Dossier IA01000111 | Réalisé par
Hôtel de parlementaire dit hôtel de Fontbleins, puis hôtel de voyageurs du Lion d'Or
Copyright
  • © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Trévoux
  • Commune Trévoux
  • Adresse 32 rue du Palais
  • Cadastre 1823 B 520, 521 ; 1984 AE 61
  • Dénominations
    hôtel
  • Genre
    de parlementaire
  • Appellations
    hôtel de Fontbleins, puis hôtel de voyageurs du Lion d'Or
  • Destinations
    Caisse d'Epargne

L'hôtel de Fontbleins a été construit dans la 1ère moitié 18e siècle pour Balthazar Murgier de Fontbleins ou son fils Louis, tous deux conseillers au parlement de Dombes à partir de 1692 et 1709. Cet édifice est un exemple d'hôtel particulier construit après l'arrêté de 1696, date qui marque le transfert du siège du parlement à Trévoux, avec obligation pour les magistrats de résider dans la cité. Cet événement est à l'origine de l'expansion de la ville vers l'est. Peu à peu, les magistrats font élever leur demeure sur le côté sud de la rue Neuve (l'actuelle rue du Palais) , jouissant ainsi de la vue sur la vallée de la Saône. L'hôtel de Fontbleins reste dans la famille jusqu'au début du 19e siècle. Au début du 20e siècle, il est converti en hôtel de voyageurs sous l'enseigne hôtel du Lion d'Or. Il est actuellement le siège de la Caisse d'Epargne. Le jardin a disparu, il a été remplacé par une cour, partiellement occupée de constructions annexes. Présence de deux manteaux de cheminée : l'un de la 1ère moitié du 18e siècle, l'autre du début du 20e siècle

Edifice en moellons de pierres dorées sur élévation postérieure ; élévation antérieure enduite : pierre de taille calcaire pour les bandeaux d'étages, les encadrements de portes et de fenêtres ; plan en U comprenant 4 niveaux dont un étage à surcroît du côté de la rue, éclairé par des oculi, et un étage de comble à 5 lucarnes sur le versant, du côté du jardin ; élévation principale à 3 travées sur le corps central et 2 travées sur les retours ; élévation postérieure à 9 travées ; élévation latérale droite mitoyenne, élévation latérale gauche de plan triangulaire, avec une travée irrégulière ouvrant sur la rue de la gare ; présence de deux manteaux de cheminée dans les salons du rez-de-chaussée surélevé : l'un en calcaire blanc, l'autre en marbre veiné rouge et décor céramique polychrome

  • Murs
    • pierre
    • calcaire
    • enduit
    • moellon
    • pierre de taille
  • Toits
    tuile creuse
  • Plans
    plan régulier en U
  • Étages
    étage de soubassement, rez-de-chaussée surélevé, 1 étage carré, étage de comble, étage en surcroît
  • Élévations extérieures
    élévation à travées
  • Couvertures
    • croupe
    • noue
  • Escaliers
    • escalier intérieur : escalier droit en maçonnerie
  • État de conservation
    restauré
  • Techniques
    • sculpture
    • ferronnerie
    • céramique
  • Représentations
    • tête
    • homme
    • chardon
  • Statut de la propriété
    propriété privée
Date d'enquête 1992 ; Dernière mise à jour en 1997
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel