Logo ={0} - Retour à l'accueil

Usine textile dite Bianchini Férier actuellement école maternelle et immeuble

Dossier IA69000032 réalisé en 2000
AppellationsBianchini Férier
Destinationsécole maternelle
Dénominationsusine textile, école
Aire d'étude et cantonLyon patrimoine industriel - Lyon
AdresseCommune : Lyon 1er
Adresse : 10 rue, Calliet , 4 rue
Vaucanson
Cadastre : 1984 AL 115, 127, 128, 133, 134, 135, 138, 139

En 1888, François Atuyer, Charles Bianchini, et François Férier trois employés de commerce signent l'acte de formation d'une société en nom collectif Atuyer Bianchini Férier d'une nouvelle maison de soierie. Début modeste dans un local situé au 22 et 23 place Tolozan mais médaillé d'argent à l'exposition universelle de 1889, la maison devient vite renomée pour les étoffes façonnées. Les trois fondateurs se connaissent bien, ils ont débutés ensemble dans la maison Devaux-Bachelard. En 1900, la maison s'installe à la croix-Rousse sur un vaste tènement situé entre la rue Vaucanson, la rue Calliet et la rue Jean-Baptiste Sève. La maison installe ses services ainsi qu'un atelier de finissage où sont manipulés les tissus. C'est là qu'a lieu la visite (le contrôle des tissus). Raoul Dufy entre chez Bianchini Férier en tant qu'artiste décorateur en 1912, il est agé de 58 ans et a déjà une certaine renommée. Il doit réserver sa production à Bianchini Férier qui est propriétaire de tous les dessins créés pendant la durée du contrat. Rapidement le style Dufy s'affirme et finit par dominer les collections Bianchini Férier. Il faut souligner l'importance de cette expérience pour le peintre dans la mise au point de la technique utilisée pour les gravures sur bois. Avec la Première Guerre mondiale les productions lyonnaises cessent, et le bâtiment principale est transformé en hopital militaire qui aura pour nom l'hospital de la soie. Il comprend deux cents lits et emploie 99 personnes dont une partie des employés de Bianchini Férier. L'espace hospitalié s'elève sur quatre niveaux desservis par ascenseur électrique, avec une entrée rue Calliet destinée aux blessés et aux visiteurs. Jusqu'à sa fermeture définitive en mars 1919, l'hopital accueillit 3489 blessés ou malades. En 1987, l'usine est en partie démolie pour la construction d'une école maternelle et de logements, le mur de soutainement est conservé.

Période(s)Principale : 1er quart 20e siècle
Principale : 3e quart 20e siècle
Dates1900, daté par source
1987

Usine réutilisée pour sa partie est par une école maternelle, les fondations sont d'origine (mur de soutainement).

Murspierre
États conservationsétablissement industriel désaffecté, remanié

Dans le périmètre de la Z.P.P.A.U.P. des pentes de la Croix-Rousse Périmètre UNESCO

Statut de la propriétépropriété publique

Références documentaires

Bibliographie
  • VERNUS, Pierre.Bianchini Férier, fabricant de soierie à Lyon (1888-1973). Thèse de doctorat d'histoire, Université Lyon 2, décembre 1997

  • VERNUS, Pierre.Art, luxe & industrie, Bianchini Férier, un siècle de soieries lyonnaises, PUG, Histoire industrielle, 2006

© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Ville de Lyon © Ville de Lyon - Halitim-Dubois Nadine