Logo ={0} - Retour à l'accueil

Usine textile dite Filature de laine Pallud ou Filature du Pont de Tasset

Dossier IA74001017 inclus dans Paysage du bassin-versant du Fier réalisé en 2010

Fiche

Le projet est détaillé dans la demande effectuée en 1872 par les usiniers. Ce projet comprend un canal équipé d´une seule vanne greffée à la prise d´eau protégée par une grille en fer. D´une longueur de 30 mètres, entièrement creusé dans la molasse, le tunnel comporte un canal d´amenée et un canal de fuite en pente douce. Par un ingénieux système, l´eau se déverse naturellement ne nécessitant pas la construction d´un seuil. Les eaux du Fier sont donc guidées dans une galerie souterraine de 1,60 mètre de largeur et de hauteur. Au sortir de la chambre de la turbine, l´autre galerie de 15 mètres permet la restitution des eaux. Ce dispositif permet aux pétitionnaires de profiter d´une chute d´eau d´une hauteur de 4 mètres 30. Affleurant en surface, de nombreux blocs rocheux formaient des chutes d´eau naturelles ce qui explique l´implantation de la filature. C´est au début du XXème siècle que la compagnie des Forges et Fonderies de Cran-Gevrier décide de dynamiter en partie ces blocs. Constatant une diminution du débit, la filature décide de faire de même pour construire un barrage.

De 1872 à 1939, l´activité du site ne cesse de croître. Pendant les périodes les plus favorables, la production atteignait 300 kg de laine par mois, incluant la production à façon, l´échange et la vente directe à l´atelier ou la boutique située rue Vaugelas à Annecy. En 1985, la production moyenne varie entre 5 et 10 kg de laine par jour. La fabrication continue de se faire de façon artisanale grâce à des machines antérieures à 1958. Les producteurs de laine livrent eux-mêmes la matière première à l´usine. Le site dispose de nombreux équipements dont une chaudière au sous-sol qui assure une bonne température aux cuves de lavage. Deux machines au sous-sol de l´atelier installées en 1952 par la maison Cretin à Vienne en Isère, assurent le battage de la laine. Elles remplacent progressivement l´ancien battoir mélangeur dont le coffrage et le mécanisme étaient en bois. En 1983, on dénombre deux cadres nappeuses montés en 1880 sur des bâtis récupérés à la Manufacture de coton d´Annecy, une des deux machines fonctionnait encore. La carde-bobineuse a aussi été récupérée à la Manufacture de coton d´Annecy. Les ateliers comportent aussi une fileuse fabriquée par l´atelier Poncin de Vienne. La machine à filer et le renvideur Constant et Cie fabriqué à Pouru-Brevilly et installés en 1929, complètent l´équipement. Acquis en 1924, l´ancienne assembleuse de marque RYO-CATTEAU de Roubaix assure le dévidage. A chaque étape de fabrication, une machine différente garantie la cadence la production. Dans l´entre deux guerres, la production du site décline sensiblement mais l´établissement propose encore une gamme de produits variée allant de la laine à tricoter au tapis.

Parties constituantes non étudiéesmaison, usine, remise
Dénominationsusine textile
Aire d'étude et cantonPays de Savoie - Annecy
Hydrographiesle), Fier Inférieur Fier
AdresseCommune : Meythet
Lieu-dit : Pont de Tasset
Adresse : 48 route de
Cotfa
Cadastre : AE 1 , 3, 8, 5

L´activité de la filature Pallud commence en 1872 sous l´initiative de la famille Pallud. Très vite, Jean-François Pallud devient administrateur de l´usine qui est établie en rive droite du Fier, au lieu dit du pont de Tasset, en face de l´usine des Forges et Fonderies de Cran-Gevrier. Par pétition du 7 février 1872, les trois frères François-Gaspard, Benoît et Jules aidés par leurs parents Joseph et Josepte demeurant à Annecy, décident de construire une filature de laine avec cadrage, tissage et teinture. Pour se faire, ils louent un terrain situé en aval du pont de Tasset sur la rive droite du Fier qui appartenait à l´épouse d´un charcutier d´Annecy, M. Alphonse Verjus. Le projet comprend l´établissement d´un canal d´amenée sous terrain afin de guider l´eau dans une conduite pour faire mouvoir une roue à aubes posée selon un axe horizontal dans la cavité afin de développer une puissance de 25 chevaux-vapeurs propre à animer les diverses machines de l´atelier. A cet effet, un bâtiment est construit sur la terrasse du terrain loué à une hauteur de 12 mètres au dessus de la rivière. Cette prise d´eau alimentait la grande roue à aubes installée dès l´origine, remplacée au début du XXème siècle par une turbine verticale Victor développant 40 cheveaux, l´atelier fut électrifié entre 1927 et 1928. Au moyen de deux arbres de transmission verticaux montés verticalement et horizontalement, l´énergie développée est transmise à l´atelier à la fin du XIXème siècle. Mais face à la baisse constante du débit du Fier, par pétition du 18 juillet 1895, M. François-Gaspard Pallud demande une autorisation pour la construction d´un seuil en bois, au travers du lit de la rivière. Les diverses inondations et les blocs de molasse poussent les deux riverains : les Forges de Cran et l´usine de tissage à utiliser les autorisations dont ils disposent pour détruire les blocs de molasse qui entravaient le passage des eaux à cet endroit. Cette entreprise familiale a été montée sous l´initiative de Jean-François Pallud qui employait ses frères et deux de ses cousins. Son fils Victor lui succède mais il laisse rapidement l´administration de l´affaire à ses deux fils Jean et Sylvain. Dans les années 1930, l´usine occupait cinq à six personnes. En 1985, le site n´est tenu que par Jean et Sylvain Pallud.

Remploi
Période(s)Principale : 3e quart 19e siècle
Dates1872, daté par source

Avant l´aménagement du Fier tout au long du XXème siècle, ce secteur était fortement contraint par le relief. Au sortir de la plaine des Isles, le torrent du Fier s´engouffrait dans un lit fortement encaissé à la confluence avec le déversoir du lac d´Annecy : le Thiou. En 2010, le cours d´eau reste fortement contraint par le relief mais le lit du torrent est stabilisé par les seuils du pont de l´autoroute qui enjambe la rivière plus en aval. Une forte pente se fait en bordure du torrent ménageant des plateaux situés à 15 mètres au dessus du niveau de l´eau. Située en rive droite du torrent du Fier, sur deux terrasses qui descendent en direction de l´eau, la berge dessine une courbe faisant le lien entre l´Avenue de la République en amont de l´usine et l´autoroute située en aval côté Meythet. L´axe historique qui enjambe le Fier constitue la voie de circulation est-ouest principale de la commune de Cran-Gevrier. En effet l´Avenue de la République connaît un prolongement dans la commune voisine grâce au pont de Tasset qui dessert directement l´impasse Cofta conduisant au portail de l´usine. De part et d´autre de cet axe, quatre bâtiments se font face. Au nord du chemin, deux bâtiments prolongent l´axe jusqu´aux jardins constituant une première terrasse. En contre-bas les deux autres bâtiments comprennent l´ancienne centrale et les ateliers. En partie enterré côté route, le bâtiment de filature reste entièrement dégagé côté Fier. A l´origine de plan carré, cet édifice comporte une extension en appentis côté est qui prolonge les ateliers, de dimensions plus contenues, ce second édifice se compose d´un sous-sol et de plusieurs étages carrés. Le bâtiment de l´usine dispose d´un toit à quatre pans. A l´origine chacune des façades latérales se composait de deux travées allant du rez-de-chaussée au deuxième étage carré. Sur chaque façade, une petite fenêtre est aménagée afin d´éclairer l´étage sous comble. La façade postérieure donnant sur le cours d´eau s´organise autour de six travées ordonnancées. En partie enterrée à cause de la pente du terrain, la façade antérieure est contigüe au chemin intérieur. En face, l´espace ouvre sur un jardin et la maison patronale. De plan en L cet édifice domine cette vallée escarpée.

Murspierre
Énergiesénergie hydraulique
Jardinsbois de jardin
États conservationsremanié

Coincée entre le torrent du Fier, l'Avenue de la République et l'autoroute, l'ancienne filature de coton se trouve, au regard du PLU sur une zone UD qui désigne les zones pavillonaires et une zone Np qui concerne une zone naturelle à caractère patrimoniale.

Statut de la propriétépropriété privée
Intérêt de l'œuvreà signaler

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Haute-Savoie : 6 S 114 . Demande en autorisation pour l'établissement de prise d'eau sur la rivière du Fier en aval du pont de Cran pour servir au fonctionnement de l'usine, filature de laine avec cadrage, tissage et teinture de Mrs Pallud Gaspard-François, Benoît et Jules. 1872.

  • AD Haute-Savoie : 6 S 224. Demande d'autorisation pour la destruction de bancs de molasse sur le torrent du Fier pour lever l'obstruction de leur usine. 1899.

  • AD Haute-Savoie : 6 S 224. Plainte de monsieur Brunet domicilié à Cran pour la construction d'une nouvelle prise d'eau de la fillature Palud. 1895.

  • AD Haute-Savoie : 6 S 224. Demande d'autorisation de M Pallud François pétionnaire. 1899.

Bibliographie
  • CLAUDE Antoine, Meythet : de l'an II à l'an 2000. Alex : Hêtre. 1999. 295 p.

  • MAZARD Sylvie, Itinéraires d'architectures : agglomération d'Annecy: XXème siècle. Annecy : Communauté d'agglomération d'Annecy, Conseil d'Architecture, d'urbanisme de Haute-Savoie. 2005. 262 p.

© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Assemblée des Pays de Savoie © Assemblée des Pays de Savoie - Mahfoudi Samir