Logo ={0} - Retour à l'accueil

Maison de religieuses, puis mairie-école, actuellement maison

Dossier IA42002063 réalisé en 2005

Fiche

Appellationsmaison de religieuses
Destinationsmaison
Dénominationsmaison, mairie, école
Aire d'étude et cantonMontbrison
AdresseCommune : Lérigneux
Lieu-dit : le Bourg
Cadastre : 1809 A 400, 404 ; 1987 AL 26

La maison d´école des filles nécessite des travaux. Le 6 juin 1858, Marguerite Cholard, veuve Roux, et religieuse, fait don d´une petite maison pour être affectée à l´école et au logement des religieuses chargées de l´enseignement (1809 A 400, 404) ; celle-ci doit auparavant subir d´importantes et rapides modifications. Le 8 août de la même année la commune projette de reconstruire à neuf la maison des soeurs, et le 22 du même mois les plans et devis du projet sont dressés par M. Brivet, agent voyer, pour un montant de 5.550 F, déduction faite de la valeur des matériaux de la maison existante. Pour réaliser son projet, la commune doit également acquérir la portion de bâtiment attenant, et dont la promesse de vente du 11 juillet 1858 par Marguerite Cholard, est passée le 24 septembre devant Roux, notaire, pour un montant de 200 F. Le 18 mai 1862, le conseil municipal a pris connaissance des plans et devis de la nouvelle construction et demande une diminution des ouvertures du rez-de-chaussée et de l´étage. Une lettre adressée à Melle la comtesse d´Argy en 1863 nous apprend qu´une demande de secours en faveur des religieuses, institutrices de Lérigneux qui dirigent une école mixte, a été demandée. L´école à construire ne l´est toujours pas en 1882 car par un courrier du 2 avril courant, le gouvernement déclare avoir accepté de donner un secours pour la réparation de la maison d´école, mais le maire fait remarquer que la commune dépense de grosses sommes tous les ans pour l´entretien de ce bâtiment trop humide de part son emplacement en contrebas d´autres maisons, et que la classe du premier étage est trop petite. Il serait donc avantageux de faire une nouvelle construction. Dans un mémoire du 27 août 1882, M. Thévenet rédige un projet de réparation à l´école avec dessin, devis, cahier des charges, levé d´un plan de distribution de l´école, et d´une carte topographique de la commune.En 1973, une nouvelle école est construite (1987 AL 144), l´ancienne école est désaffectée le 15 septembre 1973 et tombe donc dans le domaine privé communal et sera proposée à la location.

Période(s)Principale : limite 19e siècle 20e siècle

L'ancienne école mixte de Lérigneux est de plan rectangulaire. Sa façade principale, sur cour, est orientée au sud, et comporte quatre travées et trois niveaux (rez-de-chaussée, étage carré et comble à surcroît). La porte est située au droit de la deuxième travée. L'encadrement des baies est en pierre de taille, mais en brique pour l'oculus du mur pignon est. Le matériau de construction est le moellon de granite. Cette construction est épaulée à une autre construction donnant sur rue.

Mursgranite
moellon
Toittuile creuse
Étagesrez-de-chaussée, 1 étage carré, comble à surcroît
Élévations extérieuresélévation à travées
Couverturestoit à longs pans
TypologiesType A1: tout sous le même toit, en ligne Type A1: tout sous le même toit, en ligne
États conservationsbon état
Statut de la propriétépropriété privée

Annexes

  • Les écoles de la commune de Lérigneux, d'après les archives communales de la commune de Lérigneux (délibérations du conseil municipal) et les archives départementales de la Loire (série O 1032).

    Une lettre de l´instituteur au maire de Lérigneux, adressée le 14 mai 1850, nous informe que la commune a le projet d´avoir deux écoles distinctes pour filles et garçons et que le sieur Palay serait amené à diriger l´école de garçons. La même année, un devis estimatif est rédigé pour des réparations urgentes à faire dans la maison d´école des garçons ( ?) de la commune (reconstruction de planchers, de boiseries de fenêtres, et reconstruction de nouvelles fenêtres) ; maison d´école que loue la commune et où enseigne l´instituteur.

    La maison d´école des filles nécessite des travaux. Le 6 juin 1858, Marguerite Cholard, veuve Roux, et religieuse, fait don d´une petite maison pour être affectée à l´école et au logement des religieuses chargées de l´enseignement ; celle-ci doit auparavant subir d´importantes et rapides modifications. Le 8 août de la même année la commune projette de reconstruire à neuf la maison des soeurs, et le 22 du même mois les plans et devis du projet sont dressés par M. Brivet, agent voyer, pour un montant de 5.550 F, déduction faite de la valeur des matériaux de la maison existante. Pour réaliser son projet, la commune doit également acquérir la portion de bâtiment attenant, et dont la promesse de vente du 11 juillet 1858 par Marguerite Cholard, est passée le 24 septembre devant Roux, notaire, pour un montant de 200 F. Le 18 mai 1862, le conseil municipal a pris connaissance des plans et devis de la nouvelle construction et demande une diminution des ouvertures du rez-de-chaussée et de l´étage.

    Une lettre adressée à Melle la comtesse d´Argy en 1863 nous apprend qu´une demande de secours en faveur des religieuses, institutrices de Lérigneux qui dirigent une école mixte, a été demandée. L´école à construire ne l´est toujours pas en 1882 car par un courrier du 2 avril courant, le gouvernement déclare avoir accepté de donner un secours pour la réparation de la maison d´école, mais le maire fait remarquer que la commune dépense de grosses sommes tous les ans pour l´entretien de ce bâtiment trop humide de part son emplacement en contrebas d´autres maisons, et que la classe du premier étage est trop petite. Il serait donc avantageux de faire une nouvelle construction. Dans un mémoire du 27 août 1882, M. Thévenet rédige un projet de réparation à l´école avec dessin, devis, cahier des charges, levé d´un plan de distribution de l´école, et d´une carte topographique de la commune.

    Le 20 septembre 1882, lettre du préfet proposant un instituteur laïc dont la femme serait maîtresse de travaux d´aiguille, mais le conseil municipal refuse car « les instituteurs laïcs ont mauvaise réputation, et que tout le monde se félicite de l´enseignement des soeurs ». Le 27 septembre 1882 un instituteur communal s´installe à Lérigneux.

    La délibération du conseil municipal en date du 15 février 1921 rappelle l´urgence d´installer un poste double, composé d´un instituteur et d´une institutrice, à l´école mixte publique de la commune. Cinquante élèves de 6 à 13 ans sont encadrés par un seul instituteur, dès lors, faute de place, quatre petits sont refusés, quatorze vont aux écoles de Bard, Verrières, Essertines, Montbrison, et une dizaine d´élèves de 13-15 ans suivent des cours de perfectionnement. Un total de quatre-vingts élèves pourrait être accueilli. La même délibération spécifie qu´il n´y a pas de maîtresse pour les travaux d´aiguille et de ménage, et que la commune pense pouvoir attirer des élèves des hameaux de Bard les plus proches de Lérigneux.

    Le 8 janvier 1922 est proposée la création d´une cantine scolaire à l´école mixte ; le 9 septembre 1934, un rapport du directeur Moraillon sur l´état des locaux de l´école, précise que la classe a besoin d´être blanchie.

    Le conseil municipal, constatant le 23 mai 1937 que l´école mixte est trop petite et que le logement est malsain, décide la construction d´une nouvelle école sur un terrain que cède M. Griot à proximité du bourg ; les plans et devis sont demandés à M. Gapiand, architecte à Montbrison. Le 4 juillet de la même année il y a quarante cinq élèves scolarisés, il y a donc lieu de prévoir deux classes dans la future école, et de demander un deuxième poste d´instituteur.

    En attendant la création de la nouvelle école, le 2 décembre 1951, le conseil municipal annonce que le service de la mairie est installé depuis 1942 dans une dépendance de l´école, à la suite de la remise de la salle de la mairie, pour la création d´une seconde classe, et qu´il existe un petit bâtiment situé sur la place de l´église que la commune accepte d´acheter et « doter enfin la commune d´une salle de mairie indépendante ».

    De grosses réparations sont effectuées à l´école publique en 1963 mais des malfaçons engendrent un affaissement du plafond de la salle de classe, et d´un angle ; l´inspection académique et la préfecture demandent un état des lieux, fait le 10 mars 1965 par M. Bernard, ex-architecte. Des réparations seront faites mais qui ne seront que des palliatifs avant un aggravement à craindre : il faut un bâtiment neuf. Il suffirait de reprendre le projet de construction d´un bâtiment scolaire à 2 classes proposé par l´inspecteur d´académie le 8 octobre 1953 et approuvé en préfecture.

    Le 18 mars 1967 la municipalité de Lérigneux projette l´acquisition d´un vieux bâtiment appartenant à M. Chauve, joignant du côté nord l´école, pour y construire une nouvelle école. Par la suite, l´ancienne école étant irréparable, un projet de construction est demandé à l´architecte stéphanois Alain Gorce le 13 décembre 1968, demande réaffirmée en 1969, mais en mars 1970, l´avant-projet rencontre des difficultés car après l´acquisition et la démolition d´un vieux bâtiment, le terrain disponible resterait trop restreint et la démolition de l´actuelle école nécessaire mais difficile vu sa mitoyenneté avec d´autres bâtiments. La commune s´active donc à la recherche d´un nouveau terrain, la parcelle 250 de la section A de l´ancien cadastre (actuelle parcelle n° 1987 AL 144) semble correspondre à cette fin.

    Le 28 février 1971, à la suite d´une visite de la commission auxiliaire de sécurité à l´école publique du 2 février, et en présence d´un architecte et d´un représentant de la DDE, la fermeture immédiate de l´école est prononcée. Il faut donc trouver une classe provisoire et un appartement pour l´instituteur : la décision est donc prise de réparer d´urgence les trois pièces situées au-dessus de la mairie servant de logement aux suppléants, toujours affectées à l´enseignement public et réservées à des logement d´instituteurs. En avril 1971, l´architecte Alain Gorce dépose en mairie un dernier projet estimé à 303.467,61 francs, et le 8 octobre 1972, une convention est signée avec le cabinet d´architectes A et F Gorce 42 rue Franklin, à St Etienne. L´année suivante, pour la rentrée des vacances de pâques, en avril 1973, l´école est ouverte avec ses salles de classes et le logement des instituteurs. L´ancienne école est désaffectée le 15 septembre 1973 et tombe donc dans le domaine privé communal et sera proposée à la location.

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Loire. Série O 1032, Lérigneux. Ensemble des documents se rapportant aux affaires scolaires de Lérigneux. Lettre de l´instituteur à M. le maire du 14 mai 1850 Je suis informé que la commune de Lérigneux a le projet d´avoir deux écoles distinctes, une de filles, et une de garçons. Puisque vous avez pris cette décision, le sieur Palay qui serait, m´a t-on dit appelé à diriger l´école de garçons, me paraît convenir parfaitement pour la fonction Devis estimatif des réparations urgentes faites dans la maison d´école de la commune de Lérigneux en 1850 Reconstruction de trois planchers, Boiserie de six croisées, Pierres de tailles servant à la reconstruction de nouvelles croisées, achat de papier de tapisserie (total pour un prix de 328 F) La maison d´école des filles a besoin de beaucoup de réparations en 1851 Délibération du Conseil Municipal du 25 décembre 1860 M. le président a donné connaissance de l´acte de vente passé le 24 septembre dernier par M. Roux notaire.d´un petit bâtiment pour le service de l´instruction primaire aux closes et conditions de la promesse de vente du 11 Juillet 1858 au prix de 200 F ainsi convenu avec Marguerite Cholard veuve Roux et a invité le conseil municipal a délibérer... Lettre à Melle la contesse d´Argy à Lérigneux du 9 mai 1863 Vous m´avez fait l´honneur de m´écrire pour me demander un secours en faveur des religieuses institutrices de Lérigneux qui dirigent une école mixte... Délibération du Conseil Municipal du 14 février 1864 Le CM après avoir pris connaissance des pièces ci-dessus mentionnées, considérant qu´il est juste d´allouer un traitement à Thalipon Marie, également religieuse, pour le 4° trimestre de 1863 vu que la réclamante a rempli ses fonctions d´institutrice depuis le premier septembre, en remplacement de Marie Dubonchet, retirée par la supérieure générale...

  • AC Montbrison. Registres de délibérations du conseil municipal : du 6 décembre 1848 au 9 avril 1894, du 20 mai 1900 au 24 février 1924, du 15 juin 1924 au 26 juin 1979 (clos le 18 octobre 1979). Recueil d´arrêtés du maire : du 28 juillet 1902 au 31 mars 1996. Ensemble des délibérations et arrêtés se rapportant aux affaires scolaires de Lérigneux. 9 février 1851: traitement de l´instituteur communal (installé en avril). 1860, la commune loue une maison d´école (celle où enseigne l´instituteur) 6 juin 1858 : donation à la commune par dame Marguerite Cholard religieuse : petite maison pour être affectée à l´école et au logement des religieuse chargées de l´enseignement (sans précision). Mais avant cette maison doit subir de grandes et urgentes modifications. 8 août 1858 : projet de construire à neuf la maison des soeurs. 22 août 1858 : Plans et devis dressés par Brivet agent voyer : 5550 F « déduction faite de la valeur des matériaux de la maison existante ». La commune doit aussi acquérir du terrain et une portion de bâtiment attenants (promesse de vente passée, 200 F). Le tout approuvé. 18 mai 1862 : le CM a pris connaissance des plans et devis et demande une diminution des ouvertures du rez-de-chaussée et 1er étage. 1865 : installation de soeur Thérèse Goutard institutrice. 20 février 1865 : rétribution scolaire pour l´école mixte : traitement de l´institutrice et de l´instituteur. 22 juillet 1866 : assurance de la maison d´école. 2 avril 1882 : le gouvernement a accepté de donner un secours pour la réparation de la maison d´école ; mais le maire fait remarquer que la commune dépense de grosses sommes tous les ans pour l´entretien de ce bâtiment, trop humide (terrain en contrebas d´autres maisons) et la classe du 1er étage est trop petite. Il serait avantageux de faire une nouvelle construction. Accord. 27 août 1882 : mémoire de M. Thévenet : rédaction d´un projet de réparation à l´école (dessin, devis cahier des charges) et levé d´un plan de distribution de l´école et d´une carte topographique de la commune (120 F). 20 septembre 1882 : lettre du préfet proposant un instituteur laïc dont la femme serait maîtresse de travaux d´aiguille ; le conseil refuse (les instituteurs laïcs ont mauvaise réputation, tout le monde se félicite de l´enseignement des soeurs). 27 septembre 1882 : installation d´un instituteur communal. Un autre en octobre 1883. 1894 installation d´une maîtresse des travaux d´aiguille en remplacement de la précédente. 5 février 1920 : urgence de l´installation d´un poste double (instituteur et institutrice) à l´école mixte publique de la commune. 50 élèves de 6 à 13 ans, avec un instituteur ; 4 petits refusés, 14 élèves vont aux écoles de Bard, Verrières, Essertines, Montbrison (faute de place à Lérigneux), une dizaine d´élèves de 13-15 ans suivent des cours de perfectionnement (total 80 élèves si on pouvait accueillir tout le monde). Il n´y a pas de maîtresse pour les travaux d´aiguille et de ménage. La commune pense attirer des élèves des hameaux de Bard les plus porches de Lérigneux. 20 novembre 1921 : traitement de la maîtresse de couture de l´école publique. 8 janvier 1922 : projet de création d´une cantine à l´école mixte. 9 septembre 1934 : rapport du directeur Moraillon sur l´état des locaux de l´école. La classe a besoin d´être blanchie, travaux confiés à Jean-Marie Faure. 23 mai 1937 : école mixte trop petite et logement malsain. Le conseil décide la construction d´une nouvelle école, sur le terrain que lui cède M. Griot à proximité du bourg, plans de mandés à Gapiand architecte à Montbrison. 4 juillet 1937 : il y a 45 élèves, il y a donc lieu de prévoir 2 classes dans la future école et de demander un 2e poste d´instituteur. 7 septembre 1947 : réparations à la maison d´école : traité de gré à gré avec Galino et Néel. 2 décembre 1951 : le service de la mairie est installé dans une dépendance de l´école à la suite de la remise de la salle de la mairie pour la création d´une seconde classe en 1942 ; or il y a un petit bâtiment très bien situé sur la place de l´église. Le Conseil municipal est d´accord pour l´acheter et « doter enfin la commune une salle de mairie indépendante » 27 mai 1965 : grosses réparations à l´école publique (devis en juin 1963) avec malfaçons : affaissement du plafond de la salle de classe ; réparé. 28 avril 1965 : le bâtiment qui abrite actuellement l´école primaire publique de la commune est en très mauvais état (affaissement du plafond, puis d´un angle) ; l´inspection académique et la préfecture demandent un état des lieux, fait le 10 mars 1965 par M. Bernard, ex-architecte départemental (il faut étayer, plafond et angle). Des réparations seront faites mais qui ne seront que des palliatifs avant un aggravement à craindre : il faut un bâtiment neuf. Or projet de construction d´un bâtiment scolaire à 2 classes proposé par l´inspecteur d´académie le 8 octobre 1953 et approuvé en préfecture, qu´il suffirait de reprendre. 18 mars 1967 : projet d´acquisition du vieux bâtiment appartenant à M. Chauve, joignant du côté nord l´école, en vue de la construction d´une école neuve 13 décembre 1968 : projet de construction demandé à M. Gorce architecte à Saint-Etienne (l´ancienne école est irréparable). 3 août 1969 : id. 22 mars 1970 : difficultés rencontrées par l´avant-projet, après acquisition et démolition d´un vieux bâtiment : le terrain est trop restreint, il faut démolir l´école actuelle, ce qui est difficile vu la mitoyenneté du bâtiment : recherche d´un nouveau terrain : parcelle 250 section 7 (sic) 28 février 1971 : à la suite d´une visite de la commission auxiliaire de sécurité à l´école publique, le 2 fév.,en présence d´un architecte et d´un représentant de la DDE, la fermeture immédiate de l´école a été prononcée. Il faut donc trouver une classe provisoire et un appartement pour l´instituteur : on décide de réparer d´urgence les 3 pièces servant de logement aux suppléants, toujours affectées à l´enseignement public et réservées à des logement d´instituteurs, mais occupées peu souvent. Une fois réparées elles logeront l´instituteur (ce sont les trois petites pièces au-dessus de la mairie). 10 avril 1971 : différents programmes pour la construction de la nouvelle école ont été établis par l´inspecteur d´académie, le dernier en date du 20 mai 1970. L´architecte Alain Gorce a déposé un dernier projet : 303 461,91 F. 8 octobre 1972 : convention avec le cabinet d´architectes A et F Gorce 42 rue Franklin à St Etienne. En avril 1973, la nouvelle école est incluse à la police d´assurance des bâtiments communaux. Ouverte à la rentrée des vacances de Pâques 1973. Salles de classe et logement de l´instituteur. L´ancienne école est désaffectée le 15 septembre 1973 et tombe donc dans le domaine privé communal.

© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Conseil général de la Loire © Conseil général de la Loire - Monnet Thierry