Route nationale n° 513, actuellement route départementale n°913, dite Route du Revard
Copyright
  • © Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel
  • © Ville d'Aix-les-Bains

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Hauts de l'Albanais
  • Commune Trévignin
  • Lieu-dit Véniper
  • Commune Montcel
  • Commune Les Déserts
  • Lieu-dit le Revard
  • Dénominations
    route
  • Précision dénomination
    nationale départementale
  • Appellations
    du Revard

Le projet fondateur

Le premier projet de route entre Trévignin et le col de Plainpalais (situé à proximité de La Félcaz sur la commune des Déserts) date de 1882. Il est dressé par l’ancien agent voyer d’arrondissement Pierre Bron et adressé au maire d’Aix-les-Bains. En 1887, la Ville d'Aix-les-Bains, motivée par la création d'une station de villégiature au Revard (voir Station du Revard), vote la construction de cette route et approuve l'étude détaillée commandée à Pierre Bron et remise en 1888. La route envisagée débute à Trévignin, passe par le col de la Clusaz et dessert le plateau du Revard avant de rejoindre le col de Plainpalais. Le projet, bien qu'approuvé par la préfecture en 1890, est abandonné. Il rencontre en effet l'opposition des communes du Montcel et de Trévignin et se heurte à la concurrence du chemin de fer à crémaillère reliant Aix au Revard en bonne voie de réalisation (1h15 pour accéder au Revard en train et 4 à 5h par la route).

L'accès au Revard par Chambéry

En 1909, le lancement officiel de la saison hivernale au Revard (jusqu'alors station de villégiature estivale : voir Station du Revard) incite le conseil général à entreprendre la construction d'une route entre le col de Plainpalais et les hôtels du Revard. L'accès automobile au Revard est désormais possible par Chambéry et Les Déserts.

L'accès au Revard par Aix-les-Bains

C'est au début des années 1930 et grâce à l'action déterminante du sénateur Maurice Mollard (également maire d'Aix-les-Bains à partir de 1932) que la création d'une route entre la ville thermale et le Revard se concrétise. Le sénateur entreprend de faire classer la route existante (entre le col de Plainpalais et le Revard) dans la voirie nationale afin de bénéficier des subsides de l'État pour la construction de la portion restante, entre le Revard et Aix, présentée comme le prolongement de la première partie. Le 12 mars 1932, le ministre des Travaux publics fait savoir qu'il est disposé à classer dans la voirie nationale la nouvelle route du Revard à condition que le département de la Savoie fournisse une contribution aux dépenses. Le 19 mai 1932, le Conseil général de la Savoie s'engage à apporter gratuitement à l’État les terrains nécessaires à l'établissement de la route du Revard. Le vote du crédit requis est obtenu sans grande difficulté puisque, sur les 413 800 frs nécessaires, 400 000 doivent être pris en charge par la Compagnie de chemin de fer Paris-Lyon-Méditerranée, propriétaire de la station du Revard, et versés directement aux communes de Trévignin et du Montcel.

Découpés en 4 sections, les travaux de la « lacune » de la Route du Revard (10 741 m), dont le profil reprend à peu de chose près celui du projet Bron de 1887-1888, sont lancés par le ministre de la Santé publique Justin Godart, qui, le même jour que la pose de la première pierre des Thermes nationaux d'Aix-les-Bains, donne le premier coup de pioche à Trévignin le 30 septembre 1932. Les deux premières sections, entre Véniper et Pré-Froidant, sont achevées en 1934 tandis que les deux suivantes, entre Pré-Froidant et le Revard sont terminées deux ans plus tard. Une première caravane inaugurale accède au Revard en novembre 1936 et la route est ouverte à la circulation en 1937.

Avant la construction de cette route, qui prit 6 ans, il fallait en voiture plus de 45 km par Chambéry pour atteindre le Revard. La nouvelle route, qui d'Aix-les-Bains à son point de jonction avec celle venant de Chambéry a une longueur totale de 19,870 km, réduit de moitié cette distance.

Le premier projet d'une route reliant Aix-les-Bains au Revard est dressé par l'ancien ingénieur voyer Pierre Bron en 1882. Ce projet, bien que porté par la Ville d'Aix-les-Bains et approuvé par le préfet de la Savoie en 1890, se heurte à l'opposition des communes du Montcel et de Trévignin ainsi qu'à la concurrence du chemin de fer à crémaillère dont la concrétisation est en bonne voie.

Un accès carrossable à la station du Revard, depuis le col de Plainpalais situé sur la commune des Déserts, est réalisé par le conseil général en 1909 : le Revard est désormais accessible par Chambéry.

En 1932, cette portion de route est classée dans la voirie nationale grâce à l'action du sénateur Maurice Mollard. La construction de la tranche reliant le Revard à Aix-les-Bains, alors considérée comme le prolongement d'une route nationale, est prise en charge par l’État. Les travaux, divisés en quatre sections, sont achevés en 1936 et la route livrée à la circulation en 1937.

  • Période(s)
    • Principale : 1er quart 20e siècle, 2e quart 20e siècle , daté par source
  • Dates
    • 1909, daté par source
    • 1936, daté par source
  • Auteur(s)
    • Auteur :
      Bron Pierre
      Bron Pierre

      Agent voyer d'arrondissement. Auteur du projet de route entre Aix-les-Bains et le Revard dressé en 1882. Il est également probablement l'auteur des plans du chemin de fer à crémaillère reliant Aix-les-Bains au Revard dressés en septembre 1889.

      Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
      agent voyer attribution par source

A partir de Trévignin, la route poursuit une ascension en direction du nord-est jusqu'au col de la Clusaz pour contourner la montagne. A partir du col, elle prend vers le sud-ouest en direction du Revard puis vers le sud en direction de La Féclaz afin de bifurquer vers l'est pour rejoindre le col de Plainpalais.

  • Statut de la propriété
    propriété du département

Œuvre étudiée dans le cadre de l'exposition "Aix côté Montagne - Le Revard - Les Corbières" en 2016.

Documents d'archives

  • AD Savoie. 70 SPC 1. Chemin de fer à crémaillère d’Aix-les-Bains au Revard : plans, profils, convention, 1889-1892.

    AD Savoie : 70 SPC 1
  • AD Savoie. S 1167. Travaux entre Aix-les-Bains, le Revard et les Déserts, 1932-1939 ; affaires relatives aux terrains concernés par la route du Revard, 1932-1937.

    AD Savoie : S 1167
  • AD Savoie. 18 S 1. Route du Revard, 1931-1948.

    AD Savoie : 18 S 1
  • AC Aix-les-Bains. 1 O 59. Route du Revard.

    AC Aix-les-Bains : 1 O 59

Documents figurés

  • [Justin Godart, ministre de la Santé publique, et un groupe d'officiels pour le lancement des travaux de la route du Revard] / Edouard Navello. Aix-les-Bains, 1932. 1 photog. : n. et b. (AC Aix-les-Bains. 6 Fi 99)

    AC Aix-les-Bains : 6 Fi 99
  • Mont de Margeriaz vu du Mont-Revard. 30 septembre 1932. Premier coup de pioche sur la route directe Aix-les-Bains Mont-Revard / Le Grand Bazar : [Aix-les-Bains?], vers 1936. 1 carte postale (AC Aix-les-Bains. Cp 49_103)

    AC Aix-les-Bains : Cp 49_103
  • [Route du Revard. La corniche, à proximité des fermes du Revard, entre le Revard et la Féclaz] / S.n. 1925. 1 carte postale : n. et b. (AP Eric Surrel)

    AP Eric Surrel
  • 26726 c. Trévignin. Nouvelle route du Mont-Revard / S.n. 1938. 1 carte postale : n. et b. (AP Eric Surrel)

    AP Eric Surrel

Annexes

  • ANNEXE 1 Liste des entrepreneurs chargés des travaux
Date d'enquête 2016 ; Dernière mise à jour en 2016
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel
© Parc naturel régional du Massif des Bauges