Logo ={0} - Retour à l'accueil

Monument aux morts de la guerre de 14-18

Dossier IA73001147 inclus dans Promenade du Gigot, puis square du Gigot, puis square Alfred Boucher réalisé en 2004

Fiche

Voir

Appellationsde la guerre de 14-18
Dénominationsmonument aux morts
Aire d'étude et cantonVille basse
AdresseCommune : Aix-les-Bains
Lieu-dit : Ville basse
Adresse : square Alfred-Boucher

Dès 1919, la Ville pensa apposer une plaque commémorative pour les morts de la guerre de 1914-1918. Mais, la loi du 20 octobre 1919 accordant des subventions de l’État pour l'érection de monuments aux morts, un projet plus ambitieux fut envisagé. Après l'annulation d'un premier concours et la dissolution du comité organisateur, le conseil municipal reprit le projet à son compte par délibération du 1er août 1921. A l'issue d'un nouveau concours, le projet du sculpteur Alfred Boucher fut choisi le 11 octobre 1921 ; l'artiste le présenta au Salon la même année et fit appel à l'entrepreneur Carmelino Boscetto pour sa réalisation. L'inauguration du monument, situé, non plus dans le parc des Thermes comme prévu à l'origine,mais, dans le square du Gigot à l'emplacement de l'arbre des pupilles de la Nation, selon le souhait du sculpteur, eut lieu le 16 juillet 1922.

Comme suite à une circulaire préfectorale prescrivant la restauration des monuments pour les cérémonies du cinquantenaire de la Grande Guerre, le monument fut restauré en 1964, par Grégoire Santhas, sculpteur diplômé de l'école nationale supérieure des Beaux Arts. Il a fait l'objet d'une nouvelle restauration en 2006.

Période(s)Principale : 1er quart 20e siècle
Dates1922, daté par source
Auteur(s)Auteur : Boucher Alfred sculpteur attribution par source

Ce monument est réalisé en ciment moulé, sur une âme en grillage et armature métallique. Il se compose d'une base circulaire sur laquelle est posé un haut fût cylindrique accosté de quatre socles parallélépipédiques supportant des hauts-reliefs ; ces hauts-reliefs évoquent, à travers quatre personnages en pied, groupés deux par deux, les quatre armes de l'armée. Ils alternent avec deux groupes sculptés : deux figures féminines symbolisant l'Alsace et la Lorraine, d'une part, une mère, en costume savoyard, tenant son fils mourant dans ses bras, d'autre part. Sur la base, au pied des socles, des soldats tués au combat, à mi-corps, sont sculptés en demi-relief. Au sommet du fût se dresse un groupe de cinq statues en ronde bosse représentant les vainqueurs. Derrière les hauts-reliefs, le fût s'anime d'un décor végétal en bas-relief.

Inscription portée : A LA GLOIRE DES MORTS ET DES COMBATTANTS / DE LA GRANDE GUERRE / 1914-1918 / LA VILLE D'AIX-LES-BAINS A SES ENFANTS

Mursciment
États conservations2006, restauré
Techniquessculpture
Mesuresh : 1400.0

Pour le monument aux morts de la guerre de 1870 qu'il réalisa en 1890 pour la ville de Troyes, Alfred Boucher avait déjà choisi le parti de composition d'un groupe sculpté au sommet d'une tour cylindrique, mais celle-ci était en pierre alors qu'à Aix-les-Bains, elle est en ciment moulé. En revanche, il a également utilisé ce dernier matériau pour le monument aux morts de Nogent-sur-Seine, récemment détruit.

Statut de la propriétépropriété de la commune
Intérêt de l'œuvreà signaler

Annexes

  • Histoire du projet de monument aux morts

    ANNEXE 1

    Histoire du projet de monument aux morts

    La loi du 20 octobre 1919 accordait des subventions de l’État pour l'érection des monuments aux morts, en fonction des efforts consentis par les communes. Pour cela, à Aix-les-Bains, un comité fut constitué avec pour membres MM. Navarro (maire), Tramu, Monachon, Luya (ingénieur municipal), Crochon (architecte de la ville), Dussuel et le colonel Rollet. Un concours réunit trois projets, celui de l'architecte Jules Pin aîné, intitulé "1914-1918", celui de Fanton-Davin-Rodvery, intitulé "Fais ce que dois" et celui de Chapperon-Reverdy, intitulé "Honneur et patrie". C'est Jules Pin qui remporta le concours. L'emplacement prévu était le parc des Thermes.

    Comme suite à une délibération du 1er août 1921, le conseil municipal constata que le comité n'avait récolté qu'une somme insuffisante pour couvrir les frais d'érection. En présence du colonel Rollet, il décida de faire "abdiquer" le comité et de prendre en charge la construction. Une commission spéciale prit le relais ; trouvant celui de Jules Pin trop cher, elle préféra adopter un nouveau projet qu'elle confia au sculpteur Alfred Boucher. Celui-ci imposa un nouvel emplacement dans le square du Gigot. L'inauguration du monument eut lieu en grande pompe le 16 juillet 1922, en présence de nombreuses personnalités, parmi lesquelles un délégué du gouvernement, le préfet, les députés Antoine Borrel et Richard et le sénateur Mollard.

  • Monument aux morts : adoption du projet Boucher et choix de son emplacement

    ANNEXE 2

    Monument aux morts : adoption du projet Boucher et choix de son emplacement (AC Aix-les-Bains : extrait du registre des délibérations du conseil municipal. Session extraordinaire du 11 octobre 1921)

    Le 1er prix du concours fut attribué à la maquette portant la devise 1914-1918, œuvre à laquelle collabora Monsieur Pin, architecte de la Ville d'Aix-les-Bains, à qui il y a lieu d'adresser des félicitations bien méritées. Malheureusement, et c'est là son seul défaut, le coût de son exécution fut jugé trop élevé pour les ressources dont nous disposions.

    C'est alors que le réputé Monsieur Boucher, aixois d'adoption, fit soumettre au Comité du Monument aux morts, une composition de grande envergure et d'une belle envolée, intitulée Le groupe des vainqueurs, qu'il se chargerait de faire exécuter pour la somme de 70 000 francs, et dont l'inauguration pourrait avoir lieu le 14 juillet prochain.

    La commission du monument, consultée sur ce projet, émit un avis favorable à son adoption.

    En conséquence, le Maire présente à l'assemblée l'esquisse exécutée par Monsieur Boucher et l'invite à prendre une décision, se mettant à son entière disposition pour tout renseignements complémentaires qui pourraient lui être demandés.

    A une question posée par Monsieur Grobert, Monsieur le Maire déclare que le monument serait entièrement fait d'un ciment spécial, déjà expérimenté et éprouvé, tant au point de vue de sa dureté qu'à celui de sa résistance aux intempéries et aux morsures du temps.

    Monsieur Grobert demande alors que, le cas échéant, cette garantie soit insérée dans la convention que la Ville aurait à passer avec Monsieur Boucher. Il en est ainsi décidé.

    Cette première question étant résolue, le Maire fait connaître à l'assemblée qu'il y a lieu de fixer l'emplacement de ce monument.

    M. Boucher consulté fit nettement entendre au Maire qu'un seul emplacement, celui de l'arbre des pupilles de la Nation, convient à tous points de vue à l'érection de son projet.

    Par sa situation dans le prolongement de la rue de Genève, au carrefour de la route du lac et de celle d'Annecy, il se trouve dans une perspective unique à Aix et au point le plus passager. Enfin, le cadre de verdure dans lequel se profilera le monument peut soutenir la comparaison avec tous les emplacements déjà envisagés.

    Pour ces raisons, qui lui ont été données par M. Boucher, dont l'opinion ne peut guère être discutée, le Maire invite l'Assemblée à donner son appréciation sur cet emplacement.

    Le conseil : ouï l'exposé du Maire et adoptant ses conclusions par 15 voix sur 18 votants ; adopte pour l'érection du monument aux morts l'emplacement actuel de l'arbre des Pupilles de la Nation.

    Vote contre : M. Vennat. Déclarent s'abstenir : MM. Vuagnari et Cochet.

  • Protestation de la Ligue française, section d'Aix-les-Bains, concernant le choix de la promenade du Gigot pour l'érection du monument aux morts

    ANNEXE 3

    Protestation de la Ligue française, section d'Aix-les-Bains, concernant le choix de la promenade du Gigot pour l'érection du monument aux morts (AC Aix-les-Bains : 1 M 113, 25 juillet 1921)

    1914-1918

    Et le Monument des Victimes de cette guerre biblique, faut-il lui réserver le sort de celui de Lamartine !..

    Où est-il, que veut-il, le petit soldat martyr ?

    Un pouce de terrain, une place au soleil pour reposer ses restes et sa gloire immortelle.

    Or, depuis plus d'une année, un Comité fut chargé d'ériger un Monument aux Morts pour commémorer le souvenir des braves ; hélas rien de certain n'a pu germer encore dans les têtes chauvines du Comité Aixois. Celui-ci fut pourtant formé et réformé plusieurs fois ; toutes les lumières vives de notre sainte ville rivalisèrent de zèle pour atteindre ce but, puis un jour la lumière se fit, mais bientôt s'éteignit !..

    Les places publiques de la noble Cité furent battues en tous sens, aucune jusqu'ici n'eut l'heur de fixer le choix du Saint-Esprit.

    Les Nordistes et les Sudistes se disputent sans rime l'hommage du "Souvenir".

    Le Centre est trop étroit pour y dresser les fastes douloureux dans une cohue mondaine.

    Les grands arbres du Parc sont là pour abriter des plaisirs passagers.

    Au Gigot on y danse, c'est le lieu absolu de toutes réjouissances, la foire aux animaux et les ménageries s'y fixent tour à tour. "Mais un jour Lamartine y trouvera sa place, c'est la route du Lac".

    Le cimetière est loin, lugubre et solitaire.

    Le seul endroit propice, respectable et bien digne serait près de l’Église, les fidèles en passant rendraient gloire et hommage aux braves combattants !..

    La ligue Française, pour les œuvres sociales et humanitaires.

    Le secrétaire, Jean BARUT.

Références documentaires

Documents d'archives
  • AC Aix-les-Bains : 1 M 113. Monument aux morts. [Concours, dossiers financiers, inaugurations, restaurations], 1920-1964

Documents figurés
  • [Alfred Boucher assis au pied du monument aux morts] / Demay. Aix-les-Bains, 1922. 1 photogr. noir et blanc, 14 x 21 cm. (Dédicace de A. Boucher). (AC Aix-les-Bains : 11Fi 476, LDC 16)

  • [La maquette du monument aux morts d'Alfred Boucher dans le parc de son atelier] / Anonyme. Aix-les-Bains, [1921]. 1 photogr. noir et blanc, 13 x 18 cm. (AC Aix-les-Bains : 11Fi 33)

Bibliographie
  • ESNAULT, Jean-François. Aix-les-Bains ou la mémoire des pierres. Paris : 1982. 250 p. multigr. : ill. ; 29,5 cm

    P. 188
  • LAGRANGE, Joël. Le Monument aux morts d´Alfred Boucher. Aix-les-Bains : Archives Municipales, 1993. 19 p. : ill . ; 29.7 cm. (AC. Aix-les-Bains : BR, 1993)

  • DEBUISSON, France, MUSEE D'ORSAY, INHA. A nos grands hommes. La sculpture publique française jusqu'à la seconde guerre mondiale. [2 cederoms]. Paris : musée d'Orsay, INAH, France Debuisson, Laurent Chastel, [2004]. Cederom 2

© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Ville d'Aix-les-Bains © Ville d'Aix-les-Bains - Jazé-Charvolin Marie-Reine - Lagrange Joël