Logo ={0} - Retour à l'accueil

Tannerie et battoir d'Aigueblanche puis forge Miège actuellement logement

Dossier IA73003905 réalisé en 2015
Dénominationstannerie, forge
Aire d'étude et cantonPays de Savoie - Moûtiers
HydrographiesRuisseau de l'Eau Rousse ; bassin-versant Isère moyenne
AdresseCommune : Aigueblanche
Lieu-dit : Chef-lieu
Adresse : place de la
Liberté
Cadastre : 2014 AA 327, 328 (tannerie), 431 (battoir)

Deux tanneries situées à Aigueblanche sont mentionnées dans les statistiques de l'Empire réalisées en 1813 dans l’arrondissement de Moutiers (FR.AD073, L2135). Par ordonnance du 4 mars 1847, le tribunal de préfecture de Tarentaise adjuge provisoirement l'une des tanneries et son battoir pour piler les écorces à Vincent Aspord (cultivateur, domicilié aux Avanchers) au préjudice du tanneur Jean-Jacques Arnaud. Le 21 juin 1860, au décès de Jean-Philippe Bonnardel, la tannerie est achetée par Balthazar Lombard. Par la suite, elle appartient à Jean Hodoyer. Le 25 décembre 1869, elle est en vente sur saisie immobilière. A cette date, le battoir est en mauvais état. Sur le premier cadastre français de 1883, la tannerie est mentionnée comme simple maison (section unique, feuille 3, parcelle 1081). Elle appartient alors aux frères Joseph et Jules Lachenal qui l'ont acquise du Sieur Aspord (FR.AD073, 51SPC2). Le bâtiment du battoir est en ruine (section unique, feuille 3, parcelle 1084). Après avoir envisagé de remettre la tannerie en activité, le 5 juillet 1888, les frères Lachenal demandent l'autorisation d'installer un métier à tisser dans le bâtiment. L'autorisation est accordée par arrêté préfectoral du 27 novembre 1888 (FR.AD073, 83S1). En 1894, la configuration du bâtiment n'a pas évolué mais il est désormais occupé par un atelier de forge appartenant à François Miège, forgeron et mécanicien (FR.AD073, 83S1). Actuellement l'ancienne forge a été transformée en logement.

Période(s)Principale : 1er quart 19e siècle , daté par source
Dates1813, daté par source

Le site est implanté en rive droite du ruisseau de l'Eau Rousse. Le bâtiment a été remanié pour devenir un logement.

Énergiesénergie hydraulique produite sur place
État de conservationremanié

Le site se trouve non loin du cimetière d'Aigueblanche. Le canal de l'eau Rousse alimentait plusieurs sites hydrauliques ainsi que des prises d'eau pour l’irrigation.

Statut de la propriétépropriété privée

Annexes

  • Le Courrier des Alpes, 4 mars 1847.

    Par son ordonnance en date d'aujourd'hui le tribunal de préfecture de Tarentaise a provisoirement adjugé au sieur Aspord Vincent, cultivateur, domicilié aux Avanchers, pour la mise à prix par lui offerte, les immeubles dont il poursuit la subhastation au préjudice de Me Jay Cyprien, procureur, domicilié à Moûtiers, en sa qualité de curateur établi à la cause de l'absent Arnaud jean-Jacques, avant son absence, tanneur, domicilié à Aigueblanche, lesquels consistent en vignes, jardin, bâtiments de maison et de tannerie, rivages et artifices pour piler les écorces, situés sur la commune d'Aigueblanche, et en pâturages situés sur la commune de Celliers, et a fixé au seize avril prochain, à neuf heures du malin, l'audience pour l'enchère définitive. Moûtiers, 26 février 1847. MAVET , proc.

  • La Gazette de Savoie, 25 juin 1860.

    Enchères d'immeubles. Par son jugement du vingt-un juin courant, rendu sur poursuites de Me George Favre, procureur, domicilié à Moutiers, en sa qualité de curateur à l'hoirie jacente de Bonnardel Jean-Philippe, en son vivant tanneur à Aigueblanche, le tribunal du l'arrondissement de Moutiers a adjugé la totalité des immeubles provenant de ladite hoirie au sieur Lombard Balthazar, propriétaire, domicilié audit lieu, pour le prix de seize mille cinquante francs. Ces immeubles, consistant en maison, places, jardins, champ, vergers, treilles, vignes, broussailles, bâtiment de tannerie et rivage, situés rière la commune d'Aigueblanche, ont été mis aux enchères en dix lots, sous la mise à prix de trois mille six cents francs pour le premier ; de cinq mille francs pour le second ; de deux cent dix francs pour le troisième ; de deux mille francs pour les quatrième, cinquième et sixième ; de deux cents francs pour le septième ; de cinq cents francs pour le huitième ; de six cent quatre-vingts francs pour le neuvième, et de cent cinquante francs pour le dixième. Le délai pour l'augmentation de sixième onde demi-sixième échoit le six juillet prochain. Moûtiers, le 22 juin 1860. (1263). Le greffier du tribunal, REYMOND.

  • Le Journal de la Savoie, 30 novembre 1869.

    ANNONCES LÉGALES

    de Me COLLIN, avoué à Moûtiers. (Savoie)

    VENTE SUR SAISIE IMMOBILIÈRE

    Adjudication FIXÉE AU 25 DÉCEMBRE 1869.

    Il sera procédé le jeudi vingt-trois décembre prochain, à midi, en l'audience des criées du tribunal civil de première instance de Moûtiers, séant au palais de justice de cette ville, à l'adjudication au plus offrant et dernier enchérisseur des immeubles ci-après désignés, situés sur le territoire de la commune d'Aigueblanche.

    DÉSIGNATION DES IMMEUBLES à vendre,

    Premier lot. Le premier lot comprend un bâtiment d'habitation et de tannerie, composé de quatre chambres, une cuisine au premier étage, un galetas au-dessus, trois pièces servant à la tannerie au-dessous et places contiguës, figurés sous les numéros 174 et partie de 175 de la mappe d'Aigueblanche, confiné le tout par le jardin du sieur Albertazzi Jean, entrepreneur à Aigueblanche, au levant ; par celui de Simond Jacques-Marcel, propriétaire audit lieu, au nord, et par des chemins publics an midi et au couchant. Mise à prix : Cent francs.

    Deuxième lot. Le deuxième lot consiste en un rivage, soit bâtiment dit battoir, composé d'une seule pièce en mauvais état, situé au mas de Lachat, figuré sous partie du numéro 145 de ladite mappe, confiné au levant par le jardin de Louise Guillot, femme du sieur Albertazzi, au couchant par l'Isère et au midi par le champ de M. Mangé Jean-Baptiste, soit de ses héritiers. Mise à prix : Trente francs. [...]

    Ces immeubles ont été saisis à la requête de M. Lombard Balthazar, propriétaire-rentier, domicilié à Aigueblanche, ayant pour avoué Me Collin, demeurant à Moûtiers, sur les mariés Hodoyer Joseph et Passet Marie, le mari tant de son chef que pour assister et autoriser sa femme, le premier tanneur et la seconde ménagère, tous deux demeurant à Turin, débiteurs principaux, et le sieur Hodoyer Jean feu George, tanneur, demeurant à Aigueblanche, en qualité de tiers-détenteur desdits biens. [...]

    Fait et rédigé par moi, avoué poursuivant, à Moûtiers, le seize novembre mil huit cent soixante-neuf. COLLIN, avoué.

  • Le Courrier des Alpes, 4 décembre 1869.

    Étude de Me Collin, avoué à Moûtiers. VENTE SUR SAISIE IMMOBILIÈRE. Le jeudi 23 décembre, à midi, en l'audience du tribunal de Moûtiers, adjudication d'immeubles situés sur la commune d'Aigueblanche. Premier lot. Bâtiment d'habitation et de tannerie, composé de quatre chambres, une cuisine au premier étage, un galetas au dessus et places contiguës. Mise à prix, 100 fr. Deuxième lot. Bâtiment dit battoir, situé au mas de Lachat. Mise à prix, 30 fr. Troisième lot. Jardin contigu au bâtiment désigné au premier lot. Mise à prix, 5 fr. Ces immeubles ont été saisis à la requête de M. Lombard Balthazar, propriétaire-rentier, domicilié à Aigueblanche, sur les mariés Hodoyer Joseph et Passet Marie, le premier tanneur et la seconde ménagère, tous deux demeurant à Turin.

Références documentaires

Documents d'archives
  • FR.AD073, L2135, Fonds des administrations lors de la Révolution et l'Empire, ARRONDISSEMENTS, ARRONDISSEMENT DE MOUTIERS, Police. Affaires diverses, Tanneries, 1792-1815.

    AD Savoie : L2135
  • FR.AD073, 83S1, Service hydraulique. Aigueblanche : Affaires diverses (1868-1935). Usines : scierie Collomb (1861), usine Ramus (1870), papeterie et filature Gonbert (Isère, 1881-1882), tissages Lachenal frères (Eau Rousse, 1888), Société de la fromagerie d'Aigueblanche (1888-1889), atelier Miège (1890), règlement d'eau usine hydraulique (Cie PLM, 1896).

    AD Savoie : 83S1
  • FR.AD073, 51SPC2, Fonds des Ponts et chaussées. Ponts et chaussées, prises d'eau, Aiguebelle (1877). Aigueblanche (1880-1909). Aime : prise d'eau de l'Ormente pour l'alimentation de la gare (1873-1915). Aix-les-Bains (1867-1898), 1867-1915.

    AD Savoie : 51SPC2
  • FR.AD073, 3P 7328, Premier cadastre français, Aigueblanche, Section unique, feuille 3, 1883.

    AD Savoie : 3P 7328
  • FR.AD073, J1706, Inventaire des moulins de Savoie. Association des amis des moulins savoyards. Nicole Gotteland, Louis Crabières, commune Aigueblanche, 1999.

    AD Savoie : J1706
Bibliographie
  • La Gazette de Savoie, 25 juin 1860.

  • Le Journal de la Savoie, 30 novembre 1869.

  • Le Courrier des Alpes, 4 décembre 1869.

© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Assemblée des Pays de Savoie © Assemblée des Pays de Savoie - Bérelle Clara