La grange-étable a été reconstruite dans la première moitié du 20e siècle et sa partie sud transformée en habitation vers 1945-1947 (renseignement oral). La porcherie-poulailler a été édifiée au milieu du 20e siècle. Un grand bâtiment d'exploitation a été édifié au sud, en parpaing de ciment aggloméré, dans la 2e moitié du 20e siècle.

Historique de la famille résidente : l'exploitation a été fondée en 1883 ; la famille comptait alors 12 enfants. Le travail s'effectuait avec un cheval, puis une paire de vaches, puis une paire de boeufs et enfin un tracteur acheté en 1948 (en commun avec d'autres exploitants voisins). Le cheptel comptait cinq vaches, les cultures se composaient d'un peu de céréales, de vigne et de châtaigniers. Les vaches étaient montées en alpage sur Arith et Saint-François-de-Sales. Au milieu du 20e siècle, l'exploitant était aussi charron.

Période(s)Principale : 19e siècle
Principale : 1ère moitié 20e siècle
Secondaire : 3e quart 20e siècle

Ferme à bâtiments distincts dans une cour fermée, édifiée sur un replat. Elle comprend un logis avec un rez-de-chaussée divisé en atelier de charronnage et cellier (trois portes sur l'extérieur), et partie habitation en étage accessible par un escalier extérieur en maçonnerie et un balcon, composé d'une cuisine et quatre chambres. Un four à pain était aménagé dans un bâtiment adossé au nord. La grange-étable, de l'autre côté de la cour, est encadrée de remises ; un second logis est aménagé à une extrémité. Une petite dépendance destinée au petit bétail (porcs, poules, lapins) est édifié dans l'angle sud-ouest de la cour. Un jardin potager se développe derrière le logis.

Les bâtiments sont en moellon de calcaire enduit (ciment), avec des encadrements en calcaire blanc (encadrements en remploi), en calcaire ou en béton (linteaux en arc segmentaire pour la grange et une remise). Le fenil est aéré par de grandes ouvertures fermées par des claies de bois. Les toits sont en pavillon, en éternit (logis, à longs pans et en tuile plate mécanique sur la grange-étable (avec demi-croupes) et le poulailler-porcherie.

Murscalcaire moellon enduit
Toittuile plate mécanique, ciment amiante en couverture
Étages1 étage carré
Couvrements
Couverturestoit à longs pans demi-croupe
toit en pavillon
Escaliersescalier de distribution extérieur
Typologieslogis et grange-étable dans des bâtiments distincts, sur cour
Statut de la propriétépropriété privée
Protections
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Parc naturel régional du Massif des Bauges © Parc naturel régional du Massif des Bauges - Guibaud Caroline - Monnet Thierry