Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
  • Toutes les illustrations
  • Tous les types
Résultats 1 à 15 sur 15 - triés par pertinence
  • Pont de l'Hôtel-Dieu, ou dite passerelle de l'Hôtel-Dieu (détruit)
    Pont de l'Hôtel-Dieu, ou dite passerelle de l'Hôtel-Dieu (détruit) Lyon 2e - 69 Lyon 2e arrondissement 69 Lyon 3e arrondissement - rue Childebert rue Servient - en ville
    Titre courant :
    Pont de l'Hôtel-Dieu, ou dite passerelle de l'Hôtel-Dieu (détruit)
    Description :
    Établi à l'amont du bâtiment de l'Hôtel-Dieu, à l'emplacement de l'actuel pont Wilson, le pont de l'Hôtel-Dieu desservait le quai de l'Hôpital en rive droite et le quai de la Guillotière en rive gauche pont suspendu, long de 210 m, comportant trois travées. Il était assis sur deux piles oblongues et deux culées apparaissant maçonnées ou en béton. Sa suspension était essentiellement composée de quatre câbles métalliques passant de chaque côté dans des ouvertures pratiquées au sommet des massifs - formant pylônes -, s'élevant au-dessus et de chaque côté des piles et des culées (ceux des culées étant moins hauts). Le tablier en treillis (en bois et/ou en métal ?), large de 7 m, portait une chaussée à platelage apparemment en bois (chaussée pavée aux entrées). Elle offrait un passage charretier en double sens, encadrée de deux petits trottoirs de 1 m chacun bordés de parapets.
    Annexe :
    , entre les ponts Lafayette et de la Guillotière, en face du passage de la boucherie de l´hôpital, Palais des Tuileries, le 9 janvier 1837 (extr. du : Bulletin des lois du Royaume de France. IXe série. Règne de Louis-Philippe Ier, roi des Français. 1er semestre de 1837, contenant les lois, les ordonnances d . Paris, 1837, t. XIV, p. 17-19) : "Sur le rapport de notre ministre secrétaire d´état au département des travaux publics, de l´agriculture et du commerce ; Vu les offres faites par la compagnie concessionnaire de la Guillotière, moyennant la concession d´un péage ; Vu l´avant-projet présenté par le conseil général d´administration des hospices de Lyon, et par lequel il propose d´établir, sur un point très rapproché de l´emplacement de la passerelle, c´est-à-dire dans l´axe du passage de la boucherie de l´hôpital hospices de Lyon d´un droit de péage pendant cinquante années ; Vu les pièces de l´enquête ouverte sur ces l´avis de la commission locale consigné dans un procès-verbal en date du 27 octobre 1835 ; Vu les
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Points de franchissement du Rhône
    Observation :
    Pont préétudié dans le cadre de l'inventaire topographique de la ville de Lyon, 2006, par
    Appellations :
    pont de l'Hôtel-Dieu, ou passerelle de l'Hôtel-Dieu
    Illustration :
    100 - Lyon. Pont deHôtel-Dieu. [Avant 1920]. 1 impr. photoméc. (carte postale) : n. et b. (MdFR 165 - Lyon - Pont deHôtel-Dieu / P.H. & Cie édit. Nancy : P.H. & Cie, [avant 1905]. 1 impr [Pont de l'Hôtel-Dieu]. [Début du 20e siècle]. 1 photogr. : n. et b. (Musée Gadagne. 9(51) 51 Lyon - Pont deHôtel-Dieu / S.L.P. édit., [avant 1903]. 1 impr. photoméc. (carte postale) : n. et 2624. Lyon. Le Pont deHôtel-Dieu / L.V. & Cie édit., [avant 1909]. 1 impr. photoméc. (carte [Pont de l'Hôtel-Dieu, détail]. [1er quart du 20e siècle]. 1 photogr. : n. et b. (AM Lyon. 10 Ph [Construction du Pont deHôtel-Dieu sur le Rhône] / F. Pacalet, Ch. Volatier, Rapidphoto phot [Construction du Pont deHôtel-Dieu sur le Rhône] / F. Pacalet, Ch. Volatier, Rapidphoto phot [Construction du Pont deHôtel-Dieu sur le Rhône] / F. Pacalet, Ch. Volatier, Rapidphoto phot 1008. Lyon - L´Hôtel-Dieu et Pont sur le Rhône / E.L.D. édit., [avant 1915]. 1 impr. photoméc
    Historique :
    des Bouchers ou de la Boucherie, utilisée par les bouchers établis à la boucherie de l'Hôtel-Dieu pour l'Hôtel-Dieu veulent construire un pont pour concurrencer la Compagnie des Ponts du Rhône, propriétaire À l'emplacement de ce pont existait depuis le 15e siècle une estacade de 25 m de long, dite pont jeter leurs déchets dans le fleuve. Vers 1830, cette estacade disparaît car les administrateurs de pont à cette dernière contre la concession des droits de péage (annexe n° 1). Le pont, construit de câbles, de mauvaise qualité, s'oxydent rapidement et doivent être remplacés dès 1850. En 1871, le pont est limité à trois tonnes de charge, ce qui ne peut suffire au trafic. On décide finalement de le démolir en 1912, et de le remplacer par un pont provisoire en bois utilisé jusqu'en 1918.
    Référence documentaire :
    AD Rhône. 3959 W 1757. Ponts sur le Rhône. Lyon : ponts de la Guillotière, Wilson et Hôtel-Dieu AD Rhône. 3959 W 1757. Ponts sur le Rhône. Lyon : ponts de la Guillotière, Wilson et Hôtel-Dieu Plan général de la ville de Lyon. Grand-Hôtel-Dieu. 184 / 1:500. 1864. 1 plan : en noir (AM Lyon , Plan général de la ville de Lyon. Grand-Hôtel-Dieu. 184 / 1:500. 1864. 1 plan : en noir (AM Lyon, série [Pont de l'Hôtel-Dieu]. [Début du 20e siècle]. 1 photogr. : n. et b. (Musée Gadagne. 9(51) 51 ) [Pont de l'Hôtel-Dieu]. [Début du 20e siècle]. 1 photogr. : n. et b. (Musée Gadagne. 9(51) 51) [Pont de l'Hôtel-Dieu]. [1er quart du 20e siècle]. 1 photogr. : n. et b. (Musée Gadagne. [Pont de [Pont de l'Hôtel-Dieu, détail]. [1er quart du 20e siècle]. 1 photogr. : n. et b. (AM Lyon. 10 Ph [Pont de l'Hôtel-Dieu, détail]. [1er quart du 20e siècle]. 1 photogr. : n. et b. (AM Lyon. 10 Ph 148) [Pont deHôtel-Dieu, détruit et remplacé actuellement par le pont Wilson. Le Rhône en crue
  • Pont de la Victoire, puis pont routier Wilson
    Pont de la Victoire, puis pont routier Wilson Lyon 2e - 69 Lyon 2e arrondissement 69 Lyon 3e arrondissement - rue Childebert rue Servient - en ville
    Annexe :
    Reconstruction du pont deHôtel-Dieu sur le Rhône à Lyon (extr. de : AD Rhône, 3959W 1757) : Le La reconstruction après 1944 (extr. de : MOOK-ARAY, André. Reconstruire et embellir. Le grand effort des travailleurs, des entrepreneurs et des ingénieurs. La reconstruction des ponts de Lyon, 1944 , p. 40) : Il ne pouvait être question d'envisager la reconstruction de l'anneau détruit du pont que l'on puisse se permettre de ne pas le reconstruire en 1945 aussi parfaitement qu'on l'avait fait palées de pieux battus dans le lit du Rhône. Dans les conditions actuelles de travail, il y avait effectivement le plus grand intérêt à remplacer l'acier par le bois. D'autre part, les voussoirs de l'anneau effondré, puis, bientôt, le béton armé du tablier effondré à son tour, constituaient de sérieux obstacles d'approvisionnement des chantiers de construction d'ouvrages provisoires était déjà très chargé en bois de charpente . Pour les ouvrages du chantier du pont Wilson, il a donc été décidé de faire uniquement appel à la
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Points de franchissement du Rhône
    Appellations :
    pont de la Victoire, puis pont Wilson
    Illustration :
    [Construction du Pont deHôtel-Dieu sur le Rhône] / F. Pacalet, Ch. Volatier, Rapidphoto phot [Construction du Pont deHôtel-Dieu sur le Rhône] / F. Pacalet, Ch. Volatier, Rapidphoto phot [Construction du Pont deHôtel-Dieu sur le Rhône] / F. Pacalet, Ch. Volatier, Rapidphoto phot [Construction du Pont deHôtel-Dieu sur le Rhône] / F. Pacalet, Ch. Volatier, Rapidphoto phot 5702. Lyon - Pont Wilson sur le Rhône et perspective du Grand Hôtel-Dieu / S. Farges édit. Lyon Plan de situation (sur fond de SCAN25(R) (C) IGN-2008 (C) Région Rhône-Alpes Licence n°2008-CISE27 Profil en long des ponts sur le Rhône dans la traversée de Lyon. C.N.R., Saint-Fons, 21 juin 1962 Ponts sur le Rhône dans la traversée de Lyon. Détails des piles. M.T. dessinateur, M.P. ingénieur Pont Wilson. Lyon. 14 Juillet 1918 et le coteau de Fourvière / B.G. édit., [ca 1918]. 1 impr 625. Lyon - Le Pont Wilson et le Quai de la Guillotière / Lévy fils édit. Paris : Lévy fils, [avant
    Auteur :
    [entrepreneur de maçonnerie] Rouchon [entrepreneur de maçonnerie] Desseauve [entrepreneur de maçonnerie] Cochet Claude-Ennemond-Balthazard
    Représentations :
    Ornementation de détail : chapiteaux corinthiens des colonnes supportant les plates-formes au
    Titre courant :
    Pont de la Victoire, puis pont routier Wilson
    Description :
    Le pont, de type "Séjourné", est composé de deux ponts jumeaux en pierre de taille (calcaire blanc ) de 5,05 m de large chacun. L'espace de 10,8 m entre les deux est recouvert par une dalle en béton armé. L'ouvrage compte quatre arches dont l'ouverture respective est de 45 m, 49 m, 49 m et 45 m. La courte travée distincte de 19 m complète l'ouvrage de ce côté. La longueur totale du pont atteint environ 220 m. Les piles de section rectangulaire, avec avant et arrière-bec, sont édifiées en pierre de taille. Le tablier est large de 20 m. Il porte une chaussée de 11,50 m à quatre voies en sens unique rive gauche-rive droite, bordée de trottoirs larges de 4,50 m. Ces derniers sont limités par des parapets en pierre. Les maçonneries sont agrémentées de sculptures ornementales. L'éclairage électrique s'effectue par des lampadaires qui ne semblent pas être ceux de l'origine. En rive gauche, côté aval, le
    Statut :
    propriété de la commune
    Observation :
    Pont préétudié dans le cadre de l'inventaire topographique de la ville de Lyon, 2006, par
    Murs :
    pierre de taille
    Historique :
    Dès 1907, on projette de reconstruire le pont suspendu de l'Hôtel-Dieu (annexe n° 1). En 1910, il est décidé d'adopter la technique de l´ingénieur Paul Séjourné (1851-1939), alliant maçonnerie et . L´arche de la rive gauche est dynamitée le 2 septembre 1944 par les soldats allemands ; dès le lendemain, un passage provisoire est jeté au-dessus de l'arche, remplacé le 16 septembre par une passerelle pour piétons large de 4 m. Le pont est reconstruit à l´identique en 1948.
    Référence documentaire :
    AD Rhône. 3959 W 1757. Ponts sur le Rhône. Lyon : ponts de la Guillotière, Wilson et Hôtel-Dieu AD Rhône. 3959 W 1757. Ponts sur le Rhône. Lyon : ponts de la Guillotière, Wilson et Hôtel-Dieu Reconstruction du pont de l'Hôtel-Dieu. Profil en long. Octobre 1908 ; Ech. 1:500 (AD Rhône, 3959W Reconstruction du pont de l'Hôtel-Dieu. Profil en long. Octobre 1908 ; Ech. 1:500 (AD Rhône, 3959W 1757) [Ville de Lyon. Service municipal de la Voirie. Construction du Pont deHôtel-Dieu sur le Rhône ] [Ville de Lyon. Service municipal de la Voirie. Construction du Pont deHôtel-Dieu sur le Rhône] / F [Ville de Lyon. Service municipal de la Voirie. Construction du Pont deHôtel-Dieu sur le Rhône ] [Ville de Lyon. Service municipal de la Voirie. Construction du Pont deHôtel-Dieu sur le Rhône] / F [Ville de Lyon. Service municipal de la Voirie. Construction du Pont deHôtel-Dieu sur le Rhône ] [Ville de Lyon. Service municipal de la Voirie. Construction du Pont deHôtel-Dieu sur le Rhône] / F
  • Deuxième pont de la Guillotière (détruit)
    Deuxième pont de la Guillotière (détruit) Lyon 7e - 69 Lyon 7e arrondissement la Guillotière 69 Lyon 2e arrondissement - ancienne place du, actuelle place Gabriel Péri Pont cours Gambetta rue de la Barre - en ville - Cadastre : 1999
    Titre courant :
    Deuxième pont de la Guillotière (détruit)
    Description :
    rue de la Barre à la place du Pont, devenue place Gabriel Péri au 20e siècle. D'une longueur de 510 m, l'ouvrage n'a que 5 à 6 m de largeur, sans trottoir. Il compte vingt arches en plein-cintre un platelage de planches de chêne. entrecroisées reposant sur de très nombreux pieux (environ 500 par piles) ; ces fondations sont entourées de maçonnerie noyées dans des enrochements. La huitième pile est -Esprit, les corps de garde et la maisonnette de perception des taxes, dont celle de la barre qui ferme le diminué : en 1844, le pont ne compte plus que dix arches pour une longueur de 310 m, et une largeur de 11,50 m, avec deux trottoirs de 4,50 m chacun. En 1859, sa longueur est ramenée à 252 m avec la suppression de deux arches rive gauche.
    Annexe :
    Note du chef de bataillon du génie Daigremont, à propos de l'exécution d'une porte avec deux tours défensives sur le pont de la Guillotière, 17 février 1831 (Archives du Service historique de l'armée de terre faire reconnaître l'impossibilité d'une tête de pont en avant du pont de la Guillotière ; en effet plus de 150 m de ce pont (côté du faubourg) viennent d'être supprimés, comblés et les terrains adjacents relevés en grande partie au niveau du pont sont déjà couverts de maisons hautes de quatre à cinq étages de plus de 8 mètres. Au reste, ce terrain désigné au plan sous le nom de port submersible doit être de mieux à faire que d'élever sur la pile du pont la plus rapprochée de la rive gauche une porte avec trouvera indiqué sur le fragment de plan l'emplacement d'un pont-levis qui a existé pendant quelques années l'époque où il fut construit il était à peine tenable (faute de couverts) et le serait bien moins encore aujourd'hui à cause du relief des nouvelles constructions de la Guillotière et de l'extension prochaine de ce
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Points de franchissement du Rhône
    Observation :
    Pont préétudié dans le cadre de l'inventaire topographique de la ville de Lyon, 2004, par
    Murs :
    pierre de taille
    Appellations :
    pont de la Guillotière
    Illustration :
    Pont de la Guillottière. Hôtel Dieu / Balthazar Hubert de Saint-Didier del., [mai 1829]. 1 dess Pont de la Guillottière. Port de l'Hôtel-Dieu / Balthazar Hubert de Saint-Didier del., [ca 1830].1 [Le pont de la Guillotière, quai du Rhône, l´Hôtel-Dieu] / La Cigogne édit. Lyon : La Cigogne, [s.d [Pont de la Guillotière et Hôtel-Dieu, vue en plongée depuis la rive gauche du Rhône] / E. Poix Plan de situation (sur fond de SCAN25(R) (C) IGN-2008 (C) Région Rhône-Alpes Licence n°2008-CISE27 Le pont de la Guillotière au XVIe s. Extrait du plan scénographique de Lyon, rééd. 1981 La puissante et importante ville de Lion archevesché et metropolitaine des Gaulles / Paris : chez Lion / Paris : chez le Sr de Fer, 1700. 1 est. : en noir. (BnF - Estampes : Va 69, t. 1, H. 147063 Veüe de la porte du Rhône de Lyon, dite de la Guillotière. [17e siècle]. 1 est. : grav.; n. et b [Le pont de la Guillotière vu de la rive gauche, côté amont]. [2e moitié du 18e siècle]. 1
    Texte libre :
    1. HISTORIQUE À partir de 1558, la Ville de Lyon décide de supprimer le pont en bois franchissant . 89 et suiv.). En octobre 1558, le maître maçon Benoît Simon est chargé de remplacer vingt-sept chevalets de bois verticaux par des piles de maçonnerie. Ces travaux coûtent 779 livres 14 sols 8 deniers vingt-huit arcs en maçonnerie au-dessus des piles déjà construites, pour le prix de 4.300 livres. Un , maître ingénieur du Roi et de Lyon, présente un nouveau projet aux échevins en mai 1559. Lors de l ´assemblée consulaire du 5 juin 1559, plusieurs échevins avancent l´idée de faire non seulement un pont solide et fiable, mais également une décoration pour l´entrée de la ville depuis l´Italie ; le projet d ´Olivier Roland est adopté (AM Lyon, idem, fol. 172 v° et suiv. ; DARA 1991, p. 141-143). Le prix-fait de l Claude Collet dit Lègre, pour un coût de 13 000 livres, à charge d´achever les travaux en deux ans. Ces derniers sont terminés en octobre 1560. Du côté de la Guillotière, deux descentes sont aménagées de part et
    Historique :
    En 1559, les échevins décident la reconstruction de la partie en bois du pont de la Guillotière. Le importante crue survenue en 1570, de nouveaux travaux sont menés de 1579 à 1582 pour rétablir les maçonneries et de ses abords. En 1767, on décide de démolir la chapelle du Saint-Esprit, à l'extrémité ouest du pont. En raison de la disparition de la lône de la rive gauche et la construction des quais, le nombre des arches diminue par étapes au long du 19e siècle. Avec le comblement de la rive gauche (rue Basse -Combalot, cours Gambetta), les arches de cette rive sont ensevelies. La pente très forte du tablier, côté de deux arches. En 1818, le pont-levis est supprimé. En 1837, le pont est élargi par des arcs en fonte supportant les trottoirs. En 1859, la construction des quais de la rive gauche conduit à la nouvelle suppression de deux arches (travaux réalisés par l'ingénieur Alexandre Jordan). On aboutit alors à une largeur de seulement huit arches. En 1944, le pont est dynamité par l'armée allemande, mais seule
    Localisation :
    , actuelle place Gabriel Péri Pont cours Gambetta rue de la Barre - en ville - Cadastre : 1999
    Référence documentaire :
    Lyon. Pont de la Guillotière et l'hôtel-Dieu / Hendrik Schwegman, [entre 1791 et 1816]. 1 est . : Lyon. Pont de la Guillotière et l'hôtel-Dieu / Hendrik Schwegman, [entre 1791 et 1816]. 1 est. : lith Pont de la Guillottière. Hôtel Dieu / Balthazar Hubert de Saint-Didier del., [mai 1829]. 1 dess . Pont de la Guillottière. Hôtel Dieu / Balthazar Hubert de Saint-Didier del., [mai 1829]. 1 dess Pont de la Guillottière. Port de l'Hôtel-Dieu / Balthazar Hubert de Saint-Didier del., [ca 1830].1 Pont de la Guillottière. Port de l'Hôtel-Dieu / Balthazar Hubert de Saint-Didier del., [ca 1830].1 dess La France de nos jours. Hôtel-Dieu à Lyon. N° 175/ Nicolas Marie Joseph Chapuy del., Léon-Auguste La France de nos jours. Hôtel-Dieu à Lyon. N° 175/ Nicolas Marie Joseph Chapuy del., Léon-Auguste [Le pont de la Guillotière, quai du Rhône, l´Hôtel-Dieu] / La Cigogne édit. Lyon : La Cigogne, [Le pont de la Guillotière, quai du Rhône, l´Hôtel-Dieu] / La Cigogne édit. Lyon : La Cigogne, [s.d.]. 1
  • Pont de la Guillotière 3
    Pont de la Guillotière 3 Lyon 7e - la Guillotière - en ville - Cadastre : 1999
    Titre courant :
    Pont de la Guillotière 3
    Description :
    Pont en poutre, pont-caisson, construit en acier, à 3 travées de 88 m chacune, reposant sur 2 piles doubles. Inscriptions gravées de chaque côté du pont : PONT DE LA GUILLOTIERE / 1958
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Inventaire de la Ville de Lyon
    Appellations :
    de la Guillotière
    Illustration :
    Vue du pont et de l'hôtel-Dieu depuis le nord-nord-est IVR82_20096903572NUCA Vue d'ensemble du pont depuis les toits de l'Hôtel-Dieu à l'ouest IVR82_20096905536NUCA Vue de la chaussée depuis l'hôtel-Dieu au nord-ouest IVR82_20106901718NUCA Vue de la chaussée côté ouest, depuis l'hôtel-Dieu IVR82_20106901719NUCA Le pont et l'hôtel-Dieu depuis le quai rive gauche, côté aval IVR82_20096903596NUCA Vue depuis l'hôtel-Dieu au nord-nord-ouest IVR82_20106901670NUCA Le pont et l'hôtel-Dieu sur la rive droite depuis le nord-est IVR82_20096903558NUCA Vue d'ensemble depuis l'hôtel-Dieu au nord-ouest IVR82_20106902022NUCA Le pont de la Guillotière, vue prise du quai Claude-Bernard / E. Poix ou E . Pernet, photographe Vue d'ensemble depuis le Palais de la Mutualité au nord-est, photographie prise en 2004
    Copyrights :
    © Ville de Lyon
    Historique :
    Le nouveau pont de la Guillotière est construit entre 1952 et 1954 ; pendant la construction, la Antonin-Poncet, à partir du 19 avril 1952, pont interdit pendant la crue de janvier 1955. Le nouveau pont , ouvert à la circulation le 21 février 1958, débouche désormais sur un aménagement de carrefour rive
    Référence documentaire :
    p. 84-88 : ill. PELLETIER, Jean. Ponts et quais de Lyon. Lyon : Editions lyonnaises d'Art et d'Histoire, 2002. 128 PELLETIER, Jean. Ponts et quais de Lyon. Lyon : Editions lyonnaises d'Art et d'Histoire p. 80-82, 174-182 : ill. PELLETIER, Jean. Les ponts de Lyon. L'eau et les Lyonnais. Le Coteau  : Horvath, s. d. 207 p. : PELLETIER, Jean. Les ponts de Lyon. L'eau et les Lyonnais. Le Coteau : Horvath, s
  • Pont routier de la Guillotière
    Pont routier de la Guillotière Lyon 7e - 69 Lyon 7e arrondissement la Guillotière 69 Lyon 2e arrondissement - cours Gambetta rue de la Barre - en ville - Cadastre : 1999
    Titre courant :
    Pont routier de la Guillotière
    Description :
    Le pont de la Guillotière dessert la place Bellecour en rive droite. L'ouvrage à poutre-caisson en acier comporte trois travées continues de 58,70 m - 88,05 m - 58,70 m (soit 205,45 m d'ouverture totale ), solidarisées par une membrure supérieure régnant sur toute la largeur du pont et traitée en dalle de béton armé d'épaisseur très réduite (7 cm). La travée de rive gauche est passante : elle enjambe le quai et une piste cyclable. Le tablier, large de 30 m, repose sur deux piles oblongues en pierre de taille et béton, formant becs (piles biseautées) et s'apparentant à des piles doubles. Le tablier porte une chaussée de 21 m de largeur, à sept voies de circulation en double sens - dont une voie médiane réservée aux bus et une piste cyclable de chaque côté -, bordée de deux larges trottoirs cernés par des parapets métalliques chaussées. Le carrefour de tête rive gauche est traité en giratoire. Le carrefour de rive droite comporte un passage inférieur en trémie le long du quai, assurant le trafic de l'axe Nord-Sud.
    Annexe :
    Inscriptions et dates portées PONT DE LA GUILLOTIERE/ 1958 (gravée sur le retour des culées, en rive droite et rive gauche, côté amont et côté aval) les Berges du Rhône/ PONT/ DE LA/ GUILLOTIERE
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Points de franchissement du Rhône
    Observation :
    Pont préétudié dans le cadre de l'inventaire topographique de la ville de Lyon, 2004, par
    Murs :
    pierre de taille
    Appellations :
    pont de la Guillotière
    Illustration :
    Plan de situation (sur fond de SCAN25(R) (C) IGN-2008 (C) Région Rhône-Alpes Licence n°2008-CISE27 [Pont provisoire de la Guillotière lors de la démolition du pont de pierre, vue en plongée depuis [Profil du] pont de la Guillotière / 1:500. CNR, Lyon, [7 janvier 1943]. 1 plan : en noir (A. CNR [Elévation du] Pont de la Guillotière / 1:500. C.N.R., [21 juin 1962]. 1 plan : en noir (A. CNR Pont de la Guillotière. Détail d'une pile / M.T. dessinateur ; M.P. ingénieur. Saint-Fons, [21 juin [Rond-point de la place Jutard, au second plan pont de la Guillotière, vue en plongée depuis le [Le Pont de la Guillotière sur le Rhône et la colline de Fourvière] / Cellard édit. Bron : Cellard [Ouvrage d´art : ponts sur le Rhône, pont de la Guillotière] / S.n., [après 1952]. 1 photogr. : n Vue générale, face aval (depuis le pont de l'Université) IVR82_20106907367NUCA Vue partielle, de côté, face aval (depuis la rive gauche) IVR82_20106907368NUCA
    Historique :
    18e et 19e siècles, se révèle inadapté au trafic moderne et donne des signes de faiblesse. On décide alors de le détruire afin d'édifier un nouvel ouvrage. Le projet est dû au Service Central d'Études Techniques. Le nouveau pont et ses abords en rive gauche sont l'oeuvre exclusive de l'État au titre de la d'aménagement routier de la région lyonnaise auquel les Collectivités locales participent à raison d'un tiers des dépenses, l'État prenant à sa charge les deux tiers restants. Le nouveau pont de la Guillotière est bâti à partir de 1952, un an avant la démolition de l'ancien pont. Pendant la construction, la Raspail et la place Antonin-Poncet ; ce pont temporaire, interdit pendant la crue de janvier 1955, est , débouche désormais sur un aménagement de carrefour rive gauche, le rond-point de la Fosse-aux-Ours.
    Localisation :
    rue de la Barre - en ville - Cadastre : 1999
    Référence documentaire :
    AD Rhône. 3959 W 1757. Ponts sur le Rhône. Lyon : ponts de la Guillotière, Wilson et Hôtel-Dieu AD Rhône. 3959 W 1757. Ponts sur le Rhône. Lyon : ponts de la Guillotière, Wilson et Hôtel-Dieu provisoire de la Guillotière lors de la démolition du pont de pierre, à l´arrière-plan l´Hôtel-Dieu, vue en [Rond-point de la place Antonin Jutard, au second plan pont de la Guillotière et Hôtel-Dieu, vue en [Rond-point de la place Antonin Jutard, au second plan pont de la Guillotière et Hôtel-Dieu, vue en [Lyon - Le pont de la Guillotière, le dôme deHôtel-Dieu, au fond Fourvière] / La Cigogne édit . [Lyon - Le pont de la Guillotière, le dôme deHôtel-Dieu, au fond Fourvière] / La Cigogne édit. Lyon [Lyon - Pont de la Guillotière, Hôtel-Dieu, colline de Fourvière] / Cim édit. Mâcon : Cim, [2e [Lyon - Pont de la Guillotière, Hôtel-Dieu, colline de Fourvière] / Cim édit. Mâcon : Cim, [2e moitié du [Pont provisoire de la Guillotière lors de la démolition du pont de pierre, à l´arrière-plan [Pont
  • Pont de la Guillotière 2
    Pont de la Guillotière 2 Lyon 7e - la Guillotière - en ville - Cadastre : 1999
    Titre courant :
    Pont de la Guillotière 2
    Description :
    Pont en arc. Le pont construit en 1559, d'une longueur de 510 m, n'a que 5 à 6 m de largeur, sans . Les piles sont supportées par un platelage de planches entrecroisées reposant sur de très nombreux pieux (environ 500 par piles) ; ces fondations sont entourées de maçonnerie noyées dans des enrochements la chapelle du Saint-Esprit, les corps de garde et la maisonnette de perception des taxes, dont celle de la barre qui ferme le pont la nuit. La 1ère arche côté rive droite est très élevée ce qui donne nombre des arches est diminué : en 1844, le pont ne compte plus que 10 arches pour une longueur de 310 m , et une largeur de 11 m 50, avec deux trottoirs de 4 m 50 chacun. En 1859, sa longueur est ramenée à 252 m avec la suppression de deux arches rive gauche. Le pont, qui donne des signes de faiblesse, est
    Annexe :
    Réfection du pont en 1603 Le 22 mai 1603, le voyer de la Ville présente au Consulat que le Rhône se trouvant bien bas, c'est l'occasion de reprendre "la réfection des piles du pont dont les défauts , plus vite et plus économiquement, en retirant du fleuve les grosses pierres de taille qui paroissent dans la rivière, au-dessous du pont, à peu près vis-à-vis où souloit être la tour de Béchevelin" Le , MITIS UT AGNUS, / INNOCUUS VERE DICTUS DE NOLLE NOCERE / POSSET UT HIC FIERII PONS, SUMPTUS FECIT HABERI Note du chef de bataillon du génie Daigremont, à propos de l'exécution d'une porte avec deux tours défensives sur le pont de la Guillotière, 17 février 1831. ...L'inspection du plan suffit pour faire reconnaître l'impossibilité d'une tête de pont en avant du pont de la Guillotière ; en effet plus de 150 m de grande partie au niveau du pont sont déjà couverts de maisons hautes de quatre à cinq étages qui outre que le seul terrain disponible pour construire un ouvrage se trouve en contrebas du pont de plus
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Inventaire de la Ville de Lyon
    Murs :
    pierre de taille
    Appellations :
    de la Guillotière
    Illustration :
    Pont de la Guillotière. Hôtel-Dieu, par Balthazar Hubert de Saint-Didier, mai 1829 (Musée Gadagne Pont de la Guillotière. Port de l'Hôtel-Dieu / Balthazar Hubert de Saint-Didier, vers 1830 (Musée . Hôtel-Dieu à Lyon / Chapuy del., Anselineau lith., [vers 1830] (Musée Gadagne. (9)55.53.7 [Plan du quartier de Béchevelin avec l'île de Plantigny] / vers 1736 (AC Lyon. 3 S 96 [Plan de la place du Pont avec un projet d'alignement], 4 mai 1811 (AC Lyon. 3 S 59 Plan ... d'une partie de la place circulaire située vers la culée gauche du pont de la Guillotière [Plan de la place du Pont et du Pont de la Guillotière jusqu'au Rhône] / Denavit et Farge, 8 juin [Plan de la place et du pont de la Guillotière, jusqu'au Rhône] , 8 juin 1825 (AC Lyon. 3 S 68 [Plan du quartier de la place du Pont, alignement] / Sève, 30 juillet 1826 (AC Lyon. 3 S 97 [Plan du quartier de la place du Pont, alignement] / Sève, 30 juillet 1826. Légende (AC Lyon. 3 S
    Copyrights :
    © Ville de Lyon
    Texte libre :
    Conseil d´Etat (DAGIER, Et. Histoire chronologique de l´hôpital général et grand Hôtel-Dieu de Lyon depuis HISTORIQUE A partir de 1558, la Ville de Lyon décide de supprimer le pont en bois et de faire un Simon est chargé de remplacer 27 chevalets de bois verticaux par des piles de maçonnerie. Ces travaux Delègre, pour construire 28 arcs en maçonnerie au-dessus des piles déjà construites, pour le prix de 4300 Roland, maître ingénieur du Roi et de Lyon, présente un nouveau projet aux échevins en mai 1559. Lors de l´assemblée consulaire du 5 juin 1559, plusieurs échevins avancent l´idée de faire non seulement un pont solide et fiable, mais également une décoration pour l´entrée de la ville depuis l´Italie ; le projet d´Olivier Roland est adopté ((AC Lyon. BB 81, fol. 172 v° ss ; DARA, p. 141-143). Le prix-fait de et Claude Collet dit Lègre, pour un coût de 13 000 livres, à charge d´achever les travaux en 2 ans . Les travaux sont achevés en octobre 1560. Du côté de la Guillotière, deux descentes sont aménagées de
    Historique :
    été emportées par le Rhône lors de l'inondation de 1570 (AC Lyon. BB 103). Réfection en 1603 lors des sous le pont pour fournir de l'eau dans tous les quartiers de la ville et alimenter les jets d'eau de décide de démolir la chapelle du Saint-Esprit, à l'extrémité ouest du pont (MAYNARD). En 1818, le pont -levis est supprimé. Avec le comblement de la rive gauche (rue Basse-Combalot, cours Gambetta), les arches de cette rive sont ensevelies. La pente très forte du tablier, côté rive droite, déjà adoucie par la construction du quai en 1772, est encore atténuée par la suppression de deux arches. En 1837, le pont est élargi par des arcs en fonte supportant les trottoirs. En 1859, la construction des quais de la rive gauche conduit à la nouvelle suppression de deux arches (travaux réalisés par l'ingénieur
    Référence documentaire :
    Pont de la Guillottière. Hôtel Dieu / Balthazar Hubert de Saint-Didier. Mai 1829. 1 dess. (crayon Pont de la Guillottière. Hôtel Dieu / Balthazar Hubert de Saint-Didier. Mai 1829. 1 dess. (crayon et Pont de la Guillottière. Port de l'Hôtel-Dieu / Balthazar Hubert de Saint-Didier.1 dess. (crayon et Pont de la Guillottière. Port de l'Hôtel-Dieu / Balthazar Hubert de Saint-Didier.1 dess. (crayon et Lyon. Pont de la Guillotière et l'hôtel-Dieu / Hendrik Schwegman, [entre 1791 et 1816]. Lithogr . Lyon. Pont de la Guillotière et l'hôtel-Dieu / Hendrik Schwegman, [entre 1791 et 1816]. Lithogr. 12,3 x La France de nos jours. Hôtel-Dieu à Lyon. N° 175/Nicolas Marie Joseph Chapuy del., Léon-Auguste La France de nos jours. Hôtel-Dieu à Lyon. N° 175/Nicolas Marie Joseph Chapuy del., Léon-Auguste Asselineau A. Service historique de l'armée de terre. Paris. Vincennes. Art. 8, section 1, Lyon, carton 2 n° A . Service historique de l'armée de terre. Paris. Vincennes. Art. 8, section 1, Lyon, carton 2 n° 30. Note du
  • Premier pont de la Guillotière (détruit)
    Premier pont de la Guillotière (détruit) Lyon 7e - 69 Lyon 7e arrondissement la Guillotière 69 Lyon 2e arrondissement - en ville - Cadastre : 1999
    Titre courant :
    Premier pont de la Guillotière (détruit)
    Description :
    situait-il en face de la rue Saint-Hélène, sur le site du pont actuel ou plus au nord, entre le pont structure composite associant un tablier en bois et des piles maçonnées ou de deux parties distinctes , correspondant peut-être aux deux bras du Rhône. Le recoupement de la documentation écrite, des résultats de fouilles archéologiques menées lors de la construction du métro dans les années 1980 et des sources iconographiques permet de connaître approximativement l'aspect du pont tel qu'il était de la fin du 14e siècle au milieu du 16e. Il se composait de deux entités. Des arches de pierre traversaient le bras principal du Rhône : une partie ancienne comportant environ sept arcs d'une largeur de 22 à 24 m chacun et une partie "neuve" prolongeant la précédente, plus récente et comprenant huit arcs de 8 m. Le brotteau et la lône étaient enjambés par un pont de bois (annexe n° 2).
    Annexe :
    -Dieu est attestée au Moyen Age (englobée dans le terrain dehôtel-Dieu en 1739). Cette voie point de franchissement. Mais si le lien entre cet emplacement et l´hôtel-Dieu, bâti également par les Serpillère, rue reliée directement à la rue Mercière et au pont du Change, dont l´existence au sud dehôtel L'emplacement du premier pont En l´absence de textes précis ou de résultats de fouilles probants , les incertitudes demeurent sur la localisation exacte de cette construction, et plusieurs hypothèses ont été avancées, présentées et analysées dans l´ouvrage Pont de la Guillotière, DARA 1991, p. 29 à 34 . 1 - dans l´axe des actuelles rues Sainte-Hélène et de l´Université : Cela correspondrait à l ´hypothèse de l´aboutissement de l´ancien compendium romain de Vienne à Lyon (tracé des actuelles rues Salomon Reinach et des Trois Rois), et à la construction à la même période de la motte de Béchevelin qui aurait ainsi commandé le débouché du pont. La présence de la récluserie Saint-Hélène sur la rive droite
    Typologies :
    pont en charpente de bois
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Points de franchissement du Rhône
    Observation :
    Pont préétudié dans le cadre de l'inventaire topographique de la ville de Lyon, 2004, par
    Appellations :
    pont de la Guillotière
    Illustration :
    Plan de situation (sur fond de SCAN25(R) (C) IGN-2008 (C) Région Rhône-Alpes Licence n°2008-CISE27 Elévation (relevé schématique d'après un plan 16e siècle de la ville de Lyon, fac-similé de 1872 [Extrait du] Plan de la ville de Lyon au XVIe siècle [Feuille 3] / Fac-similé par Sion (?). Lyon  : Société de topographie historique de Lyon, [1872]. 1 est. : en noir (BnF - Estampes : Va 69, t. 1, H [Extrait de la carte du] Gowerneme[n]t de Lion. [S.d.]. 1 carte : en noir (BnF - Estampes : Va 69
    Texte libre :
    Le franchissement du Rhône à la hauteur de la Guillotière est vraisemblablement très ancien , puisque le compendium de Vienne à Lyon aboutit au fleuve entre les actuels pont de l´Université et rue Mazenod. Mais la physionomie du fleuve et de ses berges a profondément changé au fil des siècles. Jusqu´à la fin du 18e siècle, il présente dans la traversée de la ville une largeur d´environ 500 m. La rive gauche est constituée d´îles et de bancs de graviers, dits "brotteaux", de constitution instable, et dont " ou "brassières". À la hauteur de la Guillotière, le Rhône se partage en plusieurs bras, dont l´un , atteignant une largeur d´une cinquantaine de mètres, est toujours en eau. Ce bras sépare la rive gauche du "brotteau du pont", vaste île de plus d´un km de long et de 85 à 185 m de large, dont la taille varie selon le débit du fleuve (DARA 1991, p. 22) ; ce "brotteau" est mentionné dans un texte de 1260 (GUIGUE Dauphiné. Les textes permettant de localiser le pont à son emplacement actuel ne remontent qu´au 14e
    Historique :
    Le pont de la Guillotière est le plus ancien des ponts lyonnais sur le Rhône. Il porte le nom du Guillaud. Le tracé de la voie romaine venant d'Italie suppose un point de franchissement du Rhône en face de la place Gailleton, soit par un pont de bateaux, soit par un bac. Par ailleurs, il est certain que jusqu'au 19e siècle, durant de grandes périodes de l'année, la traversée pouvait se faire pratiquement à documentation. Dès l'origine, des "frères du pont" sont cités au sujet de la fondation et de l'entretien du pont première fois que lors de son écroulement, survenu en 1190, à cause du passage des armées croisées de Philippe Auguste et de Richard Coeur de Lion. Son emplacement exact est l'objet de plusieurs hypothèses est responsable de l'ouvrage et de son entretien. L'archevêque remet alors l'Oeuvre du pont à l'abbaye de Hautecombe puis à celle de la Chassagne-en-Bresse. Mais, en 1335, les travaux n'avançant pas, les en touchent les droits de passage. Il semble qu'à cette époque, le pont traverse entièrement le
    Référence documentaire :
    CROZE, A. Histoire du Grand Hôtel-Dieu de Lyon, des origines à 1900. Lyon : M. Audin et Cie CROZE , A. Histoire du Grand Hôtel-Dieu de Lyon, des origines à 1900. Lyon : M. Audin et Cie éditeur, 1924 Childebert et la reine Ultrogothe. Origine du grand pont de la Guillotière et du grand Hôtel-Dieu. Lyon : N Plan scénographique de la ville de Lyon, sous les règnes de François Ir et de Henri II / Dessiné et__ Plan scénographique de la ville de Lyon, sous les règnes de François Ir et de Henri II / Dessiné règne de Henri II" ; Moithey : ingénieur, géographe du Roi Plan de la ville de Lyon au XVIe siècle [Feuille 3] / Imp. (?, illisible), Lyon ; Fac-similé par Plan de la ville de Lyon au XVIe siècle [Feuille 3] / Imp. (?, illisible), Lyon ; Fac-similé par Sion (?). Lyon : Société de topographie historique de Lyon, [1872]. 1 est. : en noir (BnF - Estampes : Va 69, t Gowerneme[n]t de Lion. [S.d.]. 1 carte : en noir (BnF - Estampes : Va 69, t. 14, Gowerneme[n]t de
  • Pont de Seychal
    Pont de Seychal Thiers - rue Durolle - en ville
    Titre courant :
    Pont de Seychal
    Description :
    un souci d'adaptation au relief : son tablier suit naturellement la pente de la rue qui y mène. Le pont descend donc de la rive droite vers la rive gauche, entraînant une différence de deux mètres entre les hauteurs de ses arches (9 m sous l'intrados de la plus haute et 7 m pour la deuxième). Si la mise en oeuvre s'en est trouvée peut-être un peu compliquée, le choix de ce profil de pente a permis d'éviter d'importants travaux de remblaiement à son débouché sur la rive gauche.
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale pentes de la commune de Thiers
    Illustration :
    Le bas de la rue Durolle et le pont de Seychal, au début du 19e siècle. IVR83_20046300079X Le quartier de Seychal et le pont depuis l'amont, dans la première moitié du 19e siècle Le quartier du pont de Seychal en 1838. IVR83_20046300087X Vue ancienne du pont et du quartier de Seychal, vraisemblablement au début du 20e siècle Vue ancienne du pont et de la ville (milieu du 20e siècle). IVR83_19966300249X Le pont sur la Durolle, dominé par les immeubles du quartier de Saint-Roch, rive gauche Le pont sur la Durolle, dominé par les immeubles du quartier de Saint-Roch, rive gauche Vue de l'arche la plus basse du pont, côté rive gauche. IVR83_20026301702X
    Historique :
    Le pont de Seychal permettait d'entrer dans la ville ou de la quitter par le côté est, faisant le lien entre la rue Durolle et le chemin médiéval de Lyon. Il était peut-être déjà en place au 15e constitué le "grand pont" (en maçonnerie) permettant le franchissement de la rivière, précédé plus en amont de la rue Durolle par un corps de garde (donc près de l'actuelle place du Corps-de-Garde date, les garde-corps du pont de Seychal sont en mauvais état et menacent la sécurité des passants qui risquent de tomber à l'eau, de nuit en particulier : "[...] les murailles du grand pont, qui font la clôture d'icelluy des deux costés de la rivière sont en partie desmolies [...]" (texte cité par Hubert et de la plinthe (cf. Marcel Prade).
    Référence documentaire :
    ], carte postale noir et blanc, n° catalogue 292, Librairie Bougé-Béal à Clermont-Ferrand, s.d. [début du p. 190 Etudes sur la ville de Thiers. 1894. JACQUETON, Hubert. Etudes sur la ville de Thiers . Marseille : Laffitte Reprints, 1977. Réimpression de l'édition de Paris, 1894. "Pont sur le Drôme à Thiers" [pont de Seychal], 1822. Pont sur le Drôme à Thiers [sic : en réalité , pont de Seychal sur la Durolle], dessin par H. Parmentier, gravure par G. Engelmann, 1822. "Thiers [quartier du pont de Seychal]". 1838. Thiers [quartier du pont de Seychal], dessin au Vue du quartier et du pont de Seychal depuis l'amont, 1838. [Vue du quartier et du pont de Seychal Planche 47 "Pont de Seychal à Thiers", années 1840. DONIOL, H., DURIF, H., MANDET, F., et al "THIERS. Pont de Seychalles [sic]", s.d. [1ère moitié du 19e siècle]. THIERS. Pont de Seychalles Vue du quartier et du pont de Seychal, s.d. [début du 20e siècle ?]. [Vue du quartier et du pont
  • Ensemble des ponts et bacs du Rhône, dits de la Guillotière
    Ensemble des ponts et bacs du Rhône, dits de la Guillotière Lyon 7e - la Guillotière - en ville - Cadastre : 1999
    Titre courant :
    Ensemble des ponts et bacs du Rhône, dits de la Guillotière
    Description :
    Du fait de la largeur mouvante du lit du Rhône avant la régularisation de son cours, jusqu´au 19e s
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Inventaire de la Ville de Lyon
    Appellations :
    du Rhône, dits de la Guillotière
    Copyrights :
    © Ville de Lyon
    Texte libre :
    Hôtel-Dieu. Lyon : N. Schevring, 1876. 202 p. P. 179) et de 1378 (ibid., p. 53-55) janvier 1407 (AC Lyon et du grand Hôtel-Dieu. Lyon : N. Schevring, 1876. 202 p. p. 43 ; STEYERT, A. Nouvelle histoire de Lyon.... 1897, t. 2, p. 354 ; CROZE, A. Histoire du Grand Hôtel-Dieu de Lyon, des origines à 1900. Lyon roi Childebert et la reine Ultrogothe. Origine du grand pont de la Guillotière et du grand Hôtel-Dieu , dont l´existence au sud dehôtel-Dieu est attestée au Moyen-Age (rue englobée dans le terrain de l ´hôtel-Dieu construit également par les frères du Pont à partir de 1193 s´établit facilement, il n tête du nouveau pont du Rhône » (CROZE, A. Histoire du Grand Hôtel-Dieu de Lyon, des origines à 1900 , la rue Confort et par la rue Bourgchanin longe l´hôtel-Dieu à l´ouest. La rive gauche est une zone ´hôtel-Dieu en 1739). Cette rue aboutissait directement au Rhône, sur un petit port, et on serait Le Rhône Le franchissement du Rhône à la hauteur de la Guillotière est vraisemblablement très
    Historique :
    Le tracé de la voie romaine venant d'Italie suppose une traversée du Rhône en face de la place Gailleton, soit par un pont de bateaux, soit par un bac. Par ailleurs, il est certain que jusqu'au XIXe siècle, il y avait de grandes périodes dans l'année où la traversée pouvait se faire pratiquement à pied . L'emplacement de ce pont, qui s'écroule à la fin du 12e siècle, reste encore sujet à interrogation : en face de superstructures (tours de défense, chapelles, machines de pont-levis), diminution du nombre des arches , élargissement. En 1953, le pont, ébranlé par le dynamitage de 1944, est reconstruit et inauguré en 1958. Aux 19e et 20e siècles, les nécessaires améliorations du pont ont conduit les architectes à élaborer de
    Référence documentaire :
    p. 19-20 Après les jours tragiques de septembre 1944, la reconstruction des ponts de Lyon. Lyon  : Après les jours tragiques de septembre 1944, la reconstruction des ponts de Lyon. Lyon : Association des anciens élèves de l'École centrale de Lyon, 1945. 104 p. : ill., plans, cartes ; 31 cm. BASSE, Marcel. Nos pont dans l'Histoire. Dans La reconstruction des ponts de Lyon, 1944, p. 19-21 BASSE, Marcel. Nos pont dans l'Histoire. Dans La reconstruction des ponts de Lyon, 1944, p. 19-21 charte 246 CHARPIN-FEUGEROLLES, Cte de. Grand cartulaire de l´abbaye d´Ainay. Lyon : 1885. 2 vol . CHARPIN-FEUGEROLLES, Cte de. Grand cartulaire de l´abbaye d´Ainay. Lyon : 1885. 2 vol. p. 174-182 PELLETIER, Jean. Les ponts de Lyon. L'eau et les Lyonnais. Le Coteau : Horvath, s. d . 207 p. : PELLETIER, Jean. Les ponts de Lyon. L'eau et les Lyonnais. Le Coteau : Horvath, s. d. 207 p PELLETIER, Jean. Ponts et quais de Lyon. Lyon : Editions lyonnaises d'Art et d'Histoire, 2002. 128
  • Pont de la Guillotière 1
    Pont de la Guillotière 1 Lyon 7e - la Guillotière - en ville - Cadastre : 1999
    Titre courant :
    Pont de la Guillotière 1
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Inventaire de la Ville de Lyon
    Appellations :
    de la Guillotière
    Copyrights :
    © Ville de Lyon
    Texte libre :
    pont de la Guillotière et du grand Hôtel-Dieu. Lyon : N. Schevring, 1876. 202 p.). Les Lyonnais se grand pont de la Guillotière et du grand Hôtel-Dieu. Lyon : N. Schevring, 1876. 202 p. ; MESQUI, J. Les le roi Childebert et la reine Ultrogothe. Origine du grand pont de la Guillotière et du grand Hôtel -Dieu. Lyon : N. Schevring, 1876. 202 p.). Le pont du Rhône relie la ville de Lyon au territoire de Les textes permettant de localiser le pont à son emplacement actuel ne remontent qu´au 14e s. (AD Rhône. 10G 518, 1472 ; GUIGUE, M.-C. Recherches sur Notre-Dame de Lyon, hôpital fondé au VIe siècle par Béchevelin de la mouvance de l´archevêque. Pourtant il semble que ce dernier n´ait joué qu´un faible rôle habitants de Lyon, ceux-ci étant dits « gardien de l´Oeuvre du pont » (charte 72 du cartulaire de l´abbaye d ´Ainay). Cependant, entre 1308 et 1310, l´archevêque Pierre de Savoie affirme son autorité sur le pont  : il enlève l´Oeuvre du pont à la confrérie des Frères et la remet à l´abbaye de Hautecombe, établie en
    Historique :
    Le pont construit dans la 2e moitié du 12e siècle s'écroule lors du passage des armées croisées de Philippe Auguste et de Richard Coeur de Lion. Il est reconstruit peu à peu. En 1369, le maçon Jacques de Beaulieu construit la porte du pont du Rhône (MAYNARD). En 1430, les échevins de Lyon font placer sur la tour du pont les armes du Roi et de la Ville (MAYNARD). En 1509, Louis XII, de retour d'Italie, fait
    Référence documentaire :
    p. 324, 325 MAYNARD, Louis. Dictionnaire de Lyonnaiseries. Les Hommes - Le Sol - Les Rues. 1932 MAYNARD, Louis. Dictionnaire de Lyonnaiseries. Les Hommes - Le Sol - Les Rues. Histoires et Légendes. Lyon
  • Pont Saint-Clair, puis pont Rouge, puis pont de la Victoire, puis pont Morand (détruit)
    Pont Saint-Clair, puis pont Rouge, puis pont de la Victoire, puis pont Morand (détruit) Lyon 1er - 69 Lyon 1er arrondissement 69 Lyon 6e arrondissement - en ville
    Titre courant :
    Pont Saint-Clair, puis pont Rouge, puis pont de la Victoire, puis pont Morand (détruit)
    Description :
    Le pont Morand, long de 208 m et large de 12 m, était édifié en bois de chêne et reposait sur dix ´entraînait pas la chute des autres. Cependant le trop grand nombre de piles gênait la navigation. À la fin du 18e siècle et probablement au 19e, les pavillons carrés servant de bureau d'octroi et de poste de police marquaient l´entrée du pont à chaque extrémité. Un éclairage par lampadaires (becs de gaz
    Typologies :
    pont en charpente de bois
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Points de franchissement du Rhône
    Observation :
    Pont préétudié dans le cadre de l'inventaire topographique de la ville de Lyon, 2009, par
    Appellations :
    pont Saint-Clair, puis pont Rouge, puis pont de la Victoire, puis pont Morand
    Illustration :
    Plan de situation (sur fond de SCAN25(R) (C) IGN-2008 (C) Région Rhône-Alpes Licence n°2008-CISE27 Elévation des pavillons et bureaux du côté de la ville. Morand del., 5 mai 1772. 1 dessin (encre Vue du pont Saint-Clair et du cotteau de la Boucle. [S.d.]. 1 dessin ou 1 estampe (?) : coul [Vue du pont Morand sur le Rhône à Lyon, restauré par MM Tibière et Catelin] / M. del., lith. de B [Pont Morand, 1825] / Lith. de H. Brunet et Cie à Lyon. 1825. 1 est. : en noir (BnF - Estampes : Va ´Auteur ; Lith. de H. Brunet et Cie à Lyon. [1825]. 1 est. : en noir (BnF - Estampes : Va 69, t. 4, H Bataille du Pont Morand / Lith. de (?), Lyon. [1831]. 1 est. : en noir (Événements de Lyon) (BnF [Pont Morand, à Lyon, vue prise en direction de l´est] / S.n., [2e moitié du 19e siècle]. 1 photogr [Vue de l´ancien et du nouveau pont Morand, à Lyon, vue prise en direction de l´est] / S.n., [2e [Pont Morand, à Lyon, vue prise en direction de l´est] / S.n., [2e moitié du 19e siècle]. 1 photogr
    Historique :
    l'Hôtel Dieu et conduisant à la promenade de la Grande Allée. En dépit de l´opposition des Hospices La construction du pont est intimement liée au projet d´extension de la ville sur la rive gauche qui, depuis 1763, n´était accessible que par la traille du Puits Gaillot appartenant aux Recteurs de , Morand, grâce à l´appui de Henri-Gabriel Bertin, secrétaire d'État depuis 1763, notamment chargé des Saint-Clair au pont de la Guillotière (4 janvier 1771) ; il crée ainsi la Compagnie des intéressés au , édifié entre 1772 et 1774 ou 1775, est inauguré par le comte de Provence, frère du roi. Le coût de la construction s'élève d'après Jouffrey à 438 000 livres. Le péage est inférieur de moitié au tarif de l'ancien bac. Selon Jouffrey, le pont fut éclairé à partir de 1783. L'ouvrage résiste à la débâcle des glaces de janvier 1789 ; la population reconnaissante à Morand fait alors placer au centre du pont un poteau couronné de laurier et portant l'inscription : IMPAVIDUM FERIENT RUINAE. À la Révolution, le pont est au
    Référence documentaire :
    servir aux Adminstrateurs de l'Hôtel-Dieu, dans l'instance au Conseil de Sa Majesté contre le sieur Rhône, pour les Pauvres de Lyon (Notes des Administrateurs de l'Hôtel-Dieu sur les nouvelles Réponses BRAC fils. Observations du sieur Morand sur le projet du Pont de bois sur le Rhône (Réponses pour BRAC fils. Observations du sieur Morand sur le projet du Pont de bois sur le Rhône (Réponses pour BRAC fils. Nouvelles réponses aux Observations du sieur Morand, sur le Projet du Pont de bois sur BRAC fils. Nouvelles réponses aux Observations du sieur Morand, sur le Projet du Pont de bois sur le , levée de son rivage à Lyon/ Morand, architecte ; gravée par Bidauld. [18e siècle (?)]. 1 est. : grav Elévation des pavillons et bureaux du côté de la ville. Morand del., 5 mai 1772. 1 dessin (encre , Elévation des pavillons et bureaux du côté de la ville. Morand del., 5 mai 1772. 1 dessin (encre, papier Vue du pont Morand sur le Rhône à Lyon, restauré en exécution de l'ordonnance du Roi du 7 mai 1817
  • Pont routier Lafayette
    Pont routier Lafayette Lyon 2e - 69 Lyon 2e arrondissement 69 Lyon 3e arrondissement - place des Cordeliers cours Lafayette - en ville
    Description :
    Le pont compte trois arches de longueur inégale, 67 m au milieu et 63 m sur les côtés. La travée de rive gauche est passante et franchit le quai et une piste cyclable. L'ouvrage est long de 207 à 218 m selon les sources et large de 20 m. Les arches à poutrelles en acier laminé reposent sur deux piles et deux culées maçonnées en pierre de taille blanche (calcaire). Chaque arche est constituée par huit arcs en acier en forme de caisson à âmes pleines. Les piles oblongues, formant becs, sont surmontées d´un balcon hémisphérique en encorbellement, clos par une balustrade en pierre de taille. La chaussée large de 11 m offre quatre voies de circulation en double sens bordées par de grands trottoirs dotés de pistes sein de grandes niches, des statues allégoriques du Rhône et de la Saône. L'éclairage électrique se
    Annexe :
    Fonds de la Compagnie de Fives-Lille de Givors Plans (non classés). (AD Rhône (rue Servient). Fonds de la Compagnie de Fives-Lille) Notes : 8 portefeuilles intéressant le pont Lafayette sur le Rhône à Lyon : Portefeuille 367 B : Travée de rive de 63 m d'ouverture, 1888 ; Portefeuille 368 C -projets. Renseignements, 1888 ; Portefeuille 368 F : Échafaudage de montage, 25 plans ; Portefeuille 368 G  : [manquant] ; Portefeuille 369 H : Plans venus de Givors. 1889-90 ; Portefeuille 369 I : Caissons pour les La reconstruction du pont Lafayette après le dynamitage de 1944 (d'après RENAUD, P. La reconstruction des ponts de Lyon. 1944 La reconstruction du pont Lafayette après le dynamitage de 1944 (d'après RENAUD, Pierre. La reconstruction des ponts de Lyon. 1944, p. 27 et suiv.) : Le pont se compose de trois ´ouverture, les deux arches de rive semblables ont 62 m d´ouverture. Chaque arche métallique est constituée par huit arcs en acier en forme de caisson à âmes pleines, les six arcs sous chaussée étant espacées
    Statut :
    propriété de la commune
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Points de franchissement du Rhône
    Observation :
    Pont préétudié dans le cadre de l'inventaire topographique de la ville de Lyon, 2009, par
    Murs :
    pierre de taille
    Illustration :
    Plan de situation (sur fond de SCAN25(R) (C) IGN-2008 (C) Région Rhône-Alpes Licence n°2008-CISE27 Travées de rive. N° 12. Détail d'un arc intermédiaire entre les montants 6 et 16. Paris, Cie de Travées de rive. N° 12. Détail d'un arc intermédiaire entre les montants 6 et 16. Paris, Cie de N° 13. Travée de rive. Détail de l'entrecroisement vertical des arcs au montant n° 1. Paris, Cie de N° 22. Travées de rive de 63m00 d'ouverture. Pilastres spéciaux dans la partie voisine du sommet N° 33. Travée de la rive droite. Coupes transversales donnant la disposition des tôles embouties du tablier aux montants n° 0, 1 et 2. Paris, Cie de Fives-Lille., 4 janvier 1889 (AD Rhône. Cie Fives-Lille Travée centrale. N° 5. Détail de la corniche du garde-corps (chapiteaux des montants venus de fonte avec la corniche). Paris, Cie de Fives-Lille, 26 mars 1889 (AD Rhône. Cie Fives-Lille. Portefeuille 368 N° 2. Travée centrale de 67 m 40. Détail de l'arc de tête et de sa décoration en fonte entre les
    Représentations :
    Les plates-formes en demi-cercle sont ornées à leur base de statues allégoriques du Rhône (Neptune barbu) et de la Saône (femme), répliques des statues de Guillaume et Nicolas Coustou, par Pierre Aubert.
    Historique :
    décide de le détruire et de le reconstruire en même temps que le pont Morand. Les deux projets sont . Le pont Lafayette à Lyon est mis en place par les ateliers de la Cie Fives-Lille de Givors (cf archives). Il a été construit de 1888 à 1890. Il comporte trois arches de 63 à 68 mètres d'ouverture , surbaissées au 1/16e et au 1/12e ; sa largueur entre parapets est de 20 mètres. Il est entièrement en acier 24 septembre puis le 3 octobre, deux passerelles pour piétons, d'1,80 m de large, sont lancées au
    Référence documentaire :
    la Guillotière, puis le pont de l'Hôtel-Dieu, le pont Lafayette et la passerelle du Collège . (carte postale) : n. et b. (AM Lyon. 4 Fi 220 et 2985) Notes : comprend notamment le pont de l'Hôtel Hôtel-Dieu et le Pont Lafayette 118. Lyon - Les Quais, le pont Lafayette et l´Hôtel-Dieu / L.L. édit., [1ère moitié du 20e siècle ]. 118. Lyon - Les Quais, le pont Lafayette et l´Hôtel-Dieu / L.L. édit., [1ère moitié du 20e siècle]. 1 Plans (non classés). (AD Rhône (rue Servient). Fonds de la Compagnie de Fives-Lille) Notes : 8 Plans (non classés). (AD Rhône (rue Servient). Fonds de la Compagnie de Fives-Lille) Notes : 8 portefeuilles intéressant le pont Lafayette sur le Rhône à Lyon : Portefeuille 367 B : Travée de rive de 63 m - Caissons ; Portefeuille 368 E : Avant-projets. Renseignements, 1888 ; Portefeuille 368 F : Echafaudage de montage, 25 plans ; Portefeuille 368 G : [manquant] ; Portefeuille 369 H : Plans venus de Givors. 1889-90
  • Pont des Facultés, puis pont routier de l'Université
    Pont des Facultés, puis pont routier de l'Université Lyon 7e - 69 Lyon 7e arrondissement Université 69 Lyon 2e arrondissement - rue de l' Université rue Sainte-Hélène - en ville
    Annexe :
    La passerelle provisoire établie en 1944 (extr. de : MOOK-ARAY, André. Reconstruire et embellir. Le grand effort des travailleurs, des entrepreneurs et des ingénieurs. La reconstruction des ponts de Lyon , 1944, p. 36, 38-39) : (...) Le pont étant calculé pour un convoi de camions de 16 tonnes, (...) le projet retenu comporte une succession de poutres indépendantes sur appuis simples, dont la stabilité n'est pas compromise par les mouvements éventuels de leurs fondations. Toutefois, il eut été fâcheux de voir l'assiette d'un pont se modifier au moment de sa mise en service. Il fallait que cette assiette fût acquise, au préalable, sous les charges permanentes de l'ouvrage. C'est pourquoi les palées supportant la succession des travées indépendantes furent dressées sur d'imposantes semelles de béton ; la semelle centrale en particulier, établie au voisinage de l'ancienne clé de l'arche métallique, a une masse du même ordre de grandeur que la réaction d'appui du reste de l'ouvrage avec ses surcharges. (...) On
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Points de franchissement du Rhône
    Appellations :
    pont des Facultés, puis pont de l'Université
    Illustration :
    Plan de situation (sur fond de SCAN25(R) (C) IGN-2008 (C) Région Rhône-Alpes Licence n°2008-CISE27 [La mise en place de la passerelle provisoire]. [1901]. 1 photogr. nég. (sur verre) : n. et b. (AM [La construction de la passerelle provisoire]. [26/01/1901]. 1 photogr. nég. (sur verre) : n. et b [La construction de la passerelle provisoire]. [1901]. 1 photogr. nég. (sur verre) : n. et b. (AM [La construction de la passerelle provisoire]. [14/03/1901]. 1 photogr. nég. (sur verre) : n. et b [La construction de la passerelle provisoire]. [1901]. 1 photogr. nég. (sur verre) : n. et b. (AM [La construction du pont. Le système de grue]. [1901]. 1 photogr. nég. (sur verre) : n. et b. (AM [La construction du cintre de l'arche de rive]. [1901]. 1 photogr. nég. (sur verre) : n. et b. (AM [La construction de l'arche de rive en maçonnerie]. [1901]. 1 photogr. nég. (sur verre) : n. et b [La construction de l'arche de rive en maçonnerie et de la pile adjacente]. [1901]. 1 photogr. nég
    Auteur :
    [entrepreneur] Société des Forges de Franche-Comté
    Représentations :
    avec monogramme de la République encadré de palmes académiques, coq au sommet des "colonnes
    Localisation :
    Lyon 7e - 69 Lyon 7e arrondissement Université 69 Lyon 2e arrondissement - rue de l' Université
    Titre courant :
    Pont des Facultés, puis pont routier de l'Université
    Description :
    Le pont de l'Université offre une longueur totale de 218 à 267 m selon les sources. Il est composé de trois arches métalliques de 67,50 m, 72,50 m et 67,50 m, reposant sur des piles maçonnées couvertes de bossages. Chaque arche est formée de huit arcs en acier laminé. En rive gauche, une travée passante maçonnée franchit le quai. Le tablier, large de 20 m, est occupé par une chaussée à quatre voies en sens unique rive gauche-rive droite, bordée de trottoirs de 4,50 m de large. Une piste cyclable ouvragée reproduisant des rinceaux feuillages, les piles sont sculptées des monogrammes "RF" de la République passant sur une palme de la victoire. Les piles sont surmontées, côtés aval et amont, de petits arche métallique présente dans sa partie basse le blason de Lyon sculpté et est couronnée de chaque côté amont de la rive gauche.
    Statut :
    propriété de la commune
    Observation :
    Pont préétudié dans le cadre de l'inventaire topographique de la ville de Lyon, 2009, par
    Historique :
    Dès octobre 1844, des habitants de la rive gauche (Bermond de Vaux, Combalot, Dumoulin) demandent à la municipalité la mise en place d'une passerelle entre le pont de la Guillotière et le pont du Midi . Avec le projet de création d'une faculté des sciences et le développement des quartiers sud de la rive construction des facultés par Abraham Hirsch de 1885 à 1892 détermine la position du nouveau pont qui est bâti septembre 1944. Du 24 septembre au 8 octobre, on reconstruit, avec l´aide d´une troupe de FFI, un ouvrage provisoire en bois et métal qui remplace la travée centrale effondrée. Ce pont, long de 73,40 m et large de 8 m, permet la circulation des véhicules de 10 tonnes dans les deux sens (voir descriptif annexe n° 1 Lyon et E. Capitain-Gény, maître de forge à Bussy en Haute-Marne (voir annexe n° 2). L'éclairage par lampadaires est celui d'origine. Avant l'utilisation des bas-ports comme parcs de stationnement, ceux-ci étaient aménagés en jeux de boules, remis en état après chaque crue. Les parcs de stationnement ont été
    Référence documentaire :
    ´Hôtel-Dieu, Pont de la Guillotière, Pont de l´Université ´Hôtel-Dieu, du Collège, de la Guillotière] / P. Martel édit. Lyon : Martel, [1ère moitié du 20e siècle Compagnie nationale du Rhône. Voie navigable du Haut-Rhône. Traversée de Lyon. Elévation des Compagnie nationale du Rhône. Voie navigable du Haut-Rhône. Traversée de Lyon. Elévation des différents Compagnie nationale du Rhône. Aménagement de la chute de Pierre-Bénite. Profil en long des ponts Compagnie nationale du Rhône. Aménagement de la chute de Pierre-Bénite. Profil en long des ponts sur le Rhône dans la traversée de Lyon. D´après plan Ponts et Chaussées, service navigation Rhône Saône , complété avec documents Ville de Lyon, P. et C. service ordinaire, et relevés C.N.R. P.B.S., Saint-Fons, 21 [Photographies de la construction du pont]. [1901]. 40 photogr. nég. (sur verre) : n. et b. (AM [Photographies de la construction du pont]. [1901]. 40 photogr. nég. (sur verre) : n. et b. (AM Lyon. 15 Ph 1/713)
  • Pont du Midi, puis premier pont Galliéni (détruit)
    Pont du Midi, puis premier pont Galliéni (détruit) Lyon 2e - 69 Lyon 2e arrondissement Confluent 69 Lyon 7e arrondissement - ancien cours du Midi cours de, actuel Verdun Récamier - en ville - Cadastre : 1999 BL non cadastré
    Description :
    Le second pont du Midi, premier pont Galliéni, est constitué de deux piles en pierre implantées à l ´aide de caissons pneumatiques, qui supportent trois arches métalliques, de 69 m de portée au centre et de 63 m de chaque côté (longueur totale de 209 m avec les culées). Le tablier de 20 m de large offre une chaussée pavée de 11 m, portant deux lignes pour tramways électriques, et deux trottoirs de 4,50 m ornés de lampadaires et bordés de parapets métalliques.
    Statut :
    propriété de la commune
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Points de franchissement du Rhône
    Observation :
    Pont préétudié dans le cadre de l'inventaire topographique de la ville de Lyon, 2000, par
    Illustration :
    Plan de situation (sur fond de SCAN25(R) (C) IGN-2008 (C) Région Rhône-Alpes Licence n°2008-CISE27 Fig. 2. La passerelle provisoire du pont du Midi, à Lyon (d´après une photographie de M. Garcin, à Lyon) (extr. de : NANSOUTY, Max de. In Le Génie civil, t. XIII, n° 23, 6 octobre 1888, fig. 2, p. 354 [Construction du pont du Midi : montage de la 1/2 travée amont rive gauche] / Fabrègue et Tardy [Construction du pont du Midi : ripage de l'échafaudage travée amont rive gauche] / Fabrègue et [Travée de la rive droite, vue par dessous] / E. Fabrègue et J.-E. Tardy phot., [1891]. 1 photogr [Cartouche de l'arche centrale] / E. Fabrègue et J.-E. Tardy phot., [1891]. 1 photogr. nég. (sur 91. Lyon - Vue sur le Rhône prise du Pont du Chemin de Fer / N.D. phot., [1ère moitié du 20e siècle [Pont Gallieni détruit lors du bombardement de 2-3 septembre 1944] / E. Poix ou Edmond Pernet phot
    Auteur :
    [conducteur de travaux] Fabrègue Ernest-David
    Représentations :
    Les piles étaient surmontées de huit pyramides en pierre sommées de rostres en forme de boules hérissées, auxquelles répondaient des lampadaires. Les armoiries de la Ville étaient sculptées à leur base.
    Historique :
    commencent par la destruction de l´ancien pont en juin 1889. Une passerelle provisoire en charpente est achevé lorsque la mise en place à chaque extrémité des piles de pyramides rostrales est votée. Le nouveau de Galliéni. Déjà touchée par les bombardements alliés à l'été 1944, l´arche de la rive gauche est
    Localisation :
    cours de, actuel Verdun Récamier - en ville - Cadastre : 1999 BL non cadastré
    Référence documentaire :
    ´Hôtel-Dieu, du Collège, de la Guillotière] / P. Martel édit. Lyon : Martel, [1ère moitié du 20e siècle Fig. 1. Vue générale du pont du Midi, à Lyon, et de la passerelle provisoire établie pendant sa Fig . 1. Vue générale du pont du Midi, à Lyon, et de la passerelle provisoire établie pendant sa reconstruction (d´après une photographie de M. Garcin, à Lyon) (extr. de : NANSOUTY, Max de. Construction de la Fig. 2. La passerelle provisoire du pont du Midi, à Lyon (d´après une photographie de M. Garcin, à Fig. 2. La passerelle provisoire du pont du Midi, à Lyon (d´après une photographie de M. Garcin, à Lyon) (extr. de : NANSOUTY, Max de. Construction de la passerelle provisoire du Midi sur le Rhône à Ville de Lyon. 1890-1891. Le nouveau pont du Midi sur le Rhône. Les nouveaux quartiers de la rive Ville de Lyon. 1890-1891. Le nouveau pont du Midi sur le Rhône. Les nouveaux quartiers de la rive gauche façades des quais rive gauche jusqu'au pont de la Guillotière ; 2. Projet d'aménagement (plan) de la rive
  • Pont Morand, puis pont du Bâtiment, puis pont Morand (détruit) ; culée (vestiges)
    Pont Morand, puis pont du Bâtiment, puis pont Morand (détruit) ; culée (vestiges) Lyon 1er - 69 Lyon 1er arrondissement 69 Lyon 6e arrondissement - en ville
    Description :
    Le pont Morand, de 210 à 242 m de long selon les sources, comportait trois travées d'ouverture à peu près égale. Le tablier métallique, large de 20 m, reposait sur des piles et des culées maçonnées . Il portait une chaussée bordée de larges trottoirs protégés par des garde-corps probablement en fonte d'un éclairage électrique d'origine. Le pont Morand était d'une conception très proche de celle du pont Lafayette : tous deux suivaient le modèle du pont en métal sur piles de pierre. Le pont Morand ne différait que par une longueur moindre (c'est-à-dire environ 3,50 m de moins que son "jumeau") et une décoration plus sobre : les piles étaient simplement revêtues de granite et de marbres polis (voir la culée conservée en rive gauche). Il subsiste de ce pont la culée de la rive gauche qui offre un petit belvédère sur le Rhône et sur l'actuel pont Morand. Le pont provisoire, long de 205 m et large de 11 m , comportait douze travées (onze travées de 18 m et une travée passante de 7 m en rive gauche). Son tablier
    Annexe :
    La passerelle provisoire établie en 1944 (extr. de : MOOK-ARAY, André. Reconstruire et embellir. Le grand effort des travailleurs, des entrepreneurs et des ingénieurs. In La reconstruction des ponts de Lyon. Lyon : Association des Anciens Élèves de l'École Centrale lyonnaise, s.d. [c. 1945], p. 36 , matériau qui se prête à de grandes déformations. Tout l'ensemble fut dressé sur des semelles longitudinales en bois simplement posées sur le tablier effondré et ancrées à la rive. Des ancrages réalisés de façon rustique par coupons de rails devaient permettre les mouvements relatifs de la construction en bois et de l'épave, tout en s'opposant au glissement en cas de rupture de l'ancrage de rive. Enfin , par coupure, au chalumeau, des pièces de pont et des tôles embouties de coffrage de la chaussée sans amener des désordres dans les appuis de la passerelle.
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Points de franchissement du Rhône
    Observation :
    Pont préétudié dans le cadre de l'inventaire topographique de la ville de Lyon, 2009, par
    Illustration :
    Plan de situation (sur fond de SCAN25(R) (C) IGN-2008 (C) Région Rhône-Alpes Licence n°2008-CISE27 Projet d'un pont en treillis de fil de fer / Théodore Aynard, 1883 IVR82_20106902543NUCA 334. Lyon - Panorama des Ponts sur le Rhône pris de la Croix-Rousse / L.L. édit., [avant 1912]. 1 [Pont Morand et colline de la Croix-Rousse, vue en plongée depuis la rive gauche du Rhône] / E 199. Lyon - Pont Morand. Quai de Retz et Coteau de Fourvière / E.C.L. édit., [avant 1918]. 1 impr 5741. Lyon - Pont Morand et Quai de l´Est / S. Farges édit. Lyon : Farges, [avant 1910]. 1 impr [Ancien pont Morand lors de sa démolition] / E. Poix ou Edmond Pernet phot., [1975]. 1 photogr. pos [Ancien pont Morand lors de sa démolition] / E. Poix ou Edmond Pernet phot., [1975]. 1 photogr. pos
    Historique :
    Devant l'état de délabrement du premier pont Morand en bois, il est décidé, dans le dernier quart du 19e siècle, de le reconstruire. En 1883, Théodore Aynard propose un pont en treillis de fil de fer pont est dynamitée par les Allemands en septembre 1944. Le 15 octobre, une passerelle en bois de 4 m de large est mise en place pour le passage des piétons (voir annexe n° 1). Afin de permettre la doit supporter le passage des voitures et de la ligne 7 du tramway. Les travaux commencés dès novembre
    Référence documentaire :
    ´Hôtel-Dieu, du Collège, de la Guillotière] / P. Martel édit. Lyon : Martel, [1ère moitié du 20e siècle Compagnie nationale du Rhône. Voie navigable du Haut-Rhône. Traversée de Lyon. Elévation des Compagnie nationale du Rhône. Voie navigable du Haut-Rhône. Traversée de Lyon. Elévation des différents Compagnie nationale du Rhône. Aménagement de la chute de Pierre-Bénite. Profil en long des ponts Compagnie nationale du Rhône. Aménagement de la chute de Pierre-Bénite. Profil en long des ponts sur le Rhône dans la traversée de Lyon. D´après plan Ponts et Chaussées, service navigation Rhône Saône , complété avec documents Ville de Lyon, P. et C. service ordinaire, et relevés C.N.R. P.B.S., Saint-Fons, 21 Compagnie nationale du Rhône. Aménagement de la chute de Pierre-Bénite. Ponts sur le Rhône dans la Compagnie nationale du Rhône. Aménagement de la chute de Pierre-Bénite. Ponts sur le Rhône dans la traversée de Lyon. Détails des piles. M.T. dessinateur, M.P. ingénieur, Saint-Fons, 21 juin 1962 (A. CNR
1