Logo ={0} - Retour à l'accueil

Hôtel de voyageurs, dit Hôtel d'Albion, actuellement immeuble à logements, dit Résidence L'Albion

Dossier IA73002317 inclus dans Avenue d'Albion réalisé en 2013

Fiche

Dossiers de synthèse

Voir

AppellationsAlbion, Résidence L'Albion
Destinationsimmeuble à logements
Dénominationshôtel de voyageurs
Aire d'étude et cantonSaint Pol-Biollay
AdresseCommune : Aix-les-Bains
Lieu-dit : Saint Pol-Biollay
Adresse : 6 avenue d'
Albion
Cadastre : 1879 D 1236 ; 1973 BZ 21 ; 2004 BZ 385

Cet ancien hôtel a été construit en 1894 à l’initiative de l’hôtelier Henri Mermoz. Jusqu’à sa fermeture en 1980 et sa transformation en immeuble de logement, le bâtiment initial a connu plusieurs importantes campagnes d’agrandissement qui ont modifié le parti architectural originel. L’ampleur des travaux est repérable dans l’iconographie ancienne mais seule une partie des modifications apportées par chaque campagne est encore visible dans la physionomie actuelle de la résidence l’Albion.

Le bâtiment édifié en 1894 en amont du boulevard de la Roche-du-Roi, comprend un étage de soubassement, un rez-de-chaussée surélevé et quatre étages carrés. La façade principale est rythmée par dix travées de baies groupées deux par deux et alternativement placées en saillie ou en retrait de part et d’autre d’une travée centrale coiffée d’un attique portant l’inscription « Hôtel d’Albion » (ordonnance de rythme binaire : a, b, a, b, a).

Dès 1895, et comme plusieurs établissements hôteliers de la ville, Henri Mermoz envisage de rebaptiser son hôtel « Grand Hôtel d’Albion et du Mont-Revard » suite à l’ouverture du chemin de fer à crémaillère menant au Mont-Revard (AC Aix-les-Bains. 1 O 193, n°93).

L’hôtel d’Albion, géré par Henri Mermoz, dont l’influence dont l’initiative et l’influence, tant au niveau local que régional, est importante, acquiert rapidement une solide réputation.

Une première série de travaux intervient sur les parties hautes du bâtiment avant 1911.

Un toit en pavillon vient coiffer la partie nord de la construction tandis que l’attique semble aménagée, probablement en chambres, prenant le jour par deux fenêtres. L’enseigne « Albion » est placée au-dessus. Le bâtiment est par la suite surélevé par l’ajout d’un étage de comble, intégrant l’ancien attique, tandis qu’un haut toit brisé se substitue à l’ancienne toiture. Placé au même alignement, un nouveau corps de bâtiment est construit contre la façade nord.

Une seconde campagne de travaux se déroule en 1924 suite à un incendie qui détruit partiellement l’hôtel (AC Aix-les-Bains. 1 O 229, n°72). Le bâtiment est alors à nouveau exhaussé : l’étage de comble est transformé en étage carré et un nouvel étage de comble est aménagé dans un haut toit brisé. L’hôtel comprend désormais un étage de soubassement, un rez-de-chaussée surélevé, cinq étages carrés et un étage de comble.

Entre 1952 et 1963, l’établissement est agrandi au sud par la construction d’un nouveau corps de bâtiment.

La dernière importante campagne de travaux intervient en 1963. A cette date, un nouvel incendie détruit les derniers étages de l’hôtel. Lors de leur reconstruction, conduite par l’architecte Georges Noiray, l’étage de comble est transformé en étage carré et le toit brisé est remplacé par un toit à plusieurs pans de faible pente. Le bâtiment adopte sa physionomie actuelle.

L’hôtel d’Albion ferme ses portes en 1980. Racheté par la société annecienne Bienalp, le bâtiment est transformé en immeuble de logement appelé Résidence L’Albion. Les travaux, portant sur des aménagements intérieurs, sont confiés à l’architecte Zolnierzak.

Période(s)Principale : 4e quart 19e siècle , daté par source
Principale : 1er quart 20e siècle , daté par source, daté par travaux historiques
Principale : 3e quart 20e siècle , daté par source, daté par travaux historiques
Secondaire : 4e quart 20e siècle , daté par source
Dates1894, daté par source
1924, daté par source
1963, daté par source
1980, daté par source
Auteur(s)Auteur : Noiray Georges
Georges Noiray

Architecte à Aix-les-Bains (architecte de la Ville)


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte attribution par source
Auteur : Zolnierzak A. architecte attribution par source

Cet ancien hôtel s’élève au bout de l’avenue d’Albion, en amont du boulevard de la Roche-du-Roi et derrière l’ancienne villa de l’hôtel Beau-Site. Deux aires de stationnement, dont un parking souterrain, l’encadrent au nord et au sud tandis qu’une cour privative et close, creusée d’une piscine, se développe à l’ouest.

Trois corps de bâtiments attenants et placés au même alignement composent l’édifice. Celui-ci, coiffé d'un toit à longs pans à très faible pente, compte un étage de soubassement, un rez-de-chaussée surélevé et six étages carrés. Le sixième étage et le corps de bâtiment placé au sud sont bâtis en béton tandis que le reste de l’édifice est construit en moellons de pierre.

Ce corps de bâtiment sud, placé légèrement en saillie par rapport à la façade principale (façade ouest), présente sur ses deux angles, des balcons en équerre à chaque étage. Quant au corps de bâtiment situé au nord, décoré de bossages en tables sur toute sa hauteur, ce sont des pans coupés, comprenant une travée de baie, qui en constituent les angles.

Treize travées de baies rythment la façade principale (façade ouest) de l’édifice. Les dix travées du corps principal sont groupées deux par deux, placées alternativement en retrait et en saillie (rythme binaire : a, b, a, b, a) et séparées par des pilastres, en bossages et harpés sur la hauteur du rez-de-chaussée surélevé et du premier étage. Des triplets de baies composent la travée située à l’extrême gauche de l’élévation. Le relief vertical donné à la façade par le rythme binaire est produit horizontalement par la présence alternative de balcons, balconnets et garde-corps selon les niveaux d’élévations. La composition horizontale, renforcée par la présence de bandeaux entre les niveaux, repose également sur un traitement différencié des éléments de modénature selon l’étage. Les plates-bandes et les agrafes des encadrements de baies ainsi que les consoles soutenant les balcons revêtent en effet des formes différentes : à triglyphes au rez-de-chaussée surélevé ; à pointe de diamant au premier étage. Le rez-de-chaussée surélevé, revêtu d’un décor de bossages en tables, est percée de portes-fenêtres en arc segmentaire, donnant sur une véranda fermée de vitres et reposant sur des piliers en béton. Un degré droit donne accès à la cour privative.

Bien que certains éléments de composition identiques à ceux de l’élévation principale soient présents (balconnets au sixième étage ; rythme binaire des travées groupées deux par deux et séparées par des pilastres ; présence de bandeaux entre les niveaux), la façade postérieure, divisée par quinze travées de baies, bénéficie d’un traitement décoratif plus modeste. Les plates-bandes, les agrafes et les jambages des encadrements de baies adoptent des formes de plus en plus simples du rez-de-chaussée au cinquième étage. Comme sur l’élévation principale, les baies du rez-de-chaussée sont cintrées.

L’entrée principale, abritée d’un large auvent en béton, se situe sur la façade postérieure. Celle-ci est percée d’une seconde entrée, donnant accès à la clinique vétérinaire, dont la porte présente des vantaux ornés de ferronneries intégrant les lettres H et A.

L’ensemble se complète d’un corps de bâtiment, de taille plus modeste, couvert en terrasse et bâti en béton, qui flanque l’élévation nord et fait retour sur une partie de la façade ouest.

Murspierre moellon enduit
béton
Toitmatériau synthétique en couverture (?)
Étagesétage de soubassement, rez-de-chaussée surélevé, 6 étages carrés
Élévations extérieuresélévation à travées
Couverturestoit à longs pans
Escaliersescalier dans-oeuvre
Techniquesferronnerie
maçonnerie
Précision représentations

Monogramme H et A dans la ferronnerie des vantaux de la porte d'entrée de la clinique vétérinaire.

PLU 2007 : étoile creuse (bâti intéressant : démolition soumise à permis de démolir)

Statut de la propriétépropriété d'une personne privée

Annexes

  • ANNEXE 1 Liste des propriétaires

    ANNEXE 1

    Liste des propriétaires

    1894 : Mermoz Henri, maître d’hôtel

    1937 : SA Compagnie Générale d’Assurances, à Paris

    1980 : Société Bienalp, Annecy-le-Vieux

    1980 : Société Sarimo, Lyon

    2004 : Syndicat des copropriétaires Albion

  • ANNEXE 2 Eloge d'Henri Mermoz et de l'hôtel d'Albion

    ANNEXE 2

    Eloge d'Henri Mermoz et de l'hôtel d'Albion

    Extrait de : S.n. M. Henri Mermoz. L’Avenir d’Aix-les-Bains, 7 novembre 1903, p.2 (AC Aix-les-Bains. PER 4)

    Nous reproduisons textuellement et avec le plus grand empressement l’article suivant publié par le journal l’Industrie Hôtelière.

    M. Henri Mermoz

    Directeur-propriétaire du Grand Hôtel d’Albion à Aix-les-Bains

    Président de l’Association syndicale des hôteliers des Alpes

    Membre du Conseil d’Administration du Grand Cercle d’Aix-les-Bains

    Vice-Président du Syndicat des Hôteliers d’Aix-les-Bains.

    M. Henri Mermoz naquit en 1856, au Montcel, près d’Aix-les-Bains. Après avoir étudié la terre natale et comprit tout le bien qu’il lui pourrait faire par son zèle, après avoir été mêlé à tout le décor de plaisirs dont se pare la cité, poussé par atavisme à sa mission, de par M. Louis Mermoz, son aïeul, qui fut l’un des fondateurs du Cercle d’Aix-les-Bains, M. Henri Mermoz résolut de créer l’Hôtel d’Albion.

    En 1894, époque où furent creuser les fondations, c’était montrer beaucoup d’audace de rêver pareille entreprise. Nombre auraient hésité, lui ne douta jamais de la réussite et marcha sans faiblir. Energique, ayant su gagner la confiance de ses compatriotes, fort estimé dans le pays, on l’encouragea dans la lutte.

    N’avait-il pas administré la Chorale pendant sept années ; fondé la société de Tir dont il fut l’un des plus adroits participants ; ressuscité le tir aux pigeons, et, pris part à tous ces sports, qui sont la vie d’une cité de plaisance.

    Son esprit d’indépendance et ses convictions ne laissèrent pas de lui susciter des obstacles qu’il surmonta avec courage. Passionné pour tout ce qui touche aux intérêts d’Aix, il sût montrer, qu’à côté de ses affaires personnelles, il savait faire large place pour l’intérêt général.

    C’est un fils de ses œuvres, n’ayant rien attendu que de son énergie, en homme de vrai mérite, très modeste et très bon, où la physionomie la plus sympathique s’allie à l’air volontaire accusé par chaque trait de sa figure. Il est de ceux qui s’enorgueillissent d’avoir, les premiers, satisfait aux exigences du confort et de l’hygiène moderne.

    Son magnifique hôtel est seul sans être la solitude, il appartient à la ville sans en connaître les bruits, il est voisin de partout et cependant d’une indépendance parfaite.

    Jeté sur la « Roche du Roi », l’Hôtel d’Albion domine la féerie du panorama d’Aix-les-Bains.

    L’air et la lumière s’y disputent la priorité, son énorme silhouette blanche jette sa note joyeuse sur le gris des Alpes comme le bleu mouvant et rêveur du lac.

    Au point de vue plus particulier de l’exemple par l’acte, nous relevons que M. Mermoz est le premier à Aix qui ait installé la double canalisation d’eau chaude et d’eau froide, le téléphone, l’éclairage électrique, chambres de bains, ascenseur.

    Au point de vue initiative directe sur les confrères, nous constat ons qu’il a réussi à grouper en Syndicat tous les hôteliers d’Aix, Syndicat dont il est le vice-président, au nom duquel il portait avec humour la parole au congrès des hôteliers des Alpes Françaises, tenu à Annecy, le 22 avril 1903.Nous voudrions que beaucoup de nos hôteliers s’inspirent des principes de M. Mermoz et suivent son école. Bien des villes connaîtraient ainsi en peu de temps ce que peu attirer de richesses, une création intelligente. Certes, les Aixois l’ont bien compris, et si M. Mermoz est regardé comme un des artisans de la charmante station, il a bien mérité cette estime. […].

Références documentaires

Documents d'archives
  • AC Aix-les-Bains. 1 O 193, n°165. Autorisation de bâtir accordée à M. Henri Mermoz pour faire construire un hôtel au lieu-dit « Derrière la Tour » et l’hôtel portera le nom de « Grand Hôtel d’Albion », 8 juillet 1894.

    AC Aix-les-Bains : 1 O 193, n°165
  • AC Aix-les-Bains. 1 O 194, n°93. Autorisation de voirie accordée à M. Mermoz Henri pour joindre au nom de « Grand Hôtel d’Albion » celui de : « et du Mont-Revard », 24 mai 1895.

    AC Aix-les-Bains : 1 O 194, n°93
  • AC Aix-les-Bains. 1 D. 1924-1925. Registre des délibérations. Délibération du conseil municipal, 5 mars 1925.

    AC Aix-les-Bains : 1 D
  • AC Aix-les-Bains. 1 O 229, n°72. Autorisation de voirie accordée à M. Mermoz pour reconstruire l’hôtel d’Albion sous le nom « Grand Palais des Alpes », 7 juin 1926.

    AC Aix-les-Bains : 1 O 229, n°72
  • AC Aix-les-Bains. 184 W 61, n°2838. Autorisation de bâtir accordée à la Compagnie d’assurances générales pour la reconstruction du 6ème étage de l’hôtel d’Albion et la création d’un escalier de secours, 19 novembre 1963.

    AC Aix-les-Bains : 184 W 61, n°2838
  • AC Aix-les-Bains. 336 W 46, n°7707/2. Autorisation de bâtir accordée à la Société Bienalp pour la transformation en appartements de l’hôtel d’Albion, 3 janvier 1980.

    AC Aix-les-Bains : 336 W 46, n°7707/2
  • AC Aix-les-Bains. 336 W 52, n°7990. Autorisation de bâtir accordée à M. Laurent Pierre pour la société Sarimo pour la modification de l’implantation des garages de l’immeuble « Albion », 21 novembre 1980.

    AC Aix-les-Bains : 336 W 52, n°7990
Documents figurés
  • Ville d’Aix-les-Bains. Compagnie d’assurances générales. Hôtel d’Albion. Reconstruction du 6e étage après incendie avec création d’un escalier de secours / Noiray Georges., architecte. Aix-les-Bains, 1963. Ech. 1 : 100. 1 tirage de plan ; 37 x 74 cm. (AC Aix-les-Bains. 184 W 61, n°2838).

    AC Aix-les-Bains : 184 W 61, n°2838
  • Ville d’Aix-les-Bains. Compagnie d’assurances générales. Hôtel d’Albion. Reconstruction et aménagement après incendie. Façade ouest / Noiray Georges., architecte. Aix-les-Bains, 1963. Ech. 1 : 100. 1 tirage de plan ; 49 x 97 cm. (AC Aix-les-Bains. 184 W 61, n°2838).

    AC Aix-les-Bains : 184 W 61, n°2838
  • Hôtel d’Albion. Aix-les-Bains. Plans du rez-de-chaussée et du sous-sol. 3253/08 / Zolnierzak A., architecte. Annecy, 1979. Ech. 1 : 100. 1 tirage de plan ; 84 x 119 cm. (AC Aix-les-Bains. 336 W 46, n°7707/2).

    AC Aix-les-Bains : 336 W 46, n°7707/2
  • Hôtel d’Albion. Aix-les-Bains. Plans du 1er et du 2e étage. 3253/07 / Zolnierzak A., architecte. Annecy, 1979. Ech. 1 : 100. 1 tirage de plan ; 84 x 119 cm. (AC Aix-les-Bains. 336 W 46, n°7707/2).

    AC Aix-les-Bains : 336 W 46, n°7707/2
  • 121. Aix-les-Bains – Le Grand Hôtel d’Albion / S.n. Paris : N. D. Phot, [fin 19e siècle]. 1 carte postale ; 10 x 13 cm (AC Aix-les-Bains. Cp 38_002)

    AC Aix-les-Bains : Cp 38_002
  • Aix-les-Bains – Grand Hôtel d’Albion / Paris et Lyon : Papeterie Universelle, [vers 1910]. 1 carte postale ; 10 x 13 cm (AC Aix-les-Bains. Cp 38_001).

    AC Aix-les-Bains : Cp 38_001
  • Aix-les-Bains (Savoie). Hôtel Excelsior – Hôtel d’Albion / S.n. Chambéry : Grimal, [vers 1910]. 1 carte postale ; 10 x 13 cm (AC Aix-les-Bains. Cp 38_115)

    AC Aix-les-Bains : Cp 38_115
  • 13097. Aix-les-Bains et le lac du Bourget / S.n. [vers 1920]. 1 carte postale ; 10 x 13 cm (AC Aix-les-Bains. Cp 82_033)

    AC Aix-les-Bains : Cp 82_033
  • [Ensemble d’hôtels et de villas implantés en amont du boulevard de la Roche-du-Roi] / S.n. [Mâcon] : Cim, [entre 1945 et 1952]. 1 carte postale ; 10 x 14 cm (AC Aix-les-Bains. 12 Fi 616).

    AC Aix-les-Bains : 12 Fi 616
  • [Façade ouest de l’hôtel d’Albion après un incendie] / S.n. [Aix-les-Bains], [1963]. 1 photogr. ; 10 x 13 cm (AC Aix-les-Bains. 12 Fi 1)

    AC Aix-les-Bains : 12 Fi 1
  • [Façade est de l’hôtel d’Albion après un incendie] / S.n. [Aix-les-Bains], [1963]. 1 photogr. ; 10 x 13 cm (AC Aix-les-Bains. 12 Fi 225)

    AC Aix-les-Bains : 12 Fi 225
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Ville d'Aix-les-Bains © Ville d'Aix-les-Bains - Belle Elsa - Gras Philippe