Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 10 sur 10 - triés par pertinence
  • chasuble, manipule, voile de calice, bourse de corporal : ornement violet n°2
    chasuble, manipule, voile de calice, bourse de corporal : ornement violet n°2 Chassagne
    Titre courant :
    chasuble, manipule, voile de calice, bourse de corporal : ornement violet n°2
    Description :
    Fond de velours simple corps violet. Orfrois de lampas (?) à deux chaînes, l'une de filé argenté formant un sergé 3 lie 1, l'autre, de divers fils dégradés de violet et rose flottant sur le motif. La trame est de filé et de soie violette. Le filé employé est à lame argentée sur une âme de soie blanche.
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Clermont-Ferrand
    Illustration :
    Vue générale du devant de la chasuble. IVR83_20136300551NUC4A Détail du tissu des orfrois et de la bourse de corporal. IVR83_20136300552NUC4A Vue de d'étail de l'étiquette du fabricant. IVR83_20136300553NUC4A Vue de détail du dos de la chasuble. IVR83_20136300554NUC4A Vue générale du voile de calice et de la bourse de corporal. IVR83_20136300565NUC4A
    Auteur :
    [fabricant d'ornements religieux] Oeuvre apostolique sous le patronage des Saintes Femmes de
    Dénominations :
    voile de calice bourse de corporal
    Inscriptions & marques :
    /DES SAINTES FEMMES DE L’ÉVANGILE/ATELIER DE CLERMONT-Fd/ COUVENT DE L'IMMACULEE-CONCEPTION/11,Rue Inscription imprimée à l'intérieur de la chasuble (dos) : OEUVRE APOSTOLIQUE / Dous le patronage
    Dimension :
    h 49.0 = voile de calice la 48.5 = voile de calice h 25.0 = bourse de corporal la 21.0 = bourse de corporal
    Représentations :
    L'ornementation, située sur les orfrois et la bourse de corporal est à fleurs stylisées roses et
    Historique :
    Clermont-Ferrand probablement pendant la première moitié du 20e siècle. Ornement réalisé par par l'Oeuvre apostolique sous le patronage des Saintes femmes de l'évangile de
    Référence documentaire :
    Fig. 102, p. 96 Étoffes d'Auvergne : histoires de soieries sacrées. 2021 Auvergne-Rhône-Alpes . Service régional de l'inventaire général du patrimoine culturel. Étoffes d'Auvergne : histoires de
  • chasuble, étole : ornement rouge
    chasuble, étole : ornement rouge Vergheas
    Description :
    Tissu de fond de velours coupé simple corps rouge, aux orfrois à décor de point de croix, à galons de passementerie.
    Statut :
    propriété de la commune
    Illustration :
    Vue générale du devant de la chasuble IVR83_20156300489NUC4A Vue générale du dos de la chasuble IVR83_20156300490NUC4A Vue de détail : marque de fabricant IVR83_20156300491NUC4A Vue générale de l'étole IVR83_20156300495NUC4A
    Auteur :
    [] Oeuvre apostolique sous le patronage des Saintes Femmes de l'Evangile
    Inscriptions & marques :
    APOSTOLIQUE / Dous le patronage/DES SAINTES FEMMES DE L’ÉVANGILE/ATELIER DE CLERMONT-Fd/ COUVENT DE Inscription (tampon) concernant le fabricant à l'intérieur, au dos de la chasuble : OEUVRE
    Représentations :
    Les orfrois sont ornés de quadrilobes à fleurs, les galons sont ornés de croix. A la croisée
    Historique :
    Clermont-Ferrand probablement pendant la première moitié du 20e siècle Ornement réalisé par par l'Oeuvre apostolique sous le patronage des Saintes femmes de l'évangile de
  • chasuble, 2 étoles, manipule, voile de calice, bourse de corporal : ornement blanc
    chasuble, 2 étoles, manipule, voile de calice, bourse de corporal : ornement blanc La Moutade
    Titre courant :
    chasuble, 2 étoles, manipule, voile de calice, bourse de corporal : ornement blanc
    Description :
    Le tissu du dos, du voile et de l'une des étoles est un lampas à fond satin, liseré 2 lats, broché . Effet de berclé. Le tissu de fond du devant, de l'autre étole et du manipule est un gros de Tours liseré au moins d'un lat vert, broché à liage repris en sergé 3 lie 1 sens S, effet de berclé. L'orfroi ventral n'est pas en forme de bande mais semble un vestige d'une croix dorsale remployée. Il est de
    Statut :
    propriété de la commune
    État de conservation :
    Usure de l'orfroi antérieur.
    Illustration :
    Vue générale du devant de la chasuble. IVR83_20146300143NUC4A Vue générale du dos de la chasuble. IVR83_20146300144NUC4A Vue générale des étoles, du manipule du voile de calice et de la bourse de corporal
    Dénominations :
    voile de calice bourse de corporal
    Dimension :
    h 54.5 voile de calice la 53.5 voile de calice h 24.5 bourse de corporal la 21.5 bourse de corporal
    Matériaux :
    soie chaîne lampas gros de Tours cannetillé liseré broché
    Historique :
    n°6 de la cathédrale Notre-Dame-de-l'Assomption de Clermont-Ferrand. Le tissu de l'orfroi antérieur Les tissus du fond et de l'orfroi postérieur ainsi que des accessoires remontent à la première
  • Place Antonin-Chastel
    Place Antonin-Chastel Thiers - place Antonin-Chastel - en ville
    Description :
    La place Antonin-Chastel se compose de deux parties distinctes, l'une dédiée à la circulation (quarts nord-ouest et nord-est), avec le passage de deux avenues et une déclivité moyenne de 3,9 très en contrebas du reste de la place) sont actuellement peu importants, recouverts par une dalle qui
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale pentes de la commune de Thiers
    Illustration :
    Départ de l'avenue Pierre-Guérin depuis la place : à gauche, l'hôtel de ville, et en fond de Haut de l'avenue Pierre-Guérin, avant son débouché sur la place. A droite, l'hôtel de ville La nouvelle place depuis l'ouest. Au second plan, l'hôtel de ville. IVR83_20116300591NUC4A La nouvelle place depuis le sud-ouest. Au second plan, l'hôtel de ville et en fond de perspective Schémas d'évolution de la place du 18e siècle à nos jours, d'après les plans anciens et les Schéma d'évolution de la place du 18e siècle à nos jours : milieu du 18e siècle Schéma d'évolution de la place Antonin-Chastel du 18e siècle à nos jours : 1768 Schéma d'évolution de la place du 18e siècle à nos jours : fin du 20e siècle. IVR83_20116301508NUDA Schéma d'évolution de la place du 18e siècle à nos jours : 2007. IVR83_20116301507NUDA Vue aérienne de Thiers en 1957 : quartiers de Saint-Genès (à gauche) et de la place Antonin-Chastel
    Texte libre :
    l’ancien forum d’Augustonemetum, sur la butte de Clermont-Ferrand, à l’emplacement de la cathédrale et de ville et a été traversé par la grand-route de Clermont à Lyon à partir du 18e siècle. Il constitue donc direction de l’actuel hôtel de ville. Une autre allée serpentait en descendant la pente pour atteindre le l’hôtel de ville, situées au même niveau mais de l’autre côté de la rue, restée en contrebas ; un escalier Ce lieu-carrefour, devenu aujourd’hui espace de convergence des rues principales de la ville haute , représente en quelque sorte son centre, en termes d’usage si ce n’est du point de vue de la géométrie . Jusqu’aux récents travaux de 2007, il n’a toutefois jamais été conçu véritablement comme une place « pensée » et « ordonnancée », malgré son appellation locale de place ("de la Mairie" ou "Antonin-Chastel"). Il , au moins depuis le début du 17e siècle, plusieurs édifices de la vie publique et religieuse de la un centre de la vie publique, dont les édifices, en partie étagés sur la pente, ont été maintes fois
    Historique :
    traversé par la grand route de Clermont à Lyon. Sur le plan de 1836, la mairie et une école sont installés collège. Au milieu du 20e siècle, l'hôtel de ville et la justice de paix sont toujours dans l'ancien . Dans la seconde moitié du 20e siècle, un nouvel hôtel de ville est construit au nord après démolition place de l'Ancien Palais de Justice sur le plan cadastral de 1836, place des Poilus vers 1921, puis place de la Mairie (du moins dans la tradition orale). Elle est un lieu de convergence des rues principales de la ville haute mais n'a jamais été, jusqu'aux travaux de 2007, un espace pensé et ordonnancé dans les anciens bâtiments du couvent d'Ursulines et la sous-préfecture occupe les locaux de l'ancien couvent des Ursulines ; la sous-préfecture s'est installée sur l'emplacement des anciens jardins de ce école et un commissariat a été installé au nord-ouest de la place, là où une poste existait depuis 1904 de la sous-préfecture (déménagée rue de Barante) et une médiathèque vient remplacer l'ancienne mairie
    Référence documentaire :
    Vue aérienne de Thiers,1957. [Vue aérienne de Thiers en 1957 : quartiers de Saint-Genès et de la p. 69 Au pays de la coutellerie. Huit jours à Thiers. 1921. Au pays de la coutellerie. Huit jours à p. 6-13 Nouvelle traversée de la ville de Thiers. 1984. COMBRONDE, Michel. Nouvelle traversée de la ville de Thiers. Le Pays thernois, mai 1984, n° 3.
  • Voie ferrée
    Voie ferrée Loire
    Description :
    Les gares sont représentatives de l'architecture ferroviaire des années 1860 : murs enduits avec le quai. Les maisons de garde barrière sont construites sur le même modèle. Des remises ferroviaires de la SNCF à été construit sur le même modèle que les cités SNCF de plus grande importance avec toit à croupes, corniche en brique et balcon à garde-corps de ciment ajouré.
    Illustration :
    BOÊN (Loire). - La Gare P. L. M. / Ligne de Saint-Etienne à Clermont-Ferrand. Cliché Mesnière ARTHUN (Loire). - Vue de la Gare. Cliché Chave, place Thiers. IVR82_20024200085XB Vue d'ensemble de la gare de l'Hôpital-sous-Rochefort. IVR82_20034200301XB Vue d'ensemble de la gare de l'Hôpital-sous-Rochefort. IVR82_20034200300XB . Editions des docks Foréziens. IMPR. REUNIES DE NANCY. IVR82_20024200118XB Marcilly-le-Châtel, Lugnieux, 1987 B2 1327-1329. Vue d'ensemble du hangar de trois-quarts gauche Sail-sous-Couzan, A la Gare, 1986 A 396. Logement des employés de la gare. Entrée Sail-sous-Couzan, A la Gare, 1986 A 396. Logement des employés de la gare. Vue d'ensemble Sail-sous-Couzan, A la Gare, 1986 A 396. Logement des employés de la gare. Vue de trois-quarts Leigneux, Chozieux, 1987 A3 1351. Maison de garde barrière (à l'entrée de la ville de Boën
    Historique :
    marchandises, et être à l'origine de la création d'un écart ou "quartier" avec entrepôts, café et hôtels de Dans la 2e moitié du 19e siècle, le chemin de fer aménagé dans la plaine du Forez et les vallées du Lignon et de l'Anzon par la compagnie Paris-Lyon-Marseille apporte un renouveau économique au canton voyageurs : quartier de la gare à L'Hôpital-sous-Rochefort (gare achevée en 1877), à la Gare, sous la Gare à Sail-sous-Couzan, les Places en limite avec Leigneux. Seule la gare de Boën est encore en activité d'habitation (les gares d'Arthun et de Sail-sous-Couzan sont détruites). Des tronçons de voies désaffectés sont
    Référence documentaire :
    Carte postale. BOÊN (Loire). - La Gare P. L. M. / Ligne de Saint-Etienne à Clermont-Ferrand. Cliché Saint-Etienne à Clermont-Ferrand. Cliché Mesnière. Editions des docks Foréziens. IMPR. REUNIES DE NANCY Collection particulière Vue d'ensemble de la gare de l'Hôpital-sous-Rochefort. Vue d'ensemble de la gare de l'Hôpital-sous-Rochefort. / Photographie argentique, milieu 20e siècle Collection particulière. Carte postale. ARTHUN (Loire). - Vue de la Gare. Cliché Chave, place Thiers. ARTHUN (Loire). - Vue de la Gare. Cliché Chave, place Thiers. / Chave (photographe). Carte postale, 1911 (oblitération Mesnière. Editions des docks Foréziens. IMPR. REUNIES DE NANCY. BOÊN (Loire). - La Gare P. L. M. / Ligne de
  • Les fermes du canton de Boën et de la commune de Sail-sous-Couzan
    Les fermes du canton de Boën et de la commune de Sail-sous-Couzan Loire
    Titre courant :
    Les fermes du canton de Boën et de la commune de Sail-sous-Couzan
    Description :
    Le canton de Boën présente des paysages, et donc des modes d'exploitation et des habitats contrastés. La partie situé en bordure de plaine et sur le coteau, à proximité des principales voies de nombre élevé de fermes sélectionnées dans certaines communes (par exemple Cezay). Sur le coteau et les premiers monts, chaque commune compte de très nombreux écarts regroupant quelques fermes, le bourg concentrant les fonctions d'échange et l'artisanat, ainsi que le lieu de culte et plus tard l'école. En plaine , appartenaient à des riches propriétaires et sont isolées dans de grands domaines. Le pisé est le matériau de construction majoritaire (87,5 % du corpus). Le moellon de granite est utilisé dans les zones les plus élevées encadrements sont le plus souvent en bois (63 %), la pierre de taille en encadrement est essentiellement utilisée en association avec des murs en moellons. La présence d'un aître, galerie de circulation en bois , est une caractéristique remarquable des logis de fermes du canton : elle concerne encore un quart du
    Typologies :
    C2, 3e corps de bâtiment bas C3, 2e grange-étable et cour fermée par un corps de bâtiment bas.
    Illustration :
    Boën, le bourg, route de Clermont, ferme (1986 AL 919). Châssis de baies utilisés horizontalement Cezay, la Vialle (1987 B1 1163), type A1. Vue d'ensemble du logis de trois-quarts gauche Cezay, la Vialle (1987 B1 1163), type A1. Vue d'ensemble du logis de trois-quarts droite Ailleux, le Bourg (1987 A1 24), type A1. Vue d'ensemble de trois-quarts du logis Ailleux, le Crozet (1987 B1 123), type A1. Vue d'ensemble de la ferme côté cour Ailleux, Domois (1987 C1 680, 681), type A1. Vue d'ensemble de la ferme côté cour Arthun, la Terrière (1987 A1 837), type A1. Vue d'ensemble de la ferme. IVR82_20044200187ZE Bussy-Albieux, Albieux (1987 A2 866), type A1. Ferme à galerie, vue intérieure de la cour, façade Bussy-Albieux, Albieux (1987 A2 866), type A1. Ferme à galerie, vue intérieure de la cour , porcherie au-devant de la grange-étable. IVR82_20034200190X
    Texte libre :
    Observations générales Introduction : conditions de l’enquête Le canton de Boën présente une physionomie assez contrastée, tant sur le plan des paysages que de l’exploitation agricole ou de l’habitat qui y est lié. La partie situé en bordure de plaine et sur le coteau, à proximité des principales voies de communication (N 89 et D 8) et des agglomérations urbaines (Boën et Montbrison), est celle qui sont révélateurs de l’augmentation rapide de la population et du « mitage pavillonaire » qui en résulte directement dans les communes de Marcilly-le-Châtel et Pralong (parties est), Trelins, Arthun, Montverdun. La crise de la viticulture (après le phylloxéra) a contribué à l’utilisation, pour construire des logements , d’anciennes parcelles de vigne, souvent de petite taille, bien situées, et sur lesquelles pouvait déjà se nombre élevé de fermes sélectionnées dans certaines communes (par exemple Cezay). Les maisons des bourgs Généralités de la commune). L’importance de la culture de la vigne a donné naissance, surtout au 19e siècle, à
    Historique :
    % du 18e siècle ; 71,6 % du 19e siècle (23 % de la 1ère moitié, 48,6 % de la 2e moitié) ; enfin 5,3
    Référence documentaire :
    SCARATO, Pascal. Inventaire du patrimoine en pisé du département de la Loire. Clermont-Ferrand . Clermont-Ferrand : Pisé Terre d'Avenir, 1984. multigr., 170 p. : ill. rurale, ou Leçons par lesquelles on apprendra soi-même à bâtir solidement les maisons de plusieurs étages avec la terre seule ou autres matériaux les plus communs et de plus vil prix. Paris, 1790, 52 p. ; Lyon DUPLESSY, Joseph. Essai statistique sur le département de la Loire, contenant des renseignements statistique sur le département de la Loire, contenant des renseignements sur sa topographie, sa population , son histoire, ses antiquités [etc.]. Montbrison : impr. du Cheminal, 1818. 2 vol., XII-599 p.-1 f. de pl. dépl. : ill. ; 18 cm. Paris : Res Universis, 1992. Reprints Département de la Loire. 2 vol (XII -599 p) : couv. ill.; 20 cm. (Monographies des villes et des villages de France). GONON, Marguerite. Le cadre de la vie en Forez au Moyen Age : habitat, mobilier, vêtements
  • Ensemble des plaques des bienfaiteurs de l'hospice
    Ensemble des plaques des bienfaiteurs de l'hospice Lyon 2e - 1 place de l' Hôpital - en ville
    Titre courant :
    Ensemble des plaques des bienfaiteurs de l'hospice
    Description :
    Sur les quatre murs des galeries du cloître sont apposées des plaques de marbre avec les noms des le mur du bâtiment M, côté nord. De chaque côté de la porte centrale du bâtiment M (porte vers la salle du Conseil) se trouvent deux plaques plus ornementées, dotées de couronnes de feuilles de chêne en métal peint, avec les noms de donateurs du XVIIIe siècle (commençant à 1737 à gauche, et à 1744 à droite
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Inventaire de la Ville de Lyon
    Illustration :
    Vue des deux premières plaques de la galerie est de la cour d'Honneur IVR82_20106901620NUCA La première plaque au nord de la galerie est de la cour d'Honneur IVR82_20106901619NUCA La porte de la salle du Conseil, porte centrale de la galerie est de la cour d'Honneur La plaque de donateurs à gauche de l'entrée de la salle du Conseil, galerie est de la cour La plaque de donateurs à droite de la porte de la salle du Conseil, galerie est de la cour
    Inscriptions & marques :
    transcription : BIENFAITEURS de L'hospice
    Copyrights :
    © Ville de Lyon
    Représentations :
    couronne: feuille de chêne
    Catégories :
    taille de pierre
    Historique :
    (DAGIER, t. 2, p. 390). Le folio 50 du registre des dépenses de l'hôtel-Dieu de 1855 est consacré aux En 1800, le préfet prend un arrêté portant que les noms des bienfaiteurs de l´hôpital seront inscrits sur les murs des principales cours des hôpitaux et seront entourés chacun d´une couronne de chêne année-là est réglée à François Roty l'inscription de 40 noms.
    Localisation :
    Lyon 2e - 1 place de l' Hôpital - en ville
    Référence documentaire :
    folio 50 AC Lyon. 1 MP 863 hospices de Lyon. Dépenses. 1855 AC Lyon. 1 MP 863 hospices de Lyon
  • Village de Cusy
    Village de Cusy Cusy - en village
    Titre courant :
    Village de Cusy
    Étages :
    étage de soubassement rez-de-chaussée surélevé
    Description :
    Le village de Cusy s’organise en périphérie de l’église centrale, les bâtiments, en dehors des en moellon de calcaire sont enduites et coiffées d’un toit à longs pans avec croupes ou demi-croupes couvert de tuiles plates mécaniques. Quelques villas et maisons plus récentes sont venues diversifier
    Annexe :
    AD 74, série 2D. Devis des travaux des réparations à faire au presbytère de la paroisse de St -Christophe, commune de Cusy. AD 74, série 2D. Devis des travaux des réparations à faire au presbytère de la paroisse de St-Christophe, commune de Cusy. Etat actuel du presbytère. Le presbytère de la paroisse de St -Christophe de Cusy, se compose actuellement de celliers, caves et chambre, greniers au rez-de-chaussée. A d’un petit cabinet servant de salle à manger, l’évier est dans les latrines. Le toit est couvert , les sous-pieds de tous les appartements sont en mauvais état. En un mot, cette maison ne présente un toutes les parties, mais la commune n’a de fonds disponibles, ayant cette destination, qu’une somme de nécessaires. Latrines Les latrines sont adossées au mur, part orient de la tour carrée. Pour ce on murera -ouest de la même cave, et une autre encore vis-à-vis au mur nord de la tour carrée, plus basse, plus haute, plus large que la nouvelle fenêtre pratiquée à la cave, de manière que cette fenêtre puisse
    Illustration :
    AD Haute-Savoie, 1C d 196 originale. Mappe sarde de Cusy. Extrait de l'écart de Cusy AD Haute-Savoie, 1C d 196 originale. Mappe sarde de Cusy. Extrait de l'écart de Cusy AD 74, 3P3 4048, Feuille n° 2, parcelles n° 26 à 140. Plan cadastral parcellaire de la commune de Cusy. 1891, vue d'ensemble du village de Cusy. IVR84_20207400154NUCA AD 74, 3P3 4048, Feuille n° 2, parcelles n° 26 à 140. Plan cadastral parcellaire de la commune de Cusy, 1891. Détail du village de Cusy. IVR84_20207400157NUCA AD 74, 3P3 4048, Feuille n° 2, parcelles n° 26 à 140. Plan cadastral parcellaire de la commune de Cusy, 1891. Détail du village de Cusy. IVR84_20207400155NUCA AD 74, 3P3 4048, Feuille n° 2, parcelles n° 26 à 140. Plan cadastral parcellaire de la commune de Cusy, 1891. Détail du village de Cusy. IVR84_20207400156NUCA
    Escaliers :
    escalier de distribution extérieur escalier droit
    Texte libre :
    ares acheté à l'Hôtel Dieu de Chambéry pour la somme de 900 francs. Le procès-verbal définitif de ) avant agrandissement, remplace la propriété de l’hôtel-Dieu de Chambéry. Le presbytère n’a pas changé et (32, jardin / 33, maison grange et cour four en pleine) Au Feys * L’Hôpital de Dieu de Chambéry (35 Pallud * L'Hôpital de Dieu de Chambéry (48, Chenevier / 49, Chenevier / 50, Chenevier / 51, masure / 52 . Les propriétés de « l’hôpital de Dieu de Chambéry » sont importantes, situées entre l’église et la , mairie-école / 107, école et logement de l'instituteur) * Martin Jean-François garçon d'hôtel à Chambéry employé de chemin de fer, Félix garçon d'hôtel à Paris), quelques autres au nombre de 2 ou bien seuls. En Présentation du village de Cusy 1732 Cusy (liste des propriétaires d’après les tabelles de la mappe sarde de 1732) Lieu-dit : Dessous le Puis * Paris Jacques (20, pré foin de bœuf / 22, jardin / 24 , grange) * Montfalcon Claude Philibert (noble) (29, maison cour et grange en plaine) * La Cure de Cusy
    Historique :
    sur un petit promontoire. De nombreuses propriétés sont la propriété de l’Hôtel-Dieu de Chambéry et Le village de Cusy, chef-lieu de la commune, est, au 18e siècle, un petit écart rassemblant quelques maisons dispersées autour de l'ancienne église paroissiale ceinturée de son cimetière et situées d’autres de la cure, dont le presbytère. Les deux chemins qui se croisent devant l’église sont secondaires et le resteront durant les siècles suivants laissant le village à l’écart des échanges commerciaux de la commune. Ainsi, au 19e siècle, le cadastral de 1890 nous montre un parcellaire pratiquement sur le cadastre napoléonien sont de type à juxtaposition en ligne, avec la présence d’un escalier desservant une galerie sur certaines façades. Le 20e siècle n’engendrera pas non plus de grands bouleversements parcellaires ; le bâti de 1890 se retrouve presque en totalité en place avec cependant de très nombreux remaniements. Au début du siècle, en 1922, un monument aux morts est érigé sur la place de
    Aires d'études :
    Hauts de l'Albanais
    Référence documentaire :
    JANIN Bernard. La vie à Cusy, de l’annexion à la Grande Guerre. 1860-1918 JANIN Bernard. La vie à Cusy, de l’annexion à la Grande Guerre. 1860-1918. Ed : Cicero, 2009. 284 p. AD 74, série 2D. Devis des travaux des réparations à faire au presbytère de la paroisse de St -Christophe, commune de Cusy. AD 74, série 2D. Devis des travaux des réparations à faire au presbytère de la paroisse de St-Christophe, commune de Cusy.
  • Écart de Chez les Bogey
    Écart de Chez les Bogey Cusy - Chez les Bogey - bâti lâche - Cadastre : 1732 SU 1890 D6 2015 D6
    Titre courant :
    Écart de Chez les Bogey
    Étages :
    étage de soubassement rez-de-chaussée rez-de-chaussée surélevé
    Description :
    Anciennes fermes de type à juxtaposition comprenant un logis puis une grange-étable. Peu de caves . Plusieurs maisons ont leurs portes aux piédroits en pierre de taille calcaire commun avec une fenêtre et/ou
    Illustration :
    AD Haute-Savoie, 1C d 196 originale. Mappe sarde de Cusy. Extrait : écart Chez les Bogey AD 74, 3 P 3/4077, Feuille n° D6, extrait du cadastre de 1891 : écart Chez les Bogey NOrd AD 74, 3 P 3/4077, Feuille n° D6, extrait du cadastre de 1891 : écart Chez les Bogey sud Ecart de Chez les Bogey-Nord, extrait du cadastre de 2015 (www.cadastre.gouv.fr Ecart de Chez les Bogey-Sud, extrait du cadastre de 2015 (www.cadastre.gouv.fr Vue aérienne de l'écart de Chez les Bogey IVR84_20187400318NUCA D6 342, ferme. Vue d'ensemble de trois-quarts avant gauche. IVR84_20187400315NUCA D6 338, ferme. Vue d'ensemble de trois-quarts avant gauche. IVR84_20187400316NUCA D6 339, maison. Vue d'ensemble de face. IVR84_20187400317NUCA
    Escaliers :
    escalier de distribution extérieur
    Texte libre :
    présence d’une grange appartenant à l’Hôtel-Dieu (de Chambéry ?). Le cadastre de 1890 pointe toujours la ° 2013, grange ; n° 2018, maison ; n° 2020, four indivise avec Grellier Chapuis Etienne) / Hôtel-Dieu (n Etienne (n° 435, maison, n° 443, maison) / Porcheron Jean, fils de Claude ( n° 436, bâtiment) / Bogey Jean, fils de Claude (moitié) (n° 461, maison) / Porcheron Jean-Claude, fils de Louis, tailleur d’habit ° 466, maison) / Dunoyer Louis (n° 475, maison) / Porcheron Jean-Claude, fils de Jean-Claude (n° 476 Joséphine, fille de François, ménagère (n° 478, bâtiment ; n° 480, maison) / Porcheron Hippolyte (n° 479 regroupées et de nombreuses sont mitoyennes. La seconde partie du village, au sud, regroupe quatre constructions qui s’étirent de part et d’autre du chemin rural, dont deux sont divisées en deux parties mitoyennes. Nous constatons la présence de seulement deux maisons avec grange, tandis que quatre autres présence de deux ensembles d’habitation (Chez les Bogey-Nord et Chez les Bogey-Sud), le premier regroupe
    Historique :
    Écart qui, de 1729 (mappe sarde) à aujourd'hui, et en passant par 1890 (cadastre napoléonien) a
    Aires d'études :
    Hauts de l'Albanais
  • Hôpital et asile d'aliénés dits hospice de l'Antiquaille, puis hôpital Saint-Pothin, actuellement hôpital de l'Antiquaille
    Hôpital et asile d'aliénés dits hospice de l'Antiquaille, puis hôpital Saint-Pothin, actuellement hôpital de l'Antiquaille Lyon 5e - 1 rue de l' Antiquaille - en ville - Cadastre : 1831 O 397, 398, 424 à 432 1999 AL 22, 34 à 38
    Annexe :
    d'administration des Hospices civils de Lyon. A HCL. (...) Le bâtiment projeté a, extérieurement, la forme octogonale ; il est circulaire, intérieurement, avec un diamètre de 10 m. Il est muni de quatre rangs de gradins dont le premier est au niveau du sol, et les trois autres à des hauteurs diverses, de manière à permettre aux élèves de voir facilement le sujet placé sur une table centrale mobile. Les gradins sont en chêne, garnis d'une rampe en fer supportant une tablette pour écrire. Une petite banquette de 0,15 m de largeur règne au pourtour de ces gradins. L'espace autour de la table, réservée au professeur, est de 1,25 m de largeur avec parquet en chêne. Le bâtiment reçoit le jour par huit croisées de 1,40 m de largeur et 1,60 m de hauteur. Quatre fenêtres seront fixes et les quatre autres se rabattant. Le plafond de huit fermes en petits fers reliées entre elles par des pannes en fer, supportant les chevrons et les lambourdes du plafond. La couverture sera en zinc, un cheneau en bois, doublé de zinc, courra sur
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Inventaire de la Ville de Lyon
    Appellations :
    dit hospice de l'Antiquaille, puis hôpital Saint-Pothin, actuellement hôpital de l'Antiquaille
    Illustration :
    Plan-masse chronologique et localisation de l'ensemble des bâtiments IVR82_20036903500NUDA Plan-masse chronologique et localisation de l'ensemble des bâtiments, détail de la moitié nord avec Plan-masse chronologique et localisation de l'ensemble des bâtiments, détail de la moitié sud avec Plan de masse du tènement de l'hospice de l'Antiquaille, par Perenciol, 1811 IVR82_20016901315PA N° 1. Plan du rez-de-chaussée, du côté orient, de l'hospice de l'Antiquaille, par Perenciol, 1811 N° 2. Plan du rez-de-chaussée, côté midi ; et premier étage côté orient, du bâtiment de l'hospice de l'Antiquaille, par Perenciol, 1811 IVR82_20016901317P N° 3. Plan des bâtimens de l'hospice de l'Antiquaille (...), faisant rez-de-chaussée du côté de N° 4. Plan des bâtimens de l'hospice de l'Antiquaille (...), formant premier étage sur la N° 5. Plan des bâtimens de l'hospice de l'Antiquaille de la ville de Lyon, formant deuxième étage
    Copyrights :
    © Ville de Lyon
    Représentations :
    surmonté d'une corniche soutenue par des consoles à volute. Les fenêtres de la chapelle de la morgue sont
    Localisation :
    Lyon 5e - 1 rue de l' Antiquaille - en ville - Cadastre : 1831 O 397, 398, 424 à 432 1999 AL 22
    Titre courant :
    Hôpital et asile d'aliénés dits hospice de l'Antiquaille, puis hôpital Saint-Pothin, actuellement hôpital de l'Antiquaille
    Étages :
    2 étages de soubassement rez-de-chaussée surélevé
    Description :
    terre-plein à l'est. Bâtiment 9 : 2 étages de soubassement dans la partie sud et 1 sous-sol dans la partie nord, voûtés partiellement en berceau en anse-de-panier à lunettes, 3 étages carrés dont 1 attique jour, portique du rez-de-chaussée ouvert par des arcades actuellement dissimulées, toit à croupes, tour carrée surmontée d'un campanile à pan de bois hourdé de brique et couverte d'un dôme polygonal à revêtement de cuivre, tourelles à surplomb en pan de bois flanquant la tour. Bâtiment 16 : primitivement en rez-de-chaussée sur étage de soubassement, seul ce dernier subsiste composé de cellules voûtées en berceau plein-cintre. Bâtiment 13 : composé de 2 corps à 2 étages de soubassement, puis 2 étages carrés pour le corps contre la montée St-Barthélemy, en rez-de-chaussée pour le corps sud , toit à croupe, 3e corps ajouté en ciment, formé de 2 étages de soubassement et couvert en terrasse. Bâtiment 18 : plan creuse mécanique. Bâtiment 17 : plan régulier en E, en ciment armé, étage de soubassement et 2 étages
    Murs :
    pan de bois
    Texte libre :
    HISTORIQUE L´hospice de la Quarantaine, qui accueillait les aliénés, les vénériens, les galeux , les vieillards, les mendiants et les filles de mauvaise vie, très à l´étroit dans ses murs, loue en 1803 (baux signés le 5 avril puis le 3 août) l´ancien couvent de visitandines de l´Antiquaille. Des travaux d´urgence sont réalisés et le transfert a lieu le 21 novembre de la même année. Dès le lendemain le nom de l´établissement se transforme en « hospice de l´Antiquaille ». Un décret impérial du 14 avril 1805 autorise la vente du site de l´Antiquaille et l´achat de celui de la Quarantaine. Aussi le 5 avril 1806, l´hospice achète 1/5e de la propriété, et le 13 juillet 1808, la Ville acquiert les 4/5e , ordonnant l´établissement d´un dépôt de mendicité dans chaque département, le préfet demande un dessin de bâtiment neuf sur le site de l´Antiquaille à Louis Flachéron. Le projet reste sans suite, et, en 1810, les mendiants sont transférés dans le nouveau dépôt de mendicité installé dans l´ancienne abbaye des Chazeaux
    Historique :
    En 1803, l´hospice de la Quarantaine, qui accueille les aliénés, les vénériens, les galeux, les vieillards et les prostituées, s´installe dans l´ancien couvent de visitandines. En 1807, l´architecte de l complété par un bâtiment, élevé progressivement jusqu'en 1830 au plus tard, contenant deux niveaux de 11, et causant la démolition de la buanderie et la reconstruction de la sacristie et de la 2e chapelle ouest de l´église, est édifié de 1834 à1839 par Hurasco, nouvel architecte de l´hospice. En 1842 le rôle s´est peu à peu réduit à un hôpital spécialisé dans les maladies vénériennes et de la peau et à un asile d´aliénés, est réuni aux Hospices civils de Lyon. En 1876, les aliénés sont transférés à Bron. Le bâtiment de l´Horloge devient un hôpital de quartier sous le nom d´hôpital Saint-Pothin. Paul vénériens (13), puis en 1891 un amphithéâtre dans la cour de la Rotonde (pour la clinique de dermato -vénérologie) et de 1901 à 1903 le pavillon des nerveux (18). De 1935 à 1940, l´ancienne Rotonde est remplacé
    Référence documentaire :
    p. 103-135 HURE. Revue et critique sur l'Hôtel-Dieu, la Charité, l'Antiquaille, et autres établissements du HURE. Revue et critique sur l'Hôtel-Dieu, la Charité, l'Antiquaille, et autres établissements A. HCL : O Antiquaille. Reconstruction de la Rotonde, 1934-1945 A. HCL : O Antiquaille . Reconstruction de la Rotonde, 1934-1945 A HCL. Délibérations de l'hospice de l'Antiquaille, 1803-1845 A HCL. Délibérations de l'hospice de A HCL. Délibérations du conseil général d'administration des Hospices civils de Lyon, à partir de A HCL. Délibérations du conseil général d'administration des Hospices civils de Lyon, à partir de 1845 . Direction des Affaires techniques. Département Etudes Travaux Maintenance. Antiquaille, ensemble de plans Ville de Lyon, Service des Balmes. Etude géologique pour le projet de construction de nouveaux Ville de Lyon, Service des Balmes. Etude géologique pour le projet de construction de nouveaux bâtiments
1