Logo ={0} - Retour à l'accueil

Scierie Sales ou encore Scierie de la Verrerie

Dossier IA74000975 inclus dans Paysage du bassin-versant du Fier réalisé en 2010

Fiche

La scierie et la verrerie d´Usillon apparaissent comme un ensemble relativement bien préserver, en marge des hameaux urbanisés de la commune. La prise d´eau du site ainsi que la cascade constituent avec les bâtiments de la scierie et de la verrerie un ensemble remarquable, témoignage de la Première Révolution Industrielle sous le régime Sarde. Partie intégrante du complexe de l´ancienne verrerie, cette scierie et tous les bâtiments attenants témoignent de l´histoire communale et constitue une espace naturel et agricole à préserver de la pression foncière.

Parties constituantes non étudiéesbief de dérivation, maison, barrage, scierie
Dénominationsscierie
Aire d'étude et cantonPays de Savoie - Thorens-Glières
Hydrographiesles), Fier Supérieur Brassets
AdresseCommune : Thorens-Glières
Lieu-dit : la Verrerie
Adresse : 425 route de
La Verrerie
Cadastre : 0F 1 91, 1693, 1655, 1653, 1652, 649

Les moulins d´Usillon sont en fonctionnement depuis1755 puisqu´ils remontent à l´établissement de la cristallerie dans cette vallée. Profitant des terres boisées des hameaux de Nant Sec et d´Usillon, Pierre Joseph de Chazal aidé par le marquis François de Sales, le Sieur Jospeh Roche de Moûtiers et Schmit, crée sur la rive droite du ruisseau des Brassets, une verrerie autorisée par lettre patente du 17 janvier 1755. Cette verrerie occupe en 1825 plus de 200 ouvriers travaillant dans divers ateliers alimentés par les eaux du ruisseau. Suite à l´annexion de la Savoie par la France, cet établissement voie cesser son activité, alors les propriétaires tendent entre la verrerie et le Champ Laitier, un puissant câble par lequel transitent les billes de sapins alors débitées dans le bâtiment de la scierie situé en aval du moulin de la Verrerie. La veuve de Henry Chappuis, demande en 1845, l´autorisation de continuer à faire fonctionner la scierie qu´elle loue à la famille de Sales dans la commune de Thorens-les-Glières près du ruisseau des Brassets. A la fin du XIXème siècle, la Société Charrière Frère et Fils possède une grande partie du foncier qui appartenait à la famille de Sales dont la scierie de Sales, la scierie de la Verrerie et les locaux de l´ancien établissement industriel d´Usillon. Entre 1906 et 1911, les activités de la scierie de la verrerie se diversifient puisque l´établissement propose aussi bien de la coupe de bois pour les chantiers de construction, de la scierie hydraulique traditionnelle et de la menuiserie. Ce regain d´activité porte la puissance disponible des moteurs hydrauliques à 16 chevaux grâce à une chute en eaux moyenne d´une hauteur de sept mètres et d´un débit de 230 litres par seconde. En 1914, la famille Charrière dont l´un des membres est maire de la commune a le projet d´établir non loin de sa scierie, dans les anciens locaux de la verrerie une usine hydroélectrique qui serait alimentée par un barrage situé plus en amont de la chute de la verrerie mais le projet ne voie pas le jour. En 1946, la chute de la verrerie, située sur le torrent des Brassets à 300 mètres en amont avec la confluence de la Fillière, dispose d´un niveau légal de 0 m 80 pour un débit dérivé de 50 litres. Le barrage est utilisé pour faire fonctionner une turbine de 32 chevaux attaquant directement la scie. A l´époque, les ingénieurs du service hydraulique ne jugent pas ce barrage situé dans un torrent à grande pente comme un obstacle à la remontée du poison car en amont, il existe une cascade naturelle totalement verticale de plus de 1 m 50 de hauteur. Le gestionnaire de ce barrage se prénomme Monsieur Bonzie Marcel, la scierie continue à fonctionner jusqu´à son arrêt au début du XXIème siècle.

Période(s)Principale : 2e quart 17e siècle
Dates1755, daté par source

Le relief de la commune de Thorens-les-Glières se développe sur les marges du massif des Bornes. Les hautes falaises de calcaires urgoniens constituent l´ossature géologique des chaînes subalpines qui affleurent sur cette vaste zone avec les massifs du Parmelan, la Montagne de Sous-Dîne, la Montagne des Frêtes et la Vuettaz. Les falaises datant de l´Urgonien dominant les hameaux d´Usillon, du Nant-Sec et de la Verrerie ont été façonnées par le réseau hydrographique qui s´écoule le long des parois rocheuses formant des cavités et des gorges enserrées par de la végétation abondante propice à l´établissement d´usines vivant de l´exploitation du bois. Drainant un petit bassin versant qui se jette dans la Fillière, le torrent des Brassets constitue un véritable torrent de montagne dont les crues peuvent être violentes. Pourvoyeur d´une puissance au débit constant, le cours d´eau a creusé son sillon dans un ravin aux pentes abruptes. Le torrent du nant des Brassets est alimenté par une cascade tombant à pic voisine de la chute de la verrerie. Le ruisseau coule dans un ravin resserré jusqu´à l´ancien pont de pierre. Cinq sources émergent sur la rive gauche du torrent. Le barrage de la prise d´eau est situé à environ 250 mètres de l´ancien pont du chemin de l´Adiau. Le canal d´amenée serpente la rive droite du ruisseau des Brassets sur une longueur de 150 mètre avant de se jeter dans la grille métallique qui alimente la conduite forcée et le trop plein dont les massifs aménagés dans le dénivelé de la falaise, guident l´eau dans un premier canal de fuite. A cet endroit l´aqueduc en pierre de taille laisse place à deux conduites qui s´accrochent sur le versant droit de la falaise. A l´origine le bief maçonné descendait jusqu´au bâtiment de l´ancien moulin de la verrerie pour faire mouvoir les quarte roues mais les éboulements ont détruit une partie du canal. Constituée dans vaste hangar allongé situé sur la rive droite du ruisseau des Brassets, à la confluence avec le torrent de la Fillière, le bâtiment de la scierie ouvre sur une vaste halle avec un sous-sol et un rez-de-chaussée. Implantée sur un terrain en forte pente, la halle se compose d´un sous sol en maçonnerie en partie enterré mais accessible sur le mur gouttereaux sud de plein pied depuis l´extérieur. Construit en bois, le rez-de-chaussée comporte un sol en plancher. L´ossature est formée de poteaux recevant des fermes constituant la charpente. Protégés par des lattes en bois les deux murs gouttereaux et le mur pignon sont solidement fixés aux contreforts qui épousent les dénivelés du terrain. Le toit à deux pans en tôle ondulée protège la charpente sur laquelle on a fixé tout l´équipement utilisé pour la coupe du bois. L´ancienne scie hydraulique est actionnée par un équipement électrique. Le massif à deux travées en maçonnerie enduite du mur gouttereaux supporte l´armature en bois et laisse deux ouvertures latérales permettant la circulation des billes de bois. La grande halle comporte encore certains mécanismes comme la scie circulaire, le plateau, la scie battante. Le hangar reste adossé à la maison d´habitation par une extension en appentis réalisé récemment afin de faire communiquer les deux bâtiments.

Murspierre
bois
béton
enduit
Toittuile mécanique, tôle ondulée
Plansplan régulier
Étagessous-sol, 1 étage carré
Élévations extérieuresélévation ordonnancée
Couverturestoit à longs pans
toit à deux pans
demi-croupe
Énergiesénergie hydraulique
Jardinsbois de jardin
États conservationsbon état

La scierie n´est plus en activité en 2010, elle se trouve dans une zone NC à proximité d'un EBC.

Statut de la propriétépropriété privée
Intérêt de l'œuvreà signaler

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Haute-Savoie : 4 FS 527, Etablissements industriels, verreries de l´intendance du Genevois. 1815-1825

  • AD Haute-Savoie : 10 FS 310, Demande en autorisation pour le maintien de l´activité de trois scieries détenues par la marquise de Sales dans la commune de Thorens. 1845

  • AD Haute-Savoie : 10 FS 310, Demande en autorisation pour la construction d´un barrage de prise d'eau pour la mise en œuvre d'une usine hydro-électrique installée à la verrerie, destinée à la distribution électrique dans les communes de Thorens, Groisy, Evires, Aviernoz et Villaz. 1914

  • GUICHONNET, Paul, La Verrerie de Thorens, dans Métiers et Industries en Savoie. Annecy : Académie Salésienne, 1976

Bibliographie
  • AVEZOU, R. Notes Historiques de la vallée de Thorens, et de références manuscrites (1940-1941). Avec une lettre de la Comtesse de Roussy de Sales. 1946

  • COUREN, Jean Pierre, Un document sur la verrerie de Thorens. dans Bulletin de l´E.S.P.I., n°3, 1987, p 46-60

  • MARREZ, Bernard. Région Rhône-Aples, Les guides du XXème siècle, Edition l´Equerre. 1982

  • MARRIOTTE, J.Y., BAUD, Henri, CHALLAMEL, J.B., GUERRIER, Alain. L´Histoire des communes savoyardes, TOME III : Le Genevois et Lac d´Annecy. Montélian: Fontaine de Siloé, 1976

  • RASSAT, Martine, La Verrerie de Thorens (1755-1858). Travail d´Etude et de Recherche-Univeristé de Chambery, 1982

    1 volume, 321 feuilles dactylographiées et illustrées, cartes et tableau (photocopie), 1 volume annexes de documents photographiques.
  • ROUSSY DE SALES, Jean François. Historique du château de Thorens. Annecy : J.F. de Roussy de Sales, 1979.

  • Thorens-Les Itinéraires touristiques, Grenoble : Autum Imprimerie régionale, 1933

© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Assemblée des Pays de Savoie © Assemblée des Pays de Savoie - Mahfoudi Samir