Copyright
  • © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Montbrison
  • Commune Roche
  • Lieu-dit Rochéberanne
  • Cadastre 1818 (?) E 493 ; 1986 AK 255
  • Dénominations
    ferme
  • Destinations
    maison
  • Parties constituantes non étudiées
    forge, abreuvoir, four à pain, cuvage

La ferme occupe l'emprise d'une parcelle bâtie en 1818 (1818 E 493) appartenant à François Viallard. Celui-ci possédait également une jasserie à "Planessirve" (1818 B2, loge ; B3 pré, B5 pâture, B1 terre). Le bâtiment actuel présente des remplois anciens (petite baie à encadrement chanfreiné sur le pignon de la grange-étable, pierre datée 1610 en remploi près de l'abreuvoir) mais il date sans doute en majeure partie du premier quart du 19e siècle (date 1808 et génoise sur le logis) avec agrandissement dans la 2e moitié du 19e siècle (date 1868 sur la grange-étable, date 1888 sur le seuil du logis), avec en particulier l'ajout d'une troisième pièce et d'une cave à vin à l'est du logis (chaîne d'angle). La façade du logis a été modifiée (terrasse en ciment) mais il semble qu'il y ait eu un porte haute (et donc un aître ?) dès le 19e siècle au moins. La ferme avait deux jasseries, à Château-Gaillard (commune de Roche, vendue à un habitant de Montbrison : il peut s'agir de IA42002405) et à Gourgon (commune de Roche), en ruine. La propriété comprenait également une vigne à Pierre à Chaux (commune de Montbrison) (renseignements oraux). Inscription gravée sur une dalle devant l'entrée du logis (? disparue) : initiales JMV et VM (Jean-Marie Viallard et Victorine Maisse), date 1888 (témoignage oral).

  • Période(s)
    • Principale : 1er quart 19e siècle
    • Principale : 2e moitié 19e siècle
  • Dates
    • 1610, porte la date
    • 1808
    • 1868
    • 1888

Ferme à dépendances en retour d'équerre, à cour fermée (portail). Le logis a un couloir qui donne accès à une cave voûtée (à pommes de terre) à l'ouest ; une seconde porte en façade pour la cuisine qui possède une cheminée avec four à pain latéral (pièce d'affinage des fourmes, non voûtée, sur l'arrière). Une porte dans la cheminée ouvre dans une bretagne ; dans le prolongement de celle-ci se trouve une seconde chambre avec une cave voûtée (à vin) sur l'arrière. En retour du logis, accolée à la cave à pommes de terres, est édifiée la grange-étable (accès à la grange par montoir). Contre le mur pignon sud de la grange-étable sont adossés deux édicules, un abreuvoir et une chaudière. Dans l'angle sud-est de la cour est édifiée une forge. Les bâtiments sont en moellon de granite (enduit à joints tirés à la pointe), avec des encadrements en pierre de taille (arcs de décharge en pierre sur planches adossées en mitre sur le logis) ; les toits sont à longs pans, en tuile creuse (croupe et génoise sur le logis). Au-dessus de la porte haute du logis : ancienne niche à statuette (linteau monolithe cintré) transformée en fenêtre ? Date gravée sur une pierre en remploi à côté de l'abreuvoir : 1610. Date gravée sur le linteau d'une fenêtre du logis : 1808. Date gravée sur la porte sud de la grange-étable : 1868. Suite des inscriptions en fin de l'Historique.

  • Murs
    • granite
    • moellon
  • Toits
    tuile creuse
  • Étages
    1 étage carré, étage de comble
  • Couvertures
    • toit à longs pans
    • croupe
  • Escaliers
    • escalier intérieur : escalier tournant en charpente
  • Typologies
    Type B1: dépendances en retour d´équerre
  • Statut de la propriété
    propriété privée
Date d'enquête 2005 ; Dernière mise à jour en 2012
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel
© Conseil général de la Loire