Logo ={0} - Retour à l'accueil

Sous-préfecture, puis musée dit Palais des Arts et bibliothèque

Dossier IA42000030 inclus dans Ville réalisé en 1996

Fiche

AppellationsPalais des Arts
Destinationsmusée
Parties constituantes non étudiéesjardin
Dénominationssous-préfecture, bibliothèque, musée
Aire d'étude et cantonSaint-Etienne Centre
AdresseCommune : Saint-Étienne
Adresse : 2 place
Louis-Comte
Cadastre : 1996 PS 22A

En 1835, Jovin-Bouchard, ancien entrepreneur de la Manufacture Royale d'Armes, lègue à la ville de Saint-Etienne 550 000 francs, somme soumise à plusieurs conditions dont celle d'édifier un hôtel de sous-préfecture avec 100 000 francs. Après avoir enfin trouvé une solution pour accepter ce legs sans trop s'endetter, la municipalité charge Etienne Boisson, architecte-voyer de Saint-Etienne, d'établir dès 1842 un projet de sous-préfecture dans les terrains de l'ancienne carrière de pierre Arnaud qu'elle envisage d'acquérir. Le conseil municipal approuve par délibérations successives en 1842, puis définitivement en juillet 1844, l'élévation et les plans de cet édifice aux toits en pavillon et à la façade polychrome alternant briques et pierre calcaire. Après adoption des plans au Conseil des bâtiments civils en 1846, débutent alors la construction et les aménagements des abords destinés à mettre ce bâtiment en valeur. Des difficultés apparaissent et en 1851, l'affaissement de l'aile nord interrompt le chantier. Les exécuteurs testamentaires du legs Jovin assignent la ville en procès pour non-respect des clauses du legs. Entre-temps, en 1855, la ville arrache le siège de la préfecture à la ville de Montbrison (en Forez), ce qui rend inutile l'achèvement de cet hôtel de sous-préfecture, impossible à transformer en préfecture. L'aile nord est reprise au niveau du rez-de-chaussée et la ville décide de transformer le projet de Boisson en musée dit Palais des Arts et bibliothèque publique. L'architecte parisien Desbuissons reprend le chantier en 1859 et conserve le perron d'accès et le soubassement en pierre appareillée en table. Les collections d'armes du maréchal Oudinot et celles d'histoire naturelle sont installées en 1860. En 1889, Marius Vachon réorganise le musée en musée d'Art et d'Industrie afin de doter la ville d'un véritable centre de ressources pour les industries traditionnelles que sont l'arme et le ruban. En 1947, les collections de peintures sont accueillies au musée, ce qui nécessite une surélévation réalisée par l'architecte Jean Farat en 1950. La bibliothèque est transférée en 1959.

Période(s)Principale : 2e quart 19e siècle
Principale : 3e quart 19e siècle
Secondaire : 3e quart 20e siècle
Dates1844, daté par source
1859
1950
Auteur(s)Auteur : Boisson Etienne architecte voyer attribution par source
Auteur : Desbuissons architecte attribution par source
Auteur : Farat Jean architecte attribution par source
Personnalité : Jovin-Bouchard personnage célèbre
Personnalité : Oudinot Nicolas-Charles, maréchal de France
Oudinot Nicolas-Charles, maréchal de France
Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
personnage célèbre
Personnalité : Vachon Marius personnage célèbre

L'entrée principale se trouve au rez-de-chaussée surélevé. L'accès s'effectue depuis le sol naturel par un escalier extérieur tournant débouchant sur un perron. L'escalier qui relie le rez-de-chaussée au premier étage est tournant à trois volées droites : la première est une volée centrale, la deuxième est double à montées divergentes, la troisième est double à montées parallèles.

Murscalcaire
pierre de taille
Toitverre en couverture, matériau synthétique en couverture, pierre en couverture
Plansplan régulier en U
Étagesétage de soubassement, rez-de-chaussée surélevé, 2 étages carrés
Élévations extérieuresélévation ordonnancée
Couverturesterrasse
lanterneau
Escaliersescalier de distribution extérieur : escalier tournant en maçonnerie
escalier dans-oeuvre : escalier symétrique en maçonnerie
États conservationsrestauré
Techniquessculpture
Précision représentations

Les chapiteaux des colonnes engagées encadrant les baies arrondies du premier étage sont feuillagés.

Statut de la propriétépropriété de la commune
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Ville de Saint-Etienne © Ville de Saint-Etienne - Sanquer Cendrine