Logo ={0} - Retour à l'accueil

Rue Rachais

Dossier IA69006660 inclus dans Voirie du secteur d'étude La Guillotière réalisé en 2007

Fiche

Œuvres contenues

LE PROJET D´ALLONGEMENT

La rue Rachais s'étend aujourd´hui de la place Bir-Hakeim à la rue du Repos. Son existence est attestée dès 1827, cependant elle ne s'étendait pas autant au sud. Jusqu'au début du 20e siècle elle s'arrêtait au niveau de la grande rue de la Guillotière. Un projet d´élargissement et de prolongement de la Rue du Repos avait pour objectif de créer une voie directe entre le quartier de l´Abondance et Route Nationale n°7. Ceci est remis en question à partir des années 1887 du fait de l´importance des démolitions que cela induit. L´administration admet qu´il est plus judicieux d´opérer cet allongement en ligne brisée en employant la rue Rachais. Cela permettrait d´utiliser les terrains verts de Bouthéon (AC Lyon 321 WP 084). C'est dans le cadre du Plan Général d'Alignement du quartier des Hirondelles de 1899 (AC Lyon 923 WP 054, Dossier n°7, pièce n°17), que l'on adhère à cette proposition. L'emprise de la rue nécessite l'acquisition d'immeubles au n° 118, 120, 122 de la Grande Rue de La Guillotière et des terrains s´étendant au sud de ces propriétés.

L´AQUISITION PROGRESSIVE DES PARCELLES

Le 13 mars 1882, la ville achète une partie de l´immeuble de Mme Vve Cochet,137 grande rue de la Guillotière, à l'angle de la rue Rachais, afin d'élargir cette dernière. Les terrains acquis sont transformés en jeu de boules, puis échangés avec des terrains du quartier Moncey appartenant aux hospices civils, entre 1913 et 1925 (AC Lyon. 925WP 130)

Les terrains verts

Les propriétaires, Bouthéon et Frenay (héritier Deville), des parcelles quasiment non-construites donnant sur la rue Béguin, s'accordent par pétition dès 1907 (AC Lyon 923 WP 054, Dossier n°7, pièces n°12,13,14, Procès verbaux de mensuration et Acte de vente) et cèdent à la ville, sans difficulté l'espace nécessaire (2450m2) dans l'optique d'une ouverture rapide de la rue. Seuls, un hangar, un bâtiment d´un étage, et des parties d´un autre à deux étages, sont voués à disparaître (ils se situeraient aujourd´hui au n°11 de la rue Béguin).

Le n°120 Grande Rue de la Guillotière

Gilardi accepte de négocier, en 1908 également (AC Lyon 923 WP 054, Dossier n°7, pièce n°9, Acte de vente), la totalité de sa propriété de 225m2 au n°120 Elle comportait une maison à loyer d´un étage, sur cave, de 100m2 environ, en façade sur rue, et n´excédant pas 30 mètres de profondeur (AC Lyon 923 WP 054, Dossier n°8). Cette construction était en pisé et pierres roulées (AC Lyon 923 WP 054, Dossier n°7, pièce n°5) Il y avait deux hangars sur cour.

Le n°118 Grande Rue de la Guillotière

Taponnier vend (AC Lyon 923 WP 054, Dossier n°7, pièce n°7, Acte de vente) la surface de 315m2 nécessaires à cette percée au n°118. Elle est en majeure partie occupée par un bâtiment constitué d´un rez-de-chaussée et par deux hangars (AC Lyon 923 WP 054, Dossier n°7, pièce n°3).

Le n°122 Grande rue de la Guillotière

Les démolitions de ces immeubles sont réalisées à la fin de l´année 1908, néanmoins Olagnier, propriétaire de l´immeuble au n°122, refuse de vendre. Cette habitation réduit la largeur de la future rue à 5,85 m au lieu des 14 m prévus. La parcelle était en saillie de 7m environ sur la Grande Rue de la Guillotière, sa profondeur était de 29 m. Elle comportait une maison (77m2) avec une façade de 7m sur rue, d´un étage, sans cave, construite en pisé et pierres. Sur cour, se trouvait petit bâtiment (20m2) de même nature que le précédent. Au rez-de-chaussée été aménagé un four de boulangerie vendu, en 1893, à Moine, locataire, par le propriétaire. Il y avait également un petit hangar (27m2) attenant avec un ciel vitré (10m2). Une maison (27 m2) en fond de terrain présentait deux étages. Son rez-de-chaussée était élevé à 1m 50 sur cave non voûtée. L´élévation jusqu´au 1er était en pierre et pisé, ensuite le surplus était construit en dalle de mâchefer. Cette habitation comportait 6 pièces de petite taille desservies par un escalier interne en bois (AC Lyon 923 WP 54, Dossier n°10, 2/2, pièce n°1 et 25). La transformation d'une baie du magasin en façade sur rue en 1888 et la surélévation en mâchefer 1890 furent les seules modifications ajoutées par Olagnier qui avait acheté ce bien en 1888 (AC 315 WP 046 7). Ce refus de vendre ce bien à la ville retarde le processus d´ouverture de la rue. D'autant plus que la maison n´étant pas fondée, elle risque de s´effondrée lors des travaux de viabilité (AC Lyon 923 WP 54, Dossier n°10, 2/2, pièce n°19). La ville ne détruit cet immeuble en Octobre 1910, suite à un processus d´expropriation (AC Lyon 923 WP 54, Dossier n°10, 2/2, pièce n°33).

UNE LENTE VIABILISATION ET OCCUPATION DES SOLS

En dépit de cela, l´aménagement de la chaussée tarde, ce qui engendre de nombreuse plaintes de Bouthéon et de Deville en 1914, (AC Lyon 923 WP 054, Dossier n°7, pièce n°23, Pétition). Ceux-ci souhaitaient construire des maisons à loyer, placées avantageusement à l´angle des deux rues et ceci n´est toujours pas réalisable. La mise en place de la viabilité de la rue ne se terminera qu´en 1932 (AC Lyon 922 WP 082 5)

En 1958, le conseil municipal décide des expropriations nécessaires à l'élargissement de la rue entre le cours Gambetta et la rue Garibaldi (BMO, séance du 2 juin, p. 107). Le 20 février 1961, l'expropriation du terrain Alonzo est arrêtée (BMO, p. 40)

AppellationsRachais
Dénominationsrue
Aire d'étude et cantonLyon Guillotière
AdresseCommune : Lyon 7e
Lieu-dit : la Guillotière
Adresse : rue
Rachais
Cadastre : 1999 AE

Rue Rachais, ancien chemin vers le château de la Buire, figure sur le plan de 1700 pour la partie nord de la Grande rue. La partie sud est postérieure à 1877.

Période(s)Principale : 19e siècle

Références documentaires

Documents d'archives
  • AC Lyon. 925 WP 130

  • AC Lyon. 923 WP 54. Création de nouvelles rues dans le quartier des Hirondelles. 1888 à 1935.

  • AC Lyon 321 WP 084. Voirie urbaine - Rue Rachais, 1886-1900

    AC Lyon : 321 WP 084
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Ville de Lyon © Ville de Lyon - Chalabi Maryannick - Guégan Catherine