Logo ={0} - Retour à l'accueil

Village de Saint-Ours

Dossier IA73004385 réalisé en 2015

Fiche

Œuvres contenues

L'implantation du bâti du village de Saint-Ours a peu changé depuis la mappe sarde (1732), avec un bâti lâche, étalé en plusieurs noyaux : au nord, le mas de Chez Mermoz, traversé par un ruisseau, et composé de plusieurs fermes et granges imbriquées, avec un four à pain dans un bâtiment isolé (n° 491) ; au centre, le village autour de l'église dans le cimetière et du presbytère, et qui se résume à deux grosses propriétés rassemblant maison, grange et four autour de vastes cours : la ferme des Hospices de Chambéry (n° 288, 298, 301, plus la grange 277 au sud-ouest de l'église), et la ferme de François Truchet (n°282, 285 et 287, plus la grange 304 au nord de l'église) ; au sud, le mas de Chez Vetton, deux fermes de moindre importance.

Ce village peu dense, formé de grandes fermes à bâtiments dissociés autour de cours et de quelques fermes plus petites et mitoyennes, s'étoffe un peu au 19e siècle : au début du 20e, on a toujours des grandes fermes à bâtiments dissociés mais le modèle bascule vers la ferme à juxtaposition. L'état de section ne recense qu'un four, mais d'autres sont édifiés au début du 20e siècle (four IA73004420, ferme IA73004421). Au début du 21e siècle, il reste deux fermes en activité, l'une au nord et l'autre édifiée aux marges occidentales du village (non repérées).

L'entrée et la sortie du village étaient marquées par des croix de chemin en bois, qui ont disparu (voir Présentation de la commune, IA73004384, croix détruites). Le bassin communal, aménagé en 1890, a quant à lui subsisté (IA73004418).

Dans le 3e quart du 19e siècle, le chef-lieu bénéficie de la reconstruction avec déplacement de l'église (voir IA73004386), en 1866-1868, et la construction d'une école (IA73004387) en 1867-1869. Cependant, la fruitière (IA73004402) créée en 1895 n'est pas construite au chef-lieu, mais plus au centre de la commune, comme la nouvelle mairie-école (IA73004388), déplacée juste avant la Première Guerre. Déjà, en 1892, c'est à Bassa qu'est installé le bureau de Poste : dans le courant du 20e siècle, ce hameau qui bénéficie du passage de la D 911 (route des Bauges) supplante le chef-lieu ; les commerces s'y concentrent, la mairie, puis la nouvelle fruitière, s'y déplacent finalement.

Dénominationsvillage
Aire d'étude et cantonHauts de l'Albanais
AdresseCommune : Saint-Ours
Lieu-dit : Chef-lieu
Cadastre : 1732 Lieux-dits : Chez Vetton, Paroisse de saint Ours, Saint Ours, Chez Mermoz ; 1906 B3 ; 2015 B3

L'essentiel du bâti est datable de la 2e moitié du 19e siècle ou du début du 20e.

Période(s)Principale : 2e moitié 19e siècle, 20e siècle
Auteur(s)Auteur : Varambier & Meunier
Varambier & Meunier

Veuve Antoine Varambier & Joseph Meunier à Lyon, maison d'habillement et d'équipement pour sapeurs pompiers, pompes à incendies, 45 rue Centrale à Lyon. Actifs début 20e siècle.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
fabricant attribution par source

Le village, à bâti lâche, occupe un replat situé au pied de la petite colline de Chez Martin (655 m). Les bâtiments sont majoritairement édifiés en moellon et galets de calcaire enduit. Les encadrements sont en calcaire ou en molasse (plutôt pour les fenêtres et pour les ouvertures hautes). les toits sont en tuile plate mécanique ou en ardoise, avec demi-croupe.

Murscalcaire moellon enduit
Toitardoise
Étagesrez-de-chaussée, 1 étage carré
Couvrements
Couverturestoit à longs pans demi-croupe
Escaliersescalier intérieur
Statut de la propriétépropriété publique

Annexes

  • Edifices non repérés du village de Saint-Ours

    La ferme de l'hôtel-Dieu de Chambéry (2015 B3 971, 972 ; non repérée)

    Située juste en face de l'église, elle comprend au début du 18e siècle (mappe sarde) trois bâtiments bordant une vaste cour : n° 288, "grange", 298, "maison" et 301, four à pain, auxquels s'ajoute la "grange" isolée 277 au sud-ouest de l'église. Les archives de l’hôtel-Dieu de Chambéry donnent les noms des fermiers au 18e siècle : Jean Grosjean, de Cusy, qui tient toutes les fermes de l'hôtel-Dieu situées à Cusy, Saint-Ours et Chainaz, pour un cens de 1 500 £ et 52 veissels de froment en 1738 (3H dépôt : 22) ; Jean-Pierre Mugnier dit Glapigny, de Gruffy, qui verse un cens de 1 680 £ et 52 veissels de froment en 1755 pour les mêmes fermes (3H dépôt : 24) ; Claude-François Bouvier, de Chanaz, en 1761 (3H dépôt : 25). Le plan du 1er cadastre français, en 1906, montre une disposition presque inchangée, à part l'agrandissement de la maison au nord de laquelle est accolée une grange-étable. Les encadrements de la grange-étable sont en brique, en arc. La ferme a sans doute changé de main dans les années 1930 : la famille des propriétaires actuels, originaires de La Compôte (dans le coeur du massif), s'y installe en 1936 (oral) pour faire de l'élevage laitier (une vingtaine de vaches, qui montaient en alpage au Semnoz, puis au Revard) et fait surélever l'édifice. La partie grange-étable accolée à la maison a été transformée en habitation, puis gîte, dans les années 1950. Une remise en appentis est édifiée en bordure de route.

    Le hangar aux pompes

    Le 4 avril 1910, le maire Louis Milloz passe commande à Joseph (on trouve ailleurs le prénom Charles) Meunier, constructeur de matériel d’incendie à Lyon, 45 rue Centrale, pour une pompe roulante n°2 110 mm, foulante et aspirante, modèle de Paris perfectionné à deux corps (625 F), avec un chariot à flèche et à deux roues avec essieu tourné, et les accessoires : hache, porte hache, lanche en cuivre, manchon en cuir pour réparation des tuyaux, tamis, système d’aspiration en cuivre…, 45 seaux toiles (et 2 valises pour les contenir), 1 lanterne, le tout pour 1327,75 F (devis du 7 mars 1910, approuvé par délibération du 13 mars 1910). Le financement est en partie assuré par souscription publique du 6 février 1910 (509 F). La pompe est peinte en vert, avec l'inscription "Commune de Saint-Ours" ; l'inscription Saint-Ours doit être reportée sur les valises et les seaux. Le tout doit être livré en gare de Grésy-sur-Aix. La pompe toujours conservée sur place porte une plaque en métal avec l'inscription : VARAMBIER & MEUNIER / LYON.

    Le hangar aux pompes est édifié pour la commune (délibération du 13 août 1911) selon les plans et devis dressés le 29 septembre 1910 par Louis Brunier, instituteur à la retraite à Saint-Ours, qui prévoit du béton en fondation, de la maçonnerie de moellons et une couverture en ardoises (1050 F). Il est construit par François Bertrand, maçon dans la commune, selon un traité de gré à gré du 20 août 1911, pour un montant de 940 F. Il est financé en partie par une souscription volontaires du 3 juin 1911 (41 souscripteurs, en argent pour 4 dons, en main-d’œuvre : transports de matériaux, journées de métier ou de main d’œuvre, ou en dons en nature (bois), pour un montant de 236 francs). Le 17 septembre 1911, Bertrand consent un rabais de 40 F, le conseil municipal ayant décidé l’emplacement entre l’école et l’église. Selon le décompte définitif du procès-verbal de réception du 10 juillet 1912, les travaux se sont finalement élevés à 920 F (AD Savoie. Série 2O 2658 et Liasse achat de la pompe. Hangar). Le 1er mai 1921, un achat de képis pour les sapeurs-pompiers, effectué chez Joanny Eydan, chapelier à Chambéry, coûte à la commune 746,80 F (AC, registre délibérations).

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Savoie. Série 2O : 2658. Saint-Ours. Culte - Fabrique (1871, 1875-1886). Projet de reconstruction du presbytère (1882-1885). Projet de réparations à la maison d'école (1884-1887). Carton.

    AD Savoie : 2O 2658
  • AD Savoie. Série 2O : 2659. Saint-Ours. Projet de construction d'un groupe scolaire avec mairie (1914-1918). Pièces extraites des comptes de gestion (1903-1916).

    AD Savoie : 2O : 2659
  • AC Saint-Ours. Registre des délibérations du conseil municipal du 6 novembre 1908 au 25 mai 1941 (pages consultées : p. 186-212).

    AC Saint-Ours : Non classées
  • AD Savoie. Fonds des archives hospitalières. Série 3 H-dépôt : 12-30. Gestion des propriétés de l'hôtel-Dieu de Chambéry.

    Voir RICHARD, Vivien. Archives départementales. Fonds des archives hospitalières. Fonds de l’Hôtel-Dieu de Chambéry : 3 H – dépôt 1-303. Répertoire numérique détaillé. 2010, mise à jour 2013 (AD073_HD_IR706. Accès internet : < URL : http://enligne.savoie-archives.fr/?id=recherche_guidee_plan_detail&raz=1&doc=accounts/mnesys_cg73/datas/ir/CADRE%20DE%20CLASSEMENT/FRAD073_PLAN_DE_CLASSEMENT_AD73.xml).

    AD Savoie : 3 H-dépôt : 12-30
Documents figurés
  • CIM [Verso] ST-OURS (Savoie) / 527-85 A – Vue aérienne du Chef-Lieu / COMBIER IMP. MACON (S.-et-L.) « CIM » - 24 - / Photographie Véritable – Reproduction Interdite. (Carte postale colorisée) : 3e quart 20e siècle (AP Payet-David)

    Collection particulière
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Parc naturel régional du Massif des Bauges © Parc naturel régional du Massif des Bauges - Monnet Thierry - Guibaud Caroline - Guibaud Caroline