Logo ={0} - Retour à l'accueil

Moulin à farine du marquis de Saint Thomas puis moulin et scierie Tornier puis Collomb actuellement logement

Dossier IA73003904 réalisé en 2015
Dénominationsmoulin à farine, scierie
Aire d'étude et cantonPays de Savoie - Moûtiers
HydrographiesRuisseau de l'Eau Blanche ; bassin-versant Isère moyenne
AdresseCommune : Aigueblanche
Lieu-dit : Chef-lieu
Adresse : Place de l'
Eglise
Cadastre : 2014 AA 318

Une des premières mentions du moulin est un acte d'albergement du marquis de Saint Thomas datant du 10 décembre 1680 (FR.AD073, 83S1). Le moulin est visible sur la mappe sarde de 1733 au nom de Deny Bouchet (parcelle 202). En 1769, le marquis de Saint Thomas alberge le moulin et un autre site (IA73003907) à Balthazar Audoyer (fils de Michel) et à Denis Bochet (fils de Denis) contre la somme de 27 livres et 3 sols du Piémont à payer annuellement à chaque fête de la Saint André (FR.AD073, 6E1241). Le 31 août 1830, une autorisation permet d'établir une scierie à côté du moulin (FR.AD073, 83S1). Le 15 février 1843, le tribunal de préfecture de Tarentaise autorise la vente du site qui appartient à Jacqueline Bochet veuve de François Tornier (Le Courrier des Alpes, 21 février 1843). En 1860, le propriétaire, François Collomb demande le maintien en activité de la scierie. La scierie et le moulin, sont toujours visibles sur le premier cadastre français de 1883 (section unique, feuille 3, parcelle 985). A cette date ils appartiennent aux frères Célestin et Pierre Collomb (fils de François). Le moulin était entrainé par une roue verticale de 3 mètres de diamètre et la scierie fonctionnait avec une roue verticale de 4,5 mètres. En 1888, les frères Collomb s'opposent au projet de la Société de la fruitière qui souhaite utiliser le ruisseau de l'Eau Blanche pour les besoins de sa production (IA73003906). En 1910, la scierie appartient à M.Duffaud (époux de Marie Collomb), instituteur à Aiguebelle. Actuellement la partie du bâtiment située en rive gauche du ruisseau est toujours en place. Elle est occupée par un logement. La partie située sur la rive droite n'existe plus.

Période(s)Principale : 4e quart 17e siècle , daté par source
Principale : 2e quart 19e siècle , daté par source
Dates1680, daté par source
1830, daté par source

Le site est implanté en rive gauche du ruisseau de l'Eau Blanche. Le tracé du canal d'amenée en pierre est toujours visible sur un mur longeant le bâtiment. Celui-ci a été remanié pour devenir un logement. Il est de plan rectangulaire sur trois niveaux : un rez-de-chaussée, un étage et un étage de comble. Il est construit en pierre et couvert de crépi.

Immédiatement en amont du site, se trouvait la fruitière d'Aigueblanche (IA73003906).

Murspierre crépi
Plansplan rectangulaire régulier
Étagesrez-de-chaussée, 1 étage carré, étage de comble
Énergiesénergie hydraulique produite sur place
État de conservationremanié

Le bâtiment se trouve sur la place de l'église. Le ruisseau de l’Eau Blanche qui alimentait le site a donné son nom à la commune d'Aigueblanche. Il prend sa source sous le rocher de la Bietaz. Tout au long de la traversée du village, il alimente de nombreux sites hydrauliques avant de se jeter dans l'Isère. Son parcours est particulièrement intéressant car il prend alternativement la forme d'un canal dallé, parfois aérien (aqueduc), parfois souterrain (siphon). Son eau particulièrement calcaire a laissé de nombreuses concrétions à divers endroits du village.

Statut de la propriétépropriété privée

Annexes

  • Le Courrier des Alpes, 21 février 1843.

    Par Manifeste du quinze février courant, le Tribunal de préfecture de Tarentaise, séant à Moûtiers, a fait savoir que, par jugement du 1er même mois, rendu entre l'administration de la bourse cléricale de ce diocèse, représentée par révérend Joseph-Antoine Romanet, chanoine, son trésorier, domicilié à Moûtiers, ayant pour procureur Me Jean-Claude Bernard, en l'étude duquel il a élu domicile au dit lieu, demandeur, et Jacqueline Bochet veuve de François Tornier, cultivatrice, domiciliée à la commune d'Aigueblanche, défenderesse ; le susdit Tribunal a autorisé la vente des immeubles y désignés, consistant, [...]

    3° moulin situé à Aigueblanche, sous le numéro 202 de la mappe du dit lieu, de la contenance de cinq toises et six pieds, imposé cinq deniers de taille, confiné par l’aqueduc au midi et par la rue publique au couchant et au nord ;

    4° placéage audit lieu et artifice de scierie, sous le numéro 217, contenant onze toises deux pieds, imposés un sou huit deniers, confiné par l’aqueduc au nord, par un chemin au couchant, et par une place appartenant à Étienne-Marie Barrai au midi et au levant ; et c'est avec lesdits artifices et moulins, les aqueducs et autres droits en dépendants, ces deux objets formant le deuxième lot ; et a fixé la première enchère au vingt-quatre mars prochain, à neuf heures du matin, et commis l'huissier Charvin pour les notifications à faire.

    Ledit Manifeste contient les conditions de la vente et la mise à prix offerte par le révérend poursuivant, de la somme do 1,000 livres pour le premier lot, et de celle de deux cents livres pour le second lot ; lesquels seront misés séparément, et ensuite en totalité sur le montant réuni des offres partielles qui auront été faites. Moûtiers, le 17 février 1843. BERNARD, proc.

  • Le Courrier des Alpes, 15 avril 1843.

    AVIS JUDICIAIRES. Par devant le Tribunal de préfecture de Tarentaise séant à Moûtiers, à son audience du cinq mai prochain, à neuf heures du matin, dans la salle de ses audiences, il sera procédé à l'enchère pour l'adjudication définitive des immeubles appartenant à Jacqueline Bochet veuve de François Tornier, cultivatrice, domiciliée à la commune d'Aigueblanche, dont la vente est poursuivie à requête de la bourse cléricale du diocèse de Tarentaise, représentée par révérend Joseph-Antoine Romanet, chanoine, sous-trésorier, domicilié à Moûtiers, qui a constitué Me Jean-Claude Bernard pour son procureur audit lieu, chez lequel il a élu domicile. Ces immeubles consistant, 1° en deux pièces de pré au Biollei, sous numéros 181 et 182 de la mappe de la commune de Bellecombe, où elles sont situées, de la contenance de trois journaux cent quatre-vingt douze toises ; 2° en moulin, placéage et scierie, situés à la commune d'Aigueblanche, sous les numéros 202 et 217 de la mappe locale, de la contenance de dix-sept toises de cadastre ; ils sont chargés d'une taille, les prés de cinq livres sept sous quatre deniers et dix douzaines, ancienne monnaie, et sont confinés par la pièce de Jeanne-Claudine Villiod et de Martin Armand dessus, et par celles des sieurs Dunand et Jacques Armand dessous ; et les artifices de moulin, scieries et placéages, taille un sou et un denier, sont confinés, savoir, le moulin par l’aqueduc au midi, et la rue publique au nord et au couchant ; et les scierie et placéage, par le même aqueduc au nord, un chemin au couchant, et par une place appartenant à Étienne Barral au midi et au levant. Ces biens immeubles seront exposés en vente, d'abord en deux lots, sous la mise à prix offerte par le poursuivant de la somme de mille livres pour le premier lot, et de deux cents livres pour le second, et ensuite en totalité sur le montant réuni des dites offres, et en outre, avec les conditions contenues au manifeste du quinze février dernier, sous lesquelles ils ont été adjugés provisoirement au poursuivant, par jugement du susdit Tribunal, du vingt-quatre mars suivant, rendu entre ladite bourse cléricale, demanderesse poursuivante, et ladite Jacqueline Bochet, défenderesse contumace. Moûtiers, le 8 avril 1843. BERNARD, proc.

Références documentaires

Documents d'archives
  • FR.AD073, C1876, Cadastre de 1728, Aigueblanche, 443, Vue 04, 1733.

    AD Savoie : C1876
  • FR.AD073, 6E1241, Minutes notariales, archives notariales de maître Mangé Marc-Antoine, notaire à Moûtiers, Versement de maîtres Arnollet (François) et Fumex (Pierre), notaires à Moûtiers, acte du 3 septembre 1769.

    AD Savoie : 6E1241
  • FR.AD073, 6E1224, Minutes notariales, Versement de maîtres Arnollet (François) et Fumex (Pierre), notaires à Moûtiers, Archives notariales de maître Mangé Gaspard, notaire à Moûtiers, acte du 27 octobre 1797.

    AD Savoie : 6E1224
  • FR.AD073, 83S1, Service hydraulique. Aigueblanche : Affaires diverses (1868-1935). Usines : scierie Collomb (1861), usine Ramus (1870), papeterie et filature Gonbert (Isère, 1881-1882), tissages Lachenal frères (Eau Rousse, 1888), Société de la fromagerie d'Aigueblanche (1888-1889), atelier Miège (1890), règlement d'eau usine hydraulique (Cie PLM, 1896).

    AD Savoie : 83S1
  • FR.AD073, 3P 7328, Premier cadastre français, Aigueblanche, Section unique, feuille 3, 1883.

    AD Savoie : 3P 7328
  • FR.AD073, 49SPC1, Ponts et chaussées, service hydraulique, Aigueblanche. Tissages Lachenal (Eau Rousse, 1888) ; fromagerie d'Aigueblanche (Eau Rousse, 1888-1889) ; forge Miège (Eau Rousse, 1890) ; usine pour la production de la force électrique (Compagnie Paris-Lyon-Méditerranée, 1896-1897), 1888-1897.

    AD Savoie : 49SPC1
  • FR.AD073, 3P 1085, Matrice cadastrale des propriétés bâties, Aigueblanche, 1911-1933.

    AD Savoie : 3P 1085
  • FR.AD073, J1706, Inventaire des moulins de Savoie. Association des amis des moulins savoyards. Nicole Gotteland, Louis Crabières, commune Aigueblanche, 1999.

    AD Savoie : J1706
Bibliographie
  • Le Courrier des Alpes, 21 février 1843.

  • Le Courrier des Alpes, 15 avril 1843.

© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Assemblée des Pays de Savoie © Assemblée des Pays de Savoie - Bérelle Clara