Logo ={0} - Retour à l'accueil

Hôtel de Parlementaire dit Hôtel de Messimy

Dossier IA01000112 réalisé en 1991

Fiche

Genrede parlementaire
AppellationsHôtel de Messimy
Dénominationshôtel
Aire d'étude et cantonTrévoux
AdresseCommune : Trévoux
Adresse : 26 rue du
Palais
Cadastre : 1823 B 519, 522 ; 1984 AE 243

L'hôtel de Messimy a été construit dans la 1ère moitié du 18e siècle pour Jacques-Antoine Desrioux de Messimy, procureur général au parlement de Trévoux en 1726, fils d'Antoine, premier président en 1704 et d'Elisabeth, fille de Nicolas de _Malézieu, chancelier de la souveraineté de Dombes. Cet édifice est, avec les hôtels de Fontbleins et de Beauséjour, l'un des trois hôtels particuliers construits rue du Palais, après 1696, date qui marque le transfert du siège du parlement à Trévoux, et oblige les parlementaires à résider dans la cité. Aucun document ne nous renseigne sur le nom de l'architecte et les étapes de la construction. Seule, la date gravée sur le piédroit du portail de la rue du Palais, permet de penser que la construction s'est achevée en octobre 1728. Les pots à feu situés au sommet du portail de la rue de la Gare, les rampes et gardes-corps en ferronnerie, placés dans le jardin, dont un au chiffre DM, font suite à la campagne de construction de 1728. L'édifice, habité par Marc Desrioux de Messimy en 1770, devient bien national à la Révolution

Période(s)Principale : 1ère moitié 18e siècle
Dates1728, porte la date
Auteur(s)Auteur : maître d'oeuvre inconnu

Hôtel aux élévations antérieure et postérieure à 9 et 7 travées organisées selon un axe de symétrie constitué d'un avant corps central saillant couronne d'un fronton curviligne sur cour et d'un fronton triangulaire sur jardin ; décor d'agrafés figurées au 1er niveau de ces élévations ; élévations latérales à 6 travées dont une modifiée avec avant corps couvert en pavillon ; étage de soubassement avec couloir médian vouté d'un berceau plein-cintre à lunettes ; dans les caves, escalier de service intérieur en équerre communicant avec l'escalier d'honneur tournant à retours avec jour en calcaire à gryphées et rampe en ferronnerie ; hôtel entre cour et jardin : cour en terrasse, jardin régulier en terrasse avec 1 escalier isolé droit et 2 escaliers en équerre dont un avec garde corps en ferronnerie ; présence de 2 portails : l'un daté, l'autre orné de pots à feu ; autres bâtiments : écurie et maison du gardien à longs pans, pignons couverts et appentis ; puits intérieur ; tonnelle en fer forgé de plan carré dans le jardin

Murscalcaire
enduit
moellon
Toittuile creuse
Plansplan symétrique
Étagesétage de soubassement, rez-de-chaussée surélevé, 1 étage carré, étage en surcroît
Élévations extérieuresélévation à travées
Couverturestoit à longs pans
appentis
toit en pavillon
croupe
noue
pignon couvert
Escaliersescalier de distribution extérieur : escalier en équerre
escalier de distribution extérieur : escalier droit
escalier intérieur : escalier en équerre en maçonnerie
escalier intérieur : escalier tournant à retours avec jour en maçonnerie, suspendu
Techniquessculpture
ferronnerie
Précision représentations

tête ; homme ; soldat ; pot ; chiffre ; représentation non figurative ; enroulement ; volute" § "sujet : pots à feu sculptés, support : fronton du portail latéral ; sujet : trois têtes d'hommes sculptées, supports : agrafés de portes, fenêtres de l'élévation sur jardin ; sujet : tête de soldat sculptée, support : agrafe de porte d'entrée sur élévation principale ; sujet : ornement à chiffre en fer forgé, support : garde-corps du jardin ; sujet : représentation non figurative, enroulement et volute en fer forgé, supports : garde-corps de rampe de la cage d'escalier et escalier isolé du jardin, vantaux de porte du jardin

Statut de la propriétépropriété privée
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel - Hartmann-Nussbaum Simone