Logo ={0} - Retour à l'accueil

Moulin et fruitière Bal

Dossier IA74002013 réalisé en 2012

Fiche

AppellationsMoulin Bal
Destinationsmoulin à huile
Dénominationsmoulin à blé, laiterie
Aire d'étude et cantonPays de Faverges et du Laudon - Faverges
Hydrographiesbief dérivation de la Chaise
AdresseCommune : Faverges
Lieu-dit : Noyeray (le)
Adresse : route de
Thônes
Cadastre : 1905 C3 468, 470, 472, 473  ; 2008 C3 2562, 2563, 2564, 2596, 2597

Le moulin Bal, autrefois appelé moulin bas du Noyeray de Viuz afin de le distinguer du moulin haut du Noyeray de Saint-Ferréol, situé plus en amont sur le même bief, est mentionné dès le début du XVIIe siècle. En effet, "un moulin gros , un moulin blanc et une huilerie" (un moulin gros produit des aliments pour le bétail, un moulin blanc de la farine pour les hommes) sont exploités en ce lieu dès 1627 par les frères Antoine et Pierre Prud'homme puis à partir de 1661 par les frères Patuel. Au milieu du XVIIe siècle, les moulins appartiennent toutefois à Gasparde Truchet, fille du châtelain de Faverges.

En 1708, Philiberte Falcaz (fille de Gasparde Truchet) vends à Maurice Patuel le moulin blanc et le moulin gros. Ce dernier, qui possède déjà le moulin haut du Noyeray de Saint-Ferréol, les loue à Antoine Moret, de La Giettaz. Les moulins sont finalement acquis en 1743 par Joseph Bal originaire de Giez et exploités par ses descendants jusqu'en 1943.

En 1896, une fruitière est ajoutée aux moulins.

Période(s)Principale : 19e siècle , daté par source
Secondaire : 20e siècle , daté par tradition orale
Principale : 17e siècle , daté par source

Les moulins, huilerie et fruitière Bal se composent de quatre bâtiments dont deux réunis sous un même toit. L'ensemble des élévations est en moellon de calcaire enduit au ciment ou à la chaux. La fruitière, petit bâtiment de plan rectangulaire, est établie le long du bief. Elle conserve une bonne part de son matériel (chaudron, baratte, moules etc). le logis situé face à la fruitière est établi sur deux niveaux. Le bâtiment, totalement réaménagé pour être loué, conserve une belle porte avec un linteau en accolade qui proviendrait du presbytère de Marlens (renseignement oral). Le logis et la fruitière sont unis sous un même toit formant un passage couvert vers la cour. Ce toit à longs pans et demi croupe est couvert en tuiles plates.

A l'est de la fruitière, l'ancien moulin à grain ne conserve rien de son équipement origine en dehors de la roue hydraulique. Le toit, également à longs pans et demi-croupe, est couvert en éternit.

Enfin, au sud, un long bâtiment agricole doté d'une vaste cave, comprenant un logis et lié au moulin. Le toit, encore à longs pans et demi-croupe, est quant à lui couvert en ardoise.

Murscalcaire moellon
Toittuile plate, ardoise, ciment amiante en couverture
Couvrements
Couverturestoit à longs pans demi-croupe
Énergiesénergie hydraulique produite sur place
Typologieslogis dissocié de l'espace de travail
Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Périodiques
  • TISSOT, Robert. La Houille Blanche à Faverges. Bulletin d'histoire et d'archéologie des amis de Viuz-Faverges, 1975, n° 14, p. 1-36.

    p. 17-18
© Parc naturel régional du Massif des Bauges © Parc naturel régional du Massif des Bauges ; © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel - Daviet Jérôme