Logo ={0} - Retour à l'accueil

maison de maître et ferme

Dossier IA26000105 réalisé en 1998

Fiche

Genrede maître
Parties constituantes non étudiéescour, jardin, logis, écurie, abreuvoir, fontaine
Dénominationsmaison, ferme
Aire d'étude et cantonGrignan
AdresseCommune : Montbrison-sur-Lez
Lieu-dit : Arron
Cadastre : 1835 A 480, 481 ; 1985 A 490, 756

Selon la tradition orale, cette maison daterait de la fin des guerres de Religion, bien que les éléments architecturaux les plus anciens ne semblent pas antérieurs au 18e siècle. La parcelle est portée dans la matrice cadastrale de 1825 comme maison, sol et cour (A 480), auxquels s'ajoutent deux jardins (A 479, 481), une oseraie (A 482,483), une pièce d'eau et un canal d'arrosage (A 484), au nom d'Hector Doux. Une nouvelle construction de maison est enregistrée à son nom en 1843, au même lieu-dit Arron. Hector Doux, né en 1807, avocat à Avignon et conseiller général de la Drôme, était un notable de Montbrison dont il a été maire de 1847 à 1870. Il possédait une importante propriété à Arron et fit beaucoup pour le bien de la commune. La comparaison des plans cadastraux de 1835 et 1985 montre l'adjonction de corps de bâtiment (agricoles) sur le côté ouest de la première cour, correspondant à la construction de 1843. Des remaniements secondaires, rénovation de la façade d'un des logis dans le goût des maisons bourgeoises, et de l'écurie et fenil, ont été effectués au début du 20e siècle, peut-être par un autre Hector Doux, qui fut également maire de Montbrison, de 1920 à 1925.

Période(s)Principale : Temps modernes , (?)
Principale : limite 18e siècle 19e siècle
Principale : 3e quart 19e siècle
Secondaire : 1er quart 20e siècle
Dates1843, daté par source

Le bâtiment, plan en U autour d'une cour et d'un jardin séparés par une clôture, est constitué de trois corps de logis alignés sur le côté nord, et de différents corps de dépendances agricoles : l'un au nord, à la suite du logis du fermier, un grand corps rectangulaire en retour côté ouest et, en retour au sud, deux autres de part et d'autre du portail d'entrée sur cour : remise ( ?) à gauche en entrant, écurie et fenil à droite, dans un corps indépendant. Entre la cour et le jardin en léger contre-haut, la clôture formée d'un mur bahut surmonté d'une grille, dispose d'un portail surélevé de 5 marches, à piliers appareillés et à vantaux en fer forgé. La construction du bâtiment est en moellon de calcaire et mollasse, les façades de corps de logis enduites, celles de dépendances partiellement. Sauf celui de la remise à un pan, en tuile plate mécanique, les toits sont à longs pans, couverts de tuiles creuses (remplacées par de la tôle ondulée sur les corps nord-ouest et ouest) et bordés de génoises à 2 ou 3 rangs. Les dépendances sont à deux niveaux, tandis que les corps de logis en comptent trois : étage de soubassement voûté pour tous et rez-de-chaussée surélevé, plus un étage en surcroît dans la maison de maître sur jardin (à l'est), un étage carré dans la maison de maître sur cour, et un comble à surcroît dans la maison du fermier ; le logis de celle-ci, au 2e niveau, est accessible depuis la cour par un escalier extérieur en pierre. La maison de maître sur jardin possède également un escalier extérieur métallique, accédant à la porte-fenêtre axiale du 2e niveau ; sa façade, à trois travées de baies segmentaires à feuillure, est agrémentée d'un décor : enduit à refends, motifs en céramique, et frises peintes sous les fenêtres latérales de l'étage en surcroît. La maison de maître sur cour, qui lui est accolée à gauche, présente une façade à trois travées, ordonnancée par des arcades en plein cintre à impostes saillantes, sur deux niveaux : au premier, une grande arcade centrale et une plus petite à droite, au deuxième, une galerie haute ajourée de trois arcades jumelées, que surmontent, à l'aplomb de leur pilier central, trois fenêtres rectangulaires. Son mur pignon gauche est couronné d'un clocher-mur à une baie abritant une cloche. Les étages sont desservis par un escalier intérieur en pierre. Deux cheminées en pierre sont en place dans les cuisines, ainsi que l'évier en pierre, une "bugadière" (cuve à lessive) et un potager. A gauche de ce corps, la maison du fermier, plus basse, contre laquelle sont adossés une fontaine et un lavoir-abreuvoir, montre aussi une ordonnance : deux travées, fenêtres rectangulaires à feuillure au 2e niveau, jours oblongs dans le surcroît, encadrant un oculus central. Les baies de l'écurie, couvertes d'arcs segmentaires, sont également soignées : encadrement harpé et saillant en brique.

Murscalcaire
grès
enduit
moellon
Toittuile creuse, tuile plate mécanique, tôle ondulée
Plansplan régulier en U
Étagesétage de soubassement, 2 étages carrés
Couvrementsvoûte en berceau
Élévations extérieuresélévation ordonnancée
Couverturestoit à longs pans
toit à un pan
pignon couvert
Escaliersescalier de distribution extérieur : escalier en équerre en maçonnerie
escalier de distribution extérieur : escalier droit en charpente métallique
escalier dans-oeuvre : escalier droit en maçonnerie
TypologiesBâtiment comprenant deux maisons de type 4 (logis au rez-de-chaussée et sur un ou deux étages, escalier intérieur, rez-de-chaussée contenant parfois une dépendance, façade à travées régulières, maison généralement avec cour ou jardin) et une ferme associant les types B (logis à l'étage, escalier extérieur, dépendances au rez-de-chaussée) et F (dépendances agricoles au rez-de-chaussée et accolées ou isolées).
Techniquesferronnerie
céramique
Précision représentations

volute ; cercle ; ornement géométrique § Volutes symétriques en fer forgé couronnant le portail entre la cour et le jardin ; dans la façade de la maison de droite, cabochons en céramique au-dessus de 2 fenêtres du 2e niveau, et frises composée d'un cercle entre trois lignes entre les fenêtres de l'étage en surcroît.

Le parti de façade à arcades du logis de maître sur cour, avec sa galerie à l'étage, mérite d'être souligné.

Statut de la propriétépropriété privée
Intérêt de l'œuvreà signaler
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel - Jourdan Geneviève - Bénetière Marie-Hélène