Logo ={0} - Retour à l'accueil

Lycée d'enseignement général et technologique Robert-Doisneau

Dossier IA69007060 réalisé en 2014

Fiche

Un lycée pour Vaulx-en-Velin

Le lycée Robert-Doisneau s’inscrit résolument dans le centre ville de Vaulx-en-Velin.

À l’est de Lyon, Vaulx-en-Velin, 4e commune du Rhône par son nombre d’habitants, s’élève et se développe sur les plaines alluvionnaires du Rhône. Jusqu’au milieu du 19e siècle, la commune est régulièrement submergée par les crues du fleuve, parfois violentes, que le canal de Jonage associé à l’usine hydro-électrique va contribuer à réguler. Les nombreux terrains voués à la culture potagère sont petit à petit dévolus au développement urbain qui ne cesse de croître à partir du milieu du 20e siècle. La commune n’échappe pas à la politique urbaine généralisée des années 60-70. Son aspect se modifie considérablement, jusqu’à même déplacer son centre ville vers le sud par rapport au noyau historique du village, avec la création de la zone à urbaniser en priorité (ZUP) en 1963.

Cependant, la notion de centre ville est définie alors par la présence d’un immense plateau bétonné construit pour accueillir une très grande surface commerciale associée à une galerie marchande. L’hôtel de ville est érigé à proximité. Ce centre ville draine une population extra-communale, mais périclite chaque fin de semaine du fait de la fermeture du centre commercial. Pas de commerces de proximité, pas de logements permettant de fixer la population sur le site. Le Grand Vire, tel que le quartier se dénommait alors, apporte une vie factice à ce centre ville en devenir.

Dès le début des années 1970, le rythme de construction ralentit (entre 1000 et 1800 logements entre 1972 et 1974, puis baisse à 400 logements par an. (Guide de Vaulx-en-Velin, [1989]) ; le conseil municipal engage une bataille sans fin avec les services de l’État pour obtenir les crédits nécessaires à la construction des équipements de première nécessité : Hôtel des postes, Agence pour l’emploi, commissariat, lycée (GEOFFROY, 1996, p.124). Le projet de lycée apparaît en effet dès les premiers projets de la ZUP dans les années 60, lequel pourrait accueillir 1690 élèves sur une assiette foncière projetée. À partir de 1977 la commune renouvelle sa demande de construction d’un lycée, pour satisfaire les besoins d’une population de 40 000 habitants en matière d’éducation. Le lycée viendrait en effet compléter l'offre éducative de la commune.

Un long débat social et politique s’engage entre les différentes entités, qui dura près de vingt ans. En 1980, la commune obtient toutefois l’installation d’un lycée d’enseignement professionnel de 400 places (Lycée Professionnel Les Canuts) mais pas encore de lycée d’enseignement général.

Le rectorat finit par constater la réalité d’isolement scolaire dont souffre la commune. Le taux élevé de redoublement dans les écoles et les collèges, la structure de « collège unique » favorisant des difficultés dues à l’hétérogénéité des élèves, aboutit au classement des collèges de la commune en ZEP (zone d’éducation prioritaire). La question d’implantation d’un lycée retient alors l’attention. Une fiche descriptive d’opération du lycée est proposée par les autorités académiques en 1984 : elle prévoit 600 élèves avec des sections techniques, commerciales, industrielles. Mais dans un contexte de décentralisation, la programmation se heurte à des « priorités antérieures » (GEOFFROY, op. cit. P. 125). La question de lycée polyvalent était toutefois posée, en terme d’insertion sociale et professionnelle des jeunes Vaudais.

Un lycée inscrit résolument dans la ville

C’est au début de 1988 que le conseil municipal décide d’entamer l’étude de définition : analyse de la situation du secteur concerné, des conséquences sur le dispositif existant, en s’appuyant sur les études des services académiques. S’ensuit une étude de réalisation ou de programmation, qui définit précisément les besoins en terme de pédagogie, capacités d’accueil, etc., s’assure l’engagement des partenaires et débouche sur la désignation d’un maître d’œuvre.

La commune insiste sur la double fonction du lycée : répondre de manière favorable aux besoins de scolarité des jeunes Vaudais et s’inscrire, en tant qu’équipement urbain, comme une « pièce maîtresse parmi les multiples actions mises en œuvre dans le but d’offrir [aux] habitants un cadre de vie agréable, [et qui] participerait au développement économique de la ville ». L’absence de lycée d’enseignement général dans une ville de 45 000 habitants est vécue comme une anomalie insupportable.

Au début de l’année 1989, une classe sauvage est organisée devant l’hôtel de ville à l’initiative du maire d’alors, en réponse au refus de la Région qui craint la mise en œuvre d’un « lycée-ghetto ». La campagne pour un « lycée d’agglomération à Vaulx-en-Velin » est lancée, relayée par le conseil de parents d’élèves FCPE. Comme le souligne Géraldine Geoffroy, la demande de lycée a donc trouvé un nouvel ancrage : une dimension territorialisée, urbaine, entre lycée de proximité et lycée d’agglomération, entre « banlieue » de Lyon et « quatrième ville du département » (GEOFFROY, op. cit., p. 126).

Les émeutes du Mas-du-Taureau survenues en octobre 1990 vont accélérer le mouvement. À la fin du même mois, la Délégation interministérielle à la Ville se prononce favorablement pour la création d’un lycée d’enseignement général au Vaulx-en-Velin. Le lycée porte trois finalités : moyen de lutte contre l’échec scolaire, équipement de revalorisation de la commune et de sa population, réponse sociale à des problèmes sociaux. Le projet est très rapidement mis en œuvre, passant de l’étude à la réalisation en moins de deux ans. Les acteurs des origines – élus locaux, conseil de parents d’élèves FCPE – ne désarment pas pour autant et se mobilisent pour le contenu du lycée. La formation proposée est axée sur des filières valorisantes telles les sections industrielles.

La programmation architecturale n’inclut ni gymnase, ni restauration au sein de l’établissement : les élèves utiliseront les équipements existants alentour, ce qui n’ira pas sans soulever des contestations et des dysfonctionnements dans la gestion des élèves et de leurs mouvements.

Le choix de l’implantation du lycée dans la commune est également objet de discussions vives. La commune avait préalablement réservé un terrain le long de l’avenue Salvador-Allende (Pose de la 1ère pierre du lycée de Vaulx-en-Velin. Brochure, 9 décembre 1994; l’avenue est située en limite nord du centre ville actuel), emplacement qui n’apportait pas les réponses souhaitées. Le choix se fixe sur le terrain du Medoub, à proximité immédiate du centre commercial du Grand Vire, voué à disparaître. Quartier en pleine rénovation, cet important espace urbain est redéfini comme un vrai centre ville, développé autour d’éléments structurants déjà existants : l’Hôtel de ville, les établissements d’enseignement supérieur (École nationale des travaux publics de l’État inaugurée en 1976, LEP Les Canuts depuis 1980, École nationale d’architecture en 1987), salle culturelle (salle Charlie-Chaplin, construite en 1982-1983) et à venir : planétarium (inauguré en 1995), installations commerciales et résidentielles futures. Le quartier est totalement redessiné.

Le lycée est donc conçu d’emblée comme un élément constitutif de la nouvelle composition urbaine et non comme un « objet ». L’équipe chargée de l’étude spatiale et urbaine (Atelier des Paysages, Atelier de la Gère. Note d’insertion urbaine. [1993]) insiste sur l’importance des réseaux de communication, urbanisés et végétalisés, associés pour créer une relation continue entre les différents composants. La rue Carmellino, rebaptisée dans le projet Grande-Rue avant d’être officiellement nommée rue Émile-Zola, assure la liaison est-ouest et accueille en outre le nouveau réseau de transports en commun. À vocation principalement commerçante, elle dessert des îlots dont les rez-de-chaussée sont réservés à l’implantation de boutiques et de restaurants. À proximité, parallèlement au lycée, le parc du centre ville accentue l’axe nord-sud et apporte un support identitaire au centre ville, fortement marqué par l’eau omniprésente.

Les principes régisseurs des futures constructions de ce nouveau centre ville s’appuient sur un découpage orthogonal formatant des îlots de 65 mètres de large, avec des fonctions strictement superposées : en sous-sol, le stationnement privé ; au rez-de-chaussée, les commerces et équipements ; en R+1 jusqu’à 6, logements, hôtellerie. Les rez-de-chaussée sont alignés sur la voirie ; la densité de centre ville (R+6) est exprimée par les angles des îlots, qui restent à échelle humaine.

La construction du lycée

Dans ce concept, le nouveau lycée occupe 50 % de surface au sol, dont un quart est programmé en première tranche de travaux. Le lycée est composé pour soutenir concrètement le nouvel agencement urbain. L’architecte retenu doit répondre aux contraintes : le lycée participe pleinement à la structure du projet urbain et de ce fait la respecte ; l’épannelage urbain est en continuité avec la description des autres îlots projetés du centre ; son architecture doit apporter une réponse urbaine à son rôle d’élément structurant du site, en tant que repère, et élément prestigieux de l’utilisation scolaire. Sur une façade de 173 mètres de long, assurant un lien entre la Grande-Rue (rue Émile-Zola) et le carrefour au sud, l’entrée principale ouvrant sur une esplanade inscrit le lycée dans la vie du centre ville.

Les travaux sont très vite engagés. En mai 1993, la Société d’équipement du Rhône et de Lyon (SERL) est désigné conducteur d’opération et constitue le jury de concours d’architecture. Les candidats sont appelés à concourir à partir de juillet 1993 ; le choix se porte en février 1994 sur l’équipe Beau-Samouret-BBC, respectivement à Tassin-la-Demi-Lune et Vaulx-en-Velin. Les entreprises sont désignées, sur appel d’offre en octobre 1994. La première tranche de travaux démarre en novembre 1994, la rentrée étant assurée en septembre 1995. En juin 1995, la seconde tranche est lancée, livrée en juin 1996.

Le lycée est conçu pour accueillir 1030 élèves, de la seconde (5 classes) à la terminale, avec une formation générale littéraire, économique, scientifique et filière génie mécanique, génie électrique, BTS électronique et filière sport. L’internat est programmé pour accueillir 60 résidents. À l’origine externalisée au LEP Les Canuts, la demi-pension est effective au sein du lycée à la rentrée de 1999.

Un nom pour un lycée

Il reste au lycée, jusque là désigné comme le lycée de Vaulx-en-Velin, à se donner un nom. C’est un travail collégial, mené au sein du lycée lui-même avec l’équipe pédagogique, les élèves, les parents d’élèves qui nécessite plusieurs mois de réflexions. Il ne s’agit pas de stigmatiser l’établissement, mais bien de lui donner une identité valorisante, s’inscrivant dans les valeurs d’humanisme et de la République. Géraldine Geoffroy (GEOFFROY, op. Cit., p.121-123) retrace de manière détaillée les étapes de la réflexion, qui aboutirent à la fin du premier semestre de 1996 à la proposition de nommer le lycée Robert Doisneau, photographe populaire dont l’œuvre est un trait d’union générationnel. Quoi de mieux ? L’Assemblée régionale officialise la décision au cours du dernier trimestre de l’année 1996.

AppellationsRobert-Doisneau, Robert-Doisneau
Dénominationslycée
Aire d'étude et cantonRhône-Alpes - Vaulx-en-Velin
AdresseCommune : Vaulx-en-Velin
Lieu-dit : Adresse : 5 rue du
Lycée
Cadastre : 2012 BD 244

1988 : étude de définition. 1990 : étude urbaine. 1993 : note d'insertion urbaine et programmation architecturale. 1994 : pose de la première pierre. 1995-1996 : première rentrée. 1996 : "Le Lycée" prend le nom de Lycée Robert-Doisneau. 1999 : installation de la demi-pension et du gymnase.

Période(s)Principale : 4e quart 20e siècle , daté par source
Dates1996, daté par source
Auteur(s)Auteur : Beau
Beau

Architecte du Lycée Robert-Doisneau à Vaulx-en-Velin.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte attribution par source
Auteur : Samouret
Samouret

Architecte du Lycée Robert-Doisneau à Vaulx-en-Velin.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte attribution par source
Auteur : BBC
BBC

Agence d'architecture du Lycée Robert-Doisneau à Vaulx-en-Velin.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, agence d'architecture attribution par source

Le lycée Robert-Doisneau s'élève sur un terrain de 17 000 m2, délimité par la rue Émile-Zola au nord, la rue et l'esplanade du Lycée à l'est, l'avenue Pablo-Picasso au sud et la rue Condorcet à l'ouest ; sur ce même côté s'amorce le futur parc urbain. Dans la partie nord de la parcelle, les bâtiments suivent la rigueur orthogonale désirée par les architectes, respectant la règle d'urbanisme édictée : parkings en sous-sol, commerces au rez-de-chaussée, habitations et/ou activités en étage. Dans la partie sud, au contraire, les bâtiments prennent une forme plus libre, plus ondoyante, conférant un caractère allégé à la structure générale. Les formes rondes, circulaires, qui adoucissent le paysage et les arêtes vives des édifices, se répètent dans les cours intérieures du lycée pour les cages d'escaliers. Elles assurent un lien direct avec le parc urbain aménagé au sud.

En prise avec l'espace extérieur urbain, tout en respectant la sécurité et l'espace d'étude des élèves, le lycée ouvre sur l'esplanade arborée du même nom. Sur ce côté, la façade de 127 mètres de long est interrompue par la grille d'entrée.

Le bâtiment A, de forme ondulante presque cylindrique, accueille CDI et espaces de vie des élèves. C'est un lieu de regroupement, marqué par un vaste hall à deux niveaux ; là convergent les passerelles de liaison de tous les bâtiments. Très transparent en rez-de-chaussée, ce volume met en relation visuelle les espaces extérieurs importants pour les élèves : l'entrée du lycée, le préau et la cour sud, le patio et la terrasse de la cafétéria. Une passerelle (H) fait relie les autres parties du lycée. Le bâtiment est bardé de bois jaune par dessus l'isolant.

Les bâtiments B et C, qui accueillent l'enseignement général, sont deux quadrilatères érigés à l'ouest du tènement. Ce sont des bâtiments plots à R+2 dont les façades sur rue sont aveugles aux deux-tiers de leur hauteur et fendues en deux parties égales par une travée transparente couverte en shed. Une voile de béton marque cette verticalité à partir du 2e niveau. L'étage supérieur est totalement éclairé par des baies contiguës alternant avec panneaux de bois. Ces derniers apportent une touche de couleur chaude aux façades blanches et grises. La toiture débordante à ailerons couronne l'ensemble. Cette typologie est une constante sur les bâtiments orthogonaux du lycée.

Le bâtiment D, au nord, court tout le long de la rue Émile-Zola. Conformément aux dispositions d'urbanisme prescrites, il s'élève aux angles de l'îlot à R+4, tandis que la partie centrale n'est qu'à R+2. Ce dispositif apporte aération et légèreté à la rue commerçante. Construit sur sous-sol, le bâtiment ouvre au rez-de-chaussée sur des commerces, et aux étages accueille côté rue Condorcet l'internat du lycée, tandis que l'autre partie reçoit les appartements de fonction. Les ouvertures sont traitées à fleur de façade ; le dernier étage fonctionne comme un couronnement dans son traitement, où alternent poteaux de béton blanc et encadrements en bois. Le zinc gris de la toiture débordante à ailerons surmonte le tout.

Le bâtiment E concentre l'enseignement technique, en lien avec la façade principale ; cette disposition répond à un souhait du rectorat, dans un souci de valorisation des enseignements. La façade extérieure est traitée de manière identique à celle des bâtiments précédents. Il est conçu en trois unités cubiques juxtaposées, unifiées par la façade extérieure et côté cour par le traitement de la cage de leur escalier en vis intérieur traitée en demi-sphère. En béton brut, chaque mur de cage est éclairé naturellement par une série de cubes et au sommet par un large bandeau horizontal.

Le bâtiment F, au sud, abrite en rez-de-chaussée administration et à l'étage, les salles de professeurs et les archives. C'est un bâtiment rectangulaire, disposé parallèlement à l'auditorium. Un bardage de bois horizontal habille les parois extérieures.

L'auditorium (G), situé à l'extrême sud de la parcelle, fait le lien entre l'extérieur et le lycée. C'est une structure de plan ovale dont les parois à fruit inversé s'élèvent progressivement, donnant l'illusion d'une émergence permanente du sol. La salle, d'une capacité de 130 places, est revêtue de lambris en contrecollé.

La demi-pension (I), située dans la parcelle sud adjacente, est traitée en rez-de-chaussée à parois transparentes ouvrant sur la cour intérieure ; une mezzanine accueille l'espace réservé au personnel d'enseignement et d'encadrement.

Les accès aux étages sont assurés par des ascenseurs (espace internat) et des escaliers intérieurs aménagés dans chaque bâtiment. Outre les escaliers en vis du bâtiment E, ce sont des escaliers droits épousant, dans le cas du bâtiment A, la forme incurvée du mur. Le départ de l'escalier, au rez-de-chaussée, est traité avec garde-fou et main-courante en acier. Des teintes différentes sont affectées à chaque bâtiment, ajoutant un repère supplémentaire pour les élèves.

On a vu qu'une passerelle intérieure (H) assurait en R+1 la liaison avec les autres bâtiments. On y accède par un escalier à crémaillère centrale légèrement gauchis, à garde-fou et main-courante en acier ajouré. À l'étage, la passerelle, supportée par une théorie de fins poteaux en béton brut dessert le CDI et les autres espaces, en épousant la forme sinueuse donnée au bâtiment côté entrée (vers l'est) ; elle est éclairée par de larges murs-rideau ; devant les ouvertures, des brise-soleil horizontaux permettent d'atténuer les ardeurs de l'astre en période estivale. Deux autres passerelles aériennes disposées entre le bâtiment E et les bâtiments C et B permettent la liaison en R+1 entre ces différents bâtiments tout en convergeant vers le bâtiment A. Éclairées par des murs-rideaux, elles sont occultées de façon identique par des brise-soleil horizontaux.

Les bâtiments du lycée sont couverts en terrasse et en sheds, revêtus en tôle galvanisée et de bâche.

Des patios de verdure sont régulièrement disposés dans l'espace intérieur, notamment à proximité de l'auditorium une mare pédagogique destinée à l'observation des biotopes.

Mursbéton béton armé essentage de planches
Toitbéton en couverture, tôle galvanisée
Plansplan régulier en H
Étages4 étages carrés
Couvrementsdalle de béton
Élévations extérieuresélévation ordonnancée sans travées
Couverturesterrasse shed
Escaliersescalier dans-oeuvre : escalier droit en maçonnerie
escalier dans-oeuvre : escalier en vis sans jour en maçonnerie
escalier dans-oeuvre : escalier droit en charpente métallique
escalier de distribution extérieur : escalier en vis avec jour en charpente métallique
escalier de distribution extérieur : escalier droit en charpente métallique
Autres organes de circulationsascenseur
Mesuresl : 127.0 m
Précision dimensions

Dimensions de la façade est sur l'Esplanade du Lycée.

Références documentaires

Documents d'archives
  • A Région Rhône-Alpes. Série W : 1424 W 2. Atelier des Paysages, Atelier de la Gère. Vaulx-en-Velin. Un lycée, un élément de composition du centre ville : note d’insertion urbaine. [1993]. Rapport, A4, couleur, 53 p. (1993).

    A Région Rhône-Alpes : 1424 W 2
Documents figurés
  • Plan cadastral section BD parcelles 244, 245 / Direction général des finances publiques. Extrait du plan cadastral informatisé. Vaulx-en-Velin, 2012. 1:500. 1 plan.

    www.cadastre.gouv.fr
  • Plan masse chronologique / Frederike Mulot : 2014. D'après le plan cadastral section BD parcelles 244, 245 de la Direction général des finances publiques. Extrait du plan cadastral informatisé. Vaulx-en-Velin, 2012. 1:500. 1 dessin.

  • Plan topographique. Z.U.P. de Vaulx-en-Velin. Secteur du Grand Vire. Planche Sud. Plan de la parcelle / Cabinet Brocas, géomètres-experts. Bron : mai 1993. Modifications en septembre 1993. 1:500. (A Région Rhône-Alpes. 1424 W 2).

    A Région Rhône-Alpes : 1424 W 2
  • Plan topographique. Z.U.P. de Vaulx-en-Velin. Secteur du Grand Vire. Planche Sud. / Cabinet Brocas, géomètres-experts. Bron : mai 1993. Modifications en septembre 1993. 1:500. (A Région Rhône-Alpes. 1424 W 2).

    A Région Rhône-Alpes : 1424 W 2
  • Plan de référence. Tracé régulateur. Repérage bâtiments. Repérage coupe / Beau Hubert architecte DLPG, Cabinet B.B.C. architectes DLPG. 6 juillet 1994. 1:200. (A Région Rhône-Alpes. 2066 W 72).

    A Région Rhône-Alpes : 2066 W 72
  • Bâtiments A-H-F. Structure toiture / Beau Hubert architecte DLPG, Cabinet B.B.C. architectes DLPG. 6 juillet 1994. 1:100. (A Région Rhône-Alpes. 2066 W 72).

    A Région Rhône-Alpes : 2066 W 72
  • Façades sur parc. Sud / Beau Hubert architecte DLPG, Cabinet B.B.C. architectes DLPG. 6 juillet 1994. 1:100. (A Région Rhône-Alpes. 2066 W 72).

    A Région Rhône-Alpes : 2066 W 72
  • Coupes sur bâtiment A. BB Coupe transversale sur C.D.I. (Centre de vie). CC Coupe façade transversale Nord-ouest du C.D.I. et hall d'entrée Bâtiment A. EE Coupe longitudinale sur C.D.I et hall d'entrée Bâtiment A / Beau Hubert architecte DLPG, Cabinet B.B.C. architectes DLPG. 6 juillet 1994. 1:50. (A Région Rhône-Alpes. 2066 W 72).

    A Région Rhône-Alpes : 2066 W 72
  • Bâtiments A et H. Passerelle. Façades murs rideaux / Beau Hubert architecte DLPG, Cabinet B.B.C. architectes DLPG. Février 1995. 1:50. (A Région Rhône-Alpes. 2066 W 72).

    A Région Rhône-Alpes : 2066 W 72
  • Bâtiment A. Niveau 0.00. Courants faibles / Beau Hubert architecte DLPG. Cabinet B.B.C. architectes DLPG. 20.12.1994. 1:50. (A Région Rhône-Alpes. 2066 W 70)

    A Région Rhône-Alpes : 2066 W 70
  • Bâtiment A. Niveau 1.00. Courants faibles / Beau Hubert architecte DLPG, Cabinet B.B.C. architectes DLPG. 20.12.1994. 1:50. (A Région Rhône-Alpes. 2066 W 70).

    A Région Rhône-Alpes : 2066 W 70
  • Bâtiments B-E. Coupes. Coupe transversale sur bâtiment E. Coupe transversale sur bâtiment B / Beau Hubert architecte DLPG, Cabinet B.B.C. architectes DLPG. Novembre 1994. 1:50. (A Région Rhône-Alpes. 2066 W 72).

    A Région Rhône-Alpes : 2066 W 72
  • Bâtiment B. Plan du RDC et .1 et .2. Courants faibles / Beau Hubert architecte DLPG. Cabinet B.B.C. architectes DLPG. 20.12.1994. 1:50. (A Région Rhône-Alpes. 2066 W 70).

    A Région Rhône-Alpes : 2066 W 70
  • Bâtiment C. Plan du RDC et .1 et .2. Courants faibles / Beau Hubert architecte DLPG. Cabinet B.B.C. architectes DLPG. 20.12.1994. 1:50. (A Région Rhône-Alpes. 2066 W 70).

    A Région Rhône-Alpes : 2066 W 70
  • Bâtiment - D. Coupes. Coupe RR. Coupe TT. Coupe SS / Beau Hubert architecte DLPG. Cabinet B.B.C. architectes DLPG. Novembre 1994. 1:50. (A Région Rhône-Alpes. 2066 W 72)

    A Région Rhône-Alpes : 2066W72
  • Bâtiment D. Plan sous-sol R.D.C. Courants faibles / Beau Hubert architecte DLPG. Cabinet B.B.C. architectes DLPG. 23.12.1994. 1:50. (A Région Rhône-Alpes. 2066 W 70)

    A Région Rhône-Alpes : 2066 W 70
  • Bâtiment D. Étages 1 et 2. Courants faibles / Beau Hubert architecte DLPG. Cabinet B.B.C. architectes DLPG. 23.12.1994. 1:50. (A Région Rhône-Alpes. 2066 W 70)

    A Région Rhône-Alpes : 2066 W 70
  • Bâtiment D. Étages 3 et 4. Courants faibles / Beau Hubert architecte DLPG. Cabinet B.B.C. architectes DLPG. 23.12.1994. 1:50. (A Région Rhône-Alpes. 2066 W 70)

    A Région Rhône-Alpes : 2066 W 70
  • Bâtiment E. Façade Est / Beau Hubert architecte DLPG, Cabinet B.B.C. architectes DLPG. Février 1995. 1:50. (A Région Rhône-Alpes. 2066 W 70)

    A Région Rhône-Alpes : 2066 W 72
  • Bâtiment E. Façade Ouest / Beau Hubert architecte DLPG, Cabinet B.B.C. architectes DLPG. Février 1995. 1:50. (A Région Rhône-Alpes. 2066 W 72).

    A Région Rhône-Alpes : 2066 W 72
  • Bâtiment E. Rez-de-chaussée. Courants faibles / Beau Hubert architecte DLPG, Cabinet B.B.C. architectes DLPG. 12.01.1995. 1:50. (A RRA. 2066 W 70).

    A Région Rhône-Alpes : 2066 W 70
  • Bâtiment E. Étage 1. Courants faibles / Beau Hubert architecte DLPG, Cabinet B.B.C. architectes DLPG. 12.01.1995. 1:50. (A Région Rhône-Alpes. 2066 W 70).

    A Région Rhône-Alpes : 2066 W 70
  • Bâtiment E. Étage 2. Courants faibles / Beau Hubert architecte DLPG, Cabinet B.B.C. architectes DLPG. 12.01.1995. 1:50. (A Région Rhône-Alpes. 2066 W 70).

    A Région Rhône-Alpes : 2066 W 70
  • Coupes sur bâtiment F. YY coupe transversale bâtiment F. UU Coupe transversale bâtiment F.Façade pignon Sud Ouest sur bâtiment F. XX Coupe transversale bâtiment F. WW Coupe transversale bâtiment F. VV Coupe transversale bâtiment F / Beau Hubert architecte DLPG, Cabinet B.B.C. architectes DLPG. Novembre 1994. 1:50. (A Région Rhône-Alpes. 2066 W 72).

    A Région Rhône-Alpes : 2066 W 72
  • Façades bâtiment F. PP Façade pignon sur bâtiment F. SS Façade intérieure Nord Ouest sur bâtiment F. RR Façade intérieure Sud Est sur bâtiment F. QQ Façade Nord Ouest sur bâtiment F / Beau Hubert architecte DLPG, Cabinet B.B.C. architectes DLPG. 6 juillet 1994. 1:100. (A Région Rhône-Alpes. 2066 W 72).

    A Région Rhône-Alpes : 2066 W 72
  • Bâtiments F-G. Niveau 0.00. Courants faibles / Beau Hubert architecte DLPG, Cabinet B.B.C. architectes DLPG. 13.01.1995. 1:50. (A Région Rhône-Alpes. 2066 W 70).

    A Région Rhône-Alpes : 2066 W 70
  • Bâtiments F-G. Niveau 1.00. Courants faibles / Beau Hubert architecte DLPG, Cabinet B.B.C. architectes DLPG. 13.01.1995. 1:50. (A Région Rhône-Alpes. 2066 W 70).

    A Région Rhône-Alpes : 2066 W 70
  • Bâtiment H. Niveau 0.00. Courants faibles. Passerelle / Beau Hubert architecte DLPG, Cabinet B.B.C. architectes DLPG. 05.01.1995. 1:50. (A Région Rhône-Alpes. 2066 W 70).

    A Région Rhône-Alpes : 2066 W 70
  • Bâtiment H. Niveau 1.00. Courants faibles. Passerelle / Beau Hubert architecte DLPG, Cabinet B.B.C. architectes DLPG. 05.01.1995. 1:50. (A Région Rhône-Alpes. 2066 W 70).

    A Région Rhône-Alpes : 2066 W 70
  • Bâtiment H. Niveau 2.00. Courants faibles. Passerelle / Beau Hubert architecte DLPG, Cabinet B.B.C. architectes DLPG. 05.01.1995. 1:50. (A Région Rhône-Alpes. 2066 W 70).

    A Région Rhône-Alpes : 2066 W 70
  • Construction du restaurant scolaire du lycée Robert Doisneau à Vaulx-en-Velin.Façades. Façade Nord côté lycée. Façade Sud côté gymnase. Façade Est rue Robespierre. Façade Ouest rue Condorcet / Cabinet Rochas architectes. Juillet 98. 1:100. (A Région Rhône-Alpes. 736 W 9).

    A Région Rhône-Alpes : 736 W 9
  • Construction du restaurant scolaire du lycée Robert-Doisneau à Vaulx-en-Velin. Plan de masse / Cabinet Rochas architectes. Juillet 98. 1:500. (A Région Rhône-Alpes. 736 W 9).

    A Région Rhône-Alpes : 736 W 9
  • Construction du restaurant scolaire du lycée Robert-Doisneau à Vaulx-en-Velin. Axonométrie / Cabinet Rochas architectes. Juillet 98. 1:200. (A Région Rhône-Alpes. 736 W 9).

    A Région Rhône-Alpes : 736 W 9
  • Construction du restaurant scolaire du lycée Robert-Doisneau à Vaulx-en-Velin. Coupes A-A. Coupe B-B / Cabinet Rochas architectes. Juillet 98. 1:200. (A Région Rhône-Alpes. 736 W 9).

    A Région Rhône-Alpes : 736 W 9
  • Construction du restaurant scolaire du lycée Robert-Doisneau à Vaulx-en-Velin. Plan RDC + espaces verts / Cabinet Rochas architectes. Juillet 98. 1:100. (A Région Rhône-Alpes. 736 W 9).

    A Région Rhône-Alpes : 736 W 9
  • Construction du restaurant scolaire du lycée Robert-Doisneau à Vaulx-en-Velin. Plan vide sanit. Plan Mezz. / Cabinet Rochas architectes. Juillet 98. 1:100. (A Région Rhône-Alpes. 736 W 9).

    A Région Rhône-Alpes : 736 W 9
Bibliographie
  • GEOFFROY, Géraldine. Le lycée Robert-Doisenau à Vaulx-en-Velin. Portrait d’un établissement en « construction ». Les Annales de la Recherche Urbaine, n°7 : L’École dans la ville, 5 mars 1996, p. 120-131.

  • LAROCHE, Chris. Proviseure à Vaulx-en-Velin. Mesnil-sur-l'Estrée, 2005. 207 pages.

  • http://bbcarchitectes.com/cat_lycee_doisneau.html
  • http://www.snes.edu/PRESENTATION-DU-LYCEE-ROBERT.html
  • http://histoire-geographie.ac-dijon.fr/SIG/Carto/sig/Vaulx/Presentation_Sequence_Vaulx.pdf
  • http://www.millenaire3.com/fileadmin/user_upload/syntheses/PolVille_Vaulx-en_Velin.pdf
  • http://fr.wikipedia.org/wiki/Vaulx-en-Velin
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel - Mulot Frederike - Dandel Elisabeth
Elisabeth Dandel

Inventaires de lycées de la région Rhône-Alpes : Gabriel-Faure à Tournon-sur-Rhône, La Martinière à Lyon, Champollion à Grenoble, Plaine de l'Ain à Ambérieu-en-Bugey (2009-2011) ; Jean-Puy à Roanne, Claude-Fauriel à Saint-Étienne (avec Frederike Mulot), Claude-Berthollet à Annecy, Claude-Vaugelas à Chambéry, Olivier-de-Serres à Aubenas, Émile-Loubet à Valence, Robert-Doisneau à Vaulx-en-Velin (avec Frederike Mulot), Pierre-du-Terrail à Pontcharra (avec Frederike Mulot). Inventaire topographique de deux communes de l'ancien canton de Trévoux (Pays d'Art et d'Histoire Dombes Saône Vallée, pour la communauté de communes Dombes Saône Vallée).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.