Logo ={0} - Retour à l'accueil

Martinet Rosset de Tours actuellement vestiges

Dossier IA73003856 réalisé en 2015

Fiche

Dénominationsmartinet
Aire d'étude et cantonPays de Savoie - Albertville-Sud
HydrographiesLe Grand Ruisseau ; bassin-versant Isère moyenne
AdresseCommune : Tours-en-Savoie
Lieu-dit : Le Carré du village Le Grand Village
Cadastre : 2014 C 746

Un martinet appartenant à Antoine Gindra (feu Georges) et Josèphe Françoise Grasset (feu Jean) est visible sur la mappe sarde de 1729 (parcelle 541). Il est répertorié dans un état des moulins, scieries et autres artifices de 1775 (FR.AD073, C1110). A cette date, il appartient à Pierre Macciotaz. En 1789, le site est mentionné comme étant un grand martinet appartenant au seigneur baron du lieu (FR.AD073, C555). En 1861, il est mentionné comme fonderie de deuxième fusion appartenant au baron Ernest Rosset de Tours. Le martinet est toujours visible sur le premier cadastre français de 1874 (section C, feuille 4, parcelle 809). En 1881, le baron Rosset de Tours s'oppose à la demande de la famille Paillardet qui souhaite détourner une partie du ruisseau des Martinettes pour alimenter une fontaine (FR.AD073, 82S34). Un rapport du service des Ponts et chaussées précise à cette occasion que l'artifice du baron est l'un des plus anciens de la commune avec celui de Benoît Vicher (IA73003858). Finalement un accord est trouvé entre les propriétaires pour l'utilisation de l'eau. Sur un plan de 1921, la forge est mentionnée comme abandonnée. Néanmoins, elle est toujours représentée sur le cadastre rénové de 1936. Actuellement, des vestiges sont toujours visibles à son emplacement.

Période(s)Principale : 2e quart 18e siècle , daté par source
Dates1729, daté par source

Le site se trouve en rive droite du ruisseau des Martinettes (ou canal des usines), une dérivation du Grand Ruisseau se jetant dans l'Isère. Actuellement, des murs de pierre sont toujours visibles à son emplacement.

Murspierre
Énergiesénergie hydraulique produite sur place
État de conservationvestiges

L'ancienne forge se trouve sur une dérivation du Grand Ruisseau traversant le village de Tours-en-Savoie sur laquelle se succédaient de nombreux sites hydrauliques.

Statut de la propriétépropriété privée

Annexes

  • Etat des fabriques et martinets existants dans les paroisses de basse Tarentaise, décembre 1789 (FR.AD073, C555).

    Tours

    Il y a rière la paroisse de Tours un grand martinet appartenant au seigneur Baron du lieu, auquel sont occupés, lorsqu'il est en exercice, six ouvriers. L'on tire la matière première, soit gueuse, pour l’exploitation de cet artifice, de la fabrique d'Argentine et lorsque cette matière manque à Argentine, on la tire de la fabrique de Ste Hélène des Millières, ce qui arrive rarement.

    Lorsque cet artifice est bien exploité, on y travaille annuellement environ cinq-cens quintaux de gueuse que l'on réduit partie en gros fer, partie en quincaille. L'on débite tant ce gros fer que la quincaille à Moûtiers, Chambéry, Conflans, l’hôpital Beaufort et autres lieux circonvoisins.

    Actuellement cet artifice n'est pas exploité par défaut de fermier.

    Il y a rière la même paroisse un autre martinet vulgairement appelle martinette albergé par le seigneur commandeur Manuel au nommé François Jannolin, qui l'exploite actuellement.

    L'on ne fabrique dans ce martinet que du fer en quincaille que l'on débite dans les environs.

    L'on tire la matière première que l'on y travaille, soit la gueuse, de la fabrique de Sainte Hélène.

    Si les forces de l'albergataire correspondaient à l'aisance de cet artifice, on y pourrait travailler annuellement cinq-cens quintaux de gueuse ; mais dans l'état il ne s'y en travaille que la moitié, tant parce qu'il n'y a que deux ouvriers, que parce l'albergataire n'est pas à meme de faire des fonds suffisants.

    La Bâthie

    Il y a rière la paroisse de la Bâthie, au village d'Arbine, un grand martinet appartenant au nommé Louis Tellier, acensé actuellement à la noble Compagnie exploitante des minières de Bonvillard.

    L'on occupe à cet artifice six ouvriers annuellemnt. On y travaille annuellement environ huit-cens quintaux de gueuse, que l'on réduit partie en gros fer, partie en quincaille ; et l'on débite ce fer tant gros que menu à Moûtiers, Chambéry, Conflans, l'Hôpital et autres lieux circonvoisins.

    Quant à la gueuse que l'on y travaille, on la tire de la fabrique d'Argentine, et principallemnt de celle de Ste Hélène des Millières que fait aussi exploiter la même noble compagnie de Bonvillard.

    Il y a rière ces deux paroisses aucune autre fabrique, manufacture, fourneaux et martinet non plus que rière la communauté de St Thomas des Esserts et Blay.

    Je soussigné secrétaire des communauté de Tours, La Bâthie, St Thomas des Esserts et Blay certifie les notions ci-devant conformes à celles que j'ai prises sur les lieux, ensuite des ordres du seigneur intendant de la province de Tarentaise ; en foi, Conflans, ma résidenxe ce 21 décembre 1789.

    Fontaine

Références documentaires

Documents d'archives
  • FR.AD073, C555, Fonds de l'Intendance générale de Savoie. Mines, usines, carrières, etc., 1647-1790.

    AD Savoie : C555
  • FR.AD073, C4531, Cadastre de 1728, Tours-en-Savoie, 354, Vue 03, 1729.

    AD Savoie : C4531
  • FR.AD073, C1110, Sous-fonds de l'Intendance provinciale de Tarentaise. Usines, mines et carrières. 1775-1791, États des moulins, scieries et autres artifices construits sur des cours d'eau, dans les terres de juridiction immédiate. Procédures instruites contre des usiniers qui avaient établi des artifices sans l'autorisation requise, 1775-1783.

    AD Savoie : C1110
  • FR.AD073, 82S34, Service hydraulique. Tours-en-Savoie. Affaires diverses (1872-1940). Usines : batteuse, roue hydraulique, scierie du baron de Tours (Saint-Clément, 1863-1871), scierie Fontaine, Tranchet (1861-1871), battoir Avocat (1869-1871), scierie Paillardet (Martinets, 1894), usine hydro-électrique Tivoly (1919), correction du torrent de Saint-Clément, projet, (1924-1935), endiguement du ruisseau de Tours (1910-1915), 1861-1935.

    AD Savoie : 82S34
  • FR.AD073, 49SPC16, Ponts et chaussées, service hydraulique. Tours : scieries du baron de Tours, Fontaine-Tranchant ; batteuse Avocat (1863-1871) ; scie Paillardet (Martinets, 1894) ; usine pour la fabrique de mèches à métaux Tivoly (ruisseau de Tours, 1921), 1863-1921.

    AD Savoie : 49SPC16
  • FR.AD073, 3P 7543, Premier cadastre français, Tours-en-Savoie, Section C, feuille 4, 1874.

    AD Savoie : 3P 7543
  • FR.AD073, 3P 7544, Cadastre rénové, Tours-en-Savoie, Section C, feuille 4, 1936.

    AD Savoie : 3P 7544
  • FR.AD073, J1706, Inventaire des moulins de Savoie. Association des amis des moulins savoyards. Nicole Gotteland, Louis Crabières, commune Tours-en-Savoie, 1999.

    AD Savoie : J1706
Bibliographie
  • F.Drouet, Tours-en-Savoie, Cahiers du Vieux Conflans, n°162, Société des Amis du Vieux Conflans, Albertville, 2001.

    AD Savoie
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Assemblée des Pays de Savoie © Assemblée des Pays de Savoie - Bérelle Clara