Logo ={0} - Retour à l'accueil
Collège de Tournon, puis école royale militaire, puis lycée impérial, puis lycée de garçons, actuellement lycée Gabriel-Faure

Instrument de démonstration en électrostatique : machine électrostatique de Ramsden

Dossier IM07001305 réalisé en 2009

Fiche

Dénominationsinstrument de démonstration en électrostatique
Appellationsmachine électrostatique de Ramsden
Aire d'étude et cantonRhône-Alpes - Tournon-sur-Rhône
AdresseCommune : Tournon-sur-Rhône
Adresse : Lycée Gabriel-Faure, place Stéphane-Mallarmé
Emplacement dans l'édificebibliothèque historique au 1er étage

En 1766, un opticien anglais, Jesse Ramsden (Halifax 1730-Brighton 1800), construisit une machine électrostatique, à plateau de verre. D'abord graveur puis exclusivement tourné vers la construction des instruments de mathématiques et d'optique, il devint le plus réputé des constructeurs anglais, opticiens et mécaniciens. Ses instruments sont assez nombreux dans presque toutes les collections, parmi eux certains pièces - théodolites, balances de précision, cercle mural, machine électrique à plateau de verre, sont des chefs-d'oeuvre de construction. (Association Sauvegarde Patrimoine Lycée Gabriel Faure). Jesse Ramsden mit au point sa machine électrostatique en 1768. Il y a deux types de machines électrostatiques selon que les charges initiales sont obtenues par frottement ou par influence. La machine de Ramsden entre dans la première catégorie; son intérêt est historique. Les machines électrostatiques sont des machines qui produisent l'électricité à partir du mouvement, plus exactement de la puissance électrique à partir de la puissance mécanique, et sous des conditions convenant à l'électrostatique, c'est-à-dire sous forte tension (des dizaines et des centaines de milliers de volts) et faible intensité (des milliampères ou moins). (source : http://patrimoine.atlantech.fr, site piloté par le CNAM consacré au patrimoine scientifique et technique contemporain).

Période(s)Principale : 19e siècle
Auteur(s)Auteur : auteur inconnu

Entre deux montants de bois verticaux se trouve un plateau circulaire en verre, fixé par son centre à un axe pouvant tourner à l'aide d'une manivelle. Ce plateau, dressé entre quatre coussins de cuir, passe entre deux tubes de laiton courbés en forme de fer à cheval et armés de chaque côté de dents, que l'on appelle des peignes. Ceux-ci sont fixés sur deux gros tubes de laiton horizontaux, constituant les conducteurs, isolés par des pieds en verre. Les conducteurs sont reliés entre eux par un tube latéral terminé par une boule conductrice, par où sera recueillie l'électricité. Les montants supportant les coussins de frottement sont reliés au sol par une chaînette métallique (perdue). Le plateau est électrisé positivement par son frottement contre les coussins qui eux, se chargent d'électricité négative qui s'écoule dans le sol par la chaînette métallique. Le plateau agit par influence sur les deux conducteurs horizontaux : il attire sur les peignes les électrons mobiles, les extrémités des conducteurs et donc la boule sur la traverse se retrouve ainsi chargée positivement.

Catégoriesélectrostatique, physique
Structuresfixe
Matériauxbois
laiton
verre
cuir
Précision dimensions

h = 174 ; la = 100 ; pr = 150

États conservationsmauvais état
Précision état de conservation

les revêtements des disques de verre sont laminés.

Statut de la propriétépropriété d'un établissement public
Intérêt de l'œuvreÀ signaler
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel - Dandel Elisabeth
Elisabeth Dandel

Inventaires de lycées de la région Rhône-Alpes : Gabriel-Faure à Tournon-sur-Rhône, La Martinière à Lyon, Champollion à Grenoble, Plaine de l'Ain à Ambérieu-en-Bugey (2009-2011) ; Jean-Puy à Roanne, Claude-Fauriel à Saint-Étienne (avec Frederike Mulot), Claude-Berthollet à Annecy, Claude-Vaugelas à Chambéry, Olivier-de-Serres à Aubenas, Émile-Loubet à Valence, Robert-Doisneau à Vaulx-en-Velin (avec Frederike Mulot), Pierre-du-Terrail à Pontcharra (avec Frederike Mulot). Inventaire topographique de deux communes de l'ancien canton de Trévoux (Pays d'Art et d'Histoire Dombes Saône Vallée, pour la communauté de communes Dombes Saône Vallée, 2019).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.