Logo ={0} - Retour à l'accueil

Scierie, usine de bimbeloterie, usine de boissellerie Dumas

Dossier IA42002873 inclus dans Les faubourgs de la ville de Montbrison réalisé en 2005

Fiche

Parties constituantes non étudiéesfour à pain
Dénominationsscierie, usine de bimbeloterie, usine de boissellerie
Aire d'étude et cantonMontbrison
HydrographiesVizézy
AdresseCommune : Essertines-en-Châtelneuf
Lieu-dit : la Guillanche
Cadastre : 1986 A 165 ; 1986 AT 497

Les bâtiments les plus anciens (partie nord et soubassement du retour ouest) portent la date 1838, mais ont été remaniés sans doute au début du 20e siècle. Il s'agissait certainement déjà d'une première usine à force hydraulique (moulin ?). En 1919, Daniel Dumas y crée une usine liée au travail du bois : accessoires pour les ateliers de rubanerie (planchettes en bois) et de malles (liteaux) de Saint-Etienne, tournage, scierie. Le bois (pin, aulne) était acheté en montagne. En 1927, une turbine est installée ; elle alimentait le hameau en électricité. Daniel Dumas rachète entre 1923 et 1927 la grande usine voisine (étudiée, IA42002874), l'industriel Ferrand la lui loue à partir des années 1935, avant de l'acheter en 1941 (renseignements oraux ; Vente Dumas-Ferrand, 1941). L'activité de la scierie s'arrête vers 1955. Dans le 3e quart du 20e siècle, l'usine assure le vernissage de jouets en bois fabriqués dans une usine appartenant à un membre de la famille Dumas, située à Montbrison, quai des Eaux Minérales.

Période(s)Principale : 2e quart 19e siècle
Dates1838, porte la date

L'usine est située en rive gauche du Vizézy. Elle est alimentée par un bief qui passe au nord du bâtiment nord, puis forme une chute (avec conduite forcée) le long de la première usine pour ressortir au sud ; il suit alors un cours parallèle (partiellement canalisé sous le chemin d'accès) à celui du Vizézy, et alimente l'usine située en aval (IA42002874) et plusieurs autres jusqu'à Montbrison. La partie nord est constituée par un bâtiment d'habitation, au nord-est, comprenant deux logements : au centre, un logis de trois travées, avec un étage et un comble à surcroît. Le rez-de-chaussée est desservi par un couloir latéral traversant (accès à un escalier extérieur situé entre le mur arrière et la colline) qui dessert un escalier droit, en bois, situé contre le mur arrière ; le rez-de-chaussée comprend deux pièces en enfilade, la première donnant accès à un fournil situé sur l'arrière. L'extrémité nord-est du bâtiment forme un second logement de deux travées, sur cave en étage de soubassement ; un escalier extérieur en maçonnerie donne accès au rez-de-chaussée surélevé (non visité). La partie nord-ouest, en ruine, devait constituer la première usine. En retour est édifié un atelier avec étage de soubassement et rez-de-chaussée surélevé (non visité). Un second atelier est édifié au sud (non visité). Les bâtiment sont en moellon de granite (enduit à pierres vues à assises dessinées sur le logis, la première usine, le second atelier et le soubassement du premier atelier ; parties hautes de cet atelier en parpaing de ciment ; enduit ciment pour le second logement), avec des encadrements en granite (en brique pour le comble du logis). Les toits sont à longs pans, en tuile creuse (tuile plate mécanique sur le second logement ; fibrociment sur le premier atelier).

Mursgranite
moellon
Toittuile creuse, tuile plate mécanique, ciment amiante en couverture
Étagesétage de soubassement, rez-de-chaussée surélevé, étage de comble
Couverturestoit à longs pans
Escaliersescalier de distribution extérieur : escalier droit en maçonnerie
escalier intérieur : escalier droit en charpente
Énergiesénergie hydraulique
turbine hydraulique

Oeuvre située sur plusieurs communes : Essertines-en-Châtelneuf (bâtiment d'habitation, 1986 A 165) et Montbrison (ateliers, 1986 AT 497).

Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • A Privées la Guillanche. 22 juin 1941. Vente Dumas-Ferrand. Acte reçu Me Machon, notaire à Montbrison. Daniel Dumas, propriétaire, ex-industriel, ses fils André Louis Daniel Dumas, scieur, Gérard Francis Aimé Dumas, tourneur, et son gendre Pierre Mallard ; vendent à Alexandre Ferrand, industriel : 1) une usine : bâtiment à usage d´habitation, ateliers, grand terrain de 60 ares ; 100 000 F. 2) une maison en mauvais état, avec terre et jardin, au bord du Vizézy (parcelle A 218), y compris le chemin desservant l´usine et le pont. M. Ferrand, ses ayant-droit et le personnel de l´usine auront droit de passage par la ferme Malécot appartenant aux vendeurs. Origines de propriété : - Jean Antoine Morel, fabriquant de velours, demeurant 13 rue de la République à Saint-Etienne, "était propriétaire des immeubles en question pour avoir fait élever la majeure partie de ces constructions et pour en avoir acquis le surplus, ainsi que les terrains". Les terrains avaient été achetés par Antoine Morel en 1896 à Pierre Rousset et sa femme Claudine Laurent, demeurant à Savigneux, ainsi qu´à Pierre Pradines et sa femme Marie Laurent pour les immeubles situés entre la route et le Vizézy. - En 1906, au décès de J. A. Morel, ses créanciers Louis Oustry, avocat à la Cour d´appel de Paris, et son épouse Berthe Chapelon, demeurant à Paris, font saisir l´usine. - En 1920, M. et Mme Granetias, de Saint-Etienne, l'achètent. - En mai 1926, la propriété est vendue par adjudication à Marie Célestine Antoinette Rohr, de Saint-Etienne. - Daniel Dumas a acheté la propriété en deux fois, en 1923 (pour une petite partie dont l'origine ancienne n'est pas précisée) et l´essentiel en 1927 à Mlle Rohr.

© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Conseil général de la Loire © Conseil général de la Loire - Guibaud Caroline - Monnet Thierry