Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 2 sur 2 - triés par pertinence
  • Verrerie, puis salle de spectacle dite Hôtel de la chanson, puis aumônerie dite Maison des étudiants catholiques (actuellement Centre Laënnec)
    Verrerie, puis salle de spectacle dite Hôtel de la chanson, puis aumônerie dite Maison des étudiants catholiques (actuellement Centre Laënnec) Lyon 7e - Guillotière-Marseille-Saint-André - 4 rue Montesquieu - en ville - Cadastre : 2012 AO 77
    Titre courant :
    Verrerie, puis salle de spectacle dite Hôtel de la chanson, puis aumônerie dite Maison des
    Description :
    l'inscription HOTEL DE LA CHANSON. L'affectation actuelle de l'édifice et des immeubles voisins au Centre L'édifice, implanté en longueur sur le côté sud de la rue Montesquieu, est un immeuble de deux l'arrière. Une halle de même superficie, couverte d'une toiture à longs pans avec verrière zénithale, lui sur la rue Montesquieu, qui compte huit travées, est percée de baies couvertes en arc surbaissé été couvertes et transformées en espaces de circulation ou de travail.
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Inventaire de la Ville de Lyon
    Destinations :
    centre de formation
    Appellations :
    Hôtel de la Chanson
    Illustration :
    Vue intérieure : la salle des fêtes de l'Hôtel de la Chanson, vers 1910 (carte postale, AC Lyon 4 Plan de situation, d'après www.cadastre.gouv.fr IVR84_20166900568NUDA L'emprise de la cristallerie Royer-Bulliod en 1886, extrait du plan parcellaire général de la ville de Lyon, secteur 216. (AC Lyon, 4 S 216-1) IVR84_20166900563NUCA
    Dénominations :
    salle de spectacle
    Copyrights :
    © Ville de Lyon
    Texte libre :
    transformé en hôpital militaire sous le nom d'hôpital ou ambulance de la Chanson, annexe A.M. de l'Hôtel-Dieu "Hôtel de la Chanson" sous la direction de l'architecte Tony Blein. Le décor intérieur de la grande salle des fêtes est dû au sculpteur Félix Dumas. Inauguré le 24 septembre 1906, l'Hôtel de la Chanson est le conférences publiques et de spectacles, l'Hôtel de la Chanson dispense un cursus d'enseignement régulier du en avril 1914 et le déclenchement de la Première guerre mondiale, l'Hôtel de la Chanson est ce bâtiment jusqu'à l'angle de la rue Cavenne et le surélève jusqu'à deux étages, sous la direction de l'architecte Dominique Moreau (AC Lyon 315 WP 15). Le bâtiment prend alors sa physionomie actuelle 1883 de part et d'autre de l'édifice initial. Une halle en profondeur est accolée à cette maison au n°8 rue Cavenne : il s'agit d'un atelier ou entrepôt de la cristallerie Royer-Bulliod, à laquelle succède promotion de l'art de la chanson lyonnaise : le Caveau lyonnais (fondé en 1888), la section lyonnaise de
    Historique :
    Roy et transformé en "Hôtel de la Chanson" sous la direction de l'architecte Tony Blein. Le décor Le bâtiment de la cristallerie Royer-Bulliod est construit en deux étapes : la partie centrale par intérieur de la grande salle des fêtes est dû au sculpteur Félix Dumas. D'octobre 1914 à mai 1919, il est transformé en hôpital militaire de 40 lits sous le nom d'hôpital ou ambulance de la Chanson. En 1920 , l'ancienne salle de spectacle est investie par la Maison des Étudiants Catholiques (MEC), aumônerie et foyer d'hébergement proposant 120 chambres. Devenu principalement un centre de formation complémentaire aux études universitaires en médecine, cet établissement est toujours actif sous le nom de Centre Laënnec. D'importants
    Parties constituantes non étudiées :
    atelier de fabrication
    Référence documentaire :
    Hôtel de la Chanson : salle des fêtes préparée pour une séance du Caveau lyonnais / P. Martel, Lyon . ca 1910. 1 impr. photoméc. (carte postale) Hôtel de la Chanson : salle des fêtes préparée pour une ROY, Camille. L'Hôtel de la Chanson. Communication à la séance du Caveau lyonnais du 30 septembre , Camille. L'Hôtel de la Chanson. Communication à la séance du Caveau lyonnais du 30 septembre 1904. La ROY, Camille. L'Hôtel de la Chanson est édifié. 24 septembre 1906. La Chanson : chansons et poésies , nouvelles, études sur la chanson. Lyon. Novembre 1906. p. 192 sq. ROY, Camille. L'Hôtel de la Chanson est l'Hôpital de l'Hôtel de la Chanson pour les blessés militaires : Guerre 1914-1915. Lyon : ass. typogr. 1915 de l'Hôpital de l'Hôtel de la Chanson pour les blessés militaires : Guerre 1914-1915. Lyon : ass Plan parcellaire général de la ville de Lyon, secteur 216 / 1886. Ech. : 1 : 500. (AC Lyon 0004 S 00216-1) Plan parcellaire général de la ville de Lyon, secteur 216 / 1886. Ech. : 1 : 500. (AC Lyon
  • Musée Guimet ou musée des Religions puis patinoire dite Palais de Glace puis muséum d'histoire naturelle et musée Guimet, actuellement Muséum
    Musée Guimet ou musée des Religions puis patinoire dite Palais de Glace puis muséum d'histoire naturelle et musée Guimet, actuellement Muséum Lyon 6e - 28 boulevard des Belges rue Morellet rue Lieutenant-Colonel-Prévost rue Boileau - en ville - Cadastre : 1999 AI 55
    Annexe :
    l'Hôtel-Dieu, acquiert la collection et l'enrichit avant de la transmettre à son fils, Antoine-Joseph qui inauguration. p. 30, note 3 : C´est à la même époque [mandat du maire Gailleton] que notre ancien Hôtel-Dieu collection d'histoire naturelle de Pierre Adamoli dans un pavillon de l'Hôtel de Ville. Ce musée ne sera AC Lyon. 475 Wp 34. Bickert, Armand. Rapport sur le « Palais de Glace ». Lyon, 16 avril 1909. AC Lyon. 475 Wp 34. Bickert, Armand. Rapport sur le « Palais de Glace ». Lyon, 16 avril 1909. En 1879 M. Guimet construisit à ses frais à Lyon, sur l’emplacement occupé actuellement par le Palais de pour l’édification du Musée Guimet actuel. A ce moment, la municipalité, les députés et sénateurs de Lyon ne protestèrent point. On resta indifférent. Personne n’éleva la voix au nom de la décentralisation intellectuelle et artistique. Et ce n’est pas sans raison que l’article de la Revue de l’Histoire fondée, prit la résolution de transférer à Paris le Musée Guimet. » Lyon perdait de la sorte des
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Inventaire de la Ville de Lyon
    Appellations :
    musée Guimet ou musée des Religions puis Palais de Glace, puis muséum d'histoire naturelle
    Illustration :
    Affiche de vente volontaire aux enchères publiques : recto (texte) IVR82_20056901104NUCA Plan de situation et élévation nord-est sur le boulevard des Belges. Affiche de vente volontaire Société frigorifique de Lyon, 4 coupes. AC Lyon, 1480 WP 200 M IVR82_20146903050NUCA Deuxième projet de transformation du Palais de Glace pour l'aménagement des Muséums de la Ville et Deuxième projet de transformation du Palais de Glace pour l'aménagement du Muséum de la Ville et du Projet de transformation du Palais de Glace pour l'aménagement du Muséum de la Ville et Musée Deuxième projet de transformation du Palais de Glace pour l'aménagement des Muséums de la Ville et Deuxième projet de transformation du Palais de Glace pour l'aménagement des muséums de la Ville et Quatrième projet de transformation du Palais de Glace pour l'aménagement des Muséums de la Ville et du Musée Guimet, plan du rez-de-chaussée au niveau de la grande salle, emplacement des radiateurs
    Auteur :
    [commanditaire] Société frigorifique de Lyon
    Copyrights :
    © Ville de Lyon
    Représentations :
    mufle de lion sculpture : élévations rotonde et aile Guimet, corps de porche : colonnes cannelées du bas et rudentées au premier tiers, griffons en acrotère, buste de femme couronnée d'une auréole aux pointes rayonnantes allégorie de la religion dans le fronton, en pendant mufles de lion tenant dans leur gueule un anneau auquel est suspendu par une corde un cartouche muet orné d'enroulements de 2 types de feuilles d'eau, d'une guirlande de laurier, de fleurs de lotus fermé ?, consoles ornées d'enroulements feuillagés , de fleurs stylisées, de fleurs de lotus, de lierre, et d'un ruban ; la corniche de la cage d'escalier est ornée de palmettes en zinc ou plomb estampé et partiellement peint. A l'intérieur, 2 mufles de lion ornent l'entrée de la salle consacrée à la géologie ; ferronnerie : chimère en fer forgé au-dessus de l'entrée de la rotonde, rampe de l'escalier en fonte de fer ornée de fleurs stylisées
    Titre courant :
    Musée Guimet ou musée des Religions puis patinoire dite Palais de Glace puis muséum d'histoire
    Étages :
    rez-de-chaussée surélevé
    Description :
    Les différents corps de bâtiment sont construits sur un terrain triangulaire, ils sont agencés autour d'une cour centrale, couverte d'une verrière après la construction de la patinoire ; une rotonde , placée à l'angle le plus visible depuis le boulevard des Belges, constitue le pivot de l'édifice. L'aile Guimet s'élève sur un rez-de-chaussée surélevé et deux étages carrés, elle est couverte de toits à longs dernier étant surnommé la coupole) et porte un dôme en zinc ; le rez-de-chaussée, les premier et deuxième cage d'escalier est couverte d'un toit à longs pans et croupe en cuivre. Le corps de bâtiment abritant la patinoire est couverte de toits à longs pans et croupes en tuiles plates mécaniques, la verrière étant protégée par une série de trois toits à longs pans parallèles construite dans les années 1960 à la suite de la dégradation du ciel vitré par la grêle le 27 août 1955. Les rez-de-chaussée et la rotonde sont en pierre de taille. La première volée de l'escalier est droite ; la rampe est en fonte de fer
    Statut :
    propriété de la commune
    Murs :
    pierre de taille
    Texte libre :
    En 1876, Émile Guimet, fils de Jean-Baptiste Guimet inventeur du bleu outremer artificiel, et lui -même industriel, ingénieur, chimiste, philanthrope, musicien, passionné d'archéologie, de philosophie , en Chine, en Indochine, à Ceylan, en Inde. Le voyage dure une dizaine de mois. Au cours de ce périple , Émile Guimet prévoit de créer à Lyon dès son retour une véritable institution de recherche et de lieu un musée, une bibliothèque et une école de langues, grâce aux objets qu'il rapporte, achats ou dons, et avec l'aide de plusieurs religieux rencontrés en Asie prêts à venir à Lyon partager leurs connaissances. Il insiste davantage sur l'aspect scientifique de son institution que sur son aspect artistique . Il profite de l'Exposition universelle de 1878 à Paris pour exposer dans deux salles du Trocadéro des objets rapportés de son voyage et des tableaux de Félix Régamey ; il commence à mettre en œuvre ses idées sur la muséographie ; le musée ethnographique de Copenhague sert de modèle à Guimet. La construction
    Historique :
    En 1876, Émile Guimet, industriel, envisage, à la suite d’un long voyage en Asie, de créer à Lyon une institution (musée, bibliothèque et école de langues) axée sur l’étude des religions d'Extrême -Orient. La construction de son musée des Religions débute au cours de l'été 1878, sur les plans de Jules Chatron. Il est inauguré le 30 septembre 1879 par Jules Ferry, ministre de l'Instruction publique. Dès 1882, Émile Guimet qui craint de voir le musée péricliter, envisage son transfert à Paris. Les travaux commencent en janvier 1886, sur un projet de l'architecte Charles Terrier. Il est volontairement conçu comme une copie de celui de Lyon. Le musée est inauguré le 20 novembre 1889. En avril 1897, le musée de Lyon est mis en vente sans succès. Il est acquis en 1901 par la Société frigorifique de Lyon ; diverses activités utilisent le site jusqu’en 1909. La Ville de Lyon achète alors le bâtiment pour y transférer les collections du muséum d'histoire naturelle et le nouveau musée Guimet. Les travaux de transformation sont
    Référence documentaire :
    Dossier de plans : projet de transformation du Palais de Glace, Blein, Clermont, 1911-1913 (AC Lyon Muséums de la Ville et du Musée Guimet ; Tony Blein architecte, C. Clermont entrepreneur, 1911-1913 ; J d'Histoire naturelle, Musée Guimet, Rue Montbernard : acquisition du Palais de Glace par la Ville , installation au Palais de Glace, décoration en staff et stuc, aménagement de la galerie, installation de vitrines, travaux de charpente et de serrurerie, agrandissement des galeries, paiement des entrepreneurs , logements des gardiens, chauffage, éclairage, réparation du sol de la terrasse, remboursement de , procès-verbal de réception provisoire pour l'installation des vitrines, mémoires, cahiers des charges , récépissés de versement du Mont de Piété, échantillons de tissu, procès-verbaux d'adjudication. 1909-1924 AC Lyon. 148 Wp 2, Musées, Ministère de l’Education nationale. Arts et lettres. Direction des Musées de France. AC Lyon. 148 Wp 2, Musées, Ministère de l’Education nationale. Arts et lettres
1