Logo ={0} - Retour à l'accueil

scierie puis scierie, moulin, battoir à chanvre, actuellement scierie et micro-centrale hydroélectrique

Dossier IA74002529 réalisé en 2015

Fiche

Histoire

L’emplacement occupé actuellement par la scierie de Bange était avant 1860 un bois de hêtres, traversé par la vieille route qui montait à Arith.

Dans les années 1860, Charles Dagand avait acquis un terrain et une petite scierie qui devait être en indivision entre les familles Moënne de Martinod et avait obtenu le droit d’utiliser l’eau du Barbolion. Charles Dagand (1830 – 1861) avoué à Annecy, fils de Jacques (famille de meuniers à Aiguebelle), marié à Jeanny Nausac (?) a deux frères : Jean-Pierre et Jean-Claude.

Le 1er novembre 1860, Brunier Etienne, maire de Cusy instruit la demande de Charles Dagand qui cherche à obtenir l 'autorisation de construire une scierie sur la rivière du Chéran. Attendu que l'établissement de la scierie projetée ne saurait être préjudiciable à la commune ; attendu en ce qui concerne l'opposition du sieur Gaimoz qu'elle ne s'appuie que sur le préjudice qu'elle pourrait lui causer s'il reconstruisait lui-même la scierie qu'il avait jadis dans le voisinage de celle en projet et qui a disparue, l’autorisation lui est délivrée. [Série E Dépôt Cusy 2D 4 : délibérations du conseil municipale (liasse). 14 octobre 1860 – 16 juin 1861]

Il est autorisé à construire une scierie sur une dérivation de la rivière du Chéran (prise d’eau du ruisseau de Barbolion sur la commune d’Arith) qui se déverse dans le ruisseau du Chéran (ou torrent) (acte du préfet en date du 28 février 1861)

Construction d’un barrage vers 1875 (le bief du Barbolion pas suffisamment important ?) pour récupérer l’eau du Chéran. Après des demandes, pétition du 31 mai 1874, procès-verbaux d’enquête, le 23 mai 1874 le préfet accorde l’établissement d’un barrage pour alimenter en eau ses usines (scierie, moulin, battoir)

[Notes sur le barrage : le premier barrage est en bois formant un triangle, pièces de bois entassées, reliées ensemble et maintenues par des tringles de fer ancrées. Les grosses crues occasionnent des dommages. Début 1933 (ou 1935), début décembre la partie centrale du barrage est enlevée. L’eau, le temps de la réparation provient du bief. Travaux au barrage en 1936. La partie en travers fut faite en béton plus tard par Léon Travers de Gruffy. La partie parallèle à la scierie restait en bois, renforcée par des poutres en fer. 1951, la partie en bois disparaît : l’entreprise Molla (?) la refait en béton. Durant un temps toutes les installations profitaient du passage de l’eau pour actionner les roues à aubes ou turbine, scieries, moulins, ateliers de mécaniques]

Charles Dagand décède à 31 ans (1861), laissant une veuve, sans descendance. Tous ses biens furent vendus en 28 lots par adjudication en 1863. Le 28° concernant les droits sur une scierie à bois et divers bâtiments, adjugé pour 3020 francs à Dagand Jean-Claude, marié à Dagand Antoinette, dite la Touènon (1822, frère de Charles) et à Dussolier François (fils de Charlotte Dagand (1784) et épouse de Dussolier Jean-Claude). Dussolier François a dû céder son droit à son cousin germain, Dagand Jean-Claude, meunier à Aiguebelle.

Dagand Jean-Claude a 4 garçons. Décide de partir d’Aiguebelle pour venir construire d’abord les moulins de Bange, et un battoir, dont une date indique la finition en 1870. Deux roues à aubes actionnaient directement 2 moulins et un appareil pour le nettoyage du blé. Il existait également, à la place de la grosse turbine actuelle, une roue horizontale qui actionnait un battoir à chanvres et divers, et une petite dynamo servant à l’éclairage avant 1912 ; ce sont par conséquent quatre roues à aubes qui actionnent ses installations (scierie, battoir, deux moulins)

Le second fils de Jean-Claude Dagand, Charles, dit Carlin s’installe à Bange avec sa famille jusqu’en 1902-1903

Jean-Claude décède en 1902 à 80 ans, ses 4 fils (Jacques, Charles, Jean et Joseph), par tirage au sort se partagent les 4 lots. Joseph dit le Cadet eut les moulins de Bange et la petite scierie qui sera refaite ultérieurement. La maison d’habitation existait déjà (construite avant 1900), Carlin quitta donc les Bange pour retourner à Aiguebelle et Joseph dit le Cadet quitta Aiguebelle pour venir à Bange avec sa famille : sa sœur Germaine, sa femme Josphte née Dagand Paccard, son fils (le père) Ernest.

En 1904 Joseph se trouve à Bange et les moulins sont en état de marche mais la scierie est à refaire. Des plans établis par l’usine Magnat Simon de Pont-de-Claix (proche de Grenoble) datés du 20 avril 1904. La scierie est démontée en 1905, une dynamo assure l’éclairage lorsque la scierie est arrêtée. Une turbine de 25 CV remplacera la roue à aubes de la scierie. La Maison Magnat Simon fournit la turbine, la scie battante, la scie circulaire et scie à rubans. Le chariot de la battant était en bois et avait 12 mètres de long.

En 1906 Josephte décède, le Cadet est veuf avec 2 enfants dont Ernest qui, en 1909, a 20 ans ; ce dernier en 1912 épouse Marie Dagand (dite la Marie de Bange) de la famille Homonet Dagand et arrive aux Bange.

Joseph n’ayant pas pu rembourser l’argent emprunté pour la construction de la scierie en 1905, en 1924 le fils aîné Ernest prend à sa charge les dettes, lui assure une pension et le logement, en échange de quoi il devient propriétaire de la propriété des Bange.

Dans les années 1919/20/21, les charriots étaient assurés par 5 chevaux ou mulet. Avec des chevaux, le grand-père livrait la farine et récupérait le blé dans toutes les maisons d’Arith. En 1922, achat d’un camion d’occasion et suppression de 3 chevaux.

Ces moulins, pour diverses raisons sont arrêtés en 1928 (Joseph décède en 1925) il fallait faire de grosses réparations et les petits moulins n’étaient plus rentables. Ernest Dagand développe alors la scierie, les deux roues du moulin alimentent désormais la scierie. En 1941, il installe une turbine en lieu et place de la roue du battoir. En 1948, il installe une turbine (toujours en fonctionnement) qui remplace définitivement les roues à aubes. Sa puissance est de 70 CV.

Les fils d’Ernest, Adrien l’aîné et Francis sont déjà en activité et continuent à développer la scierie. En 1965, ils remplacent la turbine de 25 CV de 1905 par une autre de 50 CV. En 1970 la scierie connaît un essor important avec l’installation de matériel mécanisé. A cette époque où l’énergie est peu coûteuse et où de très nombreuses installations autonomes sont abandonnées, le choix se porte sur l’achat d’un groupe électrogène pour suppléer les turbines. En 1976, « le choc pétrolier » amène à revoir le choix énergétique, en 1978 une turbine de 200 CV prend la place de celle de 1941. Ce sont trois turbines qui assurent le fonctionnement de l’entreprise. Le groupe électrogène prenant le relai en période d’étiage de la rivière ou en cas de panne.

En 1990, la cinquième génération : Maurice et Bernadette, fils et fille d’Adrien ; Joseph et Georges, fils de Francis, continuent l’activité. L’acquisition de nouvelles machines plus puissantes, les périodes sèches de plus en plus fréquentes et des questions de sécurité et de fiabilité conduisent à nouveau à redéfinir l’installation hydraulique. Constat : l’installation électrique est compliquée. L’installation de nouveau matériel pose de gros problèmes. L’usage de plus en plus fréquent du groupe électrogène, à cause des périodes de sècheresse et de la limite de puissance de la micro-centrale est une solution coûteuse. Dès lors il faut séparer production et consommation : relier la scierie au réseau EDF et d’autre part vendre les kilowatts heure à EDF, produits par les turbines.

De longues démarches, auprès d’EDF, notamment, et une étude de faisabilité approfondie conduisent à : relier, début 1991, la scierie au réseau EDF et l’installation hydroélectrique est transformée en une micro-centrale moderne de 250 – 300 KW de puissance.

Georges Dagand devient le gérant de la scierie en 1999, mais la scierie est dans une situation médiocre. En 2002 il récupère la scierie Beccu de Bellecombes en Bauges et avec l’aide du PNR (soutien à la filière bois), six mois de travaux sont menés à la scierie de Bange (l’exploitation se passe à Bellecombes pendant le temps des travaux). La société emploie alors 12 personnes et le chiffre d’affaire double. Georges gère trois grosses scieries : Aymard à Ecole, Pernet à Arith et Beccu à Bellecombes-en-Bauges. Mais en 2012 la scierie arrête.

Delphine (fille de Georges Dagand) prend la relève avec son mari entraînant le licenciement de dix personnes et un autre type d’activité : moins de sciage.

La scierie réalise du bois de charpente, de grosses sections pour les chantiers de montagne, du bois d’emballage, de la vente en direct. Elle produit entre 12 et 15 000 mètres cubes par an au plus fort de sa production. 80 % de la clientèle est originaire des deux Savoie. Jusqu’à la tempête, le bois était acheté sur pied, la scierie sous-traitait l’abattage et l’exploitation forestière. En 1999 il y avait beaucoup de bois disponibles mais de mauvaise qualité. La scierie se tourne aujourd’hui vers la Suisse où le bois est de meilleure qualité.

http://www.scieriedagand.fr/l-entreprise.html

Précision dénominationbattoir à chanvre
Appellationsscierie Dagand
Dénominationsmaison, scierie, moulin à farine, centrale hydroélectrique
Aire d'étude et cantonHauts de l'Albanais
Hydrographiesle Chéran rivière
AdresseCommune : Cusy
Lieu-dit : Pont de Bange
Adresse : chemin rural de Cusy à Arith
Cadastre : 1891 C8 494 bis, 495, 495 bis, 496, 497, 498 bis 494 bis : battoir / 495 : moulin / 495 bis : scierie / 496 : maison / 497 : jardin / 498 bis : bief / 499 ter : maison ; 1935 C8 489, 490, 814 489 : scierie / 490 : maison / 814 : ancienne scierie
Précisions

Dans les années 1860, Charles Dagand acquière une petite scierie à la famille Moënne de Martinod qui avait obtenu le droit d’utiliser l’eau du Barbolion. Charles Dagand (1830 – 1861) est avoué à Annecy, fils de Jacques (famille de meuniers à Aiguebelle). Le 28 février 1861 Il est autorisé à construire une scierie puis un barrage vers 1874 pour alimenter en eau ses usines (scierie, moulin, battoir).

Charles Dagand décède à 31 ans (1861), laissant une veuve, sans descendance. Tous ses biens furent vendus en 28 lots par adjudication en 1863. Le 28° concernant les droits sur une scierie à bois et divers bâtiments, adjugé pour 3020 francs à Dagand Jean-Claude et à Dussolier François qui cède son droit à son cousin germain.

Dagand Jean-Claude a quatre garçons. Il décide de partir d’Aiguebelle pour venir construire d’abord les moulins de Bange dont une date indique la finition en 1870. Deux roues à aubes actionnaient directement deux moulins et un appareil pour le nettoyage du blé. Il existait également, à la place de la grosse turbine actuelle, une roue horizontale qui actionnait un battoir à chanvres et divers, et une petite dynamo servant à l’éclairage avant 1912 ; ce sont par conséquent quatre roues à aubes qui actionnent ses installations (scierie, battoir, deux moulins). A son décès, le tirage au sort donne les moulins de Bange et la petite scierie à Joseph dit le Cadet.

En 1904, Joseph se trouve à Bange et les moulins sont en état de marche mais la scierie est à refaire. Son fils aîné Ernest devient propriétaire de la propriété des Bange et arrête les moulins en 1928 (peu rentables et aux réparations onéreuses) et développe la scierie. En 1941, il installe une turbine en lieu et place de la roue du battoir.

Les générations suivantes continuent à développer la scierie avec le remplacement de turbines toujours plus puissantes. L’installation de nouveau matériel pose de gros problèmes. L’usage de plus en plus fréquent du groupe électrogène, à cause des périodes de sècheresse et de la limite de puissance de la micro-centrale est une solution coûteuse. Dès lors il faut séparer production et consommation : relier la scierie au réseau EDF et d’autre part vendre les kilowatts heure à EDF, produits par les turbines. Dès lors, début 1991, la scierie est reliée au réseau EDF et l’installation hydroélectrique est transformée en une micro-centrale moderne de 250 – 300 KW de puissance.

Période(s)Principale : 1ère moitié 19e siècle , (?), , (détruit)
Principale : 3e quart 19e siècle , (détruit)
Principale : 3e quart 19e siècle
Principale : 3e quart 19e siècle , (détruit)
Principale : 1er quart 20e siècle , (détruit)
Principale : 2e moitié 20e siècle
Principale : 4e quart 20e siècle
Dates1861, daté par source
1874, daté par source
1905, daté par source
1870, daté par source
1991, daté par source

La scierie Dagand comprend aujourd'hui deux principaux bâtiments : l'habitation et l'ancien moulin. Le premier est une construction comportant trois niveaux (un étage de soubassement, un rez-de-chaussée surélevé et un étage carré) dont le gros œuvre, enduit au ciment, est en moellon de calcaire. L'encadrement des baies est en pierre de taille calcaire. La toiture à longs pans et croupes est en ardoise avec de larges avant-toits fermés asymétriques (toiture désaxée). De nombreuses baies ont été modifiées avec un nouvel encadrement béton, et plusieurs balcons en béton avec gardes-corps en fer forgé, sur la façade principale (exposée à l'est), semblent postérieurs à la date de construction du bâtiment. Contre le mur pignon nord de ce bâtiment, une terrasse béton au second niveau recouvre un garage.

L'ancien moulin, servant actuellement de bureau, est construit en moellon de calcaire, non enduit ; sa façade est est couverte d'un bardage bois vertical. La toiture à longs pans et demi-croupes est couverte de dalles en fibrociment. L'intérieur du moulin est entièrement bouleversé.

L'ancien bâtiment abritant la scierie a encore sa toiture à longs pans et demi-croupes en ardoise. Les autres espaces, grands hangars sont en charpente métallique couverts de tôles ondulées.

Le long du bief, vanne et dégrilleur encadrent l'alimentation en eau de la conduite forcée qui est conduite jusqu'à la micro centrale hydroélectrique réalisée en béton à l'emplacement de l'ancien battoir.

L’entreprise Hydro Énergie du Chéran, propriétaire et exploitant de la micro centrale du barrage de Bange , ont engagé en 2015 des travaux de mise en conformité du seuil au titre du rétablissement de la continuité écologique. [ https://www.cheran.fr/actualites/continuite-ecologique-travaux-sur-le-seuil-de-banges/]

Murscalcaire moellon enduit
Toitardoise, ciment amiante en couverture, tôle ondulée, tôle galvanisée
Étagesétage de soubassement, rez-de-chaussée surélevé, 1 étage carré
Couverturestoit à longs pans croupe
toit à longs pans demi-croupe
Énergiesénergie électrique achetée moteur électrique
Statut de la propriétépropriété privée

Annexes

  • AD 74. cote 6S 58 Cusy. Prise d'eau Dagand. Rivière du Chéran.30 août 1866

    Cusy. Prise d'eau Dagand. Rivière du Chéran.

    30 août 1866. Lettre au Préfet. Jean-Claude feu Jacques Dagand, propriétaire cultivateur, ex maire de la commune d'Allèves, canton d'Alby où il demeure, à l'honneur d'exposer qu'ensuite d'acquisition par lui faite de Marguerite Jean Moënne, épouse de Pierre Mermet, suivant acte passé le 10 février 1865 devant M. Raphin, notaire à Arith... Il est propriétaire entre autres d'immeubles situés sur le territoire de Cusy au lieu appelé près le pont de Bange sur le bord du torrent dénommé le Chéran ; que ces immeubles sont désignés sous la couleur jaune dans le plan qu'il a fait dresser le 3 mai dernier par le géomètre Guerraz ; qu'il désire établir des moulins à blé sur sa dite propriété à l'endroit figuré au dit plan sous la couleur rose par les lettres ABCD au moyen d'une prise d'eau dans le dit torrent du Chéran, désignée au dit plan par les lettres EFG. Il n'est pas propriétaire du terrain existant au-delà du torrent, soit sur la face opposée à ses dits immeubles sur Cusy, mais que la prise d'eau ne peut occasionner aucun préjudice quelconque, et que l'établissement qu'il projette, éloigné d'ailleurs de tous autres établissements du même genre, tout en permettant au recourant

    23 avril 1868. Règlement d'eau. Procès-verbal de recollement. Nous soussigné conducteur des Ponts et Chaussées, vu l'arrêté du préfet de la Savoie en date du 28 février 1861 qui autorise le sieur Dagand Charles avoué demeurant à Annecy à établir une scierie sur une dérivation de la rivière du Chéran. Le sieur Dagand Jean-Claude frère de feu Dagand Charles et actuellement propriétaire de la scierie a été convoqué directement par cette lettre du même jour.

    Plan local pour obtenir l'autorisation de construire des moulins à blé sur la commune de Cusy, lieu-dit vers le pont de Bange.

    Indications : 3°. Le rectangle ABCD couleur rouge, indique les moulins à construire pour partie du numéro 2502, et non loin d'une scie à bois y existante.4°. L'espace EFG indique une petite digue en pierres à construire pour faciliter la prise d'eau au point F afin de la faire parvenir sur les roues des dits moulins et au point A, et de la faire … dans le torrent au point D. Je soussigné Jean-François Guerraz, géomètre patenté...Lescheraines le trois du mois de mai 1866.Plan à l'encre noire sur papier dessin. Rehauts lavis jaune, bleu, rouge. Dim ; H = 46,6 ; LA = 53.

  • AD 74. Série 6 S 307. Etablissement d'une scierie sur une dérivation de la rivière du Chéran

    Ponts et chaussées / département de la Savoir / bureau de l'ingénieur en chef / Chemise de liasse / Service hydraulique Bassin du Chéran / Usines / Le Chéran rivière – commune de Cusy / Scierie de Dagand avoué à Annecy.

    28 février 1861. Lettre du préfet à l'ingénieur en chef. J'ai l'honneur de vous adresser une expédition de mon arrêté qui autorise M. Dagand Charles, avoué à Annecy, à établir une scierie sur une dérivation de la rivière du Chéran, dans la commune de Cusy.Pochette : Profil en long de cours d’eau. Planches publiées en 1945.

    Dossier 12 (2 planches) Le Chéran. Planches imprimées. Profils relevés et dressés par le service du nivellement général de la France sur les indications et pour le compte du service des forces hydrauliques. Distances prises au 1 : 50 000. Dim. H = 26, 7 ; La = 78,5

  • AD 74. Série 10 FS 302. Droits d'eau : Allèves, scieries Dagand

    Genevois. Droits d’eau. Allèves : scieries Dagand Jacques 1895. Dagand François 1860

    21 janvier 1839. Service de l'insinuation et Domaines à l'intendant. Le nommé Claude François Gaymoz de la commune de Cusy a dû se présenter sur la fin de 1837 à vos bureaux pour y passer les incombances préalables à une demande qu'il se propose d'adresser au Disactère des finances tendant à obtenir la régularisation d'une dérivation abusive qu'il faisait des eaux du torrent Chéran pour faire mouvoir une scie établie sur sa propriété au dit lieu de Cusy. Qu'est devenue sa demande ? [Il semblerait que ce soit à Allèves, n° 117 de la mappe sarde.Vu la requête présentée par le Sieur Jacques feu Jean Pierre Dagand de la commune d'Allèves pour obtenir la permission de faire fonctionner une scierie a eau qui lui appartient située sur le ruisseau provenant d'une source. Concession accordée le 18 octobre 1845

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD 74. cote 6S 58 Cusy. Prise d'eau Dagand. Rivière du Chéran.

    30 août 1866 : Jean-Claude feu Jacques Dagand désire établir des moulins à blé sur sa propriété. Relevé des lieux.

    AD Haute-Savoie : 6S 58
  • AD 74. Série 6 S 307. Établissement d'une scierie sur une dérivation de la rivière du Chéran

    28 février 1861. Lettre du préfet à l'ingénieur en chef. Autorisation accordée à M. Dagand Charles, avoué à Annecy, pour établir une scierie sur une dérivation de la rivière du Chéran.

    AD Haute-Savoie : 6 S 307
  • AD 74. Série 10 FS 302. Droits d'eau : Allèves, scieries Dagand

    Requête présentée par le Sr Jacques feu Jean Pierre Dagand pour obtenir la permission de faire fonctionner une scierie a eau qui lui appartient située sur le ruisseau provenant d'une source. Concession accordée le 18 octobre 1845

    AD Haute-Savoie : 10 FS 302
Bibliographie
  • DAGAND, Adrien. Nos Ancêtres. Histoire de la scierie de Banges par notre père Adrien Dagand. Document manuscrit, 10 p. [vers 1928]

Liens web

© Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Parc naturel régional du Massif des Bauges © Parc naturel régional du Massif des Bauges - Monnet Thierry - Monnet Thierry - Guibaud Caroline