Logo ={0} - Retour à l'accueil

Moulin à farine du comte de la Val d'Isère puis Portier puis fabrique de pâtes alimentaires Pillet puis Berger puis minoterie Simillon actuellement logement

Dossier IA73003476 inclus dans Paysage du bassin-versant de l'Isère inférieure et du Val Gelon réalisé en 2014

Fiche

Dénominationsmoulin à farine, minoterie
Aire d'étude et cantonPays de Savoie - Grésy-sur-Isère
HydrographiesRuisseau du Nant Bruyant ; bassin-versant Isère inférieure-Val Gelon
AdresseCommune : Sainte-Hélène-sur-Isère
Lieu-dit : Adresse : Cadastre : 2014 B 680

Un moulin apparaît sur la mappe sarde de 1728 (parcelle 612). Il appartient au comte de la Val d'Isère. Le 11 janvier 1735, le moulin est déclaré comme bien féodal par Joseph François de Duin (ou Duyn), baron de Sainte-Hélène (FR.AD073, C4857).

Le site est visible sur le cadastre napoléonien de 1809 (Section B, feuille unique, parcelle 494).

A la fin du XVIIIe siècle, le moulin est acheté par la famille Portier. Il est visible sur le premier cadastre français de 1870 (section B, feuille 4, parcelle 568). A cette date, le moulin est équipé de deux roues à augets. Par acte passé chez maître Rullier à Albertville le 4 mai 1872, Jean Baptiste Portier (avocat à Chambéry, fils de Louis François) vend le moulin à Joseph et François Pillet (fils de Gaspard Pillet). Ceux-ci le transforment le bâtiment en fabrique de pâtes alimentaires et construisent un séchoir à coté du bâtiment.

En 1888, le siphon alimentant la fabrique de pâte fait l'objet de plaintes (notamment celles du maire de la commune et d'un certain Victorin Berger) car son mauvais état constitue un danger pour les habitants du village. La fabrique est soumise à la réglementation par le service des Ponts et chaussées.

Le 9 janvier 1889, une réclamation des habitants de Sainte-Hélène nous apprend que le site a été victime d’incendies répétés liés à un manque de précautions de sécurité sur la machine à vapeur installée dans le séchoir. Le tableau sur l'utilisation agricole et industrielle des cours d'eau de 1889 nous apprend que le site dispose de deux paires de meules à cette date (FR.AD073, 35SPC7).

L'autorisation préfectorale de dérivation d'eau est accordée le 28 janvier 1892 mais l'entreprise Pillet fait faillite. Le 4 mai 1892, par jugement d’adjudication par surenchère au tribunal d’Albertville, le site est acheté par François Louis Berger (hôtelier demeurant au 24 boulevard de l’hôpital puis 193 boulevard Voltaire à Paris), représenté par son beau-frère, M.Arnaud, homme d’affaire (FR.AD073, 49SPC13 et 82S30). Le 2 avril 1898, les services des Ponts et chaussées constatent que les travaux prescrits par le règlement d’eau n’ont pas été réalisés. François Louis Berger est mis en demeure de se conformer aux mesures imposées.

En 1905, François Gonessat (père de cinq enfants en bas âge) est locataire du site. A cette date, la prise d’eau et le siphon sont en mauvais état (FR.AD073, 82S30).

Un arrêté préfectoral du 3 novembre 1911, impose la mise en chômage de l’usine : "A cet effet, toutes les vannes de décharge de cette usine seront levées entièrement et cadenassées à leurs montants ou chapeaux ; et toutes les vannes motrices seront exactement fermées et cadenassées dans cette position de manière à interdire tout roulement. Les clefs de tous les cadenas resteront confiées à la garde du maire de la commune" (FR.AD073, 49SPC13).

Le site est ensuite acheté par M.Simillon. De nouvelles machines sont installées en 1912. Le moulin apparaît sur le recensement des moulins de 1917. Le document précise que le meunier, Simon Simillon a été mobilisé. Dans les années 1920, la famille Simillon construit une minoterie moderne plus en aval sur le nant Bruyant. Elle est équipée de machines à cylindres mais conserve deux paires de meules. Une turbine est installée dans l’ancien moulin afin d’alimenter le moteur de la minoterie. La minoterie Simillon est mentionnée dans les recensements de 1923 et 1924. Elle fonctionnera jusqu’en 1945.

Dans les années 1980, l’ancien moulin Similllon est transformé en logement.

Période(s)Principale : 2e quart 18e siècle , daté par source
Principale : 4e quart 19e siècle , daté par source
Principale : 1er quart 20e siècle , daté par source
Principale : 4e quart 20e siècle , daté par source
Dates1728, daté par source
1888, daté par source
1912, daté par source
1980, daté par source

Le moulin est situé en rive gauche du ruisseau du Nant Bruyant (ou ruisseau des Fabriques), immédiatement en aval du pont des moulins et en amont d'un autre site (IA73003477). A l’origine, la prise d’eau se faisait à 125 mètres en amont de l’usine grâce à un barrage de 9,20 mètres de long. La dérivation creusée dans le sol suivait la berge du cours d’eau. L’eau passait sous la route grâce à un siphon constitué de tubes en tôle de 0,45 mètre de diamètre. En 1888, les frères Pillet transforment le site en fabrique de pâtes. Ils construisent à proximité du moulin un séchoir où ils installent une machine à vapeur (FR.AD073, 49SPC13). Ce bâtiment n'existe plus.

Le bâtiment du moulin est toujours en place. Il a été remanié pour devenir un logement. Il est de plan en L sur trois niveaux : un sous-sol, un étage et un étage de comble. Il est construit en pierre et couvert d'un enduit. Son toit est en ardoise.

La prise d'eau est toujours visible. Elle a été rénovée récemment. La conduite forcée passe sous la route pour alimenter la turbine qui fournit de l'électricité pour les besoins du propriétaire.

Murspierre enduit
Toitardoise
Plansplan régulier en L
Étagesrez-de-chaussée, 1 étage carré, étage de comble
Couvrements
Énergiesénergie hydraulique produite sur place
énergie électrique produite sur place
États conservationsbon état, remanié

Le moulin est situé à proximité du centre-ville de Sainte-Hélène-sur-Isère. La particularité de ce moulin est d'avoir cessé l'activité de mouture mais d'avoir continué à utiliser la force hydraulique pour produire de l’électricité destiné à un moulin "moderne". Le second moulin construit par la famille Simillon dans les années 1920 est le dernier de la commune a avoir fonctionné.

Statut de la propriétépropriété privée
Intérêt de l'œuvreà signaler

Références documentaires

Documents d'archives
  • FR.AD073, C4857, Sous-fonds de la délégation générale pour les biens féodaux et la péréquation, Registre des déclaratoires de la Délégation générale en Savoie sur les biens féodaux de la province de Savoie-Propre, 1731-1753.

    AD Savoie : C4857
  • FR.AD073, C3913, Cadastre de 1728, Sainte-Hélène-sur-Isère, 384, Vue 2, 1732.

    AD Savoie : C3913
  • FR.AD073, L1006, Cadastre napoléonien, Sainte-Hélène-Isère, section B, feuille unique, 1809.

    AD Savoie : L1006
  • FR.AD073 sous-série 82S30, Service hydraulique. Sainte-Hélène-sur-Isère : scierie et martinet Berthet (Perrin), scierie et pressoir Michel (Perrin), scieries Pernet, Pillet, Portier, Fontanet (Nant Bruyant), moulin Berger (Nant Bruyant), 1861-1924.

    AD Savoie : 82S30
  • FR.AD073, 49SPC13, Ponts et chaussées, service hydraulique, Sainte-Hélène-des-Millières (sur Isère) : scieries Berthet, Michel ; rétablissement d'un haut-fourneau (Portier et Fontanet), scieries Pillet, Portier-Fontanet (Nant-Bruyant) ; usines Pillet (moulin, fabrique de pâtes alimentaires, Nant-Bruyant), 1864-1911.

    AD Savoie : 49SPC13
  • FR.AD073, 3P 7503, Premier cadastre français, Sainte-Hélène-sur-Isère, Section B, feuille 4, 1870.

    AD Savoie : 3P 7503
  • FR.AD073, 6E4474, Minutes notariales, archives notariales de maître Rullier Jean-Louis, notaire à Albertville, 1871-1893.

    AD Savoie : 6E4490
  • FR.AD073, 35SPC7, Ponts et chaussées, service hydraulique, Comptabilité, statistiques et affaires diverses (classement par année), 1876-1909.

    AD Savoie : 35SPC7
  • FR.AD073, S1364, Exploitation des cours d'eau : Usines et entreprises : renseignements, statistiques et inventaires 1898-1924 ; Demandes de concessions 1929-1943 ; Prises d'eau sur divers cours d'eau 1908-1941 ; Application du décret du 22 mai 1937 sur les entreprises d'hydraulique agricole 1937-1938, 1898-1941.

    AD Savoie : S1364
  • FR.AD073, 284 R 1, Moulins : recensements, Sainte-Hélène-sur-Isère 1917.

    AD Savoie : 284 R 1
  • FR.AD073, 284 R 1, Moulins : recensements, Sainte-Hélène-sur-Isère 1923.

    AD Savoie : 284 R 1
  • FR.AD073, 284 R 1, Moulins : recensements, Sainte-Hélène-sur-Isère 1924.

    AD Savoie : 284 R 1
  • FR.AD073, 3P 7504, Cadastre rénové, Sainte-Hélène-sur-Isère, Section B, feuille 4, 1936.

    AD Savoie : 3P 7504
  • FR.AD073, J1706, Inventaire des moulins de Savoie. Association des amis des moulins savoyards. Nicole Gotteland, Louis Crabières, commune Sainte-Hélène-sur-Isère, 1999.

    AD Savoie : J1706
Bibliographie
  • H.Barthélémy, Anciens moulins en Combe de Savoie et bas Val d'Arly, Cahier du Vieux Conflans, n°175, Société des Amis du Vieux Conflans, Albertville, 2014.

    CDP Savoie
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Assemblée des Pays de Savoie © Assemblée des Pays de Savoie - Bérelle Clara