Filtres
Département
Commune
Objet étudié
Type des illustrations
Attention, ce filtre exclura tous les dossiers
Sujet des illustrations
Attention, ce filtre exclura tous les dossiers
Auteur des illustrations
Attention, ce filtre exclura tous les dossiers
Couleur des illustrations
Attention, ce filtre exclura tous les dossiers

Résultats de la recherche : "Refflé Jean-Marie" 4998 résultats

Notice d'illustration
IVR82_19776900266X |
Jobard Joseph-Ambroise
Jobard Joseph-Ambroise

Extrait de Répertoire des lithographes (http://balat.kikirpa.be/lithographes/fiches/Jobard_Joseph-Ambroise.htm)

(Baissey [Haute-Marne, F], 1802 - Dijon [Côte d'Or, F], 1835)

Actif à Bruxelles de 1824 à 1827, il est formé à la lithographie par son frère Marcellin. Il est ensuite actif à Amsterdam, où il est associé en 1827 avec Daiwaille jusqu'à la révolution belge, puis retourne en France et s'installe à Dijon. Il y devient directeur d'une imprimerie lithographique qui sera reprise par sa veuve. Il a publié, en lithographiant lui-même certaines planches, les Glanures en Bourgogne de C. Fyot de Mimeure, s.d. (Sylvain Laveissière le date vers 1822, ce qui est trop tôt), l'album dijonnais de P. Jeantet et le monumental ouvrage de Charles Maillard de Chambure, Gabriel Peignot et Jean-Baptiste Boudrot : Voyage pittoresque en Bourgogne ou description historique et vues des monuments antiques, modernes et du Moyen Age, dessinés d'après nature par une société d'artistes, paru en livraisons depuis 1832 ; 2 vol. : 1 : Côte d'Or, 1833 (imprimerie Vve Brugnot) ; 2 : Saône-et-Loire, 1838 (les planches de ce second volume sont lithographiées par les auteurs des dessins : Jean-Marie, dit Émile Sagot (Dijon, 1805-Mont-Saint-Michel, 1888), Monot, Bizard...).

La lithographie fondée à Dijon par un de nos frères, le meilleur imprimeur que nous ayons formé, a mérité une médaille pour la belle exécution de son Voyage pittoresque en Bourgogne (Jobard, Rapport, II, p. 283).

Sa veuve édite : Langres. Projet d'un musée d'Antiquité à établir dans l'abside de l'ancienne église Saint-Didier, 1837, lithographie d'Émile Sagot d'après Girault de Prangey (Troyes, Musée des Beaux-Arts).

Le musée des Beaux-Arts de Dijon conserve plusieurs de ses estampes, gravées d'après Émile Sagot, Vestiges de l'ancien Palais des Ducs de Bourgogne (deux exemplaires, inv. 3632 et J. 1572) ; La salle des Gardes (inv. 3633), Cour du Manoir de Châteauneuf, près Sombernon (inv. J.1261), Cheminée de la Salle des Gardes, au Palais des ducs de Bourgogne (inv. J. 1499), Monastère de trappistes (inv. J. 1565), Notre-Dame à Dijon (inv. J. 1570), Théâtre de Dijon (inv. J. 1573), Notre-Dame, abside (inv. J. 1575). Le musée

de Dijon possède aussi des gravures de Sagot imprimées par Ambroise Jobard : Dijon vu de Montmusard (inv. J. 1005), Tombeau de Jean-Sans-Peur et de Marguerite de Bavière et Tombeau de Philippe le Hardi (inv. J. 1502), Temple de Janus (inv. J. 1562), Notre-Dame de Dijon (inv. J. 1571).

Il meurt des suites d’un accident causé par une presse lithographique.

Adresses : Rue de la Chancellerie, 219 <1824-1826,

chez son frère> ; Rue de Berlaymont, 1139 <1826-1827> ;

Amsterdam <1827-1830> ; Dijon <1830-1835+>.

Bibliographie : Waller,

F. G., Biographische woordenboek van noord Nederlansche Graveurs, ‘s

Gravenhage, Martinus Nijhoff, 1938, p. 164 ; Laveissière, Sylvain, Dictionnaire

des artistes et ouvriers d'art de Bourgogne, Paris, F. Denobele, 1980, p.280 ; Marres-Schretlen, Helen, Vergeten goed dans

Bulletin van het Rijksmuseum, 49e année, 2001, nos 2-3, p.

208-212.

Collection : Dijon, Musée des Beaux-Arts.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Église du collège de la Trinité, dite Chapelle de la Trinité Le Collège, façade de la chapelle, par Jolimont, gravé par J.-A. Jobard, 1832
Notice d'illustration
IVR82_20156901351X |
Jobard Joseph-Ambroise
Jobard Joseph-Ambroise

Extrait de Répertoire des lithographes (http://balat.kikirpa.be/lithographes/fiches/Jobard_Joseph-Ambroise.htm)

(Baissey [Haute-Marne, F], 1802 - Dijon [Côte d'Or, F], 1835)

Actif à Bruxelles de 1824 à 1827, il est formé à la lithographie par son frère Marcellin. Il est ensuite actif à Amsterdam, où il est associé en 1827 avec Daiwaille jusqu'à la révolution belge, puis retourne en France et s'installe à Dijon. Il y devient directeur d'une imprimerie lithographique qui sera reprise par sa veuve. Il a publié, en lithographiant lui-même certaines planches, les Glanures en Bourgogne de C. Fyot de Mimeure, s.d. (Sylvain Laveissière le date vers 1822, ce qui est trop tôt), l'album dijonnais de P. Jeantet et le monumental ouvrage de Charles Maillard de Chambure, Gabriel Peignot et Jean-Baptiste Boudrot : Voyage pittoresque en Bourgogne ou description historique et vues des monuments antiques, modernes et du Moyen Age, dessinés d'après nature par une société d'artistes, paru en livraisons depuis 1832 ; 2 vol. : 1 : Côte d'Or, 1833 (imprimerie Vve Brugnot) ; 2 : Saône-et-Loire, 1838 (les planches de ce second volume sont lithographiées par les auteurs des dessins : Jean-Marie, dit Émile Sagot (Dijon, 1805-Mont-Saint-Michel, 1888), Monot, Bizard...).

La lithographie fondée à Dijon par un de nos frères, le meilleur imprimeur que nous ayons formé, a mérité une médaille pour la belle exécution de son Voyage pittoresque en Bourgogne (Jobard, Rapport, II, p. 283).

Sa veuve édite : Langres. Projet d'un musée d'Antiquité à établir dans l'abside de l'ancienne église Saint-Didier, 1837, lithographie d'Émile Sagot d'après Girault de Prangey (Troyes, Musée des Beaux-Arts).

Le musée des Beaux-Arts de Dijon conserve plusieurs de ses estampes, gravées d'après Émile Sagot, Vestiges de l'ancien Palais des Ducs de Bourgogne (deux exemplaires, inv. 3632 et J. 1572) ; La salle des Gardes (inv. 3633), Cour du Manoir de Châteauneuf, près Sombernon (inv. J.1261), Cheminée de la Salle des Gardes, au Palais des ducs de Bourgogne (inv. J. 1499), Monastère de trappistes (inv. J. 1565), Notre-Dame à Dijon (inv. J. 1570), Théâtre de Dijon (inv. J. 1573), Notre-Dame, abside (inv. J. 1575). Le musée

de Dijon possède aussi des gravures de Sagot imprimées par Ambroise Jobard : Dijon vu de Montmusard (inv. J. 1005), Tombeau de Jean-Sans-Peur et de Marguerite de Bavière et Tombeau de Philippe le Hardi (inv. J. 1502), Temple de Janus (inv. J. 1562), Notre-Dame de Dijon (inv. J. 1571).

Il meurt des suites d’un accident causé par une presse lithographique.

Adresses : Rue de la Chancellerie, 219 <1824-1826,

chez son frère> ; Rue de Berlaymont, 1139 <1826-1827> ;

Amsterdam <1827-1830> ; Dijon <1830-1835+>.

Bibliographie : Waller,

F. G., Biographische woordenboek van noord Nederlansche Graveurs, ‘s

Gravenhage, Martinus Nijhoff, 1938, p. 164 ; Laveissière, Sylvain, Dictionnaire

des artistes et ouvriers d'art de Bourgogne, Paris, F. Denobele, 1980, p.280 ; Marres-Schretlen, Helen, Vergeten goed dans

Bulletin van het Rijksmuseum, 49e année, 2001, nos 2-3, p.

208-212.

Collection : Dijon, Musée des Beaux-Arts.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Observatoire du Collège de la Trinité L'ancien observatoire en 1832, détail de la gravure de Jobard d'après Jolimont