Logo ={0} - Retour à l'accueil

Usine de préparation mécanique de minerais de cuivre de la mine du Remou actuellement vestiges

Dossier IA73003455 inclus dans Paysage du bassin-versant de l'Isère inférieure et du Val Gelon réalisé en 2014

Fiche

Dénominationsusine de préparation de produit minéral
Aire d'étude et cantonPays de Savoie - Rochette (La)
HydrographiesTorrent du Joudron ; bassin-versant Isère inférieure-Val Gelon
AdresseCommune : Presle
Lieu-dit : Le Boccard
Adresse : Cadastre : 2014 D 322

D'après V. Barbier dans son ouvrage La Savoie industrielle, la mine de cuivre du Boccard ou du Remou à Presle alimentait les fonderies du Bourget-en-huile (IA73003465) créées au XVIe siècle par la famille de Châteauneuf. En 1812, M. Schreiber se propose d'exploiter la mine de Presle pour le compte de l’État. Il fait réaliser des fouilles par M.Delseriès. Le projet est interrompu par les événements de 1814. En 1830 M. Trabichet et M. Chamberod sont autorisés par la direction des établissements royaux métallurgiques à exploiter la mine. Les produits sont vendus à la fonderie d'Albertville. Le 26 juillet 1836, la mine est concédée à M. Pacthod puis les propriétaires se succèdent : M.Saint-Martin en 1845, MM. Portuel, Tavel et Guillet en 1849, le comte de Certeau en 1853, M. Joly en 1858 et la la Compagnie Langlois en 1860.

L'usine du Remou a été construite pour laver le minerai. Elle est visible sur la carte d'état-major de 1860. En 1860, M. Vernhette, M. Toussaint et Louis Napoléon Langlois, propriétaires des mines de Presle, demandent le maintien en activité de leur "usine de préparation mécanique des minerais de cuivre" et l'installation d'une nouvelle prise d'eau. L'autorisation est accordée par arrêté préfectoral du 24 octobre 1862. Le site apparait sur le cadastre de 1892, mais il est en ruine. Actuellement, les vestiges de l'usine sont toujours visibles.

Période(s)Principale : 3e quart 19e siècle , daté par source
Dates1860, daté par source

Le site est implanté en rive droite du Joudron. La prise d'eau se faisait sans retenue ni barrage au moyen d'une dérivation en pierres sèches et en charpente. Le site disposait d'un réservoir de deux mètres de côté et de 1,20 mètre de profondeur en maçonnerie permettant de stocker les eaux des sources du Remou récoltées par un canal en maçonnerie. A partir du réservoir, l'eau était amenée à l'usine par une conduite en zinc bitumé. Il existait un autre réservoir de 5 mètres-cubes récoltant les eaux de la Grande Lance.

Le site disposait de deux roues verticales extérieures : une petite et une plus grande. D’après La Savoie industrielle, la laverie contenait deux cylindres broyeurs et plusieurs tamis. Actuellement, le site est à l’état de vestiges. Plusieurs élévations de murs sont toujours visibles dont un long canal rejoignant la rivière.

Couvrements
Couvertures
Escaliers
Énergiesénergie hydraulique produite sur place
États conservationsvestiges

Le site est isolé dans la montagne. Il est situé en contrebas des entrées de mine du Remou, le long d'une piste forestière.

Statut de la propriétépropriété de la commune
Protections

Références documentaires

Documents d'archives
  • FR.AD073 sous-série 81S55, Service hydraulique, Presles, Usines : mines de P. Langlois, as. Joudron (1861), moulin Caillet (1862), scierie Gervason (1870-1873).

    AD Savoie : 81S55
  • FR.AD073, 3P 7204, Premier cadastre français, Presle, Section D, feuille 4, 1892.

    AD Savoie : 3P 7204
  • FR.AD073, 3P 7205, Mise à jour en 1988 du cadastre rénové, Presle, Section D, feuille 4, 1935/1988.

    AD Savoie : 3P 7205
Bibliographie
  • V. Barbier, La Savoie industrielle, Chambéry, Imprimerie Albert Bottero, 1875.

© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Assemblée des Pays de Savoie © Assemblée des Pays de Savoie - Bérelle Clara