Logo ={0} - Retour à l'accueil

Usine d'instruments de mesure Falcot, Mairet et Cie puis Usine d'embouteillage Sté Guichard-Perrachon-Casino dite les Chais Beaucairois actuellement société Pathé-ciné

Dossier IA69000036 réalisé en 2000
AppellationsUsine d'instruments de mesure Falcot, Mairet et Cie
Parties constituantes non étudiéesatelier de fabrication
Dénominationsusine d'instruments de mesure
Aire d'étude et cantonLyon patrimoine industriel - Lyon
HydrographiesSaône
AdresseCommune : Lyon 9e
Adresse : 24, 26 rue, Johannès Carret , 43bis rue des
Docks
Cadastre : 1999 AM 1

Le nouveau plan du quartier de Vaise à Saint-Rambert de mars 1875 renfermant les modifications apportées par le prolongement de la rue des Docks et de la construction du quai longeant la Saône (AD Rhône : 2 PL 276) indique l'emplacement de la Fabrique de Balancerie à MM Falcot, Meyret et Cie. D'après le rapport d'opération d'archéologie préventive de juillet 2006, cette société serait locataire des bâtiments de Piaton Bredin (propriétaire du terrain et habitant selon le recensement de 1872 chemin de St-Rambert à Vaise une maison, cf : bibliographie, rapport d'opération d'archéologie préventive, sous la dir. DESBAT A., STIPPOLI L., ROTTIER S., juillet 2006). On peut penser que l'usine d'instruments de mesure Falcot, Mairet et Cie, s´installe vers 1875 (attestée également en 1876 par les annuaires commerciaux de la ville de Lyon) à Vaise-Saint-Rambert, 24 chemin des Vacques, mais existait antérieurement, depuis les années 1860, cours Lafayette à Lyon : à l'exposition de 1867, elle reçoit trois médailles. L'architecte Henri FEUGA a renforcé la façade ouest du bâtiment avant 1884 date de son décès. La charpente en lamellé-collé a été édifiée avant 1930, par l'entreprise de charpente Lelarge Frères, installée à Rochecardon à proximité du quartier de l'industrie, les concepteurs n'ont pas été identifiés. Cette société fournit les Cies des chemins de fer français, italiens, espagnols, russes, suisses. Elle est spécialisée dans les ponts à bascules avec charpentes en fer à double T pour voitures et wagons, avec installation sur maçonnerie et dans un cuvelage en fonte. Elle fabrique également les bascules portatives ordinaires et avec appareil démonstratif à double romaine, ainsi que les balances de comptoir. Elle adapte également les instruments de pesage au système des divers pays étrangers, un système breveté SGDG. Elle devient le fournisseur officiel des administrations de l´Etat, des chemins de fer français et étrangers, ainsi que des poids publics d´un grand nombre de villes et communes : ponts à bascule pour voitures et wagons, bascules portatives. Changement de raison sociale de 1885 à 1915 : devient Falcot frères, successeurs de Falcot, Mairet et Cie., usine, bureaux et magasin de vente, toujours chemin des Vacques. Changement de raison sociale de 1915 à 1928 : Falcot et Charpentier et Cie (1915 à 1928) successeurs de Falcot, Mairet et Cie. La carte industrielle du Rhône de 1932 mentionne, à cet emplacement, la société des Balances et Bascules Avery, mais cette société n'apparaît pas sur les annuaires commerciaux ? Toujours à la même adresse. Cette société s´arrête de fonctionner au début des années 1930, lors de la grande crise. A partir de 1934, le site est occupé par la société Guichard-Perrachon-Casino, connue dans le quartier, sous l'appellation des Chais Beaucairois, société d´embouteillage dépendant de la société Guichard-Perrachon-Casino jusqu´en 1990. Les vins et les eaux minérales sont mis en bouteille et redistribués sur toute la région. Après étude, un projet de réutilisation du bâtiment en multiplex est engagé par la société Pathé-ciné. SA EuroPalace, et le cabinet Sud architecte. Le site est inscrit au titre des monuments historique en 2003, ce bâtiment est protégé en raison de la rareté des édifices-témoins de l´histoire industrielle du quartier de l'industrie de Vaise et de l´innovation technique de sa charpente (lamellé-collé sous tendus de tirants d'acier). L'utilisation du fer supprime charpente massive et contreforts, libérant ainsi un beau volume intérieur.

Période(s)Principale : 3e quart 19e siècle
Principale : 2e quart 20e siècle
Dates1875, daté par source
1934
Auteur(s)Auteur : Feuga Henri
Henri Feuga

Architecte lyonnais (1819-1884), maire de Brindas et conseiller général du canton de Vaugneray dans les années 1870.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte attribution par source
Auteur : Lelarge charpentier attribution par source
Auteur : Sudarchitecte architecte attribution par source

La double halle couverte dite les chais Beaucairois (AM 1) est d'une superficie de 2800 mètres carrés, et d'une hauteur au faîtage de 15 m. Les murs sont en pierre dorée enduite avec une élévation ordonnancée de cinq travées et trois niveaux de hauteur décroissante. L'éclairage est assuré par deux grandes baies semi-circulaires et symétriques au 3e niveau sur la façade est, et un second éclairage situé sur le faîtage qui assure en outre une bonne ventilation du bâtiment grâce à un système de persiennes en bois. Fenêtres segmentaires au 1er et 2e niveau. Moyen appareil, toit à deux versants pignon couvert, toit à longs pans. La charpente en bois est constituée d'arcs lamellé-collé sous tendus de tirants d'acier et surmontée de croisillons métalliques s'appuie sur de fins poteaux de fonte moulée intégrant l'évacuation des eaux fluviales. Cette complémentarité entre le fer et le bois a permis de concevoir des fermes de grandes portées (22,5 m). L'utilisation du fer supprime charpente massive et contreforts libérant un beau volume intérieur.

Murspierre
Toittuile mécanique
Plansplan rectangulaire régulier
Étagesen rez-de-chaussée
Couverturestoit à longs pans
États conservationsétablissement industriel désaffecté

A signaler dans l'Indicateur commercial de 1880 une très belle gravure signée par Victor Rose, représentant le site à la page 409. Cf. Illustration IVR82_05693035NUC_P

Statut de la propriétépropriété privée
Intérêt de l'œuvreà signaler
Éléments remarquablesatelier de fabrication
Protectionsinscrit MH, 2003/07/03

Annexes

  • Que représente le lamellé-collé dans l'histoire de la charpente ? (l'art de la charpente)

    La mise au point de ce procédé novateur est le fait de K. F. Hetzer, maître charpentier allemand qui dépose en 1906 un brevet relatif à la fabrication d'élément de construction en bois cintré (qui comprend la technique d'assemblage, et l'invention d'une colle spéciale). De cette époque datent un hangar pour les ballons Zeppelin, et un hall d'exposition de 43 m de portée à Bruxelles. Quelques bâtiments à charpente en lamellé-collé sont érigés en France certainement par l'entreprise allemande. Il faut attendre 1938 pour trouver mention dans la revue Architecture d'aujourd'hui, de l'intérêt de ce procédé et ce n'est qu'en 1952 que des entreprises de Grenoble de Fécamp et de l'Ain entreprennent la réalisation de bâtiments industriels avec une charpente de ce type. L'exposition de Bruxelles en 1958 marque une étape décisive pour l'avancée en France de ce procédé, et sa vulgarisation.

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Rhône : sous-série 5 M, établissements classés, Falcot frères, demande d'installation d'un générateur d'acétylène, 1913

  • AM Lyon : 0922 WP 037. Voierie urbaine. Prolongation de la rue des Docks à Vaise, projet de cession. 13 mai 1875

  • Entretien téléphonique avec madame Josette Etienne, Service immobilier de la société Casino. 2001

  • Entretien téléphonique avec madame Michèle Douzé, Service archives de la société Casino. 2001

Documents figurés
  • AD Rhône : 2 PL 276, Nouveau plan du quartier de Vaise à Saint-Rambert renfermant les modifications apportées par le prolongement de la rue des Docks et de la construction du quai longeant la Saône. mars 1875

  • AM Lyon : 5 WP 189, Plan du quartier de Vaise et de l'industrie. [1877]

  • AM Lyon, 2S 456. Les cartes industrielles de France : le Rhône. 1932. Société de documentation industrielle, relevé effectué par Mr. Saint-Denis géomètre à Lyon, 1 : 10000

Bibliographie
  • Indicateur. 1875. AM Lyon (accès libre)

    p. 697
  • Indicateur. 1876. AM Lyon (accès libre)

    p. 733
  • Indicateur. 1877. AM Lyon (accès libre)

    p. 756
  • Indicateur. 1878. AM Lyon (accès libre)

    p. 109
  • Indicateur. 1880. AM Lyon (accès libre)

    p.409, 722
  • Indicateur Henry. 1882. AM Lyon (accès libre)

    p. 1494
  • Indicateur Henry. 1884. AM Lyon (accès libre)

    p. 1444
  • Indicateur Henry. 1893. AM Lyon (accès libre)

    p. 1972
  • Indicateur Henry. 1900. AM Lyon (accès libre)

    p. 1827
  • Indicateur Henry. 1910. AM Lyon (accès libre)

    p. 1897
  • Indicateur Henry. 1922. AM Lyon (accès libre)

    p. 2179
  • Indicateur Henry. 1928. AM Lyon (accès libre)

    p. 1577
  • Indicateur Fournier. 1935. AM Lyon (accès libre sans cote) p. 570

    p. 181
  • BAYARD, Françoise., CAYEZ, Pierre. Histoire de Lyon, du XVIe siècle à nos jours. Ed. Horvath, 1990

    p. 261
  • Rapport d'opération d'archéologie préventive. Vaise - Chais Baucairois, 26, 28 rue Joannès Carret 69009 Lyon, ss la dir. DESBAT A., STIPPOLI L., ROTTIER S., code INSEE : 69.389.22.9004 SRA 6726, juillet 2006

    p. 114 à 124
  • L'art de la charpente, la charpente et la construction en bois. Tome 6 (1-2-3), publiée sous l'égide de l'association ouvrière des Compagnons du Devoirs, Paris, librairie du compagnonnage, 1981

    T.6 (1-2-3)
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Ville de Lyon © Ville de Lyon - Halitim-Dubois Nadine