Logo ={0} - Retour à l'accueil

Maison

Dossier IA74001610 inclus dans Ecart de Bredannaz réalisé en 2010

Fiche

Dès 1857, une loi du royaume de Sardaigne déclare d'utilité publique la ligne le chemin de fer entre Annecy et Albertville. Une concession est accordée à la Compagnie Victor-Emmanuel qui a 5 ans pour construire la ligne sans aides financières de l'Etat. Lorsque l'annexion intervient en 1860, tous les plans sont prêts mais les travaux n'ont pas débuté et le traité d'annexion fait de l'Empire français l'héritier des engagements du gouvernement sarde. En 1881, une nouvelle déclaration d'utilité publique est prise mais le budget de 1 100 000 F n'est voté qu'en 1894 et les travaux commencent un an plus tard. La voie ferrée est mise en service le 3 juin 1901. Le trafic voyageur cesse toutefois dès le 15 mai 1938. La ligne entre Saint-Jorioz et Bredannaz est fermée le 1er avril 1953 et déclassée le 13 février 1964. La portion d'Annecy à Saint-Jorioz est quant à elle neutralisée le 1er août 1966. En 1974 la piste cyclable est créée entre Annecy et Bredannaz tandis que le trafic de marchandise continue depuis Bredannaz, grâce notamment à l'exploitation de la carrière. En 1985 le dernier train circule entre Ugine et Bredannaz et la piste cyclable est prolongée jusqu'à Ugine en 2005.

Genrede garde-barrière
Dénominationsmaison
Aire d'étude et cantonPays de Faverges et du Laudon - Faverges
AdresseCommune : Doussard
Lieu-dit : Bredannaz
Adresse : route du
Taillefer
Cadastre : 1905 A3 452 ; 2008 A3 441

L'ancien chemin de fer d'Annecy à Albertville a été construit entre 1895 et 1901. Le trafic cesse entre Annecy et Bredannaz dès 1953 puis entre Bredannaz et Ugine en 1985. Les maisons de gardes barrières ont ainsi été construites lors de la création de la voie ferrée puis vendues lorsque la ligne a été désafectée. La maison de garde-barrière de Bredannaz est aujourd'hui une halte avec un point sanitaire au bord de la piste cyclable. Une association a installée une locomotive à côté de cette maison pour évoquer le passé ferroviaire du lieu.

Période(s)Principale : limite 19e siècle 20e siècle

Cette petite maison de forme rectangulaire présente deux fenêtres sur le murs gouttereau tandis que l'entrée est sur le pignon. L'étage aménagé sous le toit est éclairé par une fenêtre au dessus de l'entrée dans le triangle du pignon. Les chaînages en harpe et les encadrements sont en calcaire taillé et posés en surépaisseure par rapport aux maçonnerie des murs enduits au ciment. Le toit à long pans est couvert en tuiles mécaniques. Au nord un bloc sanitaire a été créer. Il est relier par le toit à la maison de garde barrière.

Mursciment
calcaire
enduit
pierre de taille
Toittuile mécanique
Couverturestoit à longs pans
États conservationsbon état, remanié

Les maisons de gardes-barrières aujourd'hui situées le long de la piste cyclable conservent une architecture caractéristique avec de petits volumes, des chaînages très apparents, des ouvertures symétriques et une porte d'entrée sur le mur pignon face au tracé du chemin de fer.

Statut de la propriétépropriété de l'Etat

Références documentaires

Périodiques
  • PAILLARD, V.La ligne d'Annecy à Albertville.La Vie du Rail,1970, n°1259.

© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Parc naturel régional du Massif des Bauges © Parc naturel régional du Massif des Bauges - Daviet Jérôme