Logo ={0} - Retour à l'accueil

Les alpages du versant nord du col de la Frasse

Dossier IA74002301 réalisé en 2010

Fiche

Œuvres contenues

Historique

Les grandes clairières situées en amont des bois de la Serraz et du Thoron figurent sur la mappe sarde établie en 1730. On y observe toutefois deux espaces aux caractéristiques différentes ; La partie haute, correspondant au col de la Frasse et à l'alpage des Granges Neuves, se compose comme aujourd'hui de grandes parcelles de pâturage sur lesquelles n'apparaissent que cinq bâtiments, et de quelques parcelles de forêts dans les secteurs les plus difficiles. La partie basse, correspondant aux lieux-dits des Raffous, du Thoron, du Pleyu, du Platon, de la Charbonnière et des Bochettes, est en revanche composée d'une mosaïque de prés, de champs cultivés, de bâtiments (plus de 20 jouxtant le plus souvent des terres labourées) et de bois. La limite des cultures semble alors se situer aux environs de 1200 m d'altitude ce qui peut expliquer l'importante division parcellaire des actuels alpages situés en aval des Granges Neuves.

Le premier cadastre français établi en 1865 présente une situation proche de celle que nous observons encore aujourd'hui, avec 34 bâtiments (granges et chalets) éparpillés dans un ensemble de prés. On notera que la majorité de ces bâtiments sont encore visibles aujourd'hui. Il ne reste toutefois presque rien des six bâtiments présents aux Mollières et liés aux mines de charbon.

On peut en conclure que la majorité des édifices construit dans cette partie de la commune date de la fin du XVIIIe siècle ou plus certainement de la première moitié du XIXe siècle. Trois dates relevées sur des chalets ou granges (1798 au chalet de la Charbonnière IA74002299, 1842 au chalet Demaison IA74002297, 1866 à la grange-étable aux Raffous IA74002298) renforcent cette hypothèse. Par ailleurs, il faut noter que suite à la séparation d'Entrevernes et de Lathuile en 1741, les habitants d'Entrevernes perdent le bénéfice des alpages de la montagne du Charbon sur Chevaline. L'ouverture de la mine en 1794 offre aux gens d'Entrevernes un revenu appréciable leur permettant d'acquérir des terres plus bas, ce qui a pu leur permettre de transformer ces cultures d'altitude en alpages, remplaçant ainsi la perte des ceux du Charbon.

La présence de granges et de fenils dans les chalets d'alpages atteste de la pratique de fenaison parallèlement au pâturage.

Dans la seconde moitié du XXe siècle, les alpages les plus bas desservis par la route deviennent facilement accessibles, et les granges et chalets sont progressivement abandonnés ou transformés en maisons secondaires.

Description

Le versant nord du col de la Frasse correspond à la partie supérieure de la commune d'Entrevernes. Cet espace compris entre le prolongement sud de la montagne du Taillefer et la montagne du Roc des Bœufs se compose d'un linéaire de pâtures orientée nord-sud le long du ruisseau de la Mine jusqu'au lieu-dit des Prés Clos. La vallée amorce alors un virage vers l'est et les prairies s'étagent pour l'essentiel sur les pentes sud et est du petit sommet du Thoron. Enfin, le petit plateau du Platon situé au nord de cet ensemble compose un dernier secteur alpestre avant la forêt qui redescend sur la vallée du ruisseau d'Entrevernes.

Architecture

Ce secteur se caractérise par l'importance de l'utilisation du bois dans la construction, sous forme d'ossature en charpente recouverte de planches, ou parfois de clayonnage (rameaux non écorcés entrelacés sur des liteaux verticaux) destiné à assurer la ventilation des fenils. L'usage de la pierre est limité aux soubassements, aux murs de la partie habitation des chalets, elle-même très limités, et aux murs pignons des chalets et des granges-étables (le pignon lui-même étant souvent en planches ou clayonnage).

Sur la partie haute du secteur, les chalets d'alpage de Granges Neuves et de la Frasse présentent un bâti remanié ou partiellement en ruine.

Sur la partie basse on observe trois typologies de bâtiments. Les granges sont généralement de plan carré, en bardage bois avec parfois un soubassement en pierre. Les granges-étables, de plan rectangulaire, sont composées d'une étable attenante à une grange et surmontée d'un fenil. Également en bois, ces granges-étables présentent un voire deux pignons en maçonnerie (voir IA74002298). Enfin, les chalets d'alpages juxtaposent un logis fermé par deux pans de murs maçonnés à une étable et une grange surmontés d'un fenil en bardage bois, avec souvent des parties aérées par du clayonnage (voir IA74002299). On note toutefois l'existence au Platon d'un chalet à juxtaposition présentant trois murs maçonnés sur quatre (voir IA74002300) et d'un chalet à bâtiments dissociés dont les fonctions n'ont pu être clairement définis au Thoron.

Dénominationsensemble pastoral
Aire d'étude et cantonPays de Faverges et du Laudon - Seynod
AdresseCommune : Entrevernes
Lieu-dit : sur Platon, la Frasse, la Charbonnière, les Bochettes, Pleyu, Thorons, sur la Mine, Montagne des Varray, Chalets de Raffous, les Prés Clos, aux Raffous, les Granges Neuves, Col d'Entrevernes
Cadastre : 1865 B2, B3, B5, B6, B7, B8, B9 ; 2008 B2, B3, B5, B6, B7, B8, B9
Précisions
Période(s)Principale : 1ère moitié 19e siècle , daté par travaux historiques

© Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Parc naturel régional du Massif des Bauges © Parc naturel régional du Massif des Bauges - Daviet Jérôme