Logo ={0} - Retour à l'accueil
Église paroissiale Saint-Laurent

Peintures monumentales : décor de l'église Saint-Laurent

Dossier IM73000380 réalisé en 2014

Fiche

La mise en place du décor (Avondo et Fierone, 1840)

Dès 1840, l'abbé Fasy, curé de Trévignin, lance une souscription pour financer le décor intérieur et l'ameublement de l'église : il recueille 1602 livres neuves. Une délibération du conseil municipal du 8 octobre 1840 décide d'employer 400 £ pour l'achat d'un ostensoir, 200 £ pour l'achat d'une bannière, et le reste (969,96 £, déduction faite de la remise du percepteur) pour orner les murs. Le curé s’est déjà mis en relation avec les sieurs Avondo (les frères Alonzo et Giuseppe Antonio Avondo, peintres piémontais ?) et Fierone, artistes, pour faire réaliser des "peintures soignées, à la fresque", dans le chœur et les deux chapelles. "Devront figurer dans le chœur, au milieu et au-dessus de la corniche, le Père Éternel assis sur un nuage ; au-dessous, saint Laurent au moment de son martyre ; à droite, saint François évêque ; à gauche, saint Victor en costume de soldat romain tenant une palme. Le reste du chœur sera orné de symboles rosaces et autres ornements. Les deux chapelles devront recevoir des peintures en rapport à celles du chœur". Les pilastres et la corniche seront "marbrés" ; la nef sera de couleur "canari", avec un soubassement plus foncé. Dans la niche de la façade sera placé un "saint Laurent orné de rosaces" ; le soubassement sera couleur gris de terre (AD Savoie, 11FS : 628).

Le programme du décor figuré de l'église est donc en place dès cette époque. La scène du martyre de saint Laurent est une copie inversée et simplifiée (pas de décor d'architecture) d'un grand tableau du Titien, peint en 1558 et conservé dans l'église Santa Maria Assunta à Venise (Italie).

La première restauration (Cochet, Maggia, 1871)

Trente ans plus tard, l'architecte aixois Lubini fait restaurer ces décors peints : le devis des travaux de restauration établi le 26 juin 1871 (AD Savoie, 48F : 655) mentionne les "décors, ornements à la fresque et badigeons à faire sur les murs et voûtes du chœur, de l'avant-chœur et des chapelles ; badigeons, encadrements avec bandes et filets, peinture marbrée des corniches et parties saillantes pour la grande nef", et un article distingue le montant prévu "pour restaurer les deux (barré : trois) tableaux à la fresque de saint François et saint Victor situés dans le chœur...". Le cahier des clauses et conditions, du 30 juillet 1871, précise qu'Alban Cochet, entrepreneur, peintre et plâtrier domicilié à Aix-les-Bains, adjudicataire du devis précédent, "devra se procurer des artistes aptes et habiles..." "pour l’exécution des dorures, des peintures ornées et des tableaux représentant saint Victor et saint François de Sales". Le décompte général des travaux de réparation et d'embellissement faits à l’église (et à la maison du presbytère de Trévignin), le 11 février 1872, distingue un article supplémentaire pour la "restauration du tableau à la fresque représentant le martyrologe de saint Laurent, fait par M. Maggia peintre, pour le prix convenu de 40 F".

Le devis ne mentionne que les peintures du premier niveau d'élévation. Rien n'est dit sur le Père Éternel assis sur un nuage qui était prévu dans l'axe du choeur au-dessus du martyre de saint Laurent, qui a pu ne pas être réalisé. Par la suite, c'est une représentation de saint Laurent qui est mentionnée à cet emplacement (elle est restaurée en 1903).

La deuxième restauration (Grosso, 1903)

De nouveau trente ans plus tard, en 1903, le curé Eugène François Thomassier passe convention avec Jean-Baptiste Grosso, artiste peintre, pour les travaux à exécuter à l’église. Le chapitre peinture décorative comprend : "tous les murs et voûtes intérieurs du chœur, de la nef et des chapelles, non compris les autels, y compris la retouche et remise en état du tableau (peinture à fresque) représentant le martyre de saint Laurent, de la figure de saint Laurent et des ornementations qui l’accompagnent (peinture à fresque) ; la réfection des lettres et chiffres sur la façade extérieure", M. Grosso se chargeant seulement de la "peinture artistique". Une souscription a été réunie par le curé, rassemblant les dons de 78 habitants (et du curé, qui donne 500 F) (AD Savoie, 48F : 655 ; A Paroissiales Trévignin).

A l'issue de cette campagne de restauration, l'église est couverte d'un décor au pochoir de frises de motifs floraux ou géométriques qui soulignent les pilastres et les nervures. Auparavant, les devis mentionnent des "symboles, rosaces et autres ornements" dans le choeur (en 1840) et des effets de faux marbre, filets et dorure dans la nef (1840, 1871).

Avant la dernière restauration, la voûte de l'église aurait été peinte en bleu parsemé d'étoiles (oral).

Dénominationspeinture monumentale
Aire d'étude et cantonHauts de l'Albanais
AdresseCommune : Trévignin
Lieu-dit : Verlioz

Le décor peint de l'église date de 1840 et serait dû aux peintres piémontais Avondo et Fierone. Le décor est restauré en 1871 (architecte Lubini, entrepreneur Alban Cochet, peintre Maggia), puis en 1903 (peintre Jean-Baptiste Grosso, de Turin).

Période(s)Principale : 2e quart 19e siècle
Secondaire : 1er quart 20e siècle
Dates1840, daté par source
1903, daté par source
Auteur(s)Auteur : Avondo
Avondo

Les frères Alonzo et Giuseppe Antonio Avondo, originaires du village piémontais de Campertogno, sont des peintres décorateurs d'église du XIXe siècle réputés pour leurs peintures de rénovation d'église (Wikipédia). Un Avondo travaille aux peintures de l'église de Trévignin (Savoie), avec Fierone, en 1840.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
peintre attribution par source
Auteur : Fierone
Fierone

Travaille aux peintures de l'église de Trévignin (Savoie), avec Avondo, en 1840.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
peintre attribution par source
Auteur : Maggia
Maggia

Sans doute Maggia, peintre à Saint-Jean-de-Maurienne, qui peint l'intérieure de la chapelle Notre-Dame de La Salette, à Fontcouverte-la Toussuire, après 1860, et de l'église de Saint-Martin de la Porte entre 1880 et 1888.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
peintre attribution par source
Auteur : Grosso Jean-Baptiste
Jean-Baptiste Grosso

Peintre Turinois. En 1903, restaure les peintures de l'église de Trévignin.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
peintre attribution par source
Auteur de la source figurée : Vecellio Tiziano, dit : Titien peintre
Auteur : Cochet Alban
Alban Cochet

Entrepreneur, peintre et plâtrier domicilié à Aix-les-Bains; Restaure les peintures de l'église de Trévignin (73) en 1871.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
entrepreneur, plâtrier, peintre attribution par source

Le décor de l'église comprend une partie ornementale, exécutée au pochoir, sur les murs de la nef et les voûtes, et une partie figurative, exécutée à fresque, sur les murs de l'abside et de la façade de l'église (à l'extérieur).

Catégoriespeinture murale
Matériauxenduit, peint
enduit, peint au pochoir
enduit, fresque
Mesuresh : 247.0 cm
la : 260.0 cm
Précision dimensions

Dimension du tableau central, hors cadre.

Iconographiessaint François de Sales
saint Victor d'Agaune
saint Laurent diacre
martyre de saint Laurent
ornement à forme géométrique
entrelacs
grecque
ornement à forme végétale
rose
lys
clématite
Précision représentations

Décor au pochoir :

- murs (nef et abside, sur les deux niveaux d'élévation) : bordure à fond vermillon et filets violet, avec des décors de frises géométriques (pseudo grecques, entrelacs, médaillons...) violet, rouge et grise ; aux angles, carrés à décor rouge sur fond vert. Fond uni jaune.

- pilastres, intrados des arcs (doubleaux, chapelles) : frises de fleurs symétriques de part et d'autre d'une tige centrale, fond gris ou vert (lys, roses ou clématites) ; sur les clefs de voûte, carré avec motif d’entrelacs gris clair.

Décor figuré :

- murs de l'abside, premier niveau : au centre, tableau peint représentant le martyre de saint Laurent d'après Titien (église Santa Maria Assunta de Venise) : le saint est maintenu sur un grill par un centurion à l'aide d'une pique, un bourreau de dos attise les flammes, une statue d'idole est placée derrière le saint qui regarde une croix entourée de nuées. Cadre : bordure de motifs entrelacés, au pochoir. De part et d'autre, personnages en pied sur fond uni : à gauche, saint François de Sales (en tenue d'évêque, un livre à la main) ; à droite, saint Victor (vêtu en soldat romain et tenant une croix).

- murs de l'abside, second niveau : saint Laurent en costume de diacre, accoudé à son grill et tenant une palme

- façade, sur le fronton : niche en plein-cintre avec la représentation de saint Laurent (en pied, en vêtement de diacre, tenant une palme et un livre, le grill à ses pieds).

Inscriptions & marquesinscription concernant le commanditaire, sur l'oeuvre, peint
Précision inscriptions

Inscription peinte au revers de la façade occidentale, au-dessus de la porte, dans un cartouche ovale à encadrements de cuirs, palmettes, enroulements, draperies et têtes d'angelots : A SON CURE RD F. RICHARD / QUI A FAIT PEINDRE L'EGLISE / A SES FRAIS / LA PAROISSE RECONNAISSANTE / MDCCCLXIX F. RASSAT MAIRE.

États conservationsaltération biologique de la matière
Précision état de conservation

Les peintures ont été altérées par des infiltrations d'eau qui ont occasionné des tâches d'humidité et le développement de moisissures.

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Savoie. Série 11FS : 628. Trévignin Pièces diverses. 1838-1860.

    - Acensement des pâturages communaux situés à pré Bouriens et à Saint-Victor, n°187 et 594 de la mappe.

    - Cimetière. Construction des murs du nouveau cimetière, maçon Claude Clerc, feu Jean (1838). Construction d’une porte, serrurier Nicolas le cadet Damesin fils de Laurent (1846).

    - Eglise. Décoration de l’intérieur (achat d’un ostensoir, bannière, peinture murale par Avondo et Fierone (1840-1841). Construction d’un avant-toit à la petite porte de l’église (1842).

    - Reconstruction du toit du presbytère, Pierre Louis Besson architecte, François Rajat, charpentier (1842-1843).

    - Construction d’un local pour l’école de garçons (1843-1844).

    - Construction de trois ponceaux sur le Larjat (pour Saint-Victor et Nandrion ; pour les Clercs), sur la Bais au lieu-dit la Resse (pour Verlioz), maçon Claude Triquet, fils de feu François.

    AD Savoie : 11FS : 628
  • AD Savoie. Série 48F : 650. Trévignin. Visites pastorales. Transcription des visites pastorales de 1826, 1833, 1843, 1848, 1854, 1875, 1884, 1887, 1892 et 1900.

    AD Savoie : 48F : 650
  • AD Savoie. Série 48F : 655. Trévignin. Eglise. Construction (1832-1834) 6 pièces papier. Réparations et restauration (1871-1903) 30 pièces papier.

    AD Savoie : 48F : 655
Bibliographie
  • Nos églises en Savoie... Trévignin, La Vie nouvelle, 13 mars 1970.

© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Parc naturel régional du Massif des Bauges © Parc naturel régional du Massif des Bauges - Monnet Thierry - Guibaud Caroline - Guibaud Caroline