Logo ={0} - Retour à l'accueil

Fiche

Dénominationspeinture monumentale
Aire d'étude et cantonBoën - Sail-sous-Couzan
AdresseCommune : L'Hôpital-sous-Rochefort
Emplacement dans l'édificechoeur
coupole
abside
cul-de-four

Peintures monumentales correspondant à la 6e campagnes de décor sur 12 repérées lors de sondages menés durant l'été 2002 et dégagées pendant l'été 2003. Il s'agit du décor d'accompagnement de la scène centrale, le Jugement dernier (étudié). Sur ce décor sont peintes les armes de Guillaume Mastin de la Merlée, prieur entre 1467 et 1485. L'observation de la stratigraphie lors des sondages a conclu que le Jugement dernier, le décor architectural et les grisailles font partie de la même couche picturale. Ils présentent cependant des différences de technique et de style, explicables par l'intervention de plusieurs mains sur le chantier : un maître, qui a utilisé la technique de la détrempe pour le Jugement, et son atelier, qui s'est contenté de peinture à la chaux à sec, pour ces décors ?

Période(s)Principale : 2e moitié 15e siècle
Auteur(s)Personnalité : Mastin de la Merlée Guillaume commanditaire

Peinture à la chaux à sec, utilisant essentiellement des dégradés de noir et de gris (architecture feinte et personnages en grisaille) et la couleur pour les armoiries du commanditaire. Ce décor est peint sur l'intrados de l'arc de l'abside, sur l'arc triomphal du choeur et les trompes de la coupole ; il s'étendait certainement à la nef, mais des sondages complémentaires seraient nécessaires pour préciser son emplacement.

Catégoriespeinture murale
Matériauxenduit, peinture à la chaux
Iconographiesarmoiries
ornement architectural
ornement végétal
chien
casque
homme
Précision représentations

armoiries ; ornement architectural ; ornement végétal ; chien ; casque ; homme § Les scènes du Jugement dernier sont bordées par une architecture feinte en bossage à tables chanfreinées, bordé de crosses et de feuilles recourbées. Des personnages en grisaille complétaient ce décor : petits personnages sur le mur au-dessus de l'arc de l'abside, dont l'un tire à l'arc et l'autre semble tenir un morceau de tissus, ange dans l'ébrasement droit de la baie nord de l'abside et chien dans l'ébrasement gauche de la baie sud, ces deux derniers portant un écusson armorié.

Inscriptions & marquesarmoiries, peint, sur l'oeuvre
Précision inscriptions

Des écus armoiriés sont répartis symétriquement sur l'ensemble du décor : embrasures des baies de l'abside (trois écus dégagés), mur surmontant l'arc de l'abside (deux écus ; le respect de la symétrie a conduit le peintre à représenter une barre et non une bande sur l'écu de gauche), tambour de la coupole où l'un a pour support un chien et pour cimier un heaume (trois écus sont visibles, mais le dégagement n'est pas achevé).

Précision état de conservation

Ce décor semble avoir été piqueté et recouvert au moins à partir du milieu du 17e siècle.

Statut de la propriétépropriété de la commune
Intérêt de l'œuvreÀ signaler
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel - Guibaud Caroline - Monnet Thierry