Logo ={0} - Retour à l'accueil

Village de Verrières-en-Forez

Dossier IA42002628 réalisé en 2006

Fiche

Œuvres contenues

Édifices non repérés :

Tous les bâtiments sont en moellon de granite avec encadrements en pierre de taille ou brique, construits durant la seconde moitié du 19e siècle ou bâtiments existants sur le cadastre de 1809 et remaniés. Les indications sur leur utilisation sont issues de témoignage oraux, pour le 20e siècle.

- 1986 AH 86. Maison en moellon de granite, enduit. Encadrement en pierre de taille (marques de tâcherons). Toit à longs pans et tuiles creuses, et corniche en briques. Sur l'arrière un appentis avec encadrement en brique. Garage automobile, serrureie, carrosserie (famille Dupin). Façade avec pignon à gradins en ciment. 1ère moitié 20e siècle.

- 1986 AH 110. Fournil du boulanger Béal, 1 étage, construction en moellon de granite, encadrements en pierre de taille et bois. Four encore en place. 2ème moitié 19e siècle (?)

- 1986 AH 111. Bâtiment remanié (dépôt, habitation).

- 1986 AH 112. Maison remaniée. Etable en soubassement et comble en pisé.

- 1986 AH 113. Hangar et grange-étable (?)

- 1986 AH 114 (1809 C 115 partie). Epicerie

- 1986 AH 149 (1809 C 127). Petite maison (boutique). Porte droite : atelier années 1940-1950.

- 1986 AH 153 (1809 C 124). Forge du maréchal ferrant.

- 1986 AH 154 (1809 C 128, 144, 145). Ferme : rez-de-chaussée (étable ou cave), étages carrés : logis. Construction en moellon de granite ; encadrement en pierre de taille (portes), bois (fenêtre). P¨résence ancienne d'un four à pain antérieur à la cheminée (milieu 19e siècle) actuelle. Maison 1ère moitié 19e siècle.

- 1986 AH 210. Maison, cave dans l'étage de soubassement, rez-de-chaussée surélevé et comble.

Dénominationsvillage
Aire d'étude et cantonMontbrison
AdresseCommune : Verrières-en-Forez

L'église paroissiale Saint-Ennemond de Verrières-en-Forez est citée dès 984 dans les possessions de l´église de Lyon ; elle est alors dédiée à la Vierge. L´édifice est entièrement reconstruit dans la 1ère moitié du 16e siècle. Le vocable de saint Ennemond (ou saint Chamond), évêque de Lyon au 7e siècle, apparaît, associé à celui de la Vierge, au milieu du 17e siècle.

Le cadastre ancien de 1824 nous indique combien le nombre de maisons qui constituaient le village était réduit : tout au plus une trentaine de constructions dont un bon nombre étaient mitoyennes, comme ce fut le cas également à la limite du 19e et du 20e siècle, et comme cela l’est encore aujourd’hui. La place centrale était un peu plus réduite qu’actuellement, du fait de l’emprise ancienne du cimetière.

Autour de l’église se trouve le cimetière qu’il est prévu de déplacer à la fin du 19e siècle : en 1880, la commune acquiert (le 4 juillet) la parcelle Lafond (2700 m²), et approuve les nouveaux plans du cimetière. Deux ans plus tard, en 1882, l'arrêt des inhumations est déclaré dans l'ancien cimetière (le nouveau est alors achevé) ; en 1900, le cimetière est déjà trop petit, il doit être agrandi au sud, la réception définitive des travaux s'effectue le 29 mars 1908 et les travaux sont soldés le 17 janvier 1809.L’ancien cimetière est transformé en place publique, l'agent voyer cantonal de Montbrison, Girardier, en dresse les aménagements en mai 1891.

Le 2 septembre 1903 (AC Verrières) : déclaration d´ouverture d´une école primaire élémentaire avec Caméristat et classe enfantine, par Jeanne Marie Lyothier. Cet établissement est celui qui a été autorisé par décret du 6 janvier 1830 et le même qui précédemment était affecté à la tenue de l´école communale, et qu´elle dirigeait depuis 18 ans. Un arrêté de fermeture de la congrégation des sœurs de Saint-Joseph de Lyon et donc de l´établissement de Verrières est fait à Paris le 10 juillet 1904 (AC Verrières). Ce bâtiment deviendra par la suite l'actuelle mairie

Le 24 mars 1920 : plan et devis estimatif pour l´érection d´un monument aux morts. Traité de gré à gré le 20 mars avec Michel Faverjon, marbrier sculpteur à Montbrison. Le 13 novembre 1921 le monument aux morts est inauguré. Le 9 mai 1948, il est transféré sur la place publique aménagée à la place de l'ancien cimetière, au sud de l'église.

Village très rural, de nombreux commerces (boulangeries, bars, tailleurs, maréchal ferrant) sont implantés dans le centre du village aux 19e et 20e siècles.

Les archives municipales racontent les nombreux échanges entre le maire et la préfecture au sujet des écoles et mairie de la commune qui sont à construire, à agrandir ; projets difficilement identifiables. En cela, Verrières ne diffère en rien des autres communes ligériennes. Mais c´est avec l´implantation d´un collège presbytérale puis la construction du petit séminaire de Verrières, au tout début du 19e siècle, que le village va se développer et se dynamiser. Jean-Baptiste Marie Vianney, ou curé d´Ars (1787-1859), béatifié en 1905, canonisé en 1925 ; y est élève en l´année 1812. Le départ du séminaire en 1906 laissera d´importants bâtiments qui seront partiellement dépecés, occupés puis reconstruits à la fin du 20e siècle pour faire place à l´actuel lycée professionnel du Haut-Forez.

Période(s)Principale : 16e siècle
Principale : 2e moitié 18e siècle
Principale : 2e moitié 19e siècle
Principale : 20e siècle

Les habitants et habitantes de la commune de Verrières-en-Forez sont appelés les Verriérois et les Verriéroises Les 730 habitants de la commune de Verrières-en-Forez vivent sur une superficie totale de 21 km2 avec une densité de 35 habitants par km2 et une altitude de 810 m. Le village est implanté sur une pente douce descendant jusqu’à la rivière de la Vidresonne qui le borde au nord. Le bourg est traversé par la départementale 44 rejoignant Chazelles-sur-Lavieu, et se trouve en retrait de la D 196 qui passe à Saint-Anthème une fois passé le col de la Croix de l’Homme Mort.

En 1824 le village comptait une trentaine de constructions dont huit étaient de taille plus importante. Elles s’organisaient principalement autour de la place centrale, qui devait être la place du marché. Aujourd’hui encore cette place est le noyau central du village et d’autres maisons se sont établies le long de la D 44, serrées les unes contre les autres.

Très peu de maisons récentes, et de type pavillonnaire se sont construites dans et autour du bourg.

L’emprise de l’ancien petit séminaire, aujourd’hui lycée professionnel du Haut-Forez, est encore très prégnante dans le paysage. Plusieurs types de bâtiments se retrouvent dans le bourg : des constructions de type ferme, telles que nous les retrouvons dans les hameaux, avec parfois des logis avec galeries en bois, ou aître, remontant parfois au XVIe siècle (réf. IA4202636 : 1986 AH 6, réf. IA42002665 : 1986 AH 138, 139…). De nombreuses maisons assez vastes, avec un nombre relativement important de travées et de niveaux, se retrouvent également sur le pourtour de la place centrale du village, des maisons de rapport ( ?), avec un commerce au rez-de-chaussée (réf. IA42002645 : 1986 AH 105, réf. IA42002647 : 1986 AH 106, réf. IA42002651 : 1986 AH 209…) démontrant le dynamisme du village au XIXe siècle, lié à la présence du petit Séminaire. Les constructions sont en moellon de granite, avec l’emploi de la pierre de taille pour l’encadrement des fenêtres et de la tuile creuse pour la couverture des toits à longs pans.

Mursgranite
pisé
enduit
moellon
Toittuile creuse

Annexes

  • Dossiers divers à partir des archives départementales, communales et du SDAP 42

    Registres de délibérations du conseil municipal : 18 octobre 1868-5 juin 1887 / 1er mai 1887-1er novembre 1906 / 1er novembre 1906-25 mai 1941 / 15 août 1941-5 mai 1963.

    Dossiers divers.

    * 26 novembre 1871 : le garde forestier chargé de surveiller le reboisement effectué dans la commune en 1866, 67 et 68, avec une subvention de l’état, dans les hameaux de Robert, Conol et la Bruyère (communal de la Charrière et de la Montagne).

    * 24 décembre 1871 : l’administration forestière (du département ?) propose de reboiser 3 ha à la Charrière (montagne). La commune ne veut pas étendre le reboisement et propose d’utiliser la somme prévue pour replanter ce qui n’a pas pris lors du dernier reboisement.

    * 17 mai 1874 : le conseil municipal de Châtelneuf demande à être rattaché au canton de Montbrison (séparé de Saint-Georges-en-C).

    * 11 octobre 1885 : élargissement et réparation du pont de Beauvoir.

    * 28 septembre 1890 : l’inspecteur des forêts autorise l’assiette d’une coupe de bois à Charrière, à faire par un entrepreneur choisi parmi les ayant-droit (hameaux de Robert, Conol et la Bruyère) : on nomme Jean-Marie Montet de Robert.Il y a encore des campagnes de coupe et reboisement au début des années 1930.

    * 1890 : Communal de Phialet : 5 ayant-droit.

    * 30 mars 1890 : affectation du terrain de l’ancien cimetière pour le transformer en place publique. Les familles auront 3 mois pour faire elles-mêmes les exhumations et enlever les croix et autres objets. La commune en profite pour demander la création de 3 foires, mardi de mi-carême, 29 juin et 3 octobre. Plan de Girardier agent voyer à Montbrison pour ouverture du chemin vicinal 1 de Montbrison à St Anthème traversant la place du bourg.

    * 24 mai 1891 : approbation des plans et devis de Girardier pour la place (1700 F)

    * 14 février 1892 : d’après l’agent-voyer, il est préférable de remplacer les bahuts par des dalles de pierre surmontées d’une barrière en fer afin de dégager la vue de la place à l’entrée du bourg.

    * 19 février 1893 : vote de la somme pour payer la balustrade en fer de la place.

    * 1er juillet 1900 : projet de loi de la commission des améliorations agricoles et forestière qui propose d’étendre aux pâturages communaux le système d’affouage utilisé sur les bois communaux. « Le principal mode de jouissance des bois communaux consiste dans la coupe des bois dits d’affouage, les produits de cette coupe sont distribués en nature et le partage se fait à part égale et par feu, c’est à dire par chaque chef de maison ou de famille domicilié sur la commune ». L’affouage des pâturages donnerait à chaque chef de maison un droit égal de jouissance de ces pâturages et la possibilité de revendre ce droit à un habitant de la commune. Refus.

    * 5 juillet 1925 : réparation de toutes les grilles de la place du village par Adilon et Rage maréchaux ferrant.

    * 25 décembre 1927 : traité de gré à gré pour l’achat d’un corbillard à Duroure (5500 F).

    * 25 août 1929 : une commission doit s’entendre pour construire ou réparer un abri pour le corbillard par Pérat entrepreneur à Montbrison. Devis présenté le 24 novembre (19621 F). Projet abandonné le 15 décembre, le corbillard sera remisé chez le garde-champêtre.

    * 5 mars 1939 : projet de construire un abri pour le corbillard à gauche de la porte d’entrée du vieux cimetière (je suppose : de la partie la plus ancienne du nouveau cimetière ?).

    * 1939 : Il y a une fontaine au bourg ; il y a un, ou 2 ateliers de distillation, installé chez un particulier au bourg, puis sous le hangar de l’ancienne école de garçons…, d’octobre à décembre.

    * 22 novembre 1931 : réparation au lavoir communal de la Feuillat. Une autorisation sera demandée au propriétaire de l’œuvre des enfants de la montagne. (Févier 1932 : la commune vote 200 F pour ces travaux, et l’œuvre en donne 200).

    * 17 avril 1932 : le conseil décide de nommer la commune « Verrières en Forez » (les divers dictionnaires communaux hésitaient avec « Verrières » tout court).

    * 12 mars 1933 : électrification des bâtiments communaux.

    * 9 décembre 1934 : lettre à Péricard agent voyer à Montbrison (dit aussi ingénieur du service vicinal) : réparations urgentes au petit pont près de la croix de mission (pont de la Payre je pense), réparation du pont du lavoir de la Feuillat, réparation du pont des Battants (vers la croix de pierre, élargissement). 3 novembre 1935, devis accepté (3600 F et 6400 F). 2 juin 1937 : la commune désigne Jean Clavelloux aux Battants pour exécuter ces travaux avec promesse de les commencer début août.

    * 21 juillet 1935 : projet de construction d’un lavoir dans le communal du bourg à la Molle. On pourra utiliser les pierres et tuiles provenant de l’ancienne cure.

    * 25 octobre 1942. Arbres : abattage des sycomores au Champet, du peuplier derrière l’église et des 6 arbres du cimetière* 11 février 1945. Lavoir : réparation des planches du lavoir de la Feuillat.

    * 11 novembre 1946. Lavoir communal : la commission des travaux fera établir un réparation sur la toiture.

    * 16 juillet 1947. Agence postale. Le conseil municipal demande la création d’une agence postale à verrières et s’engage à pourvoir à l’installation de cette agence et le cas échéant aux frais de transfert de la cabine téléphonique.

    * 10 décembre 1950. Avis favorable pour le rattachement de la commune de Saint-Thomas-la-Garde au canton de Montbrison.

    * 30 mars 1952. Location de deux vieilles caves (ancienne mairie) à des particuliers. Location du jardin du nouveau presbytère* 28 septembre 1952. Réparations au pont de la Nolle et aux croix de la Feuillat et de la Payre (Mr Rival Henri en est chargé)

    * 25 avril 1954. Subvention pour le lavoir du hameau des Clavellous.

    * 16 mars 1958. Assurances des bâtiments communaux : école publique, église, ancienne école, maison communale du Champet (ancien presbytère), mairie, presbytère, garage du Champet

    École primaire

    * 2 septembre 1903. Déclaration d’ouverture d’une école primaire élémentaire avec Caméristat et classe enfantine, par Jeanne Marie Lyothier. Cet établissement est celui qui a été autorisé par décret du 6 janvier 1830 et le même qui précédemment était affecté à la tenue de l’école communale, et qu’elle dirigeait depuis 18 ans.

    * 2 septembre 1904. Déclaration d’ouverture d’une école primaire privée, avec cours d’adultes, par Mlle Marie Ferrez, dans un local situé au bourg et appartenant à M. Jacques Robert, curé. Établissement nouveau.

    * 7 octobre 1904. Extrait du registre des délibérations du conseil départemental de l’enseignement primaire. Arrêté du 9 septembre 1904 par lequel le maire de Verrière s’oppose à l’ouverture d’une école privée de filles avec cour d’adultes, en alléguant que le local est insalubre et que la personne qui fait la demande, Mlle Marie Ferrez, est maladive. Le conseil rétorque que le local est une maison « neuve et qu’elle a été construite en vue d’y ouvrir une école » et donne l’autorisation d’ouverture.

    * 1907. Extrait du registre d’appel de l’école privée de filles… pour le mois d’octobre 1907. (8 élèves ont des absences notées).

    * 12 septembre 1928. Déclaration d’ouverture d’école. Rosine Rosalie Robert déclare avoir l’intention de continuer, après l’expiration du délai légal, une école primaire de filles, au bourg, dirigée précédemment par Mlle Vernet.

    École de garçons. Frères de la Croix de Jésus

    * 1er septembre 1891. Déclaration d’ouverture d’une école primaire élémentaire de garçons. Par Boyer Henri Guillaume, frère de la Croix de Jésus, titulaire de l’école publique de Verrières depuis le 1er octobre 1885.

    * 20 novembre 1901. Lettre du sous-préfet au maire. La congrégation des Frères de la Croix de Jésus, dont le siège est à Ménestruel (Ain) a formé une demande pour obtenir l’autorisation de son établissement de Verrières. Le sous-préfet demande une délibération du conseil municipal et un rapport : liste du personnel : frère Émile et frère Antioche. État des biens meubles et immeubles : immeuble fourni par le curé de la paroisse, traitement fait par un comité.

    AD Loire. Série V 917. Verrières-en-Forez.

    *24 juin 1834. Lettre du maire au préfet. Présentation du budget de 1835. La fontaine publique du bourg doit toujours être détruite et refaite.

    AD Loire. Série O : 1597. Verrières-en-Forez. 1834-1892.

    * 1897. M. Fougerouse cafetier à Saint-Anthème demande à pouvoir extraire des pierres d’un communal.

    * 12 février 1837. Délibération. Les fonds obtenus pour ériger une fontaine au centre du bourg n’ont pas suffi à la dépense, c’est le curé qui a fait l’avance nécessaire pour payer la fin des travaux.

    A. SDAP 42 de Saint-Étienne (plans de la place de l'église)

    * Ministère de la Culture. Ministère de l’Urbanisme et du logement. Service départemental de l’architecture de la Loire. Commune de Verrières en Forez Loire. Aménagement de la place de l’église. H. Lazar, architecte des bâtiments de France. Saint-Étienne mai 1987. Échelle 1/100e. Encre sur calque. 48,5x93.

    * Ministère de la Culture. Ministère de l’Urbanisme et du logement. Service départemental de l’architecture de la Loire. Commune de Verrières en Forez Loire. Aménagement de la place de l’église. H. Lazar, architecte des bâtiments de France. Saint-Étienne juin 1987. Plan modifié : annule et remplace celui de mai 1987 en ce qui concerne le parvis de l’église. Échelle 1/100e. Encre sur calque. 29,5x52,5.

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Loire. Série O : 1597 (Verrières-en-Forez). 1834-1892..Fontaine du bourg. 12 février 1837. Délibération. Les fonds obtenus pour ériger une fontaine au centre du bourg n´ont pas suffi à la dépense, c´est le curé qui a fait l´avance nécessaire pour payer la fin des travaux. Les travaux commencés à l´église (en régie) doivent continuer.

  • AD Loire. Série O : 1597 (Verrières-en-Forez). 1834-1892..Chemise Transformation en place publique de l´ancien cimetière. 23 février 1890. Délibération. Le cimetière est désaffecté depuis 1882. Des plans et devis sont demandés à l´agent voyer cantonal Girardier pour le transformer en place publique (nivellement et alignement). 18 mai 1891. Dessins pour la transformation en place publique de l´ancien cimetière (minute). Dressé par l´agent voyer cantonal, Montbrison, le 18 mai 1891, signé Girardier. crayon, encre et lavis colorés sur toile huilée, 32,1x79 cm. 15 novembre 1891. Procès verbal d´adjudication : le 15 novembre 1891 à Georges Philippon, entrepreneur à Verrières. 29 avril 1892. Réception des travaux.

    AD Loire : O : 1597
  • AC Verrières-en-Forez. Divers courriers.Ecole de garçons. Frères de la Croix de Jésus. 1er septembre 1891. Déclaration d´ouverture d´une école primaire élémentaire de garçons. 1er septembre 1891. Par Boyer Henri Guillaume, frère de la Croix de Jésus, titulaire de l´école publique de Verrières depuis le 1er octobre 1885. 20 novembre 1901. Lettre du sous-préfet au maire. La congrégation des Frères de la Croix de Jésus, dont le siège est à Ménestruel (Ain) a formé une demande pour obtenir l´autorisation de son établissement de Verrières. Le sous-préfet demande une délibération du conseil municipal et un rapport, dont le brouillon ( ?) est inséré dans le courrier : liste du personnel : frère Emile et frère Antioche. Etat des biens meubles et immeubles : immeuble fourni par le curé de la paroisse, traitement fait par un comité.

  • AC Verrières-en-Forez. Registres de délibérations du conseil municipal du 1er novembre 1906 au 25 mai 1941.Electrification des bâtiments communauxs. 12 mars 1933 : électrification des bâtiments communaux.

  • AC Verrières-en-Forez. Registres de délibérations du conseil municipal du 1er novembre 1906 au 25 mai 1941.Délibération du 17 avril 1932. Nommage de la commune de Verrières. Le conseil décide de nommer la commune Verrières en Forez (les divers dictionnaires communaux hésitaient avec Verrières tout court).

  • AC Verrières-en-Forez. Registres de délibérations du conseil municipal du 1er novembre 1906 au 25 mai 1941.Délibérations concernant le lavoir et une fontaine. 1930 : Il y a une fontaine au bourg ; il y a un (ou 2) ateliers de distillation, installée chez un particulier au bourg, puis sous le hangar de l´ancienne école de garçons..., d´octobre à décembre. 22 novembre 1931 : réparation au lavoir communal de la Feuillat. Une autorisation sera demandée au propriétaire de l´oeuvre des enfants de la montagne. (févier 1932 : la commune vote 200 F pour ces travaux, et l´oeuvre en donne 200). 21 juillet 1935 : projet de construction d´un lavoir dans le communal du bourg à la Molle. On pourra utiliser les pierres et tuiles provenant de l´ancienne cure.

  • AC Verrières-en-Forez. Registres de délibérations du conseil municipal du 1er novembre 1906 au 25 mai 1941.Délibérations concernant la construction d'un abri pour corbillard. 25 décembre 1927 : traité de gré à gré pour l´achat d´un corbillard à Duroure (5500 F). 5 mars 1939 : projet de construire un abri pour le corbillard à gauche de la porte d´entrée du vieux cimetière (vraisemblablement de la partie la plus ancienne du nouveau cimetière ?). 25 août 1929 : une commission doit s´entendre pour je suppose construire ou réparer un abri pour le corbillard par Pérat entrepreneur à Montbrison. Devis présenté le 24 novembre (19621 F). Projet abandonné le 15 décembre, le corbillard sera remisé chez le garde-champêtre.

  • AC Verrières-en-Forez. Registres de délibérations du conseil municipal du 1er mai 1887 au 1er novembre 1906 et du 1er novembre 1906 au 25 mai 1941.Délibérations concernant la transformation de l'ancien cimetière en place publique. 30 mars 1890 : affectation du terrain de l´ancien cimetière pour le transformer en place publique. Les familles auront 3 mois pour faire elles-mêmes les exhumations et enlever les croix et autres objets. La commune en profite pour demander la création de 3 foires, mardi de mi-carême, 29 juin et 3 octobre. Plan de Girardier agent voyer à Montbrison pour ouverture du chemin vicinal 1 de Montbrison à St Anthème traversant la place du bourg. 24 mai 1891 : approbation des plans et devis de Girardier pour la place (1700 F) 14 février 1892 : d´après l´agent-voyer, il est préférable de remplacer les bahuts par des dalles de pierre surmontées d´une barrière en fer afin de dégager la vue de la place à l´entrée du bourg. 19 février 1893 : vote de la somme pour payer la balustrade en fer de la place. 5 juillet 1925 : réparation de toutes les grilles de la place du village par Adilon et Rage maréchaux ferrants.

  • A. STAP 42. Ministère de la Culture. Ministère de l´Urbanisme et du logement. Service départemental de l´architecture de la Loire. Commune de Verrières en Forez Loire. Aménagement de la place de l´église. H. Lazar, architecte des bâtiments de France. Saint-Etienne mai 1987. Echelle 1/100e. Encre sur calque. 48,5 x 93.

  • A. STAP 42. Ministère de la Culture. Ministère de l´Urbanisme et du logement. Service départemental de l´architecture de la Loire. Commune de Verrières en Forez Loire. Aménagement de la place de l´église.. H. Lazar, architecte des bâtiments de France. Saint-Etienne juin 1987. Plan modifié : annule et remplace celui de mai 1987 en ce qui concerne le parvis de l´église. Echelle 1/100e. Encre sur calque. 29,5 x 52,5.

Documents figurés
  • AD Loire. Série 5M 242, cote 02630 / 7 sup. 584 (4 plans). 1° Plan. Tuerie particulière Rival / plan des abords immédiats M. RIVAL, cultivateur qui sollicite l´autorisation d´installer une tuerie particulière. La salle d´abattage serait placée au centre d´un vaste rez-de-chaussée servant actuellement de remise pour les voitures. Elle aurait 8m de long, 4 de large et 5 de haut. Le mur du fond devra être enduit à la chaux et pourvu d´un revêtement en ciment jusqu´à 1,50 m de haut. Le sol : dallage en ciment, fortement incliné vers la porte et de droite à gauche, afin que les liquides puissent s´écouler facilement dans un conduit couvert. Accepté le 25 septembre 1923. 1° Plan. Tuerie particulière Rival / plan des abords immédiats. Sur papier blanc avec encre verte. Echelle 1/200°. Certifié le 05 août. 1928. le maire. Favier. Dimensions : h = 30,5 ; la = 21,4.

  • AD Loire. Série 5M 242, cote 02630 / 7 sup. 584 (4 plans). 2° Plan d´ensemble de la tuerie Rival M. RIVAL, cultivateur qui sollicite l´autorisation d´installer une tuerie particulière. La salle d´abattage serait placée au centre d´un vaste rez-de-chaussée servant actuellement de remise pour les voitures. Elle aurait 8m de long, 4 de large et 5 de haut. Le mur du fond devra être enduit à la chaux et pourvu d´un revêtement en ciment jusqu´à 1,50 m de haut. Le sol : dallage en ciment, fortement incliné vers la porte et de droite à gauche, afin que les liquides puissent s´écouler facilement dans un conduit couvert. Accepté le 25 septembre 1923. 2° Plan d´ensemble de la tuerie Rival. Sur papier blanc et encre verte. Echelle 1/100°. Certifié conforme le 05 août 1928. Le maire. Favier. Dimensions : h = 30,5 ; la = 21,4.

  • Souvenir / de Verrières en-Forez. J. Lafond. 2004 VERRIERES-EN-FOREZ (Loire) alt. 825m. - Cure d'Air / Le Calvaire et vue générale / J. LAFOND Editeur - Photographe. 19 rue Michelet / Saint-Etienne (Loire) - Reproduction interdite / [emplacement timbre] [PHOTOGRAPHIE VERITABLE]. 1er quart 20e siècle. Carte postale : N&B. Coll. Part. L. Tissier.

  • Vue de Verrières. [Vue sur le Petit Séminaire, l'église paroissiale et le village de Verrières-en-Forez.] 1er quart 20e siècle. Carte postale : N&B. Coll. Part. L. Tissier.

  • VERRIERES - Le Bourg / Edit. Rival. [Entrée sud-est du village de Verrières-en-Forez]. 1ère moitié 20e siècle. Carte postale : N&B. Coll. L. Tissier.

  • VERRIERES / Route de Chazelles s/ Lavieu / Edit. H. Rival - Cl. H. Lassablière. [Entrée sud-est du village de Verrières-en-Forez]. 1ère moitié 20e siècle. Carte postale : N&B. Coll. L. Tissier.

  • VERRIERES - La Place / Edit. Rival. [Entrée sud-est du village de Verrières-en-Forez]. 1ère moitié 20e siècle. Carte postale : N&B. Coll. L. Tissier.

  • VERRIERES - La Place / Cl. Lassablière. [Entrée sud-est du village de Verrières-en-Forez]. 1ère moitié 20e siècle. Carte postale : N&B. Coll. L. Tissier.

  • [au verso] VERRIERES (Loire) La Place/ Edition BAROUX - Verrières. [La place du village]. 1ère moitié 20e siècle. Carte postale : N&B. Coll. L. Tissier.

  • [Dessins pour la transformation en place publique de l´ancien cimetière (minute)]. Dressé par l´agent voyer cantonal, Montbrison, le 18 mai 1891, signé Girardier / Girardier (agent voyer cantonal). 1 dess. : crayon, encre et lavis colorés sur toile huilée, 32,1x79 cm. 1891 (AD Loire. Série O : 1597, Verrières-en-Forez).

© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Conseil général de la Loire © Conseil général de la Loire - Guibaud Caroline - Monnet Thierry